Catégories
Art Les Femmes Personnalité

16 Septembre 1977 – Décès de Maria Callas, soprano gréco-américaine (Carmen)

On This Day In 1977, Soprano Legend Maria Callas Passes AwayMaria Callas, Voix d’or et volonté de ferAucune description de photo disponible.Maria Callas (2 décembre 1923 à New York – 16 septembre 1977 à Paris) à l’origine Anna Maria Cecilia Sophia Kalogeropoulou était une soprano grecque, en possession de la nationalité américaine et naturalisée italienne jusqu’en 1966, date à laquelle elle a renoncé aux deux pour obtenir la nationalité grecque. de parents grecs, Maria Callas étudie à Athènes de 1939 à 1945, se lançant dans une carrière internationale de la fin des années quarante aux années soixante.Maria Callas - WikipediaDoté d’une voix particulière, qui combinait un timbre unique au volume, à l’extension et à une agilité remarquable, Callas a contribué à la redécouverte du répertoire italien de la première moitié du XIXe siècle (ce que l’on appelle la « renaissance du belcanto »), en particulier Vincenzo Bellini et Gaetano Donizetti, dont il a pu donner une lecture personnelle, dans une tonalité tragique et dramatique, ainsi que purement lyrique-élégiaque. Elle est également responsable de la redécouverte de la vocalité du XIXe siècle appelée « chanson d’habileté », mais avec elle dans une ère moderne qui comprenait également le genre Verista a été inventé par Teodoro Celli le terme de soprano dramatique d’agilité pour la restauration de la technique de chant originaire du premier XIXe siècle appliquée à tous les répertoires.

Parmi ses chevaux de bataille figuraient Bellini (Norma, Puritani, Sonnambula), Donizetti (Lucia di Lammermoor), Verdi (Macbeth, Traviata, Trovatore, Aida), Ponchielli (La Gioconda), Puccini (Tosca, Turandot).Peut être une image de 2 personnesIl s’est également consacré avec succès à la redécouverte de titres hors répertoire faute d’interprètes sopranili adaptés, comme Armida et Il Turco en Italie de Rossini, Le Pirate de Bellini, Anna Bolena de Donizetti, Alceste et Ifigenia en Tauride de Gluck , La Vestale de Gaspare Spontini et Macbeth de Verdi, mais sans cette rigueur philologique pour les partitions intégrales ou originales, c’est-à-dire acceptant les coupures et les nombreuses adaptations traditionnelles imposées par les réalisateurs de l’époque. Inextricablement liés à son nom sont Norma de Vincenzo Bellini et Médée de Luigi Cherubini, rôles qu’il a interprétés de main de maître, à la fois vocalement et théâtralement. Ses extraordinaires talents de soprano et de comédienne, le succès, artistique et médiatique, le mythe construit autour d’elle, lui ont valu le nom de Divina. Le nom du bureau d’enregistrement est Sophia Cecilia Kalos, tandis que le nom complet est Anna Maria Cecilia Sophia Kalogeropoulou. Le nom de famille original du père, Kalogeropoulos – il a d’abord été simplifié par eux à Kalos lorsqu’il est arrivé aux États-Unis, après quoi il est devenu Callas. Concernant la date de naissance, il y avait plusieurs incertitudes entre les 2, 3 et 4 décembre, probablement dues à un lapsus memoriae de la mère. Le registre de l’état civil indique le 3, le passeport le 2, tandis que la mère et elles se sont mises d’accord sur le 4, date dont Callas n’était pas sûre mais qui a préféré car le jour de Santa Barbara, sainte pugnace et combative qui se sentait sympathique à lui-même. Il est maintenant établi que la date exacte était le 2 décembre. Dans son livre, l’ex-épouse de Giuseppe Di Stefano raconte un dîner organisé le 2 décembre 1972 en l’honneur de Callas pour célébrer l’anniversaire du chanteur.Peut être une image de texte qui dit ’cannot switch my voice. My voice is not like an elevator going up and down. Maria Callas (December 2, 1923 September 16, 1977) Maria Callas, Fan Club’Maria, conçue en Grèce, est née au Flower Hospital de New York le 2 décembre 1923. Son père avait déjà changé son nom de Kalogeropoulos à Callas en bureau d’état civil (mais sur la carte d’identité italienne au moment de son mariage en Vérone apparaît « Kalòs « ). On raconte que la mère, qui voulait un mâle (qui aurait baptisé Vasili, comme le frère mort), refusa de la voir pendant quatre jours et hésita longtemps avant de lui trouver un nom. La jeune fille, exceptionnellement robuste, pesait plus de six kilos à la naissance, toujours d’après les souvenirs fantaisistes de sa mère, recueillis par des journalistes américains assez peu scrupuleux.Aucune description de photo disponible.La jeune fille a été baptisée à l’âge de trois ans, en 1926, à l’église orthodoxe grecque de New York. A cet âge, d’après les récits d’Evangelia, il semble avoir déjà commencé sa carrière musicale : à trois ans, il écoute des airs d’opéra grâce au piano de son père et de sa mère, et à quatre ans, il commence à composer les premières mélodies au piano. . Toujours dans le livre Ma fille Maria Callas, Evangelia Dimitriadou affirme qu’à l’âge de quatre ans, la petite Maria, chantant inconsciente les fenêtres ouvertes, avait même obligé les automobilistes à s’arrêter et à l’écouter enchantée, bloquant la circulation.Jej głos znali wszyscy. Maria Callas skrywała mroczne sekrety - WP KobietaEn 1928, échappant au contrôle de la mère, la petite Maria tenta de rejoindre sa sœur Yakinthy, aperçue de l’autre côté de la rue, la traversant en courant : une voiture la percuta de plein fouet, l’entraînant sous les roues sur de nombreux mètres avant qu’elle ne parvienne à s’arrêter. Immédiatement transporté à l’hôpital Sainte-Elisabeth, après 22 jours il est sorti du coma. C’était un fait auquel Mary et Evangelia Dimitriadou apportaient beaucoup d’importance. Maria a avoué à Eugenio Gara que pendant la longue inconscience, une musique étrange a bourdonné à ses oreilles. La mère a fait valoir qu’après l’incident, Mary a développé un caractère complètement différent d’avant et elle a retracé le « mauvais caractère », qui sera célèbre dans le monde, tremblant, obstiné et rebelle, juste à cette circonstance.Irene Papas Yves Montand Editorial Stock Photo - Stock Image | Shutterstock | Shutterstock EditorialEn 1929, son père ouvre une pharmacie à Manhattan. La famille vivait avec un certain décorum, se sentant limitée à l’effondrement de Wall Street, grâce surtout à l’initiative de son père. Maria Callas suit une brillante carrière scolaire et, parallèlement, à partir de 1931, prend des cours de chant (sous la direction d’une « Mlle Sandrina » inconnue, qui fut l’architecte de sa première mise en musique vocale) et de piano. Concernant cette première formation, malgré ses notes très laconiques à son sujet, Maria a pu mettre en évidence le fait que déjà à ce stade très précoce quelque chose la conduisait à cette sorte de « syncrétisme » entre écoles nationales dont sa voix sera le résultat : Mlle Sandrina lui enseigna en effet à la fois la méthode italienne et la méthode française (qui consistait à passer la voix du nez, forçant l’orgue de manière désastreuse). Pour son propre compte (comme l’intéressé s’en souviendra plus tard), il avait déjà pris l’habitude d’alterner des airs très différents, par exemple la Habanera dal Carmen de Georges Bizet et Io son Titania, de Mignon d’Ambroise Thomas : un air de mezzo -soprano et un de soprano colorant.Pink Milano: Maria Callas. The Divine that bewitched "La Scala" | YesMilanoDe forte constitution, développa très vite un dysfonctionnement glandulaire important, qui entraînera une prise de poids anormale, dont il ne s’affranchira complètement qu’en 1953. En 1937 les parents se séparèrent et la mère, revenue en Grèce, résuma le patronyme Kalogeropoulos.Aucune description de photo disponible.Une fois en Grèce, Maria a été admise au Conservatoire d’Athènes où elle est diplômée en chant, piano et langues, étudiant avec la soprano italienne Maria Trivella, peut-être la première découvreuse d’un registre aigu très facile, mais toujours sans ces notes graves qui deviendraient typiques de sa gamme vocale particulière. L’audience de 1937 a appelé « Habanera » de Carmen et « La Paloma ». Le 11 avril 1938, il participe à un essai avec d’autres étudiants et chante des airs de The Weber Hunter, La reine de Saba de Gounod et le duo d’amour de Madame Butterfly. Après d’autres petits concerts et auditions, le 2 avril 1939, un rôle de primadone arrive : Santuzza in Cavalleria rusticana de Pietro Mascagni, remportant le prix que le conservatoire distribue. Commence alors la première phase d’une carrière précoce qui lui vaudra le surnom de « Divina ». En 1939, il continue à chanter surtout des airs et des duos du répertoire lyrique poussé italien (Aida, Un ballo in maschera, Cavalleria rusticana), jusqu’à l’audition devant Elvira de Hidalgo, la célèbre soprano couleur bloquée en Grèce pour des raisons, en septembre, avec « Mare, grande mar », du Weber Oberon. Le guide de De Hidalgo détermina immédiatement un tournant vers un autre répertoire, avec l’étude des airs et des duos de Norma et Il trovatore, mais en 1940 l’autre rôle complet fut lyrique-dramatique, avec Suor Angelica di Puccini, et ainsi de suite : depuis cette époque , Maria Callas a toujours inséré des airs virtuoses dans ses programmes (« Bel raggio lusinghier », du Semiramide de Rossini, figure déjà dans un programme de 1942) pour garder la voix « légère », seconde, semble-t-il, les préceptes du maître.Maria Callas : La Grande Nuit de l'Opéra | MARIANNE MELODIEMalgré le déclenchement de la guerre, ce sera une succession d’interprétations croissantes, préparées dans des conditions précaires mais avec beaucoup de soin et de précision pour le milieu musical gréco-allemand : la musique de scène du Marchand de Venise au Théâtre Royal d’Athènes, était Béatrice dans Boccace de Franz von Suppé au Palais Cinéma ; de 1941 à 1945 il incarnera Floria Tosca dans le tournage à Hellenki Ethnikon Skini à Athènes de Tosca de Giacomo Puccini, Cavalleria rusticana, Fidelio, Der Bettelstudent (Le prince étudiant de Millöcker), son unique interprétation (Smaragda, 1943 et 1944) de une œuvre contemporaine, O protomastoras (Le maître bâtisseur, de Manolis Kalomiris, d’après un drame de Nikos Kazantzakis) et Tiefland d’Eugen d’Albert. Le moment le plus international, loin d’être négligeable pour sa préparation technique et dramatique, fut décidément Fidelio de Beethoven, étudié avec Irma Kolassi, dont Maria avait déjà chanté l’air principal, le long et célèbre « Abscheulicher », dans au moins deux concerts de l’année précédente.

« Divina ! Divina ! » Maria Callas  Maria Callas comme Violetta (La Traviatta), à la Scala de Milan, Italie. 1956. Maria Callas, (1923 - 1977), était une soprano grecque. Elle a été l'un des plus célèbres chanteurs d'opéra etL’arène d’Hérode Atticus, comme les autres corps importants d’Athènes, était actuellement entre les mains de l’occupant nazi. Maria, diplômée en italien, espagnol et français, ne connaissait pas l’allemand et l’étudiait spécifiquement avec des professeurs grecs, évitant soigneusement tout contact avec les Allemands occupants. Grâce à sa lecture, les douze représentations estivales du drame de la liberté de Beethoven ont acquis, dans une atmosphère de tension spasmodique, dans le beau théâtre en plein air, une énorme valeur allusive aux conditions de la Grèce d’alors, tout en ne les épargnant pas des accusations du collaborationnisme pour avoir chanté sous une direction allemande. On sait aussi que Callas, sa mère et sa sœur ont caché chez eux des soldats britanniques ; une circonstance qui ne manque pas d’un épisode touchant, semble-t-il réel, qui verrait Callas improviser « Vissi d’arte », de Tosca, au piano lors d’une inspection fasciste ; les militaires, distraits par sa chanson, se seraient abstenus de contrôles plus approfondis. Individuellement nombreux et détaillés les témoignages de connaissances sur la conduite de Callas dans les années difficiles de la guerre : attaché à se maintenir et à maintenir la famille avec les métiers les plus disparates, adapté à chanter dans toutes les pièces, même les plus basses (dont le bordel de la piazza Omonoia), effectuant entre-temps de gros travaux et servant pendant un certain temps d’interprète à l’ambassade britannique.https://file1.telestar.fr/var/telestar/storage/images/3/1/7/3/3173765/le-jour-maria-callas-conquis-tout-paris.jpg?alias=originalMaîtres, confrères et amis s’accordent sur l’impression d’avoir un talent peu commun de chanteur et d’interprète, et si bien des souvenirs peuvent être soulignés par le mythe créé plus tard, le témoignage de Ray Morgan suffirait, un militaire son compagnon occasionnel : il pouvait se lever de la table d’une salle à chanter, et en proie à une métamorphose totale, subjuguent le public avec un magnétisme presque effrayant. Musicalement, les nombreux concerts tenus à Thessalonique en 1945 sont très intéressants, où outre les airs traditionnels et les chants folkloriques grecs alternent quelques chansons, à l’époque d’écoute rare, de ce qui sera son répertoire le plus typique de dramaturgie. Peut être une image de 1 personneUne anecdote invérifiable veut que Callas chante seul le duo Otello-Desdémone, de l’Otello de Rossini, en alternance à la fois au soprano et au ténor. Après la libération, le changement politique a dû faire prévoir à Callas un avenir très sombre. Le 3 août 1945, il donna son dernier concert à Athènes et, le 7 septembre, des représentations de Der Bettelstudent de Karl Millocker, concluant sept années intenses dont il n’y a aucun enregistrement sonore. Avec 7 rôles principaux dans 57 représentations en direct, un rôle secondaire, des parties de chœur, au moins 7 récitals, 14 concerts et une dizaine d’examens du Conservatoire, ainsi qu’une émission diffusée en direct par Radio Athènes, le 14 septembre 1945 pour les États-Unis à rester quelque temps avec son père et y commencer une nouvelle carrière, malgré la désapprobation totale du professeur, qui lui a montré l’Italie comme la seule patrie musicale possible.Primadonna Assoluta - Callas,Maria, Various: Amazon.de: MusikAu début, son entrée à La Scala a été très fatigante. Sans aucune protection particulière (Serafin n’était pas très aimé), sans une nécessaire insertion dans le circuit artistique de la reprise d’après-guerre, ses talents vocaux, bien que reconnus, n’intéressaient personne. Sa seule chance, jusqu’à présent, avait été Aida en 1950 en remplacement de Renata Tebaldi, accueillie avec perplexité à cause du jeu scénique et du timbre vocal « étrange » et métallique. Il faut noter une certaine hostilité préconçue de la critique, notamment de la part de Teodoro Celli, qui deviendra en très peu de temps l’un de ses plus grands et plus conscients admirateurs. Antonio Ghiringhelli, directeur artistique de Victor de Sabata, était alors surintendant du théâtre. Des collègues comme Del Monaco et Giuseppe Di Stefano, avec elle impliqués dans les triomphales tournées sud-américaines de La Scala, ont réussi à percer.

Les tensions avec Antonio Ghiringhelli, qui avait planifié la période de sa surintendance sur la soi-disant « star system », qui aurait dû être comme diamant pointe Renata Tebaldi, Del Monaco, Simionato et Ettore Bastianini (tous chanteurs sous contrat avec Decca Records Londres, la rivale directe de l’EMI), ne cessera jamais, même si le surintendant comprit bientôt que Maria Callas pouvait attirer beaucoup de public et beaucoup de presse. Florence, grâce à la présence de Francesco Siciliani, directeur artistique du Maggio Musicale Fiorentino, a été décisive pour la carrière italienne de Callas. Callas a réussi à faire de sa permanence à La Scala une « période dorée » parallèle à celle de Toscanini, mais il a rompu l’équilibre artificiel créé par le surintendant, se plaçant (mais pas par la volonté de leurs collègues) à la tête du quatuor principal , doublant d’ailleurs, dans deux castes de stars différentes (également pour des raisons d’exclusivité discographique), collaborant avec Del Monaco, Di Stefano, Simionato (son grand ami), Barbieri, Bastianini et avec Tito Gobbi. De même, le soutien garanti par Wally Toscanini sonnait comme une sorte de « bénédiction » d’outre-mer par Toscanini. Tebaldi, se sentant trahi, surtout après Medea de Luigi Cherubini, que Callas présenta à La Scala en 1953 trois jours après la soirée inaugurale, avec La Wally chantée par Tebaldi elle-même, préféra recréer un équilibre sympathique aux USA, ce qui n’empêcha pas l’embrasement une rivalité à distance, également créée et fomentée par la presse.Maria by Callas, dans l'intimité d'une légende de l'Opéra | Expo | ParisEn 1951, il est Eurydice dans la première posthume au Teatro della Pergola de Florence de Franz Joseph Haydn avec Christoff sous la direction d’Erich Kleiber. La même année, elle est Violetta dans le tournage au Teatro Donizetti de Bergame de La traviata de Giuseppe Verdi, en alternance avec Renata Tebaldi, mise en scène de Carlo Maria Giulini. Peut être une image de 1 personne et texte qui dit ’Ow w " I will always be as difficult as necessary to achieve the best. Maria Callas Greek-American soprano PA/empics/dpa’Ainsi commence la partie la plus fulgurante de sa carrière : il inaugure la saison d’opéra à la Scala de Milan en décembre 1951, où il triomphe dans le rôle de La Duchessa Elena dans I Vespri Siciliani avec Christoff, continuant à récolter de grands succès dans les scaligeri interprétant les plus grandes figures féminines du lyrique : de Norma dans la création avec Nicola Rossi-Lemeni et Stignani et Costanza dans la création de Il ratto dal serraglio en 1952, à Lady Macbeth dans Macbeth avec Ivo Vinco en ouverture de la saison 1952/1953. La Gioconda dans la première représentation avec Stignani et Di Stefano dans la même saison, Leonora dans la création d’Il trovatore en 1953, à Médée dans la création de Médée avec Barbieri mise en scène par Leonard Bernstein dans la saison 1953/1954 et dans 1961 avec Simionato et Nicolai Ghiaurov, Lucia di Lammermoor avec Di Stefano et Rolando Panerai réalisé par Herbert von Karajan, Alceste avec Panerai réalisé par Carlo Maria Giulini et Elisabet ta di Valois dans Don Carlo avec Rossi Lemeni et Stignani en 1954, Giulia dans La Vestale avec Franco Corelli en ouverture de la saison 1954/1955, Maddalena di Coigny dans Andrea Chenièr avec Monaco, Amina dans La sonnambula mis en scène par Leonard Bernstein, Donna Fiorilla dans Il turco en Italie avec Rossi Lemeni et Violetta Valery dans La traviata avec Di Stefano et Bastianini réalisé par Giulini en 1955. C’est encore Norma en ouverture de la saison 1955/1956 avec Monaco et le Simionato, Rosina Le barbier de Séville avec Luigi Alva, Gobbi et Rossi Lemeni et Fedora avec Corelli en 1956 et Anna Bolena avec Rossi Lemeni et le Simionato, Iphigénie en Iphigénie dans Tauris avec Cossotto en 1957. Elle est Amelia dans Un ballo in maschera avec Di Stefano, Bastianini et Simionato pour l’ouverture de la saison 1957/1958, Imogene dans Il pirata avec Bastianini et Corelli en 1958, Paolina dans Poliuto avec Bastianini et Corelli en ouverture de la saison 1960/1961.                                                      Maria Callas (Opera Singer) - On This DayC’est Elvira Valton en 1952 dans le tournage de I puritani de Vincenzo Bellini au Teatro Comunale di Firenze avec Rossi-Lemeni dirigé par Serafin et au Teatro dell’Opera di Roma avec Giacomo Lauri Volpi et dans la première représentation au Palacio de las Bellas Artes du Mexique avec Di Stefano. Il revient à l’Arena en 1952 (se présentant sous le nom de Maria Meneghini Callas), chante dans La traviata et La Gioconda (1952), Il trovatore et Aida, et dans Mefistofele en 1954. Lucia tourne au Palacio de las Bellas Artes of Mexico City de « Lucia di Lammermoor » de Gaetano Donizetti avec Di Stefano en 1952 et au Teatro Comunale di Firenze avec Giacomo Lauri-Volpi / Di Stefano et Bastianini en 1953. C’est Armida en première représentation au Teatro Comunale di Firenze d’Armida di Gioachino Rossini réalisé par Serafin toujours en 1952.                                  Peut être une image de 1 personneAinsi s’ouvrit la voie de la discographie : après le Cetra, qui eut une mémorable Mona Lisa (1952) et une Traviata (1953), c’est l’EMI-Voce del Padrone qui lui proposa un contrat, grâce au directeur artistique Walter Legge, époux d’Elisabeth Schwarzkopf, sa grande admiratrice. Legge a écrit que juste au moment où il est allé l’entendre pour la première fois au Teatro dell’Opera di Roma, sa femme l’a entendu à la radio et a affirmé qu’il n’avait jamais entendu une coloration aussi étonnante. Il est vrai aussi que les deux époux donnèrent beaucoup de conseils au jeune Callas, notamment sur le vice d’aspirant à l’agilité, que Callas fit en très peu de temps ; mais leur compétence pouvait aussi créer des complexités, comme lorsqu’il lisait ironiquement sur les notes oscillantes de La forza del destino. En tout cas, Maria a commencé à enregistrer une série d’œuvres très nutritives, dont Lucia di Lammermoor de Donizetti, Norma, Tosca, Manon Lescaut, La sonnambula; la maison de disques ne s’est pas distinguée par le courage et la prévoyance, préférant en faire des œuvres discographiques bien connues du grand public et laissant de côté quelques redécouvertes qui n’ont été revalorisées que grâce aux enregistrements piratés : Médée, Armide, Vêpres siciliennes, Anna Bolena, Le pirate , Alceste. La seule exception était Il Turco in Italia de Gioachino Rossini, gravé en 1954, très rare à l’époque et que Maria Callas avait déjà redécouvert à Rome en 1950, grâce à l’initiative d’une association artiste-musicale, L’Anfiparnaso, dont il était Luchino Visconti laisse également. Entre-temps, il se produit en tournée dans des théâtres prestigieux, tels que le Civic Opera de Chicago, le Metropolitan de New York, le Covent Garden de Londres…..Maria Callas | Biography & Coloratura Soprano | BritannicaEn octobre 1973, il entame une tournée mondiale avec Giuseppe Di Stefano, qui se termine le 11 novembre 1974 à Sapporo. Ce sera sa dernière représentation publique. Suite aux encouragements incessants de son collègue, Maria a tenté de réorganiser son propre arrangement vocal, réapprenant à ouvrir sa gorge avec le seul appui du diaphragme et en se concentrant sur le registre central. Bien qu’il n’ait pas pu revenir à l’ancienne splendeur, soutenu par un ami et soutenu par l’amour encourageant du public, a réussi à récupérer suffisamment pour terminer la longue tournée dans des conditions vocales bien meilleures que la façon dont elle avait commencé, comme ils le sont pour en témoignent les enregistrements des concerts de 1974 par rapport aux débuts décevants de Hambourg l’année précédente. Pendant la tournée, l’amitié avec Di Stefano, compromise par les problèmes familiers du ténor, s’est fissurée. Selon ce qui a été publié dans le livre Callas nemica mia, écrit par Maria Girolami, ancienne épouse de Di Stefano, la relation entre Maria Callas et le ténor n’était pas seulement de l’amitié et l’une des raisons du « retrait » de Callas était aussi celle-ci déception sentimentale. Maria Callas se retire dans son appartement parisien, évitant tout contact avec des connaissances et des amis. Entre-temps, deux hommes fondamentaux de son existence se sont éteints : son père et Tullio Serafin. Mais ce fut 1975 l’année la plus douloureuse tant pour la sphère privée que pour sa personnalité artistique : en mars Onassis mourut ; le 2 novembre, Pier Paolo Pasolini a été tué (la circonstance de l’incident a été écartée par Callas, qui ne s’est jamais exprimé clairement sur l’orientation sexuelle du réalisateur) ; le 17 mars 1976, Luchino Visconti est sorti.

Maria Callas est décédée le 16 septembre 1977, vers 13h30. Sa condition physique était depuis longtemps compromise. Le rapport médical indiquait un arrêt cardiaque comme cause de décès, démentant les rumeurs de suicide [15]. Le dysfonctionnement glandulaire sévère de la jeunesse et l’amincissement drastique ont été cités plus fréquemment comme causes de sa mort. En plus de divers troubles, l’insomnie chronique s’est également ajoutée ces dernières années ; Callas avait commencé à assumer des doses de plus en plus massives de Mandrax (métaqualone), obtenu illégalement (en référence aux références aux « drogues » qui parsèment les dernières pages de son journal). Certaines hypothèses attribuent le décès du chanteur à une dermatomyosite. Moins clair est le contour, et quel était le rôle de la pianiste grecque Vasso Devetzi (« dame de compagnie » établie dans sa maison ces dernières années), sa sœur, Yakinthy Callas, et sa mère, Evangelia Dimitriadou. Un testament exécutoire aboutit à la fin, grâce à un testament déposé immédiatement après le mariage au cabinet d’avocats de l’industriel, Giovan Battista Meneghini, qui, à sa mort, laissa à son tour l’héritage ostentatoire de Callas à sa gouvernante Emma Brutti. Le mystère sur les bijoux Callas, les colliers, les boucles d’oreilles avec diamants et rubis, peut-être disparu après sa mort, reste non résolu. Les deux seules personnes qui ont pu faire la lumière sur cette affaire, Ferruccio Mezzadri, chauffeur très fidèle depuis 20 ans, et Bruna Lupoli, la femme de chambre historique de Callas, n’en ont jamais parlé.

Incinération

De fortes divisions ont également créé la décision de la crémation (partagée par les Callas de vivant, « Épandez mes cendres dans la mer Égée.) J’embrasserai mon Aristo à travers la mer … », a-t-il dit à Bruna), non recommandée par les orthodoxes Religion chrétienne à laquelle Callas était resté fidèle au fil des ans. Il est à noter, dans la biographie de Giovanni Battista Meneghini, Maria Callas mon épouse, le mystère de la signature semi-illisible sur la sortie, « un certain Jean Roire, ou Jean Rouen » : il s’agit tout simplement du compagnon de Devetzi, Jean Roire, qui a pris pour accompagner le corps aux fours, selon la pratique, en collaboration avec les opérateurs necrofori. Le soupçon est que les cendres de Callas ont été perdues ou pire encore volées lors de leur séjour au cimetière du Père-Lachaise à Paris, et que les cendres dispersées dans la mer par le ministre grec de la Culture lors d’une cérémonie en 1979 n’en étaient pas réellement d’elle.

María Callas est née à New York et morte à Paris.  María étudie le piano, puis le chant. Elle débute à 17 ans dans Boccace de Franz von Suppé puis sa carrière prend un tournant décisif lorsqu’elle rencontre le chef d’orchestre italien Tullio Serafin qui lui offre La Gioconda de Ponchielli aux arènes de Vérone en 1947. C’est lui qui fera de María La Callas.  María sera la maîtresse d’Aristote Onássis jusqu’en 1968, date à laquelle Onassis épouse Jacqueline Kennedy, ce que María considérera comme une trahison. Elle se produit sur les plus grandes scènes du monde (New York, Londres, Paris, Milan, Venise, Rome — où elle fait scandale par une défection à la fin du premier acte de Norma de Bellini). La dernière prestation publique de María Callas a lieu le 11 novembre 1974 au Hokkaido Koseinenkin Kaikan à Sapporo (Japon) La mort d’Onassis, qu’elle a accompagné jusqu’à sa fin en 1975, achève de la murer dans sa solitude. Épuisée moralement et physiquement, prenant alternativement des barbituriques pour dormir et des excitants dans la journée, se soignant à la coramine pour ses brusques chutes de tension, elle meurt brutalement d’une embolie pulmonaire. Sur sa table de chevet sont retrouvés des comprimés d’un hypnotique, le Mandrax (méthaqualone), dont elle aurait pu, par accident, absorber une trop forte dose.

Maria Callas « Divina ! Divina ! »

Ce surnom, Maria Callas l’a bien mérité, elle qui a consacré chaque instant de sa vie à l’art lyrique au risque de s’y brûler les ailes. Grâce à sa voix hors du commun, à ses six cents représentations et à son désir toujours inassouvi de progresser encore et encore, elle a fait aimer l’opéra au-delà des publics traditionnels…

La chanteuse d’opéra Maria Callas

La soprano gréco-américaine, connue sous le nom de « La Divina » (la Divine One) en raison de son large éventail de capacités d’acteur et de chanteur, était l’une des stars d’opéra les plus influentes du milieu du XXe siècle.

Née à New York, elle a eu une vie de famille tumultueuse et a déménagé avec sa mère en Grèce à l’adolescence, y commençant une formation formelle. Ses premières performances d’opéra entièrement mises en scène ont eu lieu en Grèce et en Italie, au début des années 1940. Son talent l’a finalement conduite sur les scènes du monde entier. Son rôle de signature était le personnage principal de « Norma » de Vincenzo Bellini.  Des problèmes de santé affectant sa voix, sa réputation de difficile à travailler et une liaison scandaleuse avec le magnat grec Aristote Onassis ont ralenti sa carrière d’opéra, qui s’est terminée en 1965. Elle est devenue enseignante et a tenté sans succès de jouer au cinéma. Après une brève « tournée d’adieu » au Japon en 1974, elle a vécu une vie isolée à Paris jusqu’à mourir d’une crise cardiaque à 53 ans.

Événements historiques     

1941-02-15 La chanteuse gréco-américaine Maria Callas fait ses débuts professionnels à l’opéra en tant que Beatrice, dans « Boccaccio » de Franz von Suppé au Théâtre Olympia d’Athènes, Grèce

1956-10-29 La soprano gréco-américaine Maria Callas fait ses débuts au Metropolitan Opera, dans le rôle-titre de « Norma » de Bellini

1965-07-05 La soprano gréco-américaine Maria Callas fait sa dernière apparition à l’opéra dans le rôle-titre de « Tosca » de Giacomo Puccini au Convent Garden, Londres, Angleterre

1974-11-11 La soprano lyrique Maria Callas fait sa dernière apparition publique à Sapporo, Japon

https://www.histouring.com/en/historical-figure/maria-callas/#

https://www.onthisday.com/people/maria-callas

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.