Catégories
Espace & Univers

3 juillet 1998 – Lancement de Nozomi (sonde spatiale japonaise)

OTD in Space – July 3: Japan Launches Nozomi Mars Mission - YouTubeLancement du vaisseau spatial Nozomi Lancement de Nozomi (sonde spatiale japonaise)NOZOMI (PLANET-B)

NOZOMI (PLANET-B) a été le premier explorateur japonais de Mars et sa mission principale était de rechercher la haute atmosphère martienne en se concentrant sur l’interaction avec le vent solaire. Le 4 juillet 1998, l’explorateur a été lancé par une fusée MV-3 ​​depuis le centre spatial de Kagoshima à Uchinoura. Sur le chemin de Mars, cependant, des problèmes sont survenus avec NOZOMI et des changements d’orbite substantiels ont été apportés. Ainsi, il s’est approché de près de Mars en décembre 2003, avec quatre ans de retard sur le plan initial. Cependant, en raison de problèmes fréquents, les systèmes nécessaires pour entrer en orbite autour de Mars ne fonctionnaient pas. Malgré tous les efforts possibles pour rétablir les fonctions, nous avons dû abandonner l’insertion de l’explorateur en orbite autour de Mars le 9 décembre 2003. NOZOMI est devenue une planète artificielle qui vole à jamais en orbite autour du Soleil à proximité de celle de Mars.Nom (pré-lancement entre parenthèses): Nozomi(PLANET-B)
Code de désignation internationale:  1998-041A

Objectifs : Recherche sur l’interaction entre la haute atmosphère martienne et le vent solaire, observation du champ magnétique martien, télédétection de la surface et des satellites martiens, etc.
Date de lancement 03:12, 4 juillet 1998 (JST)
Lieu de lancement Centre spatial de Kagoshima (Uchinoura)
Véhicule de lancement MV-3
Lester Environ. 540 kilogrammes
Dimensions 1,6 m de long x 1,6 m de large x 0,58 m de haut
52 m de long d’un bout à l’autre de l’antenne filaire
6,22 m de long d’un bout à l’autre des panneaux solaires
Installation de plaques inscrivant les noms de 270 000 personnes sur le corps
Type d’orbite : Héliocentrique

Instruments scientifiques:  (1). Caméra d’imagerie Mars
(2). Mesure de champ magnétique (MGF)
(3). Sonde de température électronique (PET)
(4). Analyseur de spectre électronique (ESA)
(5). Analyseur de spectre ionique (ISA)
(6). Spectromètre électronique et ionique (EIS)
(7). Extra Scanner ultraviolet (XUV)
(8). Spectromètre d’imagerie ultraviolette (UVS)
(9). Onde plasma et sondeur (PWS)
(10). Analyseur d’onde plasma basse fréquence (LFA)
(11). Imageur de masse ionique (IMI)
(12). Compteur de poussière de Mars (MDC)
(13). Spectromètre de masse neutre (NMS)
(14). Analyseur de plasma thermique (TPA)

Fin de l’opération 9 décembre 2003
Opération NOZOMI a effectué deux passages lunaires les 24 août et 8 décembre 1998. Le 20 décembre 1998, il a effectué un passage propulsé de la terre à environ 1 000 km, le point le plus proche de la terre, mais en raison d’une poussée défectueuse. soupape, sa poussée était insuffisante. La consommation de carburant était excessive en raison du changement de trajectoire de vol et il devenait impossible d’insérer l’explorateur en orbite autour de Mars. Plus tard, l’arrivée de l’explorateur sur Mars a été reportée d’octobre 1999 à janvier 2004. NOZOMI a effectué deux fois de plus le tour de la Terre en décembre 2002 et juin 2003 pour entrer dans l’orbite vers Mars. En avril 2003, cependant, il y a eu des pannes insolubles dans les systèmes de communication et de contrôle thermique. Enfin, pour empêcher NOZOMI de s’écraser sur Mars, l’équipe de la mission a modifié le cap de vol de l’explorateur dans la nuit du 9 décembre.
Résultats NOZOMI nous a fourni des données précieuses en effectuant diverses observations telles que la mesure de la lumière hydrogène Lyman-alpha dans l’espace interplanétaire.Lost Japanese satellite Hitomi shows unexpected signs of life | New ScientistFaits saillants : Nozomi

Nozomi était le premier vaisseau spatial interplanétaire du Japon et aussi la première mission envoyée sur la planète rouge par une nation autre que les États-Unis ou l’Union soviétique.

  • Une série de dysfonctionnements malheureux et de vaisseaux spatiaux ont conduit les ingénieurs à ordonner à la mission de se mettre en orbite autour du Soleil.
  • Bien qu’il n’ait pas pu terminer sa mission sur Mars, le vaisseau spatial a fourni des informations cruciales sur l’environnement de l’espace lointain.

Résultats : Nozomi, la quatrième sonde spatiale japonaise, était également son premier vaisseau spatial planétaire et le premier dirigé vers Mars qui ne provenait ni des États-Unis ni de la Russie (Union soviétique).

Le vaisseau spatial devait entrer sur une orbite très elliptique autour de Mars le 11 octobre 1999. Sa mission était de mener des enquêtes à long terme sur la haute atmosphère de la planète et ses interactions avec le vent solaire et de suivre les trajectoires d’échappement des molécules d’oxygène de La fine atmosphère de Mars.

Il devait également avoir pris des photos de la planète et de ses lunes depuis son orbite opérationnelle de 186 x 29 500 miles (300 × 47 500 kilomètres). Pendant le périgée, Nozomi aurait effectué une télédétection de l’atmosphère et de la surface. Alors qu’il était proche de l’apogée, le vaisseau spatial aurait étudié les ions et le gaz neutre s’échappant de la planète.

Bien que conçu et construit par le Japon, le vaisseau spatial transportait un ensemble de 14 instruments du Japon, du Canada, d’Allemagne, de Suède et des États-Unis.

Après être entré sur une orbite de stationnement elliptique autour de la Terre à 211 x 249 000 miles (340 × 400 000 kilomètres), Nozomi a été envoyé sur une trajectoire interplanétaire qui impliquait deux survols assistés par gravité de la Lune les 24 septembre et 18 décembre 1998, à 1 745 milles (2 809 kilomètres). Il a également survolé la Terre le 20 décembre 1998, à environ 625 miles (1 003 kilomètres).Mars Mission From United Arab Emirates Embarks on 7-Month Journey - The New York TimesL’assistance gravitationnelle de la Terre ainsi qu’une combustion du moteur de sept minutes ont mis Nozomi sur une trajectoire d’évasion vers Mars.

Malheureusement, une valve défectueuse a entraîné une perte de propulseur, laissant l’engin spatial avec une accélération insuffisante pour atteindre sa trajectoire nominale. Par la suite, parce que deux corrections à mi-course le 21 décembre ont utilisé plus de propulseur que prévu, la mission initialement prévue de Nozomi a dû être complètement reconfigurée.

Les contrôleurs au sol ont ordonné aux propulseurs de contrôle d’attitude à faible poussée de se déclencher pour s’assurer que Nozomi n’aurait pas d’impact sur la surface martienne, ce qui aurait été un problème puisque le vaisseau spatial n’avait pas été stérilisé. Vaisseau spatial au-dessus de Mars.Vue d’artiste de Nozomi sur Mars. Crédit : JAXA et ISAS

Le nouveau plan impliquait quatre années supplémentaires en orbite héliocentrique, au cours desquelles il effectuerait deux autres survols de la Terre (en décembre 2002 et juin 2003) menant à une rencontre avec Mars en décembre 2003, quatre ans plus tard que prévu initialement.

Alors qu’il se dirigeait vers la Terre, le 21 avril 2002, de puissantes éruptions solaires ont endommagé les systèmes de communication et d’alimentation de Nozomi, provoquant le gel de l’hydrazine dans le système de contrôle d’attitude du véhicule. Le contact avec le vaisseau spatial a été perdu le 15 mai, mais deux mois plus tard, les contrôleurs ont trouvé la balise du vaisseau spatial.UAE's historic first Mars mission launches from Japan - UPI.comLes scientifiques de la mission ont pu dégeler le carburant gelé alors que le vaisseau spatial s’approchait de la Terre et les survols ont été accomplis comme prévu : le 21 décembre 2002, à une distance d’environ 18 335 miles (29 510 kilomètres) et une fois de plus le 19 juin 2003, à un portée d’environ 6 850 milles (11 023 kilomètres).Peu de temps après, la chance du vaisseau spatial s’est finalement épuisée. Le 9 décembre 2003, en prévision de l’insertion en orbite de Mars prévue cinq jours plus tard, le propulseur principal est tombé en panne, mettant essentiellement fin à la mission.

Les contrôleurs au sol ont ordonné aux propulseurs de contrôle d’attitude à faible poussée de se déclencher pour s’assurer que Nozomi n’aurait pas d’impact sur la surface martienne, ce qui aurait été un problème puisque le vaisseau spatial n’avait pas été stérilisé.

Le vaisseau spatial est passé par Mars à une distance d’environ 620 miles (1 000 kilomètres) et reste en orbite héliocentrique. Bien qu’il n’ait pas accompli sa mission principale, Nozomi a fourni des données importantes à partir de sa suite d’instruments scientifiques.UAE's historic first Mars mission launches from Japan - UPI.com«L’espoir» perdu du Japon 
Une sonde martienne malchanceuse peut être sacrifiée pour éviter un crash

L’agence spatiale japonaise JAXA a pratiquement abandonné l’espoir de sauver sa sonde martienne paralysée. Lancé en juillet 1998, Nozomi (« Hope ») a subi de nombreux revers, notamment une pénurie de carburant et une éruption solaire dommageable, retardant son arrivée sur Mars jusqu’à la mi-décembre, 4 ans plus tard que prévu à l’origine.

Ce n’est pas la fin des mauvaises nouvelles. En route, un système d’alimentation défectueux a permis au propulseur de fusée de l’engin de geler, de sorte que les contrôleurs au sol sont désormais incapables d’effectuer le tir prolongé nécessaire pour placer Nozomi sur l’orbite prévue autour de Mars. Pour aggraver les choses, Nozomi est plus ou moins sur une trajectoire de collision avec la planète rouge. Si les contrôleurs ne parviennent pas à résoudre le problème de carburant d’ici le 9 décembre, ils utiliseront de petits propulseurs alternatifs pour éviter un éventuel crash du vaisseau spatial, qui n’a pas été stérilisé avant le lancement. Nozomi finira alors par dériver inutilement sur une large orbite autour du soleil.Ne pariez pas sur plus d’épaves martiennes pour l’instant. Selon le chef de projet de Nozomi, Hajime Hayakawa, il n’y a que 1% de chances que l’engin plonge dans l’atmosphère martienne et s’écrase le 14 décembre si le moteur-fusée de Nozomi ne peut pas tirer. Mais si cela se produit, la planète pourrait être contaminée par des bactéries terrestres, car « aucune stérilisation n’a été effectuée avant le lancement », explique Hayakawa. Par conséquent, la JAXA tentera de recibler le vaisseau spatial pour réduire davantage la probabilité de toucher Mars.ImageLe risque biologique est également faible, selon John Rummel, responsable de la protection planétaire de la NASA. Il cite l’extrême sécheresse de la planète, qui est également bombardée par des niveaux fulgurants de rayonnement ultraviolet. De plus, il est peu probable que les micro-organismes de Nozomi aient survécu au séjour de 5 ans dans l’environnement hostile de l’espace interplanétaire. Et s’ils le faisaient, ils feraient face à la combustion partielle du vaisseau spatial dans l’atmosphère martienne. « Il est peu probable qu’il y ait un problème de contamination important », déclare Rummel.Si Nozomi s’écrase, ce ne sera pas la première fois que des micro-organismes terrestres pourraient atteindre la surface martienne. En 1999, Mars Climate Orbiter de la NASA s’est écrasé à la surface en raison d’une erreur d’ingénierie (ScienceNOW, 23 septembre). Comme Nozomi, Mars Climate Orbiter a été nettoyé, mais pas entièrement stérilisé. Et au début des années 1970, les ingénieurs spatiaux soviétiques ont affirmé que leurs atterrisseurs martiens – les premiers à se poser – étaient entièrement stérilisés, mais, dit Rummel, « leurs affirmations étaient si extrêmes que presque personne ne les croyait ».Lancement du vaisseau spatial Nozomi July 4th in year 1998, Japan launches the Nozomi probe to Mars, joining the United States and Russia as a space exploring nation. #Nozomi(spacecraft) #history #datefactsLe Nozomi (Japanese for Hope et connu avant son lancement sous le nom de Planet-B) a été lancé le 3 juillet 1998. L’arrivée de Nozomi sur Mars a été retardée de quatre ans par rapport à son rendez-vous initialement prévu en 1999 afin d’économiser du carburant. L’engin spatial a utilisé plus de propulseur que prévu lors d’une manœuvre de correction de trajectoire le 21 décembre 1998 après que le survol de la Terre du 20 décembre a laissé l’engin avec une « accélération insuffisante ». Le vaisseau spatial continuera sur une orbite héliocentrique jusqu’à ce qu’il rencontre Mars en décembre 2003.

https://www.isas.jaxa.jp/en/missions/spacecraft/past/nozomi.html

https://solarsystem.nasa.gov/missions/nozomi/in-depth/

https://www.science.org/content/article/japans-lost-hope

https://solarviews.com/cap/craft/nozomi1.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *