Catégories
Art Personnalité Résistance

16 Septembre 1973 – Exécution de Victor Jara chanteur populaire chilien

Qui est Victor Jara, la voix de la contestation au Chili ?Qui est Victor Jara, la voix de la contestation au Chili ?Figure culturelle majeure et artiste militant, Victor JaraQui est Victor Jara, la voix de la contestation au Chili ?La vie de Victor Jara (23 septembre 1932-16 septembre 1973)

Victor Jara est une influence extrêmement importante sur la musique et la culture du Chili. Sa vie était le reflet de son pays, des temps tumultueux dans lesquels il vivait et de ses philosophies personnelles. Victor Jara a commencé sa vie dans une petite ville du Chili et avec son talent musical et son grand amour pour le peuple chilien, il est devenu l’une des figures musicales les plus connues et les plus influentes d’Amérique latine.

Victor Jara est né à Loquen, au Chili, une petite ville à l’extérieur de Santiago. Ses parents étaient des agriculteurs ruraux – son père, Manuel, travaillait comme simple ouvrier tandis que sa mère, Amanda, effectuait de nombreux petits boulots pour gagner de l’argent pour la famille. Le père de Victor Jara avait un problème d’alcool et leur maison n’était souvent pas heureuse à cause des nombreuses bagarres lorsque le père ivre de Victor frappait Amanda. Après quelques années de ce malheur, le père de Victor a déménagé à la campagne pour travailler comme agriculteur, et Amanda a été laissée à elle-même pour élever Victor Jara et ses frères et sœurs. Elle travaillait extrêmement dur et, selon les mots de Victor Jara, sa vision optimiste de la vie a donné de la force à la famille. Elle était une partie extrêmement importante de la vie de Victor Jara. Elle a chanté et joué de la guitare, et a appris à Victor à jouer de la guitare et lui a également appris de nombreuses chansons folkloriques traditionnelles du Chili. Le temps qu’il a passé avec sa mère a eu une grande influence sur son style musical.

Amanda croyait fermement au pouvoir de l’éducation. Ainsi, lorsque Victor a terminé ses études primaires et secondaires, il a commencé à étudier la comptabilité. Malheureusement, Amanda est décédée alors que Victor n’avait que 15 ans. Il abandonna ses études de comptabilité et entra au séminaire. Il était très triste de la mort de sa mère et croyait aussi que la profession de prêtre était la plus importante au monde. Mais après deux ans, il est devenu désenchanté par la religion et est parti rejoindre l’armée pendant quelques années. Après cela, il est retourné à Lonquen, mais n’avait ni travail ni perspectives et a donc commencé à étudier la musique folklorique du Chili avec un groupe d’amis. Pendant ce temps, il a développé un intérêt pour le théâtre et a commencé à étudier le théâtre à l’École de théâtre de l’Université du Chili. Là, il a montré une inclination pour la réalisation, et après avoir obtenu son diplôme d’acteur, il a commencé dans le programme de réalisation. Au cours de ces années et à l’avenir, Victor Jara a participé à d’innombrables productions théâtrales. Galpón Victor Jara | SantiagoChile.comIl commençait également à continuer à chanter et à étudier la musique folklorique lorsqu’il a rencontré Violeta Parra pour la première fois. Elle était une chanteuse et artiste extrêmement talentueuse, une admiratrice de la musique et des instruments traditionnels du Chili et la propriétaire d’un petit café à Santiago. Victor a commencé à aider dans ce café et a rapidement commencé à chanter de plus en plus. Pendant ce temps, il a également commencé à s’impliquer dans la politique du Chili. En 1966, il réalise son premier disque solo, intitulé « Victor Jara ». Dans les années suivantes, il a continué comme directeur de théâtre mais a commencé à consacrer de plus en plus de temps à ses chansons et à ses activités politiques. Enfin, en 1970, il quitte la vie du théâtre pour passer tout son temps à œuvrer pour le peuple chilien à travers ses chansons.

Les chansons de Victor Jara sont remplies de ses pensées sur les gens simples du Chili. Il avait un grand amour pour les travailleurs acharnés des petites villes et villages, et nombre de ses chansons célèbrent la vie de ces personnes. Aussi, en raison de son grand amour pour son pays, nombre de ses chansons dénoncent les injustices de la société ou les scandales politiques. Victor Jara est une partie essentielle du grand mouvement musical latino-américain connu sous le nom de « Nueva Cancion » ou New Song. Ce mouvement est impliqué dans de nombreuses activités révolutionnaires en Amérique latine, et tous les artistes de Neuva Cancion partagent de nombreux objectifs et pensées communs. Enfin, les idées politiques de Victor Jara occupaient une place extrêmement importante dans ses chansons. Il croyait en la philosophie communiste générale, comme de nombreux chanteurs progressistes d’Amérique latine, en raison de ses promesses d’améliorer la vie des pauvres.

Vous pouvez voir le dévouement de Victor Jara à ses idéaux politiques le plus fortement dans son soutien à la présidence de Salvador Allende en 1973. Allende faisait partie du parti de l’Unité populaire (une sous-section du Parti communiste du Chili) et Victor Jara, le long avec d’autres chanteurs chiliens, a donné des concerts en faveur d’Allende et de ses objectifs politiques. Allende était un candidat progressiste qui avait un grand amour pour les habitants des petites villes du Chili. Le parti de l’Unité populaire avait l’intention d’augmenter l’éducation et de fournir davantage de logements et des soins médicaux socialisés gratuits. L’un des concerts représentatifs de cette campagne pour Allende fut le concert donné au Stade du Chili, où de nombreux artistes politiques chantèrent en faveur d’Allende. En fin de compte, la campagne d’Allende a été un succès et il a été élu président du Chili, après quelques compromis politiques et manœuvres. Cependant, il y avait beaucoup d’opposition à l’élection d’Allende et l’armée a organisé un coup d’État pour renverser le président nouvellement nommé. Lors du coup d’État qui en a résulté, Allende a été tué et l’armée a pris le contrôle du gouvernement. Le jour de cette tragédie, Victor Jara était à son travail à l’Université technique d’État, qui était encerclée par les militaires, qui ont fait prisonnier Victor Jara pendant cinq jours horribles. Pendant ces jours, il a été forcé de vivre dans des prisons froides et sales sans nourriture ni eau adéquates, mais d’autres prisonniers là-bas avec lui témoignent que pendant ces souffrances, il ne se souciait que du bien-être de ses codétenus. Lors du coup d’État qui en a résulté, Allende a été tué et l’armée a pris le contrôle du gouvernement. Le jour de cette tragédie, Victor Jara était à son travail à l’Université technique d’État, qui était encerclée par les militaires, qui ont fait prisonnier Victor Jara pendant cinq jours horribles. Pendant ces jours, il a été forcé de vivre dans des prisons froides et sales sans nourriture ni eau adéquates, mais d’autres prisonniers là-bas avec lui témoignent que pendant ces souffrances, il ne se souciait que du bien-être de ses codétenus. Lors du coup d’État qui en a résulté, Allende a été tué et l’armée a pris le contrôle du gouvernement. Le jour de cette tragédie, Victor Jara était à son travail à l’Université technique d’État, qui était encerclée par les militaires, qui ont fait prisonnier Victor Jara pendant cinq jours horribles. Pendant ces jours, il a été forcé de vivre dans des prisons froides et sales sans nourriture ni eau adéquates, mais d’autres prisonniers là-bas avec lui témoignent que pendant ces souffrances, il ne se souciait que du bien-être de ses codétenus.

Enfin, les militaires ont amené Victor Jara et d’autres prisonniers politiques au stade du Chili, l’endroit où le concert d’Allende a déjà eu lieu. Là, les militaires ont torturé et tué de nombreuses personnes. Ils ont cassé les mains de Victor Jara (Remarque: de nombreuses histoires indiquent que les mains de Victor Jara ont été coupées, mais le livre de Joan Jara sur Victor indique que lorsqu’elle l’a vu après sa mort, ses mains ont été cassées, c’est donc la version utilisée dans cet essai ) afin qu’il ne puisse pas jouer de sa guitare, puis l’a nargué pour qu’il essaie de chanter et de jouer ses chansons. Même sous ces horribles tortures, Victor Jara a magnifiquement chanté une partie de la chanson du parti de l’Unité Populaire. Après cela, il a reçu de nombreux coups brutaux et a finalement été brutalement tué avec une mitrailleuse et transporté dans une fosse commune.

Après sa mort horrible, Joan Jara, l’épouse de Victor, a été montrée à son corps et lui a donné des funérailles et un enterrement appropriés. En raison de tous les problèmes au Chili suite à son horrible coup d’État, elle a été forcée de quitter le pays en secret avec des cassettes de la musique de Victor Jara. Aujourd’hui encore, les chansons politiques et intensément humaines de Victor Jara sont respectées dans le monde entier, et les idéaux de Nueva Cancion et de la musique politique en général restent extrêmement forts. La vie de Victor Jara est un bel exemple d’un chanteur intelligent et sincère qui s’est exprimé avec force à travers ses chansons. Ainsi, les chansons de Victor Jara témoignent de sa force et de sa vision positive de la vie.

Figure culturelle majeure et artiste militant, Victor Jara

Né en 1932 d’une famille paysanne et membre du parti communiste, Victor Jara débute sa carrière artistique dans le courant des années 50. A cette époque, il se passionne pour la musique folklorique chilienne mais mène parallèlement, et avec brio, des activités dans le domaine du théâtre. Il intègre rapidement de nombreuses compagnies et voyage aussi bien eu Europe qu’en URSS pour son travail.  Ce n’est que dans les années 60 que sa notoriété et son travail en tant que chanteur militant prennent une nouvelle dimension. Son engagement politique se fait également de plus en plus important.  Celui-ci se traduit alors autant par des apparitions à la télévision lors de programmes dénonçant le fascisme ou encore le volontariat dont il fait preuve durant les grandes grèves qui touchent le pays en 1972.  A travers son oeuvre, Jara entend s’adresser aux classes moyennes et au « petit peuple ». Ses chansons abordent d’ailleurs la vie des classes prolétariennes mais aussi les thèmes de l’anti-impérialisme, de la guerre civile, de l’oppression militaire, des inégalités sociales tout en s’opposant à la classe bourgeoise du pays.Best Of Victor Jara (Remastered) by Victor Jara on Amazon Music - Amazon.comVictor Jara fut un également proche du président socialiste Salvador Allende et du parti de l’Unidad Popular. Il deviendra d’ailleurs ambassadeur culturel sous son gouvernement.

Tué sous les balles de la dictature Pinochet Victor Jara-Presente - Album by Victor Jara | SpotifyLe 11 septembre 1973, quelques heures après le début du coup d’Etat militaire contre Salvador Allende, et alors que le chanteur donne un cours à l’université de Santiago où il est professeur depuis deux ans, il est arrêté durant une rafle menée par les forces armées d’Augusto Pinochet.  Il fut maintenu prisonnier plusieurs jours avec plus de 6000 syndicalistes mais aussi des militants socialistes artistes et des jeunes dans un stade de la capitale Santiago, stade qui porte aujourd’hui son nom. Entre le 14 et le 16 septembre 1973, Victor Jara fut ensuite torturé par des membres du régime de Pinochet et ses doigts furent coupés pour qu’il ne puisse plus jouer de la guitare. Devant des milliers de détenus, le commandant face à lui demanda alors à Jara comme il allait désormais pouvoir jouer de la musique.Victor Jara Sinfónico- Manuel García - obra completa - YouTubeLe chanteur, mains en sangs, ne s’abaissa pas à cette humiliation, grimpa alors sur une estrade et entonna a cappella Venceremos (« Nous triompherons »), l’hymne de l’Union Populaire. Le morceau fut immédiatement repris à l’unisson par les autres prisonniers présents, provoquant la stupéfaction et la colère de ses bourreaux. Ceux-ci, constatant l’impact dangereux de ses mots, l’exécutèrent immédiatement ainsi que de nombreux activistes arrêtés à ce moment-là. Son corps fut abandonné avant d’être récupéré par sa femme, la Britannique Joan Turner, puis d’être enterré clandestinement. Après son exhumation, l’impact de 44 balles fut constaté sur son corps.Música andina: Víctor JaraAvec le président de l’époque Salvator Allende, Victor Jara reste l’une des victimes les plus symboliques parmi les « desaparecidos » (ces personnes victimes de disparition forcées, tuées et jamais retrouvées) de la dictature de Pinochet.  Ces dernières années, une multitude d’artistes influents, à l’image de Bruce Springsteen ou U2, ont déjà rendu hommage à la figure et l’œuvre du poète chilien. Des obsèques solennelles lui ont d’ailleurs été rendues en décembre 2009, 36 ans après sa disparition.  Trois jours d’hommage national avaient été décrétés par la présidente de l’époque, Michelle Bachelet, et des milliers de Chiliens avaient alors accompagné le cortège funéraire. « Victor peut enfin reposer en paix après 36 ans, mais beaucoup d’autres familles aimeraient aussi retrouver la paix et il est important de poursuivre la quête de justice et de vérité », avait alors déclaré Bachelet. Après un procès débuté en 2013, ce n’est finalement qu’en 2018 que neuf de ses bourreaux ont enfin été condamnés par la justice pour leurs crimes. Huit d’entre eux ont écopé d’une peine de 18 ans de prison et le dernier d’une peine de 5 ans pour complicité.He Died Giving a Voice to Chile's Poor. A Quest for Justice Took Decades. - The New York TimesUne demande d’extradition pour un dernier officier, Pedro Barriento, réfugié aux Etats-Unis, n’a toujours pas abouti depuis 2014. C’est lui qui est soupçonné d’avoir porté le tir fatal au chanteur.  Alors que le pays s’oppose aujourd’hui contre le modèle économique ultralibéral, instauré à l’époque par la dictature d’Augusto Pinochet, les chansons de Victor Jara, devenu un véritable mythe contre la barbarie, résonnent à nouveau dans le ciel chilien avec une symbolique très particulière.

Militant communiste, Victor Jara chantait les bienfaits du socialisme et des odes à Ho Chi Minh ou à Che Guevara, mais aussi les plaisirs simples du monde paysan où il avait grandi : une gorgée d’eau-de-vie, la cigarette qu’on roule pour se réchauffer, le rouge éclatant d’un piment qui pousse en plein désert. Il avait recueilli l’enseignement de Violeta Parra, la mère d’Angel Parra, folkloriste et compositrice dont le Chili célébrera le 4 octobre le centenaire. 44 tiros et la dernière fleur née des graines qu’il a semées. Il y en aura d’autres. Comme il le chantait dans Manifiesto : «Là où tout arrive à son terme / et là où tout recommence / le chant qui a prouvé son courage / sera toujours un chant nouveau.» Siempre será canción nueva: Homenaje a Víctor Jara - La Voz De Los Que Sobranhttps://www.liberation.fr/planete/2018/07/05/le-chili-condamne-enfin-les-assassins-du-chanteur-victor-jara_1664186/

https://www.liberation.fr/musique/2017/04/12/44-tiros-une-chanson-reclame-justice-pour-victor-jara_1562014/

https://www.rtbf.be/article/qui-est-victor-jara-la-voix-de-la-contestation-au-chili-10358534

https://www.revolutionarydemocracy.org/rdv9n2/jara.htm

http://www.msu.edu/~chapmanb/jara/evida.html 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.