Catégories
Personnalité Science Appliquée Science et Technologie

14 Août 1958 – Décès de Frédéric Joliot-Curie, physicien nucléaire français

Frederic Joliot and Irene Joliot-Curie, French scientists, 1935.La nucléarisation en France : la politique de Frédéric Joliot-CurieArchivo:Irène et Frédéric Joliot-Curie 1935.jpg - Wikipedia, la enciclopedia libreFrédéric Joliot-Curie (1900-1958) était un physicien français et lauréat du prix Nobel. En 1937, il est nommé professeur au Collège de France à Paris. Il a dirigé une équipe étudiant la physique nucléaire et la chimie nucléaire et a commandé le premier cyclotron d’Europe occidentale. L’équipe de Joliot-Curie a étudié les réactions nucléaires en chaîne, ainsi que les exigences de construction et d’entretien d’un réacteur nucléaire. Joliot-Curie était l’un des principaux scientifiques dans le domaine des réactions nucléaires en chaîne qu’Albert Einstein mentionnait dans sa lettre de 1939 au président Roosevelt.Peut être une image de 2 personnesEn 1940, juste avant l’occupation de Paris, Joliot-Curie réussit à faire sortir clandestinement l’ensemble de ses travaux scientifiques et matériels de recherche avec deux membres de son équipe : Lew Kowarski et Hans Halban. Pendant le reste de la guerre, Joliot-Curie a servi en tant que membre de la Résistance française et a joué un rôle clé dans la coordination de la production des cocktails Molotov que les membres de la Résistance utilisaient pour détruire les chars allemands.Peut être une image en noir et blanc de 2 personnes et personnes deboutDébut de la vie

Frédéric Joliot est né en 1900. Après avoir terminé ses études en 1925, il s’installe à l’Institut du Radium pour travailler comme assistant de Marie Curie. En 1926, il épousa sa fille, Irène Curie, et le couple changea son nom de famille en « Joliot-Curie ». Il obtient son doctorat ès sciences quelques années après le mariage, sur les encouragements de Marie Curie, et commence à étudier la structure de l’atome avec sa femme, plus précisément la projection des noyaux. Les Joliot-Curie ont reçu le prix Nobel de chimie en 1935 pour leur découverte de la radioactivité artificielle.

Des années plus tardPeut être une image de 2 personnesAprès la fin de la Seconde Guerre mondiale, Joliot-Curie est devenu le directeur du Centre National de la Recherche Scientifique, puis a été nommé par le président Charles De Gaulle au poste de haut-commissaire français à l’énergie atomique. En 1948, il est chargé de la réalisation de la première pile atomique française. Il a été démis de ses fonctions après quelques années en raison de ses penchants communistes, mais a ensuite été élu président du Conseil mondial de la paix. Après la mort de sa femme en 1956, il a assumé son poste de chaire de physique nucléaire à la Sorbonne pour les années restantes de sa vie. Frédéric Joliot-Curie est mort à Paris en 1958.

La nucléarisation en France : la politique de Frédéric Joliot-CurieAucune description de photo disponible.Par l’assistant de recherche de l’AHF, Simon Maierson

Cet été, j’ai passé sept semaines à mener des recherches pour ma thèse de fin d’études à Paris, en France, à l’Institut Curie, une fondation contre le cancer, un musée et une collection d’archives dédiée à la famille Curie. Ma lecture parisienne était spécifiquement axée sur Frédéric Joliot-Curie, le père du programme nucléaire français.Fichier:Frederic and Irene Joliot-Curie.jpg — WikipédiaJoliot-Curie a commencé sa carrière en tant qu’assistant de la célèbre physicienne et chimiste Marie Curie à l’Institut du Radium à Paris. C’est là qu’il a rencontré et finalement épousé la fille de Curie, Irène. Frédéric et Irène Joliot-Curie ont été colauréats du prix Nobel de chimie 1935 (la famille Curie avait collectivement remporté cinq prix Nobel à ce stade). Irène continuera à jouer un rôle important dans la communauté scientifique française, mais en raison de mes contraintes de temps, j’ai choisi de me concentrer uniquement sur Frédéric. L’Institut Curie possède également une archive consacrée à Irène que j’espère pouvoir consulter à l’avenir.Irene Curie-Joliot, daughter of Marie Curie, with her husband Frédéric Joliot. Photograph. November 15th 1935. (Photo by Imagno/Getty Images) Irene Curie-Joliot, Tochter von Marie Curie, mit ihrem Ehemann Frédéric Joliot. Photographie. 15.11.1935.

Au cours de mes recherches, j’ai exploré les activités politiques de Frédéric Joliot-Curie en tant que scientifique. La frontière entre la politique et la science peut être difficile à évaluer, et bien que la politisation de la science puisse sembler être un phénomène moderne, elle dure depuis des décennies. J’espérais utiliser l’exemple historique de Joliot-Curie pour mieux comprendre, par exemple, les difficultés des accords de maîtrise des armements. De plus, le débat moderne sur le réchauffement climatique est de plus en plus politisé, et l’objectif déclaré de la Marche pour la science 2017 était de « défendre le rôle de la science dans la politique et la société ». Bien qu’on s’attende souvent à ce que les scientifiques fassent partie de la sphère politique alors qu’ils préfèrent rester en dehors de celle-ci, Joliot-Curie n’était rien d’autre que politique.Les époux Joliot-Curie

Tout en dirigeant le Commissariat à l’énergie atomique d’après-guerre en tant que premier haut-commissaire, Joliot-Curie a été président des organisations suivantes : la Fédération mondiale des travailleurs scientifiques, l’Association française des travailleurs scientifiques, l’Organisation d’amitié franco-polonaise, la Association France-URSS et Conseil Mondial de la Paix. Il était également un membre actif du Parti communiste français, de l’Union nationale des intellectuels et du Front national (une organisation de la Résistance française sans rapport avec le parti politique d’extrême droite moderne). Leo Szilard, l’un des scientifiques les plus virulents politiquement du projet Manhattan, fait pâle figure par rapport à Joliot-Curie.

La passion de Joliot-Curie pour sa vie politique était si grande qu’il n’a jamais permis à personne d’autre d’écrire ses articles ou ses discours. Avec presque tous les papiers que je trouvais, il y avait un brouillon manuscrit, méticuleusement corrigé et toujours dans la même écriture. Il est évident que Joliot-Curie tenait beaucoup à ce qu’il disait.Frédéric Joliot-Curie e Irène Joliot-Curie en su laboratorio, 1935 Fotografía de stock - AlamyDe plus, malgré ses penchants communistes et sa rhétorique anti-occidentale, Joliot-Curie était avant tout un patriote français dévoué. Alors que de nombreux scientifiques éminents ont fui le pays avant l’occupation nazie, il est resté pour servir dans la Résistance sous le pseudonyme de Jean Pierre Bumont. De plus, Joliot-Curie était très fier de la tradition scientifique française et était donc un fervent opposant au secret nucléaire d’après-guerre. Comme il l’affirme, « la France peut légitimement revendiquer la connaissance des secrets de l’Energie Atomique car c’est le pays qui a donné naissance et développé la Physique Nucléaire ».

Joliot-Curie n’aimait pas non plus le rapport Smyth, un rapport public de 1945 sur le projet Manhattan, car il ne faisait aucune mention des contributions françaises. Il a affirmé : « Nous avions tous les éléments pour fabriquer une pile de réaction en chaîne autonome en mai 1940, mais c’est tout ce que j’irais. » Pacifiste de toujours, Joliot-Curie a insisté sur le fait que la France ne développerait jamais d’armes nucléaires. (En 1960, deux ans après sa mort, la France teste sa première bombe atomique dans le désert algérien.)

En 1950, peu avant son limogeage du Commissariat à l’énergie atomique, Joliot-Curie lance l’Appel de Stockholm, un appel mondial à l’interdiction des armes nucléaires. Il a déclaré à la conférence de Stockholm : « L’aboutissement de l’admirable série de découvertes scientifiques commencée à l’aube du XXe siècle par Henri Becquerel et Pierre et Marie Curie est la menace de destruction de l’humanité par la bombe à hydrogène, et devrait être un avertissement à tous et aux scientifiques en particulier.

Bien que parfois controversée, la philosophie de base de Joliot-Curie est celle que nous devrions tous prendre à cœur : la science est essentielle à l’avenir de l’humanité, mais seulement si elle est utilisée pour le bien de la communauté mondiale. Comme l’affirmait Joliot-Curie en 1936, « la science n’est pas nationale, mais internationale ».

Chronologie de Frédéric Joliot-Curie

1900 19 mars Né à Paris.

1925 S’installe à l’Institut du Radium pour assister Marie Curie.

1926 Épouse Irène Curie et change de nom de famille.

1930 Obtient un doctorat et commence à travailler sur la structure de l’atome avec sa femme.

1935 Reçoit le prix Nobel de chimie pour la découverte du rayonnement artificiel.

1937 Nommé professeur au Collège de France.

1940 Il fait sortir clandestinement du matériel hors de France avec Lew Kowarski et Hans Halban.

1946 Devient haut-commissaire français à l’énergie atomique.

1955 Signature du Manifeste Russell-Einstein, mettant en garde contre les dangers des armes nucléaires.

1958 14 août Décédé à Paris.

Frédéric Joliot-Curie

Physicienne et physico-chimiste française devenue assistante personnelle de Marie Curie à l’Institut du Radium à Paris, et épousant l’année suivante sa fille Irène (qui était également assistante à l’institut). Plus tard, ils ont collaboré à la recherche et ont partagé le prix Nobel de chimie de 1935 « en reconnaissance de leur synthèse de nouveaux éléments radioactifs ». Par exemple, ils ont découvert que les atomes d’aluminium exposés aux rayons alpha se transformaient en atomes de phosphore radioactifs. En 1939, il étudiait la fission des atomes d’uranium. Après la Seconde Guerre mondiale, il a supervisé la première pile atomique en France. Il a succédé à sa femme à la tête de l’Institut du Radium à sa mort en 1956.

https://www.atomicheritage.org/article/nuclearization-france-politics-fr%C3%A9d%C3%A9ric-joliot-curie

https://www.atomicheritage.org/profile/frederic-joliot-curie

https://todayinsci.com/8/8_14.htm#death

  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.