Catégories
actualité-passée Historique

23 Avril 1993 – L’Érythrée vote pour se séparer de l’Éthiopie

L'Érythrée et l'Éthiopie mettent officiellement fin à la guerre | Radio-Canada.caL’indépendance de l’Erythrée : «Contre toute attente», la paix entre l’Éthiopie et l’ÉrythréeEritrea - Global Centre for the Responsibility to ProtectL’Érythrée était une colonie italienne jusqu’en 1941 où elle est passée sous mandat britannique. En décembre 1950, les Nations Unies l’ont fédérée avec l’Éthiopie en tant qu’entité autonome. En 1962, l’Empereur d’Éthiopie a abrogé cette fédération, et a fait de l’Érythrée la 14e province de l’Éthiopie, déclenchant une lutte armée menée par le Front de Libération de l’Érythrée (FRELIMO). En 1970, le Front de libération du peuple érythréen (EPF) a été créé et a conduit la guerre d’indépendance. Le 24 mai, le Front de libération du peuple érythréen a réalisé la libération de l’Érythrée, et a mis en place un gouvernement provisoire le 29 mai, avec Isaias Afwerki comme secrétaire général par intérim du gouvernement et commandant en chef des forces armées. Du 23 avril au 25 avril 1993, l’Érythrée a organisé un référendum sous la supervision des Nations Unies :Erythrée et Ethiopie : la paix sans le peuple érythréen ? – Le temps de la politiqueDes dizaines de milliers d’électeurs se sont rendus aux urnes le 23 avril 1993 pour voter par oui ou par non lors d’un référendum sur l’indépendance de l’Érythrée, région côtière de l’Éthiopie sur la mer Rouge. L’issue du scrutin, qui devrait déboucher sur une approbation sans équivoque de la séparation d’avec l’Éthiopie, contre laquelle l’Érythrée a mené une guerre de 30 ans, placerait le plus récent pays d’Afrique sur la carte.A Look Back on Eritrea's Historic 1993 ReferendumL’ambiance était festive dans les bureaux de vote de l’Érythrée en ce premier des trois jours de scrutin. Dans l’expression traditionnelle de la joie et de l’approbation, les femmes ululaient à la sortie des isoloirs, puis rejoignaient les enfants dans les rues pour battre des tambours de peau et agiter des branches d’olivier, le symbole de paix qui orne le drapeau érythréen. Toutes les personnes interrogées à l’extérieur des bureaux de vote, ici et dans la capitale érythréenne d’Asmara, ont déclaré avoir déposé le bulletin bleu signifiant le oui.A Look Back on Eritrea's Historic 1993 Referendum | IIIRራ | raimoq.com« Qu’y a-t-il d’autre que l’indépendance pour nous ? a déclaré Akbarat Meharatab, 30 ans, une religieuse catholique romaine de l’ordre des Sœurs de Sainte-Claire. « Nous voulions la paix plus que tout, et nous l’avons finalement obtenue. Ensuite, nous pouvons envisager de reconstruire notre pays. . . . Tout le monde est heureux parce que nous allons maintenant pouvoir diriger notre propre pays ».

99,8% des Érythréens ont voté pour l’indépendance. Le gouvernement de transition éthiopien a accepté le résultat du référendum et a reconnu l’indépendance du pays. Le 22 mai 1993, Isaias Afwerki est devenu Président. Le 24 mai, l’État d’Érythrée a été officiellement fondé.

Le chemin est encore long pour consolider la paix entre l'Erythrée et l' EthiopieLe syndrome du «contre toute attente» est l’intime conviction de la classe dirigeante érythréenne – composée exclusivement de vétérans de la guerre d’indépendance contre l’Éthiopie (1961-1991) – de pouvoir réussir envers et contre tout. Ce complexe de supériorité d’une génération est tiré de la victoire de 1991 contre un pays près de vingt fois plus peuplé et soutenu successivement par les deux superpuissances de la Guerre froide. L’hubris de David ayant vaincu Goliath joue un rôle dans le déclenchement de la guerre de 1998-2000, qui fait près de 100 000 morts et se solde par la défaite de l’Érythrée. Depuis, la menace « existentielle » que représente l’Éthiopie et l’état permanent de « ni guerre, ni paix » ont permis de justifier la dérive totalitaire d’un régime que la commission d’enquête de l’ONU a accusé d’avoir commis des crimes contre l’humanité (esclavage, disparitions forcées, torture, meurtres, etc.), dont le principal symptôme pour le reste du monde a été l’exode annuel de dizaines de milliers d’Érythréens.L'Érythrée et l'Éthiopie rouvrent deux postes-frontières fermés depuis 20 ansEn 2017, devant l’Union africaine, Asmara justifiait encore l’extension indéfinie du service national (qui, selon l’ONU et les organisations de défense des droits de l’homme, est assimilable à de l’esclavage), par « l’occupation continue par l’Éthiopie des territoires souverains érythréens et ses plans marqués de déstabilisation ». L’Éthiopie était accusée de tous les maux – notamment d’être un « proxy » des États-Unis déstabilisant toute la région et ayant un agenda de « changement de régime ». Un an plus tard, il n’y avait plus qu’embrassades et éloges mutuels. C’est « contre toute attente » que l’Érythrée avait gagné son indépendance et, aujourd’hui, c’est encore « contre toute attente » qu’elle a fait la paix.La paix signée entre l'Ethiopie et l'Erythrée permet la réouverture d'un troisième poste-frontièreEn l’espace de quelques mois durant l’été 2018, les deux pays ont signé une déclaration commune « de paix et d’amitié », mis officiellement fin à la guerre, rétabli des relations diplomatiques, des liaisons aériennes, terrestres et téléphoniques, ouvert la frontière par laquelle circulent librement les personnes et les biens ; les sanctions onusiennes contre l’Érythrée ont été levées avec le soutien de l’Éthiopie ; un accord de paix a été signé et des travaux d’infrastructure routière commencés pour faciliter l’accès éthiopien aux ports érythréens.The end of the Ethiopia-Eritrea war, explained - VoxÉthiopie/Érythrée (1950-1993)Eritrea - WikipediaPhase pré-crise (2 décembre 1950-9 juillet 1960) : Le 2 décembre 1950, l’Assemblée générale des Nations Unies a approuvé une résolution par un vote de 46-10-4, appelant à la fédération de l’Éthiopie et de l’administration britannique. Territoire sous tutelle des Nations Unies de l’Érythrée. Des élections pour une Assemblée représentative de 68 membres ont eu lieu en Érythrée le 16 mars 1952. L’Assemblée représentative érythréenne a adopté une constitution le 10 juillet 1952 et l’empereur éthiopien Haile Selassie a ratifié la constitution le 11 août 1952. ImageL’empereur Haile Selassie a signé la Loi sur la Fédération érythréenne-éthiopiennele 11 septembre 1952, et l’Érythrée a officiellement rejoint la fédération avec l’Éthiopie le 15 septembre 1952. L’Assemblée érythréenne a élu Ato Tedla Bairu au poste de chef de l’exécutif le 13 septembre 1952. Le 30 septembre 1952, l’empereur Haile Selassie a publié une proclamation déclarant le tribunal fédéral éthiopien comme dernière cour d’appel en Érythrée. L’Assemblée érythréenne a adopté une résolution condamnant « l’ingérence éthiopienne dans les affaires érythréennes » le 22 mai 1954. L’empereur Haile Selassie a forcé la démission du chef de l’exécutif Ato Tedla Bairu en juillet 1955. L’empereur Haile Selassie a nommé Asfeha Woldemichael comme chef de l’exécutif et Idris Mohammed Adem comme Président de l’Assemblée érythréenne en août 1955. Le Mouvement de libération de l’Érythrée (ELM) a été créé par Mohamed Said Nawud, Saleh Ahmed Iyay, Yasin el-Gade, Mohamed el-Hassan.Eritrean Airlines makes first flight to Ethiopia in 20 years | Club of MozambiquePhase de crise (10 juillet 1960-31 août 1961) : Le Front de libération de l’Érythrée (ELF) a été créé par Idris Mohammed Adem, Idris Osman Geladewos et Mohammed Saleh Hamid au Caire, en Égypte, le 10 juillet 1960.Eritrean President President Isaias Afwerki High Resolution Stock Photography and Images - AlamyPhase de conflit (1er septembre 1961-27 mai 1991) : Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a créé une mission pour fournir une aide humanitaire à quelque 28 600 réfugiés érythréens qui avaient fui au Soudan à partir de mars 1967. Les troupes gouvernementales ont tué quelque 10 000 Érythréens entre le 30 avril et le 8 mai 1967. Quelque 50 000 Érythréens ont été déplacés durant cette période. Les troupes gouvernementales ont tué 30 Érythréens dans les villages d’Eilet et de Gumhot le 11 juillet 1967. Les troupes gouvernementales ont tué quelque 172 personnes à Hazemo et dans les villages environnants le 24 juillet 1967. Le 8 avril 1969, le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé qu’il fournirait une aide alimentaire aux réfugiés érythréens dans le sud-est du Soudan. Le Front de libération populaire (PLF), un groupe rebelle marxiste, s’est séparé de l’ELF en 1970. Une soixantaine d’Érythréens ont été tués par des soldats gouvernementaux dans le village d’Elabared le 17 janvier 1970. Quelque 120 Érythréens ont été tués par des soldats gouvernementaux dans le village de Besik Dira le 30 novembre 1970.Eritrean President President Isaias Afwerki High Resolution Stock Photography and Images - AlamyQuelque 625 Érythréens ont été tués dans le village d’Ona le 1er décembre 1970. Le Conseil révolutionnaire du Front de libération de l’Érythrée (ELF-RC) a été créé. En décembre 1971. Le gouvernement a déclaré l’état d’urgence en Érythrée le 16 décembre 1970. Les gouvernements du Yémen du Sud et de la Libye ont remplacé les gouvernements de la Syrie et de l’Irak en tant que fournisseurs d’assistance militaire à l’ELF en 1970. La libération du peuple érythréen Front (EPLF) a été créé par Issaias Afewerki en 1970, et l’EPLF a reçu une aide financière et militaire du Koweït, des Émirats arabes unis et de la Syrie. Les ministres des Affaires étrangères de l’Organisation de la conférence islamique (OCI) ont exprimé leur soutien à l’indépendance de l’Érythrée le 27 mars 1973. Le gouvernement cubain a déployé quelque 17 000 soldats pour soutenir le gouvernement éthiopien et le gouvernement de l’Union soviétique a fourni une assistance militaire au gouvernement à partir de 1977. Le président Nimeiry du Soudan a mis fin à ses efforts de médiation et a exprimé son soutien à l’indépendance de l’Érythrée le 30 janvier. 1977. L’ELF-RC et l’EPLF ont commencé à coordonner leurs efforts le 25 avril 1978. Le 15 février 1982, les troupes gouvernementales ont lancé une offensive militaire contre les rebelles érythréens. Les rebelles de l’EPLF ont capturé Tessenei le 15 janvier 1984. Le 16 novembre 1984, le président Mengistu Haile Mariam a annoncé que le gouvernement éthiopien ne négocierait pas avec les mouvements rebelles en Érythrée. Les rebelles de l’EPLF ont capturé Barentu le 6 juillet 1985, mais les troupes gouvernementales éthiopiennes ont repris Barentu et Tessenei le 25 août 1985. 1990. Les rebelles de l’EPLF ont capturé Assab le 25 mai 1991.

Le 29 mai 1991, l’EPLF a formé un gouvernement provisoire de l’Érythrée suite à l’effondrement du gouvernement marxiste à Addis-Abeba. Quelque 575 000 personnes sont mortes, quelque 600 000 personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays et quelque 450 000 Érythréens se sont réfugiés au Soudan pendant le conflit.

Phase post-conflit (28 mai 1991-24 mai 1993) : Les représentants des gouvernements érythréen et éthiopien ont discuté des relations entre l’Érythrée et l’Éthiopie lors de pourparlers à Addis-Abeba du 1er au 5 juillet 1991. Le gouvernement a accepté de reconnaître le droit des Érythréens à organiser un référendum concernant leur statut. L’Assemblée générale des Nations Unies a créé le 16 décembre 1992 la Mission d’observation des Nations Unies chargée de vérifier le référendum en Érythrée (UNOVER), composée de quelque 110 observateurs à long terme.Reprise du trafic maritime Érythrée-Ethiopie - BBC News AfriqueIssaias Afwerki a été élu président de l’Érythrée par l’Assemblée nationale le 21 mars. , 1993. Le référendum sur l’indépendance de l’Érythrée vis-à-vis de l’Éthiopie a eu lieu du 23 au 25 avril 1993 et ​​99,8 % des Érythréens ont voté pour l’indépendance. L’Organisation de l’unité africaine (OUA) a envoyé 18 observateurs à court terme dirigés par SE Papa Louis Fall du Sénégal pour surveiller le référendum. Le Mouvement des pays non alignés (NAM) et la Ligue des États arabes (LEA) ont également envoyé des observateurs à court terme pour surveiller le référendum. L’État d’Érythrée a officiellement obtenu son indépendance de l’Éthiopie le 24 mai 1993. L’UNOVER a été dissoute le 31 mai 1993. Quelque 350 000 Érythréens étaient réfugiés au Soudan en 1993. Le HCR a rapatrié quelque 25 000 réfugiés en Érythrée entre novembre 1994 et mai 1995. Quelque 200 000 réfugiés sont rentrés en Érythrée sans assistance au rapatriement entre mai 1991 et août 1998.

https://www.washingtonpost.com/archive/politics/1993/04/24/eritrea-begins-vote-on-independence/01b316fc-8337-4cec-9583-f2df8be50275/

https://uca.edu/politicalscience/dadm-project/sub-saharan-africa-region/ethiopiaeritrea-1950-1993/

https://www.geostrategia.fr/contre-toute-attente-la-paix-entre-lethiopie-et-lerythree/

http://www.focac.org/fra/ltjj_4/ltffcy/eltly/  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *