Catégories
Non classé

6 Juillet 1535 – Thomas More, philosophe, auteur et homme d’État, exécuté (décapité) pour trahison

Utopia (Dover Thrift Editions: Philosophy): Thomas More: 0800759295838: Amazon.com: BooksUne œuvre majeure, l’Utopie, publiée en 1516, l’Anglais Thomas More est l’une des principales figures de la RenaissanceThe Four Last Things by St. Thomas More | Scepter PublishersThomas More, au complet Sir Thomas More, également appelé Saint Thomas More, (1478-1535), anglais humaniste et homme d’État, chancelier d’Angleterre (1529-1532), décapité pour avoir refusé d’accepter le roi Henri VIII à la tête de l’Église d’Angleterre. Il est reconnu comme saint par l’Église catholique romaine.ImageDébut de carrière et écrits

Thomas, le fils aîné de John More, un avocat qui fut plus tard fait chevalier et nommé juge du Banc du Roi, fit ses études dans l’une des meilleures écoles de Londres, St. Anthony’s à Threadneedle Street, et dans la maison de John Morton, archevêque de Canterbury et chancelier d’Angleterre. Le futur cardinal, fin juge de caractère, a prédit que le page brillant et séduisant se révélerait être un «homme merveilleux». Son intérêt envoya le garçon à l’Université d’Oxford, où More semble avoir passé deux ans, maîtrisant le latin et subissant un forage approfondi en logique formelle.Sir Thomas More (1478-1535) on Twitter: "“He turns the daily accidents of our quiet lives into lessons of deep import not pedantically delivered, ex cathedra, but dwelling forth from a full andVers 1494, son père ramena More à Londres pour étudier la common Law. En février 1496, il fut admis au Lincoln’s Inn, l’une des quatre sociétés juridiques se préparant à être admise au barreau. En 1501, More devint un « absolu avocat », membre à part entière de la profession. Grâce à sa curiosité débordante et à une capacité de travail prodigieuse, il réussit, avec la loi, à maintenir ses activités littéraires. Il lit avidement l’Ecriture Sainte, les Pères de l’Eglise, les classiques et s’essaye à tous les genres littéraires.Thomas More - WikiwandBien que se pliant à la décision de son père de faire de lui un avocat, More était prêt à être désavoué plutôt que de désobéir à la volonté de Dieu. Pour tester sa vocation à la prêtrise, il a résidé pendant environ quatre ans dans le monastère des Chartreux attenant à Lincoln’s Inn et a partagé autant que possible le mode de vie des moines. Bien que particulièrement attiré par l’ordre franciscain, More décida qu’il servirait mieux Dieu et ses semblables en tant que chrétien laïc. More, cependant, n’a jamais abandonné les habitudes du lever matinal, de la prière prolongée, du jeûne, et du port de la chemise en crin. Dieu restait le centre de sa vie.

A la fin de 1504 ou au début de 1505, More épouse Joan Colt, la fille aînée d’un gentleman farmer de l’Essex. Elle était une hôtesse compétente pour les visiteurs non anglais, comme l’humaniste hollandais Desiderius Erasmus, à qui l’on donna des chambres permanentes dans la Vieille Péniche sur le bord de la Tamise à Bucklersbury dans la Cité de Londres, la maison de More pendant les deux premières décennies de sa vie conjugale. Erasme a écrit son In Praise of Folly pendant son séjour.The Execution of Sir Thomas More. 1591 painting by Antoine CaronLes importantes négociations que More mène en 1509 au nom de plusieurs compagnies londoniennes avec le représentant des marchands d’Anvers confirment sa compétence en matière commerciale et ses dons d’interprète et de porte-parole. De septembre 1510 à juillet 1518, date à laquelle il démissionne pour être pleinement au service du roi, More est l’un des deux sous-hérifs de Londres, « les chevaux de bât du gouvernement de la Cité ». Il s’est fait apprécier des Londoniens comme un juge impartial, un consultant désintéressé et «le patron général des pauvres».

L’idylle domestique de More prend brutalement fin à l’été 1511 avec la mort, peut-être en couches, de sa femme. Il se retrouve veuf avec quatre enfants, et quelques semaines après la mort de sa première femme, il épouse Alice Middleton, la veuve d’un mercenaire londonien. Elle était de plusieurs années son aînée et avait une fille à elle ; elle n’a pas donné d’enfant à More.Image from a woodcut illustration of Mary's execution at Fotheringhay Castle, 8 FebruaryL’Histoire du Roi Richard III de More, écrite en latin et en anglais entre 1513 et 1518 environ, est le premier chef-d’œuvre de l’historiographie anglaise. Bien qu’elle n’ait jamais été achevée, elle a influencé les historiens qui lui ont succédé. William Shakespeare est redevable à More pour son portrait du tyran.undefinedL’Utopie

En mai 1515, More est nommé dans une délégation chargée de réviser un traité commercial anglo-flamand. La conférence se tient à Bruges, avec de longs intervalles que More met à profit pour visiter d’autres villes belges. Il commença par les Pays-Bas et acheva après son retour à Londres son Utopie, qui fut publiée à Louvain en décembre 1516. Le livre eut un succès immédiat auprès du public pour lequel More l’avait écrit : les humanistes et une élite de fonctionnaires.Thomas More Sir Thomas More was born on 7 February 1478 and he died on 6 July 1535He was an English lawyer, social philosopher, author, statesman. - ppt download«Utopie» est un nom grec inventé par More, d’où-topos («aucun lieu») ; un jeu de mots sur eu-topos («bon lieu») est suggéré dans un poème préliminaire. L’Utopie de More décrit une cité-état païenne et communiste dans laquelle les institutions et les politiques sont entièrement gouvernées par la raison. L’ordre et la dignité d’un tel État offrent un contraste notable avec la polarité déraisonnable de l’Europe chrétienne, divisée par l’intérêt personnel et l’avidité pour le pouvoir et les richesses, que More décrit dans le Livre I, écrit en Angleterre en 1516. undefinedLa description de l’Utopie est mise dans la bouche d’un mystérieux voyageur, Raphael Hythloday, à l’appui de son argument selon lequel le communisme est le seul remède contre l’égoïsme dans la vie privée et publique. Par le dialogue, More se prononce en faveur de l’atténuation du mal plutôt que de sa guérison, la nature humaine étant faillible. Parmi les sujets abordés par More dans l’Utopie figurent la pénologie, l’éducation contrôlée par l’Etat, le pluralisme religieux, le divorce, l’euthanasie et les droits des femmes. La démonstration de son savoir, de son invention et de son esprit qui en résulte établit sa réputation comme l’un des plus grands humanistes. Bientôt traduite dans la plupart des langues européennes, l’Utopie est devenue l’ancêtre d’un nouveau genre littéraire, le roman utopique.Utopia (Portuguese Edition) eBook : More, Thomas: Amazon.fr: Boutique KindleLa carrière de serviteur du roi de Thomas MoreundefinedLe 1er mai 1517, une foule d’apprentis londoniens attaque les marchands étrangers de la ville. Le rôle de More dans la répression de cette émeute du 1er mai a inspiré une scène, attribuée à Shakespeare, dans Sir Thomas More, une pièce élisabéthaine composite. Le succès de More dans les négociations épineuses avec les Français à Calais et à Boulogne (septembre à décembre 1517) au sujet des costumes nés de la récente guerre rend plus difficile pour lui d’échapper au service royal. Cette année-là, il devient membre du conseil du roi et, à partir d’octobre, il est connu comme maître des requêtes. Il démissionne de son office de ville en 1518. Tout en cédant aux pressions, il saisit l’occasion de faire progresser la paix et la réforme. Le Lord Chancellor, Thomas Wolsey, semblait maintenant prêt à mettre en œuvre certaines des idées politiques des humanistes chrétiens.Sir Thomas More quotes, aphorisms, quotations and words of wisdom. | The World of EnglishEntre 1515 et 1520, dans des poèmes faisant l’éloge du Nouveau Testament d’Erasme, More mène une campagne énergique en faveur du programme religieux et culturel d’Erasme – les études grecques comme clé d’une théologie renouvelée par un retour à la Bible et aux Pères de l’Eglise. Les poèmes latins de More ont été publiés en 1518 sous une même couverture entre son Utopie et les Epigrammata d’Erasme ; ils sont extrêmement variés dans leur métrique et leur matière, leurs principaux sujets étant le gouvernement, les femmes et la mort.ImageErasme propose son ami londonien comme modèle pour l’intelligentsia européenne dans des lettres adressées à l’humaniste allemand Ulrich von Hutten (1519), à l’érudit parisien Germain de Brie (1520), avec lequel More venait d’engager une polémique, et à Guillaume Budé, que More avait rencontré en juin 1520 au Champ du Drap d’Or, lieu de rencontre, près de Calais, entre Henry VIII et François 1er. Il ne reculait devant rien qui lui procure un plaisir innocent, même d’ordre corporel. Il avait une voix d’orateur et une mémoire qui lui servait bien pour les répliques extemporanées. « Né pour l’amitié », il pouvait tirer du plaisir des personnes ou des choses les plus ennuyeuses. Ses affections familiales étaient chaleureuses mais discrètes. Il donnait librement et volontiers, sans attendre de remerciements. Au milieu de son intense activité professionnelle, il trouvait des heures pour prier et pour superviser son école domestique. La plupart de ses élèves étaient des jeunes filles, à qui il donnait l’éducation classique et chrétienne la plus raffinée.Thomas Morgenstern QuotesEn 1520 et 1521, More participe à des pourparlers, à Calais et à Bruges, avec l’empereur Charles Quint et avec les marchands de la Hanse. En 1521, il est nommé sous-trésorier et fait chevalier. Sa fille Margaret épousa William Roper, avocat. Pour la défense des sept sacrements de Henry VIII, More a agi comme « un trieur et un placeur des principales questions ». Lorsque Martin Luther riposte, More défend le roi dans une Responsio ad Lutherum (1523), savante mais calomnieuse. En plus de ses fonctions de routine à l’Échiquier, More a servi tout au long de ces années de « courtier intellectuel », secrétaire et confident d’Henry. Il accueille les envoyés étrangers, prononce des discours officiels, rédige des traités, lit les dépêches échangées entre le roi et Wolsey, et répond au nom du roi. Souvent, il fait la navette entre le quartier général du cardinal à Westminster et les différentes résidences de chasse d’Henry. En avril 1523, More est élu speaker de la Chambre des Communes ; tout en s’efforçant loyalement d’atteindre les objectifs du gouvernement, il plaide pour une plus grande liberté de parole au Parlement. Les universités – Oxford en 1524, Cambridge en 1525 – font de lui leur grand intendant.

En 1524, More s’était installé à Chelsea. La Grande Maison qu’il y a construite porte la marque de sa philosophie, sa galerie, sa chapelle et sa bibliothèque étant toutes orientées vers la réclusion studieuse et priante. En 1525, il est promu chancelier du duché de Lancaster, ce qui place une grande partie du nord de l’Angleterre sous son contrôle judiciaire et administratif.July 5 - Sir Thomas More's last letter - YouTubeAu retour de More d’une ambassade en France à l’été 1527, Henry VIII « ouvre la Bible devant lui » comme preuve que son mariage avec Catherine d’Aragon, qui n’avait pas réussi à produire un héritier mâle, était nul, voire incestueux, en raison de son mariage précédent avec le frère défunt d’Henry. More tente en vain de partager les scrupules du roi, mais une longue étude le conforte dans son opinion que Catherine est la véritable épouse du roi. Après avoir été chargé en mars 1528 par l’évêque Tunstall de Londres de lire tous les écrits hérétiques en langue anglaise afin de les réfuter pour le bien des non-initiés, More publie sept livres de polémique entre 1529 et 1533 – le premier et le meilleur étant A Dialogue Concerning Heresies.The BRUTAL Execution Of Thomas More - YouTubeAnnées comme chancelier d’Angleterre

Avec Tunstall, More assiste au congrès de Cambrai au cours duquel la paix est conclue entre la France et le Saint Empire romain germanique en 1529. Bien que le traité de Cambrai ait représenté une rebuffade pour l’Angleterre et, plus particulièrement, un revers dévastateur pour la politique du Cardinal Wolsey, More parvint à obtenir l’inclusion de son pays dans le traité et le règlement des dettes mutuelles. Lorsque Wolsey tombe, ayant échoué dans sa politique étrangère et dans ses efforts pour obtenir l’annulation du mariage du roi avec Catherine, More lui succède comme lord chancelier le 26 octobre 1529.Thomas more execution High Resolution Stock Photography and Images - AlamyLe 3 novembre 1529, More ouvrit le Parlement qui devait plus tard forger les instruments juridiques de sa mort. En tant que porte-parole du roi, More met Wolsey en accusation dans son discours d’ouverture et, en 1531, proclame les opinions des universités favorables au divorce ; mais il ne signe pas la lettre de 1530 dans laquelle les nobles et les prélats d’Angleterre, y compris Wolsey, font pression sur le pape pour qu’il déclare le premier mariage nul, et il tente de démissionner en 1531, lorsque le clergé reconnaît le roi comme son chef suprême, bien qu’avec la clause « autant que la loi du Christ le permet ».FRIGHTFUL HISTORY: Thomas More - The BRUTAL Execution of the Lord Chancellor - YouTubeLe livre le plus long de More, The Confutation of Tyndale’s Answer, en deux volumes (1532 et 1533), porte sur « ce qu’est l’église. » More attribue au stress de se pencher pendant des heures sur son manuscrit la douleur aiguë dans sa poitrine, peut-être une angine, qu’il a invoquée lorsqu’il a supplié Henry de le libérer du joug de sa charge. C’était le 16 mai 1532, jour où le corps dirigeant (synode) de l’église d’Angleterre remettait à la couronne le document par lequel il promettait de ne jamais légiférer ni même se réunir sans l’assentiment royal, plaçant ainsi un laïc à la tête de l’ordre spirituel.

Pendant ce temps, More poursuit sa campagne en faveur de l’ancienne foi, défendant les lois anti-hérésie de l’Angleterre et son propre traitement des hérétiques, à la fois comme magistrat et comme écrivain, dans deux livres de 1533 : l’Apology et le Debellacyon. Il se moque également de l’accusation de cupidité lancée par William Tyndale, traducteur de certaines parties de la première Bible anglaise imprimée. La pauvreté de More était si notoire que la hiérarchie a collecté 5.000 £ pour couvrir ses frais de polémique, mais il a refusé cette subvention de peur qu’elle ne soit interprétée comme un pot-de-vin.TOP 25 QUOTES BY THOMAS MORE (of 93) | A-Z QuotesMise en accusation, procès et exécution

Le refus de More d’assister au couronnement d’Anne Boleyn, que Henry avait épousée après son divorce d’avec Catherine en 1533, le désignait pour la vengeance. Plusieurs accusations d’acceptation de pots-de-vin retombent sur la tête de ses accusateurs. En février 1534, More est inclus dans un bill of attainder pour complicité présumée avec Elizabeth Barton, qui avait proféré des prophéties contre le divorce d’Henry, mais il produit une lettre dans laquelle il avait mis en garde la religieuse contre toute ingérence dans les affaires de l’Etat. ImageIl est cité à comparaître devant des commissaires royaux le 13 avril pour donner son assentiment sous serment à l’Acte de Succession, qui déclare le mariage du roi avec Catherine nul et celui avec Anne valide. More était prêt à le faire, reconnaissant qu’Anne était en fait nommée reine. Mais il refusa le serment tel qu’il était alors administré parce qu’il impliquait une répudiation de la suprématie papale. Le 17 avril 1534, il est emprisonné dans la Tour. More se réjouit de la vie en prison. Mais pour ses responsabilités familiales, il aurait choisi pour lui-même « une chambre aussi dure et plus dure encore », comme il le dit à sa fille Margaret, qui après un certain temps a prêté serment et a alors été autorisée à lui rendre visite. En prison, More a écrit A Dialogue of Comfort Against Tribulation, un chef-d’œuvre de sagesse chrétienne et de littérature.Sir Thomas More - Great Figures of Henry VIII's Tudor Court - History with HenrySon procès a lieu le 1er juillet 1535. Richard Rich, le solliciteur général, créature de Thomas Cromwell, chef inavoué du gouvernement, témoigne que le prisonnier a, en sa présence, nié le titre du roi comme chef suprême de l’Eglise d’Angleterre. Malgré le cinglant démenti de More à ce faux témoignage, le verdict unanime du jury fut « coupable ». Avant que la sentence ne soit prononcée, More a parlé « en décharge de sa conscience ». L’unité de l’Eglise était le motif principal de son martyre. Sa deuxième objection était qu' »aucun homme temporel ne peut être chef de la spiritualité ». Le mariage d’Henry avec Anne Boleyn, auquel il se référait également comme la cause pour laquelle on « cherchait son sang », avait été l’occasion des assauts contre l’église : parmi ses juges se trouvaient le père, le frère et l’oncle de la nouvelle reine.

More est condamné à la mort du traître – « to be drawn, hanged, and quartered » – ce que le roi change en décapitation. Pendant cinq jours de suspense, More prépare son âme à rencontrer « le grand époux » et écrit une belle prière et plusieurs lettres d’adieu. Il marcha jusqu’à l’échafaud de Tower Hill. « Veillez à ce que je monte en toute sécurité », dit-il au lieutenant, « et pour ma descente, laissez-moi m’occuper de moi-même ». Il dit aux spectateurs de témoigner qu’il mourait « dans la foi et pour la foi de l’Église catholique, bon serviteur du roi et premier de Dieu ». Il modifie le rituel en se bandant les yeux, jouant « un rôle qui lui est propre » même sur cette scène affreuse.

La nouvelle de la mort de More choque l’Europe. Erasme pleure l’homme qu’il avait si souvent loué, « dont l’âme était plus pure que toute neige, dont le génie était tel que l’Angleterre n’a jamais eu et n’aura jamais plus son pareil ». L’image officielle de More comme traître n’a pas gagné en crédibilité, même dans les pays protestants.

L’héritage de Thomas MoreThe HORRIFIC Execution Of Sir Thomas Wyatt The Younger - YouTubeSi le triomphe de l’anglicanisme a entraîné une certaine éclipse de Thomas More, la publication des papiers d’Etat a redonné une image plus complète et plus vraie de More, préparant l’opinion publique à sa béatification (1886). Il fut canonisé par Pie XI en mai 1935. Bien que l’homme soit plus grand que l’écrivain et que rien dans sa vie « ne l’ait rendu comme le fait d’en sortir », son « petit livre d’or », l’Utopie, lui a valu une plus grande renommée que la couronne du martyre ou les millions de mots de ses œuvres anglaises.

La phrase d’Erasme décrivant More comme omnium horarum homo a été traduite plus tard par « un homme pour toutes les saisons » et a été popularisée par la pièce de Robert Bolt, A Man for All Seasons (1960). Des monuments à la mémoire de More ont été placés à Westminster Hall, à la Tour de Londres, et au Chelsea Embankment, tous à Londres. Selon les mots de l’apologiste catholique anglais G.K. Chesterton, More « pourrait être considéré comme le plus grand Anglais, ou du moins comme le plus grand personnage historique de l’histoire anglaise ».

Il a laissé une œuvre majeure, l’Utopie, publiée en 1516. Condamné et décapité pour son opposition à Henri VIII, l’Anglais Thomas More est l’une des principales figures de la Renaissance. Et si l’image de cet homme vertueux et martyr, modèle de tolérance, canonisé en 1935, n’était qu’une légende…

https://www.britannica.com/biography/Thomas-More-English-humanist-and-statesman

https://www.worldhistory.org/Sir_Thomas_More/

https://www.lhistoire.fr/ils-ont-tu%C3%A9-thomas-more

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *