Catégories
Espace & Univers

18 juillet 1966 – Lancement de Gemini 10

Gemini 10 lance John Young et Michael CollinsFiche d’information Gemini 10Gemini 10 : la première mission épique du double rendez-vous de la NASA en photos18 juillet 1966 Gemini 10Gemini 10 1st Space Made Vehicle Coin Medal NASA Space | eBayGemini 10 était piloté par les astronautes John W. Young et Michael Collins. Le vol est lancé le 18 juillet 1966. Après cinq heures et 21 minutes de vol, Gemini 10 fait un rendez-vous réussi avec une fusée Agena. Après le rendez-vous, l’Agena a propulsé les fusées conjointes à une nouvelle hauteur record de 458 milles. Après avoir mené des expériences scientifiques, les deux engins se sont séparés, le Gemini 10 a rencontré un autre Agena et l’astronaute Collins a fait une sortie dans l’espace pour récupérer un paquet scientifique sur l’Agena. La mission a duré trois jours.Description : Gemini 10 était le huitième vaisseau spatial en orbite terrestre avec équipage de la série Gemini, transportant les astronautes John Young et Michael Collins. Son objectif principal était d’effectuer des tests de rendez-vous et d’amarrage avec le véhicule cible Agena. Le plan de mission comprenait un rendez-vous avec la cible Gemini 8 Agena, deux excursions d’activités extravéhiculaires (EVA) et la réalisation de 15 expériences scientifiques, technologiques et médicales. Les expériences scientifiques étaient liées à (1) la lumière zodiacale, le terrain synoptique et la photographie météorologique synoptique, (2) les collections de micrométéorites, (3) la caméra astronomique UV, (4) les mesures du sillage ionique et (5) l’érosion des météoroïdes.

Profil de mission : Gemini 10 a été lancé le 18 juillet depuis le Complexe 19 à 17 h 20 min 26 s. EST (22:20:26.648 UT) et inséré dans une orbite de 159,9 x 268,9 km. Lors de l’insertion en orbite, Gemini 10 se trouvait à environ 1600 km derrière le véhicule cible Gemini Agena 10 (GATV-10) qui avait été lancé sur une orbite quasi circulaire environ 100 minutes plus tôt. Le rendez-vous avec GATV-10 a été atteint lors de la 4ème révolution à 22h43. et à 23:13:03 l’amarrage a été réalisé. Une importante erreur hors plan dans l’orbite initiale a obligé le Gemini à utiliser 60% de son carburant pour le rendez-vous, soit plus du double de la quantité prévue. En conséquence, la majeure partie du plan de mission a été révisée. Pour économiser du carburant, Gemini 10 est resté amarré à GATV-10 pendant les 39 heures suivantes et a utilisé le système de propulsion GATV pour les manœuvres. Les essais d’amarrage prévus ont été annulés.55 Years Ago: Gemini XI Achieves One-Orbit Rendezvous, Record Altitude | NASAUne combustion de 14 secondes du système de propulsion principal du GATV-10 a été utilisée pour élever l’apogée du double vaisseau spatial à 764 km. Pendant que le vaisseau spatial était amarré, un test de mode de flexion a été effectué pour étudier la dynamique du vaisseau spatial et d’autres expériences ont été réalisées. Une autre brûlure de GATV-10 à 15h58. le 19 juillet a amené le vaisseau spatial sur la même orbite que le GATV-8, qui avait été lancé le 16 mars pour la mission Gemini 8. A 16h44. la pression de la cabine Gemini a été réduite à zéro et la trappe a été ouverte. Collins s’est levé sur son siège 3 minutes plus tard et a commencé à photographier le rayonnement UV stellaire. À mi-chemin de l’EVA debout, Young et Collins ont commencé à ressentir une grave irritation des yeux d’une source non identifiée et Young a ordonné la résiliation de l’EVA. Collins s’est assis et l’écoutille a été fermée à 17h33, et un débit d’oxygène élevé a été utilisé pour purger le système de contrôle environnemental.

Gemini 10 s’est séparé de GATV-10 à 14h00. HNE le 20 juillet. Une série de manœuvres utilisant ses propres propulseurs a amené Gemini 10 à environ 15 mètres de GATV-8. A 18h01 (48:41 temps écoulé au sol) la cabine a été évacuée et la trappe s’est ouverte pour que Collins commence sa deuxième EVA. Collins a quitté le vaisseau spatial 6 minutes plus tard attaché à un cordon ombilical et s’est rendu au GATV-8. Malgré les difficultés dues au manque de poignées sur le véhicule cible, Collins a retiré le carénage et récupéré l’équipement de détection des micrométéoroïdes. Pendant l’EVA, il a perdu son appareil photo. Il a également récupéré l’expérience de micrométéorite montée sur le vaisseau spatial Gemini 10, mais celle-ci a apparemment flotté hors de l’écoutille et a été perdue lorsque Collins est rentré dans la capsule. L’EVA a été limitée à 25 minutes d’activité extérieure en raison du manque de carburant. Collins est rentré dans la capsule à 18h32. et l’écoutille a été fermée à 6h40. L’écoutille a été rouverte à 19h53. pour larguer 12 objets avant la rentrée. Après environ trois heures de stationnement, Gemini 10 s’est éloigné de GATV-8. A 20h59. l’équipage a effectué une manœuvre d’ajustement d’anomalie pour minimiser les dispersions de rentrée résultant de la manœuvre de rattrapage.Project Gemini - PressReaderL’allumage de la rétrofusée a eu lieu lors de la 43e révolution le 21 juillet à 15 h 30 min 50 s. HNE et splashdown se sont produits à 16 h 07 min 05 s. dans l’Atlantique Ouest à 26,74 N, 71,95 W, à 875 km à l’est du cap Kennedy et à 6,3 km du point cible. L’équipage a été récupéré par hélicoptère et emmené sur le navire de récupération U.S.S. Guadalcanal à 16h34 et le vaisseau spatial était à bord à 17h01. Le temps total écoulé de la mission était de 70:46:39. Parmi les principaux objectifs, seule la pratique d’amarrage n’a pas été accomplie en raison du manque de carburant, bien que le budget de carburant ait également entraîné de petites révisions dans certains des autres objectifs. Les premières manœuvres de rendez-vous et d’amarrage ont été accomplies avec succès. Toutes les expériences ont obtenu des données à l’exception du collecteur de micrométéorites Gemini 10, qui a été perdu en flottant hors du vaisseau spatial. L’expérience de mesure du contraste historique a été supprimée en raison du manque de carburant. Gemini 10 a démontré la capacité d’un astronaute à voyager vers un autre vaisseau spatial et l’utilisation d’un satellite alimenté et alimenté pour assurer la propulsion d’un vaisseau spatial amarré.

Vaisseau spatial et sous-systèmes :

Le vaisseau spatial Gemini était une capsule en forme de cône composée de deux composants, un module de rentrée et un module adaptateur. Le module adaptateur constituait la base du vaisseau spatial. C’était un cône tronqué de 228,6 cm de haut, 304,8 cm de diamètre à la base et 228,6 cm à l’extrémité supérieure où il se fixait à la base du module de rentrée. Le module de rentrée était constitué d’un tronc de cône dont le diamètre diminuait de 228,6 cm à la base à 98,2 cm, surmonté d’un court cylindre de même diamètre puis d’un autre tronc de cône diminuant jusqu’à un diamètre de 74,6 cm au sommet plat. Le module de rentrée mesurait 345,0 cm de haut, soit une hauteur totale de 573,6 cm pour le vaisseau spatial Gemini.1/72 Gemini Spacecraft w/Spacewalke – Cyber HobbyLe module adaptateur était une structure à cadre à longerons à peau externe, avec des longerons en magnésium et un cadre en alliage d’aluminium. L’adaptateur était composé de deux parties, une section d’équipement à la base et une section rétrofusée au sommet. La section de l’équipement contenait les systèmes de carburant et de propulsion et était isolée de la section de la rétrofusée par un bouclier anti-souffle en nid d’abeille sandwich en fibre de verre. La section rétrofusée contenait les fusées de rentrée pour la capsule.

Le module de rentrée se composait principalement de la cabine pressurisée qui contenait les deux astronautes Gemini. Séparant le module de rentrée de la section rétrofusée de l’adaptateur à sa base se trouvait un écran thermique ablatif en élastomère de silicone incurvé. Le module était composé principalement de titane et d’alliage de nickel avec des bardeaux de béryllium. Au sommet étroit du module se trouvait la section cylindrique du système de contrôle de rentrée et au-dessus de celle-ci la section de rendez-vous et de récupération qui contient les parachutes de rentrée. La cabine contenait deux sièges équipés de dispositifs d’éjection d’urgence, de tableaux de bord, d’équipements de survie et de compartiments de rangement d’équipement dans un volume pressurisé total d’environ 2,25 mètres cubes. Deux grandes trappes avec de petites fenêtres pouvaient être ouvertes vers l’extérieur, une placée au-dessus de chaque siège.

Contrôle, propulsion et puissance

Le contrôle d’attitude était effectué par deux contrôleurs manuels de manœuvre de translation, un contrôleur d’attitude, des systèmes de capteurs d’horizon redondants et une électronique de contrôle de rentrée, avec un guidage fourni via une unité de mesure inertielle et un système radar. Le système d’attitude et de manœuvre orbitale utilisait une combinaison propulsive hypergolique de monométhylhydrazine et de tétroxyde d’azote fournie aux moteurs par un système d’hélium pressurisé à 2800 psi. Deux propulseurs de translation de 95 lb et huit propulseurs d’attitude de 23 lb étaient montés le long du bord inférieur de l’adaptateur, et deux propulseurs de 79 lb et 4 95 lb étaient montés à l’avant de l’adaptateur. L’alimentation était fournie par un système d’alimentation à pile à combustible à un système à deux fils CC de 22 à 30 volts. Pendant la rentrée et après l’atterrissage, l’alimentation était fournie par quatre batteries argent-zinc de 45 ampères-heures.

Communication : Les communications vocales étaient effectuées à 296,9 MHz avec une puissance de sortie de 3 W. Un émetteur-récepteur de secours à 15,016 MHz avec une puissance de sortie de 5 W était également disponible. Deux systèmes d’antenne constitués de monopôles quart d’onde ont été utilisés. La télémétrie était transmise via trois systèmes, un pour la télémétrie en temps réel, un pour la lecture de l’enregistreur et un de secours. Chaque système était modulé en fréquence avec une puissance minimale de 2 W. Le suivi des engins spatiaux était composé de deux transpondeurs radar en bande C et d’une balise d’aide à l’acquisition. Un transpondeur est monté dans l’adaptateur avec une puissance de sortie de crête de 600 W vers une antenne à fente au bas de l’adaptateur. L’autre se trouve dans la section de rentrée, fournissant 1000 W à trois antennes hélicoïdales montées à des intervalles de 120 degrés juste en avant des écoutilles. La balise d’aide à l’acquisition était montée sur l’adaptateur et avait une puissance de 250 mW

Rentrée : Au moment de la rentrée, le vaisseau spatial serait manœuvré vers l’orientation appropriée et la section d’adaptateur d’équipement serait détachée et larguée, exposant le module de rétrofusée. Les rétrofusées se composaient de quatre moteurs à propergol solide au perchlorate d’ammonium polysulfure à boîtier sphérique montés près du centre du module adaptateur de rentrée, chacun avec une poussée de 11 070 N. Ils tireraient pour initier la rentrée du vaisseau spatial dans l’atmosphère, l’attitude étant maintenue par un système de contrôle de rentrée de 16 moteurs, chacun avec une poussée de 5,2 N. Le module de rétrofusée serait alors largué, exposant le bouclier thermique à la base du module de rentrée. En plus du bouclier thermique ablatif, la protection thermique lors de la rentrée était assurée par de minces bardeaux radiatifs Rene 41 à la base du module et des bardeaux de béryllium au sommet. Sous les bardeaux se trouvait une couche d’isolant MIN-K et de couvertures thermoflex. À une altitude d’environ 15 000 mètres, les astronautes déploieraient un parachute stabilisateur de 2,4 mètres à partir de la section de rendez-vous et de récupération. A 3230 mètres d’altitude, l’équipage largue la drogue qui extrait le parachute pilote de 5,5 mètres. La section de rendez-vous et de récupération est libérée 2,5 secondes plus tard, déployant le parachute principal de 25,6 mètres à voile annulaire qui est stocké au bas de la section. Le vaisseau spatial est ensuite tourné d’un cabré à un angle de 35 degrés pour l’atterrissage sur l’eau. À ce stade, une balise de récupération est activée, transmettant via une antenne fouet HF montée près de l’avant du module de rentrée.1/72 Gemini Spacecraft w/SpacewalkeProgramme Gemini : Le programme Gemini a été conçu comme un pont entre les programmes Mercury et Apollo, principalement pour tester l’équipement et les procédures de mission en orbite terrestre et pour former les astronautes et les équipes au sol pour les futures missions Apollo. Les objectifs généraux du programme comprenaient : des vols de longue durée dépassant les exigences d’une mission d’alunissage ; rendez-vous et amarrage de deux véhicules en orbite terrestre ; le développement des compétences opérationnelles des équipages de conduite et au sol ; la conduite d’expériences dans l’espace; opérations extravéhiculaires; contrôle actif de la trajectoire de vol de rentrée pour atteindre un point d’atterrissage précis ; et la navigation orbitale embarquée. Chaque mission Gemini a transporté deux astronautes en orbite terrestre pendant des périodes allant de 5 heures à 14 jours. Le programme comprenait 10 lancements avec équipage, 2 lancements sans équipage et 7 véhicules cibles, pour un coût total d’environ 1 280 millions de dollars.

Fiche d’information Gémeaux 10

Gemini 10 (code NASA : GT-10)
Date de lancement : 18 juillet 1966
Heure de lancement : 17 h 20 min 26 s HNE
Site de lancement : Complexe de lancement 19
Lanceur : Gemini-Titan II GLV-10 (GT-10)
Capsule : Vaisseau spatial Gemini numéro 10
Surnom de la capsule : AucunÉquipage : John W. Young, pilote de commandement
Michael Collins, pilote
Équipage de renfort : Bean, Williams
Durée de la mission : 2 jours, 22 heures, 46 minutes, 39 secondes
Nombre d’orbites : 43
Date de récupération : 21 juillet 1966
Récupération : USS Guadalcanal (océan Atlantique)

Résumé des missions : Gemini 10 a marqué le deuxième double lancement et amarrage réussis avec le Gemini Agena Target Vehicle (GATV). Le GATV a été lancé en tant que deuxième étage d’une fusée Atlas-Agena à 15 h 40 HNE le 18 juillet 1966 depuis le complexe de lancement de Cap Canaveral 14. Le lancement du GATV a eu lieu environ 100 minutes avant le lancement du vaisseau spatial Gemini 10.
Le vaisseau spatial Gemini 10 a effectué avec succès un rendez-vous avec le GATV à un temps écoulé de mission de 5 heures, 23 minutes. L’amarrage a été réalisé avec succès environ 30 minutes plus tard. Cependant, le rendez-vous et l’amarrage ont consommé plus de carburant du système de manœuvre d’attitude orbitale (OAMS) que prévu, ce qui a entraîné un plan de vol révisé.
Le plan de vol révisé a entraîné l’annulation d’un certain nombre de manœuvres expérimentales d’entraînement orbital et d’amarrage, et a permis au vaisseau spatial Gemini 10 de rester amarré au GATV pendant environ 39 heures, une période plus longue que prévu initialement.1/72 Gemini Spacecraft w/Spacewalke
Pendant que le vaisseau spatial Gemini 10 est resté amarré au GATV, deux étapes intéressantes se sont produites. Au bout d’un temps de mission de 23 heures et 24 minutes, l’écoutille a été ouverte. Cela a permis à l’astronaute Collins de se tenir debout sur son siège, le haut de son corps s’étendant à l’extérieur du vaisseau spatial.
Cela s’appelait une sortie dans l’espace « debout », et bien que l’astronaute ne se soit jamais aventuré à l’extérieur du vaisseau spatial Gemini 10, il a pu effectuer un certain nombre d’expériences, d’observations visuelles et de photographies. Collins a pu photographier des étoiles en lumière ultraviolette, ce qui n’est possible qu’en dehors de l’atmosphère terrestre. Il a pris 22 clichés du sud de la Voie lactée avec un appareil photo 70 mm.
Il s’agissait de la première sortie extravéhiculaire « debout » du programme spatial américain. Bien qu’elle aurait pu durer plus longtemps, la sortie dans l’espace « debout » a été interrompue lorsqu’un irritant dans l’alimentation en oxygène a temporairement aveuglé les deux astronautes. L’écoutille a ensuite été fermée après un temps écoulé de mission de 24 heures et 13 minutes.
Une autre étape importante s’est produite pendant la période où le vaisseau spatial Gemini 10 a été amarré au GATV. Grâce à une série de tirs des propulseurs de moteurs à démarrage multiple GATV, les engins spatiaux accouplés ont été propulsés à une altitude maximale de 476 milles. À l’époque, cela établissait un record d’altitude habitée.
Les propulseurs du moteur à démarrage multiple GATV ont ensuite été tirés dans une série de six manœuvres pour placer le vaisseau spatial accouplé sur un chemin pour intercepter le GATV utilisé pendant la mission Gemini 8. Le vaisseau spatial Gemini 10 s’est détaché du GATV après un temps écoulé de 44 heures et 40 minutes.
Environ trois heures après le désamarrage, le vaisseau spatial Gemini 10 a effectué avec succès un rendez-vous avec le Gemini 8 GATV. Le rendez-vous a été accompli uniquement par des méthodes de localisation visuelle, car le Gemini 8 GATV ne pouvait plus produire d’énergie pour faire fonctionner ses dispositifs de localisation radar. Cependant, les deux vaisseaux spatiaux ne se sont jamais amarrés.
Au bout d’un temps de mission de 48 heures et 41 minutes, l’écoutille a été ouverte. Contrairement à la première sortie dans l’espace de la mission, l’astronaute Collins est resté attaché au vaisseau spatial Gemini 10 par une ligne ombilicale de survie et est sorti de l’écoutille six minutes après son ouverture.
À l’aide de son unité de propulsion personnelle (PPU), celle-ci alimentée par de l’azote sous pression puisé directement à partir de l’adaptateur d’amarrage du vaisseau spatial Gemini 10, Collins s’est propulsé vers le Gemini 8 GATV, situé à environ dix pieds de distance. Collins a retiré deux packages d’expériences, dont un détecteur d’impact de micrométéorite, du Gemini 8 GATV.
Lors de la récupération des packages d’expériences, Collins a accidentellement envoyé le Gemini 8 GATV dans un léger mouvement de rotation, ce qui a causé des problèmes à l’astronaute Young alors qu’il tentait de garder les deux engins spatiaux proches l’un de l’autre. L’utilisation des propulseurs du vaisseau spatial Gemini 10 à cette fin a fait que le carburant a atteint des niveaux bas et dangereux, et la sortie dans l’espace a été interrompue.
Un plan pour Collins d’installer un package d’expérience de remplacement à bord du Gemini 8 GATV a été abandonné. Pendant la sortie dans l’espace, Collins a perdu son appareil photo, qui a dérivé dans l’espace. Il s’est également empêtré dans sa ligne ombilicale de survie. Collins n’a passé que 25 minutes à l’extérieur du vaisseau spatial Gemini 10 lors de cette sortie dans l’espace.
L’écoutille a été fermée après un temps écoulé de mission de 49 heures et 20 minutes. L’écoutille a été rouverte après un temps écoulé de mission de 50 heures et 33 minutes pour permettre aux astronautes de larguer l’équipement étranger. L’écoutille a été fermée une minute seulement après son ouverture. La capsule Gemini 10 s’est écrasée à environ cinq kilomètres de sa zone cible de récupération principale.

18 juillet 1966, lorsque Gemini 10 de la NASA a été lancé dans l’espace. Avec l’équipage des astronautes John Young et Michael Collins, Gemini 10 est entré dans l’histoire en étant le premier vaisseau spatial à s’amarrer à un autre objet dans l’espace. Auparavant, la NASA avait envoyé dans l’espace un véhicule cible Agena (ATV). Cet ATV n’était pas équipé mais aiderait la NASA à démontrer la possibilité d’accoster.

Gemini 10 : la première mission épique du double rendez-vous de la NASA en photos

Non seulement la mission a été couronnée de succès, mais Young et Collins ont également amarré à l’ATV qui était destiné au programme avorté Gemini 8, qui avait perdu toute sa puissance, et a démontré qu’un vaisseau spatial pouvait également s’amarrer à un engin sans puissance. Lorsque l’espace Collins a marché pour rencontrer l’ATV de Gemini 8, il est également devenu la première personne à sortir dans l’espace d’un vaisseau à un autre, de sorte que vous, lecteurs, recevez une double dose de records historiques. Il y a 56 ans aujourd’hui, les États-Unis faisaient un nouveau bond en avant dans la Great Space Race.

Rencontrez l’équipage Gemini 10Lancée le 18 juillet 1966, la mission Gemini 10 de la NASA avait pour objectif de réaliser un double test de rendez-vous et d’amarrage avec un équipage de deux personnes en orbite. L’astronaute John Young (à gauche) était le pilote de commandement, rejoint par le pilote Michael Collins (à droite). Au cours de l’une des deux sorties dans l’espace de la mission de trois jours, Collins est devenu la première personne à visiter un autre vaisseau spatial en orbite. La mission a également établi un nouveau record d’altitude pour les vols spatiaux habités. [ Programme Gemini : Préparation à deux pour les missions lunaires

Formation en Zéro-GLe 1er avril 1966, le pilote de secours Gemini 10, l’astronaute Clifton C. Williams, Jr. participe à un événement d’entraînement d’évacuation en apesanteur dans un avion KC-135 de l’armée de l’air.

Essais en chambre d’altitudeDans la chambre d’altitude de 30 pieds de McDonnell Aircraft Corporation à St. Louis, Missouri, les astronautes de Gemini 10 se préparent pour une simulation de vol le 14 avril 1966.

Prêt pour la finaleÀ bord du navire à moteur de la NASA Retriever, l’astronaute Michael Collins , le pilote principal de Gemini 10, est assis dans l’article statique n ° 5 (SA-5), un entraîneur d’évacuation de l’eau, le 18 juin 1966. Collins et l’astronaute John Young , pilote de commande , ont été placés dans l’eau à l’intérieur du SA-5 pour pratiquer la sortie de l’engin ainsi que les techniques de survie dans l’eau.

Traversée EVALors d’un vol sur un avion KC-135 de l’Air Force le 17 juin 1966, l’astronaute Michael Collins s’entraîne à utiliser un équipement pour une expérience de micrométéorite en apesanteur. Il se préparait pour une activité extravéhiculaire prévue pour la mission Gemini 10.

Pièces et piècesEn préparation du lancement du 18 juillet 1966, Michael Collins (à gauche), pilote d’équipage principal de Gemini 10, inspecte une caméra tandis que Donald K. Slayton (au centre), le directeur des opérations de l’équipage de conduite du Manned Spacecraft Center, observe.

Préparation de la missionÀ l’extérieur de la remorque de costume du complexe de lancement 16, le pilote de commandement de l’équipage principal de Gemini 10 John Young (à droite) et le pilote de l’équipage principal Michael Collins (à gauche) participent aux activités de prévol au Kennedy Space Center en Floride.

Poser pour la postéritéDevant une grande antenne radar à l’extérieur du centre de contrôle de mission du Kennedy Space Center, l’équipage principal de Gemini 10, John Young (à gauche) et Michael Collins (à droite) portent leurs combinaisons spatiales et leurs casques pour une séance photo avec la presse.

Marcher sur la rampeLe 18 juillet 1966, l’astronaute John Young, pilote de commandement, conduit Michael Collins, pilote, alors qu’ils montent la rampe du Pad 19. Après avoir quitté la remorque de costume du complexe de lancement 19 pendant le compte à rebours avant le lancement, l’équipage principal de Gemini 10 a pris l’ascenseur jusqu’à la salle blanche, où ils sont entrés dans leur vaisseau spatial avant le lancement.

Lancement réussiLa fusée Titan II GLV de la NASA a décollé le 18 juillet 1966 à 17 h 20 HNE (09 h 20 GMT), transportant le vaisseau spatial Gemini 10 avec les astronautes John Young et Michael Collins à bord.

Illusion de culbuteurUne image en accéléré du lancement du vaisseau spatial Gemini-Titan 10 donne l’illusion de plusieurs culbuteurs lors du lancement le 18 juillet 1966.

https://www.spaceline.org/united-states-manned-space-flight/gemini-mission-program-index/gemini-10-fact-sheet/

https://www.signalsaz.com/articles/this-day-in-history-july-18th-2022-gemini-10/

https://nssdc.gsfc.nasa.gov/nmc/spacecraft/display.action?id=1966-066A

https://www.space.com/37527-gemini-10-photos.html

https://www.historycentral.com/sixty/space/Gemini10.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *