Catégories
Science et Technologie

29 Juin 1937 – Invention de l’autoneige

Musée de l'ingéniosité J. Armand Bombardier - Autoneige B7Motoneige – Inventée par Joseph-Armand BombardierThe History of Ski-Doo | Gull Boats & RV BlogLe canadien Joseph-Armand Bombardier (1907-1964) invente la première autoneige (snowmobile) qui eut un succès commercial.

En 1926, Joseph-Armand Bombardier s’établit comme garagiste à Valcourt, consacrant ses temps libres à des travaux de recherche pour la mise au point de véhicules capables d’assurer le transport sur la neige.Joseph Armand Bombardier (The Inventor Of The Snowmobile) timeline | TIl faut savoir que son invention est lié et influencé par un Incident :

Son fils est mort d’une péritonite parce que la famille n’a pas pu arriver à temps à l’hôpital      Joseph-Armand Bombardier | l'Encyclopédie Canadienne   Des années d’efforts aboutissent en 1937 à la production du transporteur à sept passagers B-7 (pour : Bombardier – sept passagers) et à l’obtention d’un brevet pour un système de traction barbotin-chenille qui sera employé dans la plupart des véhicules développés par la suite. C’est cette année-là que l’inventeur devient aussi entrepreneur et crée L’Autoneige Bombardier, qui fut incorporée en 1942.Snowmobile History Volume 1 | The Snowmobile Hall of FameÀ propos de l’invention

Une motoneige est un véhicule conçu pour les déplacements hivernaux et les loisirs sur la neige. Il est conçu pour être utilisé sur la neige et la glace et ne nécessite pas de route ou de sentier, mais la plupart sont conduits sur des terrains ouverts ou des sentiers.Back In The Day: Going Mobile - IssuuEn 1935, Bombardier a assemblé un véhicule qui roulait sur des chenilles semblables à celles d’un char. Première motoneige, le véhicule était dirigé par des skis et pouvait transporter deux ou trois passagers. Avec son premier système mécanique breveté — le système d’entraînement du pignon et de la chenille de la motoneige, breveté le 29 juin 1937 — Bombardier commercialise sa motoneige B7 à sept places en 1937. Les premiers acheteurs (environ 100 en 1939) sont des médecins de campagne, des ambulanciers et des prêtres vivant dans des régions éloignées. Le marché s’est rapidement étendu aux commerces de détail, aux entreprises de transport, aux services publics d’électricité, aux compagnies de téléphone, aux facteurs et aux opérations forestières.The Legacy of J. Armand Bombardier- History of BRP and the Can-Am Spyder | Cycle WorldBombardier convertit progressivement son garage en une entreprise manufacturière appelée L’Auto-Neige Bombardier Limitée, embauchant des ouvriers agricoles de Valcourt et les formant comme ouvriers spécialisés. Les frères et cousins de Bombardier ont occupé des postes de direction dans les domaines de la gestion, des ventes et de la recherche technique. Il ne fallut pas longtemps avant qu’une nouvelle usine soit acquise et que 200 motoneiges soient construites chaque année.How Fast Do Snowmobiles Go? - Off-Roading ProAprès le début de la Seconde Guerre mondiale, les Forces armées canadiennes s’intéressent à la motoneige B12 de Bombardier (brevetée en 1942), mais veulent un modèle plus puissant pouvant déplacer des troupes et du matériel militaire en hiver. Cela l’a amené à développer quatre modèles différents de grands véhicules blindés à chenilles, dont 1 900 ont été fabriqués entre 1942 et 1946.

Nouveau terrain

En 1947, L’Auto-Neige Bombardier produit 1 000 véhicules, dont le C18, conçu comme un autobus scolaire d’hiver. Ces véhicules sont utilisés partout au Québec, mais aussi en Ontario et dans l’Ouest canadien. Cependant, l’hiver 1947-1948 apporte des revers. Un manque de neige a fait chuter les ventes et, pire pour Bombardier, les gouvernements avaient commencé à déneiger les routes de campagne, ce qui rendait la motoneige obsolète. En réponse, Bombardier a commencé à concevoir des véhicules tout-terrain, qui sont devenus essentiels dans les industries agricole, minière, pétrolière et forestière. L’un des succès de Bombardier de cette période était le tracteur Muskeg. Introduit en 1953, le Muskeg (« tourbière herbeuse » en algonquien) était un modèle tout-terrain également adapté à la traversée des marécages, du sable ou de la neige.All The Different Types Of Snowmobiles And Which One Is Right For You – Outdoor TroopLe Ski-Doo

Le succès mondial du Muskeg a permis à Bombardier de revenir à un vieux rêve : un modèle de motoneige plus petit et ultraléger. En 1958, il teste le premier prototype en bois. En 1959, il livre personnellement le premier Ski-Doo à un missionnaire dans une région éloignée du nord de l’Ontario. Le Ski-Doo était petit – comparable à une moto – et propulsé par une seule chenille aussi large que la machine et placée derrière des skis orientables. En l’espace d’une décennie, il a eu des répercussions importantes sur la vie dans les collectivités du Nord et de l’Arctique. Son utilisation récréative assura la prospérité de l’entreprise bien après la mort de Bombardier le 18 février 1964.Back In The Day: Going Mobile - IssuuÀ propos d’Inventeur

Joseph-Armand Bombardier était un inventeur et homme d’affaires canadien et a été le fondateur de Bombardier. Son invention la plus connue est la motoneige.

Début de la vie

Joseph-Armand Bombardier est né à Valcourt, au Québec, un petit village agricole des Cantons-de-l’Est. Aîné d’une fratrie de huit, Bombardier a découvert très tôt une aisance pour la mécanique. À 13 ans, il construit une locomotive miniature propulsée par des mécanismes d’horlogerie qu’il achète à un bijoutier local. Cela a été suivi par des tracteurs jouets et des bateaux qu’il a construits pour ses jeunes frères et sœurs. Il a également connecté le rouet d’une tante à une petite machine à vapeur et converti un fusil rouillé en un canon miniature.Musée de l'ingéniosité J. Armand Bombardier - Autoneige B7Le soir du Nouvel An 1922, alors qu’il avait 15 ans, Bombardier teste sa première invention grandeur nature. Il a attaché un moteur Ford modèle T qu’il avait remis à neuf au sommet de deux traîneaux en bois attelés en tandem. Le moteur entraînait une hélice en bois faite à la main, qui propulsait le véhicule dans la neige. Bien qu’il ait parcouru plus d’un kilomètre, son père a ordonné le démontage de l’engin car son hélice ouverte pouvait causer des blessures considérables.

Les premières motoneiges B7 (B pour Bombardier et 7 pour 7 passagers) sont vendues durant l’hiver 1936-37 et sont bien accueillies. Une nouvelle usine capable de produire plus de 200 véhicules par an est construite en 1940. Un nouveau modèle 12 places est mis sur le marché en 1941, mais la demande est interrompue lorsque le Canada entre dans la Seconde Guerre mondiale. Bombardier a offert son expertise au gouvernement canadien et a commencé à produire des véhicules militaires spécialisés pour les Alliés.

Après la guerre, les affaires ont décliné lorsque le gouvernement du Québec a commencé à déneiger les routes secondaires en 1948. Bombardier a continué à construire des motoneiges plus petites au cours des années 1950 et a développé un nouveau marché pour les produits récréatifs pour une ou deux personnes. À peine 200 motoneiges ont été vendues lorsque le modèle a été lancé en 1959, mais au moment de la mort de Bombardier en 1964, l’idée était un succès et plus de 8 200 unités étaient vendues chaque année.

Une remarque

La motoneige suscite des inquiétudes quant au bruit, aux dommages écologiques et à la sécurité depuis que son utilisation récréative s’est popularisée dans les années 1960. Au cours de cette décennie en particulier, certains s’en sont servis pour vandaliser, détruire des habitats et pourchasser le gibier. En 1975, toutes les provinces avaient adopté des lois régissant et limitant l’utilisation des motoneiges.

Héritage

Au début des années 1970, quand la concurrence avec les fabricants de motoneiges menace de submerger Bombardier Inc. et qu’une crise du pétrole à l’échelle mondiale se profile à l’horizon, la compagnie survit en explorant de nouveaux marchés, notamment le transport ferroviaire et d’autres types de véhicules sur rails. En 1974, la compagnie décroche le contrat pour la production des wagons du métro de Montréal, et deux ans plus tard, elle prend le contrôle de la MLW-Worthington ltd, un fabricant de locomotives de Montréal. En 1982, elle gagne le prestigieux contrat du métro de la ville de New York. Des années plus tard, Bombardier entre dans l’industrie aéronautique en achetant Canadair, le constructeur de Challenger. (Voir Industrie de l’aérospatiale.) En 1989, Bombardier (avec un consortium d’autres entreprises) remporte le contrat pour la construction des trains du tunnel sous la Manche qui relient la France au Royaume-Uni. L’année suivante, elle acquiert Learjet, une entreprise construisant des avions d’affaires. Au 21e siècle, après deux décennies de croissance, Bombardier connaît des problèmes financiers. Pour régler des dettes importantes, elle vend sa division ferroviaire et sa division d’avions commerciaux à la fin des années 2010. Elle continue toutefois de produire des jets privés.

Depuis son siège de Montréal, Bombardier Inc. assure la gestion d’un réseau de filiales opérant dans plus de 60 pays. Joseph-Armand Bombardier a fondé l’une des compagnies les plus chargées d’histoire du Canada créant ainsi une de ses marques les plus célèbres. Son succès ne découle pas seulement de sa capacité à répondre à des besoins en matière de transport qui ont changé, mais aussi à celle de les créer – un esprit inventif qui engendre un record d’innovations chez Bombardier Inc.

https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/joseph-armand-bombardier

http://www.edubilla.com/inventor/joseph-armand-bombardier/

http://www.edubilla.com/invention/snowmobile/ 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *