Catégories
Dictature

18 Juin 1953 – L’Égypte proclame une république, le général Neguib devient président

Egypt flag Royalty Free Vector Image - VectorStockLa fin de la monarchie égyptienne et proclamation de la RépubliqueEgypt: Military Revolution and the Republic (1953)Le 18 juin 1953, la République est proclamée en Égypte par les Officiers libres. Ils portent à la présidence le général Mohamed Neguib (41 ans). Il a le mérite d’être intègre et populaire mais ne possède ni l’ambition ni l’étoffe d’un chef. Le jeune colonel Gamal Abdel Nasser ne tarde pas à le déposer et à devenir le maître tout-puissant du pays, le raïs…90 Mohammed Naguib Photos and Premium High Res Pictures - Getty ImagesUn royaume humilié

Le roi Farouk 1er a succédé le 6 mai 1936 à son père Fouad 1er sans cesser de faire allégeance aux Anglais.

Les attentats antibritanniques se multiplient. Le 25 janvier 1952, le général George Erskine réprime durement la révolte d’un millier de Boulouks, ou auxiliaires de police, à Ismaïlia. Il s’ensuit 49 morts dont trois Britanniques.Muhammad Naguib | Biography & Facts | BritannicaLe pays est au bord de l’explosion. Le lendemain, un «Samedi noir», des émeutes secouent Le Caire. Des immeubles, bars, cafés et cinémas, sont incendiés et des ressortissants britanniques lynchés par la foule. La police reste les bras croisés et le roi Farouk, qui offre un banquet de six cents couverts à ses officiers, regarde sans mot dire les incendies qui illuminent la capitale.

Dans les semaines qui suivent, le Premier ministre est congédié et les ministères se succèdent sans résultat.Manipulating The Past: Who Writes The History Of Egypt? | Egyptian StreetsLe régime est attaqué d’une part par la droite religieuse et des Frères musulmans, un mouvement fondé en 1928 par Hassan al-Banna en vue de prendre le pouvoir et établir un régime théocratique ; d’autre part par le mouvement progressiste des «Officiers libres», fondé par un lieutenant-colonel de 33 ans d’humble extraction, Gamal Abdel Nasser.

Un héros pour sauver l’Égypte46 photos et images de Mohammed Naguib - Getty ImagesLe 21 juillet 1952, les Officiers libres décident de passer aux actes. Le déclenchement de l’insurrection doit avoir lieu à minuit. Mais leur complot est découvert et le chef d’état-major réunit les chefs de l’armée en vue d’arrêter les officiers séditieux. La troupe entoure la caserne où ils se sont réunis.

Coup de théâtre. Le chef des assaillants se range du côté des Officiers libres et gagne avec ses troupes le Grand Quartier général où délibèrent les chefs de l’armée. Les sentinelles ne se doutent de rien en voyant revenir leurs camarades. En un quart d’heure, l’état-major est capturé.Egypte : prison pour l'éditeur de la publication d'un roman israélien - The Times of IsraëlDans la nuit même du 22 au 23 juillet, tous les points névralgiques de la capitale sont occupés par les insurgés. Au petit matin, un officier prend la précaution d’avertir l’ambassade britannique que «l’action qui se déroule est d’ordre purement intérieur et que toute tentative d’immixtion de la part des autorités britanniques sera considérée comme un acte d’hostilité».

Vainqueur du bras de fer qui l’oppose à la monarchie, Nasser fait réveiller le général Mohamed Naguib (41 ans), un aîné plus connu et plus prestigieux que lui. Il s’efface devant lui et lui remet la présidence du Conseil et le commandement en chef des armées. Homme intègre et sympathique, Néguib, à vrai dire, n’a ni l’étoffe ni l’ambition d’un chef. Soucieux d’instaurer une démocratie parlementaire, il se montre très conciliant à l’égard de la puissante confrérie islamiste des Frères musulmans.Egypt's 23 Revolution – and beyond: challenges and gains - EgyptTodaySitôt aux commandes, Nasser impose une réforme agraire majeure par laquelle il confisque les domaines royaux, limite la grande propriété foncière et permet à un million de petits paysans de racheter à des conditions avantageuses les terres des grands féodaux.

La renaissance arabe

Le 18 juin 1953, la République est proclamée. Naguib en devient le Président et le Premier ministre. Mais il doit bientôt faire une place de Premier ministre adjoint à Nasser. Le 14 novembre 1954, Naguib est enfin déposé par son jeune rival qui devient le chef absolu de l’Égypte avec le titre de « raïs » (président ou chef, d’après un mot arabe qui désignait autrefois un dignitaire ottoman).Egyptian Revolution of 1952 - EgyptTodayLa révolution et la République

Au milieu du siècle, l’Égypte était mûre pour la révolution. Des groupements politiques de droite et de gauche ont fait pression pour des alternatives radicales. D’un éventail de prétendants au pouvoir, c’était un mouvement de conspirateurs militaires – les Officiers libres dirigés par le colonel Gamal Abdel Nasser – qui ont renversé la monarchie lors d’un coup d’État le 23 juillet 1952. Dans ses grandes lignes, l’histoire de l’Égypte contemporaine est l’histoire de ce coup d’État, qui a anticipé une révolution mais s’est ensuite transformé en révolution à partir de au-dessus. Pendant plus de cinq décennies, le règne des officiers libres a apporté juste assez de progrès dans le pays et d’amélioration de la position à l’étranger pour faire de l’Égypte une île de stabilité dans un Moyen-Orient turbulent.

La Régime de Nasser

Le coup d’État de 1952 a été alimenté par un nationalisme égyptien puissant mais vague plutôt que par une idéologie cohérente. Elle a produit un régime dont le caractère initialement réformiste s’est concrétisé par un rapport de force interne et par la nécessité de composer avec les Britanniques, qui occupaient toujours leur base du canal de Suez.PHOTO GALLERY: Snapshots from Egypt's 23 July revolution - Multimedia - Ahram OnlineLe défi national à Nasser est venu en février-avril 1954 du major général.Muhammad Naguib, un officier plus âgé qui a servi de figure de proue aux officiers libres et était président depuis juin 1953, lorsque l’Égypte est officiellement devenue une république. Les partis politiques avaient été abolis en janvier de la même année. Pour compléter sa base de pouvoir dans les forces militaires, Nasser s’est appuyé sur la police et sur le soutien de la classe ouvrière mobilisé par certains syndicats. La petite bourgeoisie, les anciens partis politiques et les Frères musulmans se sont ralliés à Naguib. En fin de compte, Naguib a été assigné à résidence et Nasser a assumé le poste de Premier ministre. Le triomphe de Nasser signifiait que le gouvernement s’appuierait désormais sur son appareil militaire et sécuritaire couplé à une manipulation soigneusement contrôlée de la population civile.1,098 Cairo Map Stock Photos, Pictures & Royalty-Free Images - iStockEn Occident, la modération initiale de Nasser vis-à-vis des principaux défis de la politique étrangère égyptienne – le Soudan, la présence britannique et Israël. Un accord signé en février 1953 a établi une période transitoire d’autonomie pour le Soudan, qui est devenu une république indépendante en janvier 1956. Des négociations prolongées ont conduit à la 1954Accord anglo-égyptien, en vertu duquel les troupes britanniques devaient être évacuées progressivement de la zone du canal. Certains Égyptiens ont critiqué le traité dans une perspective nationaliste, craignant que des événements extérieurs ne permettent aux Britanniques de réoccuper les bases du canal.

Une tentative d’assassinat de Nasser par un membre des Frères musulmans en octobre 1954 a servi de prétexte pour écraser cette organisation. Un certain nombre de ses membres ont été exécutés et des centaines ont été emprisonnés dans des conditions brutales. Dans les décennies à venir, ces incarcérations vont porter des fruits amers alors qu’une génération de militants des Frères musulmans s’endurcit et tire de nouvelles conclusions sur la nature de l’État en Égypte. L’un d’eux, un ancien écrivain et érudit laïc nommé Sayyid Quṭb, arrivé tardivement dans la Confrérie, s’est inspiré de son expérience carcérale pour rédiger un modèle de guerre sainte islamique moderne qui a ensuite été adopté par un grand nombre de militants musulmans égyptiens.Gamal Abdel Nasser Egypt Banque d'image et photos - AlamyRétrospectivement, il est clair que Nasser était un champion réticent de la lutte arabe contre Israël. Le développement national était sa priorité. Un schéma dangereux d’interactions violentes, cependant, a finalement entraîné les Égyptiens dans un nouveau conflit avec Israël. De petits groupes de pillards palestiniens (fedayin), dont certains opérant à partir du contrôle égyptien Gaza, s’infiltraient aux frontières d’Israël. Au début de 1955, le gouvernement israélien a commencé sa politique de représailles à grande échelle. L’une de ces frappes – une attaque contre Gaza en février 1955 qui a tué 38 Égyptiens – a révélé la faiblesse militaire du régime des officiers libres, qui a essayé, mais sans succès, d’acheter des armes aux pays occidentaux.Gamal Abdul Nasser During Conference with Marshal Tito | Emo love quotes, Tito, Stock photosEn septembre 1955, Nasser annonça qu’un accord sur les armes avait été signé entre l’Égypte et la Tchécoslovaquie (au nom du Union soviétique). La voie vers l’amélioration des relations soviéto-égyptiennes avait été préparée par le refus de Nasser de rejoindre le Pacte de Bagdad (l’Organisation du Traité du Moyen-Orient, plus tard connue sous le nom d’Organisation centrale du Traité), qui avait été formée plus tôt cette année-là par la Turquie, l’Irak, l’Iran, le Pakistan. , et le Royaume-Uni, avec le soutien de l’États-Unis, pour contrer la menace d’expansion soviétique au Moyen-Orient. Avec l’accord sur les armes de 1955, l’Union soviétique s’est imposée comme une force dans la région.International Women's Day: An Annual Reminder of Successes and Challenges in Gender Equality | Egyptian StreetsL’érosion de l’orientation initialement pro-occidentale de Nasser s’est accélérée lorsque les États-Unis et la Grande-Bretagne ont refusé de donner à l’Égypte les fonds qu’ils avaient précédemment promis pour la construction du haut barrage d’Assouan. Par défi, Nasser a nationalisé le Suez Canal Company en juillet 1956 afin d’utiliser ses bénéfices pour financer le barrage .Grande- Bretagne et La France, principaux actionnaires de la société, a été irritée par les actions de Nasser (la France était également exaspérée par l’aide égyptienne aux Algériens qui se révoltaient contre la domination française) et a cherché à reprendre le contrôle du canal par une ruse complexe. En collaboration avec la France et la Grande-Bretagne, Israël, qui continuait de subir des raids de guérilleros soutenus par l’Égypte, a attaqué l’Égypte en octobre. Les deux puissances européennes ont alors fait venir leurs propres troupes, prétendant appliquer une résolution de paix de l’ONU, et ont réoccupé la zone du canal. Cependant, la pression exercée sur les puissances envahissantes par les États-Unis et l’Union soviétique a rapidement mis fin à la soi-disant Crise de Suez, laissant Nasser, malgré ses pertes militaires, aux commandes du canal. L’année suivante, l’Égypte a accepté le placement d’un Force d’urgence de l’ONU (FUNU) dans la péninsule du Sinaï pour servir de tampon entre les forces égyptiennes et israéliennes.Does it Matter? | Towards Emancipation?Nasser, qui, en tant que candidat unique, avait été élu président en juin 1956, a poursuivi une ligne plus radicale dans la décennie suivante. Il créa l’Union nationale comme instrument de mobilisation du peuple et lança un ambitieux programme de transformation intérieure, une révolution venue d’en haut qui s’accompagna d’une volonté de leadership égyptien dans le monde arabe. Au début de 1958, l’Égypte combinée avec la Syrie pour former le République arabe unie (RAU), mais la domination égyptienne a contrarié de nombreux Syriens, et l’union a été dissoute dans l’amertume en septembre 1961 (l’Égypte a conservé le nom de République arabe unie jusqu’en 1971). Nasser a imputé la sécession aux réactionnaires syriens et, en réponse directe, il a poussé sa révolution en Égypte plus à gauche. Au printemps suivant, une charte nationale proclamait que le régime égyptien était celui du socialisme scientifique, avec une nouvelle organisation de masse, l’Union socialiste arabe (ASU), remplaçant l’Union nationale. La plupart des grandes entreprises manufacturières, des banques, des services de transport et des compagnies d’assurance ont été nationalisées ou séquestrées.

L’Égypte a fait des gains intérieurs spectaculaires. En 1950, l’industrie manufacturière représentait 10 % de la production nationale totale, mais en 1970, ce chiffre avait doublé. Cependant, ces réalisations dans l’industrie n’ont pas été égalées dans l’agriculture, et elles ont été encore sapées par la croissance démographique rapide de l’Égypte. Dans un mouvement historique vers la réforme agricole, Nasser a promulgué une politique en 1952 qui limitait la propriété foncière à 200 feddans (208 acres [84 hectares]) par personne.

Tout au long de cette période, le danger militaire potentiel d’Israël était un facteur constant dans les calculs du gouvernement de l’UAR. Il s’est efforcé de renforcer les liens avec le bloc soviétique et de promouvoir la coopération entre les États arabes, même si ces tentatives ont généralement échoué. Nasser a masqué l’indispensable modération égyptienne sur la question israélienne par une rhétorique militante de confrontation afin de préserver sa position dans le monde arabe.

L’échec de l’union avec la Syrie avait porté un coup à la politique panarabe de Nasser. Pour reprendre l’initiative, Nasser intervient en 1962-1967 du côté républicain en La guerre civile au Yémen. Cette action a conduit l’UAR en conflit avec l’Arabie saoudite, qui soutenait les royalistes yéménites, et avec les États-Unis, qui soutenaient les Saoudiens. Jusque-là, Nasser avait réussi à obtenir une aide substantielle de l’Union soviétique et des États-Unis. En raison de l’opposition du Congrès à la politique de Nasser, l’aide américaine a été interrompue en 1966.

Cette série de revirements a figuré en bonne place dans la décision de Nasser d’abandonner sa politique « d’inaction militante » envers Israël. Pendant 10 ans, une paix relative à la frontière avec Israël avait été maintenue précairement par la présence dès La FUNU stationnée du côté égyptien. Lors des conférences arabes au sommet de 1964 et 1965, Nasser avait conseillé la retenue, mais en 1966, les événements échappèrent à son contrôle. Les incursions palestiniennes contre Israël ont été lancées avec une fréquence et une intensité accrues à partir de bases en Jordanie, Liban, et, surtout, Syrie. Un régime syrien radical s’est ouvertement engagé à soutenir les raids de la guérilla palestinienne. Le 13 novembre 1966, une frappe israélienne en Jordanie fait 18 morts et 54 blessés. Moqué ouvertement pour s’être caché derrière l’UNEF, Nasser a estimé qu’il devait agir. Le président égyptien a demandé le retrait de l’UNEF de la frontière du Sinaï. Mais cela comprenait, comme le secrétaire général de l’ONU U Thant a interprété l’ordre, le retrait des troupes de l’ONU stationnées à Charm al-Cheikh à la tête du Golfe d’Aqaba. Les troupes égyptiennes ont procédé à la fermeture du golfe à la navigation israélienne.

Israël avait clairement indiqué que le blocus du golfe serait une cause de guerre. Le 5 juin 1967, Israël a lancé ce qu’il a appelé une attaque préventive contre l’Égypte, la Jordanie et la Syrie, qui a conduit à un court conflit connu sous le nom de Guerre des Six Jours (ou de Juin). La victoire d’Israël sur l’Égypte et ses alliés a été rapide et écrasante. Dans les premières heures de la guerre, tous les aérodromes égyptiens ont été frappés et la plupart des avions égyptiens ont été démolis au sol. Dans la péninsule du Sinaï, les forces égyptiennes sont vaincues et mises en fuite. On estime que 10 000 Égyptiens sont morts et que les Israéliens ont atteint le canal de Suez le 8 juin. Pendant la guerre, Israël a occupé toute la péninsule du Sinaï (ainsi que des territoires appartenant aux autres belligérants arabes) et le canal de Suez a été fermé à la circulation. Au lieu de cela, la voie navigable est devenue un fossé fortifié entre les deux parties belligérantes.

L’Égypte a été écrasée par la perte, d’autant plus que les médias gouvernementaux avaient brossé un tableau rose mais trompeur des opérations égyptiennes pendant les premiers jours de la guerre. Nasser, humilié, a démissionné, mais il y a eu un élan populaire de soutien, seulement partiellement manipulé par le gouvernement, pour qu’il reste en fonction. Quoi qu’il en soit, l’ère Nasser était en fait terminée. L’Égypte s’est rapidement réarmée et un conflit de faible niveau connu plus tard sous le nom de la guerre d’usure a rapidement commencé le long du canal avec l’armée israélienne (en particulier son armée de l’air). Dans les affaires intérieures comme extérieures, cependant, Nasser amorce un virage à droite que son successeur, Anouar Sadate, va brusquement accélérer.

https://www.britannica.com/place/Egypt/The-revolution-and-the-Republic

https://www.herodote.net/23_juillet_1952-evenement-19520723.php

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *