Catégories
Dictature économie

8 Août 1974 – Suite à l’affaire du Watergate, Richard Nixon démissionne

ImageLe scandale du Watergate : une chronologieNixon and the watergate scandalLe président américain Richard Nixon annonce sa démissionne de son poste de Président des USANixon WatergateLe 17 juin 1972, cinq cambrioleurs ont été arrêtés lors d’une effraction au siège du Comité national démocrate dans le complexe de bureaux du Watergate à Washington, DC Selon les informations de l’époque, les hommes portaient des gants chirurgicaux, portaient un talkie-walkie et scanner de police à ondes courtes, 40 rouleaux de film non exposé et 2 300 $ en billets de 100 $ nets. Ils possédaient également deux appareils d’écoute sophistiqués et avaient enlevé plusieurs panneaux de plafond dans le bureau. Les hommes sont sortis de la pièce les mains levées.

Bien qu’il n’y ait pas eu d’explication immédiate sur leurs motivations, le crime s’est avéré être la pointe d’un iceberg très sale, qui traverserait la Maison Blanche au cours des deux prochaines années et renverserait finalement la présidence de Richard M. Nixon. Ci-dessous, un aperçu de certains des acteurs clés du scandale du Watergate et de la façon dont leur vie s’est déroulé à l’ombre d’une honte nationale. Beaucoup ont écrit des livres et quelques-uns ont trouvé la religion.Les lendemains du Watergate | Cairn.infoRichard Nixon démissionne de son poste de Président des États-Unis suite au scandale du Watergate. L’enquête démontra que Nixon avait ordonné des écoutes illégales, de responsables du Parti démocrate.

Dans une allocution télévisée en soirée le 8 août 1974, le président Richard M. Nixon annonce son intention de devenir le premier président de l’histoire américaine à démissionner. Avec une procédure de destitution en cours contre lui pour son implication dans l’affaire du Watergate, Nixon cédait finalement à la pression du public et du Congrès pour quitter la Maison Blanche.Watergate Hearings Audio : US Senate : Free Download, Borrow, and Streaming : Internet Archive« En prenant cette mesure », a-t-il déclaré dans un discours solennel depuis le bureau ovale, « j’espère que j’aurai accéléré le début du processus de guérison dont l’Amérique a si désespérément besoin ». Juste avant midi le lendemain, Nixon a officiellement mis fin à son mandat de 37e président des États-Unis. Avant de partir avec sa famille dans un hélicoptère depuis la pelouse de la Maison Blanche, il a souri au revoir et a énigmatiquement levé les bras en signe de victoire ou de paix. La porte de l’hélicoptère a ensuite été fermée et la famille Nixon a commencé son voyage de retour à San Clemente, en Californie. Quelques minutes plus tard, le vice-président Gerald R. Ford a prêté serment en tant que 38e président des États-Unis dans la salle Est de la Maison Blanche.

Après avoir prêté serment, le président Ford s’est adressé à la nation dans un discours télévisé, déclarant : « Mes compatriotes américains, notre long cauchemar national est terminé. » Plus tard, il a gracié Nixon pour tous les crimes qu’il aurait pu commettre pendant son mandat, expliquant qu’il voulait mettre fin aux divisions nationales créées par le scandale du Watergate.Richard Nixon, Time cover April 30, 1973, "The Watergate S… | FlickrLe 17 juin 1972, cinq hommes, dont un coordinateur de la sécurité salarié du comité de réélection du président Nixon, ont été arrêtés pour avoir pénétré par effraction et mis sur écoute illégale le siège du Comité national démocrate à Washington, DC, complexe du Watergate. Peu de temps après, deux autres anciens assistants de la Maison Blanche ont été impliqués dans l’effraction, mais l’administration Nixon a nié toute implication. Plus tard cette année-là, les journalistes Carl Bernstein et Bob Woodward du Washington Post ont découvert un complot de haut niveau entourant l’incident, et un scandale politique d’une ampleur sans précédent a éclaté.Bob Woodward and Carl BernsteinEn mai 1973, le Comité spécial du Sénat sur les activités de la campagne présidentielle, dirigé par le sénateur Sam Ervin de Caroline du Nord, a lancé des débats télévisés sur l’affaire du Watergate qui s’intensifiait rapidement. Une semaine plus tard, le professeur de droit de Harvard, Archibald Cox, a prêté serment en tant que procureur spécial du Watergate. Au cours des audiences du Sénat, l’ancien conseiller juridique de la Maison Blanche, John Dean, a déclaré que l’effraction du Watergate avait été approuvée par l’ancien procureur général John Mitchell, au su des conseillers de la Maison Blanche, John Ehrlichman et HR Haldeman, et que le président Nixon était au courant de la couvrir.Watergate Scandal TimelinePendant ce temps, le procureur du Watergate Cox et son équipe ont commencé à découvrir de nombreuses preuves d’espionnage politique par le comité de réélection de Nixon, d’écoutes téléphoniques illégales de milliers de citoyens par l’administration et de contributions au Parti républicain en échange de faveurs politiques.

En juillet, l’existence de ce qu’on appellera les bandes du Watergate – des enregistrements officiels des conversations de la Maison Blanche entre Nixon et son personnel – a été révélée lors des audiences du Sénat. Cox a assigné ces bandes à comparaître et, après trois mois de retard, le président Nixon a accepté d’envoyer des résumés des enregistrements. Cox a rejeté les résumés.16 1960s/1970s Teenager ideas | 1970s mens fashion, 70s mens fashion, fashion 1970sDans ce qui est devenu connu sous le nom de massacre du samedi soir, le 20 octobre 1973, dans une démonstration de pouvoir exécutif sans précédent, Nixon a ordonné au procureur général Elliot Richardson et au procureur général adjoint William Ruckelshaus de licencier Cox, mais les deux hommes ont refusé et ont démissionné de leurs postes en signe de protestation. . Le rôle de procureur général est alors revenu au solliciteur général Robert Bork, qui s’est conformé à contrecœur à la demande de Nixon et a renvoyé Cox. Moins d’une demi-heure plus tard, la Maison Blanche a dépêché des agents du FBI pour fermer les bureaux du procureur spécial, du procureur général et du procureur général adjoint.

Le successeur de Cox en tant que procureur spécial, Leon Jaworski, a lancé des actes d’accusation contre plusieurs hauts fonctionnaires de l’administration, dont Mitchell et Dean, qui ont été dûment condamnés. Pendant ce temps, le 14 novembre 1973, le juge de district américain Gerhard Gesell a statué que le licenciement de Cox était illégal.

La confiance du public dans le président a rapidement diminué et, à la fin de juillet 1974, le comité judiciaire de la Chambre avait adopté trois articles de destitution contre le président Nixon : obstruction à la justice, abus des pouvoirs présidentiels et entrave au processus de destitution.Le 30 juillet, sous la contrainte de la Cour suprême, Nixon a finalement publié les bandes du Watergate. Le 5 août, des transcriptions des enregistrements ont été publiées, y compris un segment dans lequel le président a été entendu en train d’ordonner à Haldeman d’ordonner au FBI d’arrêter l’enquête du Watergate. Trois jours plus tard, Nixon annonce sa démission.

Le scandale du Watergate : une chronologie

Retracez les étapes d’un scandale qui a secoué l’USA

Janvier 1969 – Richard Nixon est investi en tant que 37e président des États-Unis.L'affaire du Watergate - rts.ch - ActualitésFévrier 1971 – Richard Nixon ordonne l’installation d’un système d’enregistrement secret qui enregistre toutes les conversations dans le bureau ovale, son bureau exécutif du bâtiment du bureau et son bureau de Camp David et sur certains téléphones à ces endroits.

13 juin 1971 – Le New York Times commence à publier les Pentagon Papers, l’histoire secrète du ministère de la Défense sur la guerre du Vietnam. Le Washington Post commencera à publier les articles plus tard dans la semaine.

1971 – Nixon et son équipe recrutent une équipe d’anciens agents du FBI et de la CIA, appelés plus tard « les plombiers », pour enquêter sur la publication divulguée des Pentagon Papers. Le 9 septembre, les « plombiers » font irruption dans le bureau du psychiatre de Daniel Ellsberg, dans une tentative infructueuse de voler des dossiers psychiatriques pour salir Daniel Ellsberg, l’analyste de la défense qui a divulgué les Pentagon Papers à la presse. janvier1972 – L’un des « plombiers », G. Gordon Liddy, est transféré au Comité de réélection du président (CREEP), où il obtient l’approbation du procureur général John Mitchell pour un vaste plan d’espionnage contre le Parti démocrate.

28 mai 1972 – L’équipe de Liddy fait irruption dans le siège du Comité national démocrate au complexe Watergate à Washington, DC pour la première fois, mettant sur écoute les téléphones des membres du personnel.This Day in History: 07/27/1974 - Nixon impeachment begins - HISTORY17 juin 1972 – Cinq hommes sont arrêtés après avoir pénétré par effraction dans le siège du Comité national démocrate. Parmi les objets trouvés en leur possession figuraient des appareils d’écoute, des milliers de dollars en espèces et des rouleaux de film. Quelques jours plus tard, la Maison Blanche a nié toute implication dans le cambriolage.

17 juin 1972 – Un jeune journaliste du Washington Post, Bob Woodward, est envoyé à l’interpellation des cambrioleurs. Un autre jeune journaliste du Post, Carl Bernstein, se porte volontaire pour passer des appels téléphoniques afin d’en savoir plus sur le cambriolage.Transcripts of edited versions of many of President Nixon's Watergate conversations arriving on Capitol Hill to be turned over to the House Judiciary Committee.20 juin 1972 – Bob Woodward a sa première de plusieurs rencontres avec la source et informateur connu sous le nom de  » Deep Throat « , dont l’identité, W. Mark Felt, le directeur associé du FBI, n’a été révélée que trois décennies plus tard.

1 août 1972 – Un article du Washington Post rapporte qu’un chèque de 25 000 $ destiné à la campagne de réélection de Nixon en 1972 a été déposé sur le compte bancaire de l’un des hommes arrêtés pour l’effraction du Watergate. Pendant près de deux ans, Bob Woodward et Carl Bernstein continuent de publier des articles sur le scandale du Watergate, en s’appuyant sur de nombreuses sources.

30 août 1972 – Nixon annonce que John Dean a terminé une enquête interne sur le cambriolage du Watergate et n’a trouvé aucune preuve de l’implication de la Maison Blanche.

29 septembre 1972 – Le Washington Post rapporte qu’en tant que procureur général, John Mitchell avait contrôlé un fonds secret pour financer la collecte de renseignements contre les démocrates. Lorsque Carl Bernstein appelle Mitchell pour un commentaire, Mitchell menace à la fois Bernstein et Katharine Graham, l’éditrice du Post. Le Post imprime la menace.Nixon Resignation10 octobre 1972 – Woodward et Bernstein rapportent que le FBI avait établi des liens entre les aides de Nixon et le cambriolage du Watergate.

Octobre 1972 – Des articles de Woodward et Bernstein décrivent l’existence d’une importante campagne de « trucs sales » menée contre le candidat démocrate à la présidentielle Edmund Muskie, orchestrée par Donald Segretti et d’autres payés par le CREEP et l’avocat privé de Nixon.

7 novembre 1972 – Nixon est élu pour un second mandat après avoir battu le candidat démocrate George McGovern.Image8 janvier 1973 – Le procès pour cambriolage du Watergate commence.

30 janvier 1973 – L’ancien assistant de Nixon et agent du FBI G. Gordon Liddy et James McCord, un ancien agent de la CIA et ancien directeur de la sécurité du Comité pour la réélection du président (CREEP), sont condamnés pour leur rôle dans l’effraction au complexe du Watergate . Ils sont reconnus coupables de complot, d’écoute du siège du DNC et de cambriolage. Quatre autres, dont E. Howard Hunt, avaient déjà plaidé coupable. Le juge John J. Sirica menace les cambrioleurs condamnés de longues peines de prison s’ils ne parlent pas.

21 mars 1973 – Lors d’une réunion à la Maison Blanche, l’avocat de la Maison Blanche, John Dean, a déclaré à Nixon : « Nous avons un cancer – à l’intérieur – près de la présidence, qui se développe. » Lui et Nixon discutent de la façon de payer les pots-de-vin du Watergate jusqu’à 1 million de dollars en espèces pour continuer la dissimulation.Image23 mars 1973 – La lettre du cambrioleur du Watergate James McCord avouant l’existence d’un complot plus large est lue en audience publique par le juge Sirica. La dissimulation du Watergate commence à se défaire.

6 avril 1973 – Dean commence à coopérer avec les procureurs du Watergate.

9 avril 1973 – Le New York Times rapporte que McCord a déclaré au Comité sénatorial du Watergate qu’un groupe républicain, le Comité pour la réélection du président (CREEP) avait versé des paiements en espèces aux cambrioleurs du Watergate.Image27 avril 1973 – Le directeur par intérim du FBI, L. Patrick Gray, démissionne après avoir admis avoir détruit des documents qui lui avaient été remis par John Dean quelques jours après l’effraction du Watergate.

30 avril 1973 – Le scandale du Watergate s’intensifie alors que Nixon annonce que les assistants de la Maison Blanche John Ehrlichman et HR Haldeman ont démissionné. L’avocat de la Maison Blanche, John Dean, est limogé. (En octobre de cette année-là, Dean plaiderait coupable d’entrave à la justice.) Le procureur général Richard Kleindienst démissionne. Plus tard dans la nuit, Nixon prononce son premier discours aux heures de grande écoute à la nation sur le Watergate, soulignant son innocence.

17 mai 1973 – Le sénateur Sam Ervin ouvre la commission spéciale du Sénat sur les activités de la campagne présidentielle sur l’incident du Watergate.

18 mai 1973 – Les premières audiences télévisées à l’échelle nationale du Comité spécial du Sénat commencent. Le procureur général désigné Elliot Richardson nomme Archibald Cox, professeur de droit et ancien solliciteur général des États-Unis, procureur spécial dans l’enquête sur le Watergate.

3 juin 1973 – Le Washington Post rapporte que Dean a déclaré aux procureurs du Watergate qu’il avait discuté de la dissimulation avec Nixon au moins 35 fois. Le 25 juin, Dean témoigne devant la commission spéciale du Sénat sur l’implication de Nixon.Image13 juin 1973 – Les procureurs découvrent une note à John Ehrlichman concernant les projets d’effraction par les plombiers du psychiatre de Daniel Ellsberg.

13 juillet 1973 – Alexander Butterfield, ancien secrétaire aux nominations présidentielles, rencontre des enquêteurs du Sénat, où il révèle l’existence d’un vaste système d’enregistrement secret à la Maison Blanche. Le 16 juillet, il témoigne devant la commission sénatoriale dans une émission en direct, révélant que depuis 1971, Nixon avait enregistré toutes les conversations et appels téléphoniques dans ses bureaux.Image18 juillet 1973 – Nixon aurait ordonné que le système d’enregistrement de la Maison Blanche soit déconnecté.

Juillet à octobre 1973 – Le président Nixon refuse de remettre les enregistrements de ses conversations à la Maison Blanche à l’enquête du Sénat et à Cox. On pense que les bandes contiennent des preuves que Nixon et ses assistants avaient tenté de dissimuler leur implication dans le cambriolage du Watergate et d’autres activités illégales. Nixon dépose des appels en réponse à diverses citations à comparaître lui ordonnant de remettre les bandes.

15 août 1973 – Le jour même où la commission spéciale du Sénat termine ses audiences, Nixon prononce un deuxième discours aux heures de grande écoute à la nation sur le Watergate, déclarant : «Il est devenu clair que les audiences elles-mêmes et certains des commentaires à leur sujet sont devenus de plus en plus absorbés dans un effort pour impliquer personnellement le président dans les activités illégales qui ont eu lieu. Il a rappelé au peuple américain qu’il avait déjà assumé « l’entière responsabilité » des « abus qui se sont produits sous mon administration ».

10 octobre 1973 – Le vice-président Spiro Agnew démissionne, au milieu d’accusations de corruption et d’évasion fiscale, sans rapport avec le cambriolage du Watergate. Deux jours plus tard, Nixon nomme Gerald Ford, membre du Congrès du Michigan, vice-président. Ford prête serment en décembre.

19 octobre 1973 – Nixon tente une manœuvre légale pour éviter de remettre les bandes à Cox en suggérant au sénateur américain John Stennis de résumer les bandes pour les enquêteurs. Cox refusera l’offre le lendemain.

20 octobre 1973 – Nixon ordonne le limogeage du procureur spécial Archibald Cox dans ce qui devient connu sous le nom de « massacre du samedi soir ». Le procureur général Elliot Richardson et le sous-procureur général William Ruckelshaus démissionnent plutôt que d’exécuter ces ordres. Le solliciteur général Robert Bork congédie Cox. Quelques jours plus tard, Leon Jaworski est nommé deuxième procureur spécial.

17 novembre 1973 – Lors d’une conférence de presse télévisée en Floride, Nixon déclare de façon célèbre : « Je ne suis pas un escroc » et continue de clamer son innocence.

21 novembre 1973 – L’avocat du Watergate de la Maison Blanche, J. Fred Buzhardt, révèle l’existence d’un écart de 18 minutes et demie sur la bande de la conversation Nixon-Haldeman du 20 juin 1972. La Maison Blanche est incapable d’expliquer l’écart, bien que la secrétaire de Nixon, Rose Mary Woods, le fera plus tard. prétendre qu’elle a accidentellement effacé le matériel.

1 mars 1974 – Des actes d’accusation sont prononcés contre les « Watergate Seven », dont John Mitchell, HR Haldeman et John Ehrlichman. Le grand jury désigne Nixon comme un « Co-conspirateur non inculpé ».

30 avril 1974 – Les transcriptions de plus de 1 200 pages de transcriptions éditées des bandes Nixon sont publiées par la Maison Blanche.

9 mai 1974 – Le comité judiciaire de la Chambre entame une procédure de destitution contre Nixon.

24 juillet 1974 – La Cour suprême décide que Nixon doit remettre des dizaines d’enregistrements originaux de conversations à Jaworski.

27-30 juillet 1974 – Trois articles d’impeachment sont débattus et approuvés par le House Judiciary Committee contre Nixon : obstruction à la justice, abus de pouvoir et outrage au Congrès. La destitution a été envoyée au parquet de la Chambre pour un vote complet, mais le vote n’a jamais eu lieu.

5 août 1974 – Nixon publie les transcriptions de trois conversations avec Haldeman le 23 juin 1972. Connu sous le nom de « pistolet fumant », les transcriptions révèlent l’implication de Nixon dans la dissimulation du Watergate.Image8 août 1974 – Le président Nixon démissionne. Dans un discours télévisé à l’échelle nationale, le président a déclaré : « Je n’ai jamais été un lâcheur. Quitter mes fonctions avant la fin de mon mandat est odieux à tous les instincts de mon corps. Mais en tant que président, je dois faire passer l’intérêt de l’Amérique en premier… Par conséquent, je démissionnerai de la présidence à compter de demain midi. »

9 août 1974 – Nixon signe sa lettre de démission. Le vice-président Gerald Ford devient président.

8 septembre 1974 – Nixon est gracié par le président Gerald Ford pour toutes les infractions qu’il aurait pu commettre contre les États-Unis alors qu’il était président.

Janvier 1975 – L’ancien chef de cabinet HR Haldeman, l’ancien conseiller en politique intérieure John Ehrlichman et l’ancien procureur général et directeur de campagne de Nixon John Mitchell sont jugés et reconnus coupables d’accusations de complot découlant du Watergate. Au total, 41 personnes recevront des condamnations pénales liées au scandale du Watergate.Image

https://www.history.com/news/watergate-scandal-timeline-nixon

https://www.history.com/news/watergate-where-are-they-now

https://www.history.com/this-day-in-history/nixon-resigns 

30 Avril 1973 – Scandale du Watergate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *