Catégories
Femmes dans l'histoire

29 Avril 2008 – A la mémoire de Mary Golda, une figure cachée, vers les étoiles à travers les étoiles, «Meredith»

Cherokee engineer a space exploration pioneer | Features | tahlequahdailypress.comMary Ross : une figure cachée, première femme ingénieur amérindienne connue, et pionnière de l’aérospatialeMary Golda Ross: The First Native American Aerospace Engineer and Space Race Pioneer | A Mighty GirlComment Mary Golda Ross (1908-2008) de Park Hill, Oklahoma, est-elle devenue une ingénieure travaillant sur certaines des technologies aérospatiales les plus importantes et les plus secrètes de la guerre froide ? Selon ses mots, elle « a commencé avec une base solide en mathématiques et des qualités qui me sont venues de mon héritage indien ». En 1958, une femme a surpris les panélistes du jeu télévisé « What’s My Line ? » Lorsqu’ils ont finalement découvert ce qu’elle faisait, l’animateur de l’émission a admis qu’il avait lui-même été surpris par son métier.Mary Golda Ross: She Reached for the Stars | NMAI MagazineQui était Mary G. Ross ? Elle était une autre « figure cachée », une mathématicienne et ingénieure dont le rôle dans l’ère spatiale américaine est largement inconnu. L’œuvre de sa vie est célébrée dans le Google Doodle du 9 août 2018 .

Ross est né en 1908 à Park Hill, Oklahoma, une ville près de Tahlequah, la capitale de la Nation Cherokee. Elle était la deuxième des cinq enfants nés de William Wallace Ross Jr. et de Mary Henrietta Moore Ross, tous deux citoyens Cherokee. Son arrière-arrière-grand-père était John Ross, le principal chef de la nation Cherokee.Mary G. Ross: 5 Fast Facts You Need to Know | Heavy.comSa jeunesse a été pleine de culture et d’histoire cherokee. En repensant à ses années d’école primaire et secondaire, Ross a fait remarquer : «J’avais autant d’enseignants indiens que de non indiens. Mon professeur de mathématiques au lycée était un Cherokee. Après le lycée, Ross a fréquenté le Northeastern State Teacher’s College à Tahlequah où elle a obtenu en 1928 un diplôme en mathématiques. Auparavant, le collège était le site du Cherokee Female Seminary, l’un des premiers établissements d’enseignement pour femmes à l’ouest du Mississippi et financé par une tribu.Mary Golda Ross | UnshuSHEdRoss est ensuite devenu enseignante, instruisant des élèves en mathématiques et en sciences pendant près de 10 ans dans des écoles publiques. En 1937, elle accepte un poste de conseillère auprès des étudiantes à la Santa Fe Indian School, un internat géré par le gouvernement pour les Amérindiens du Nouveau-Mexique. Ces écoles publiques étaient souvent des endroits isolés, car les élèves autochtones étaient séparés de leurs parents et de leur famille. Il aurait été important pour les étudiants d’avoir des professeurs et des conseillers autochtones pour les instruire.Traci Sorell, a light-skinned Cherokee woman with medium brown, shoulder-length hair, standing in a classroom in front of a projected image of the cover of Classified: The Secret Career of Mary Golda Ross, Cherokee Aerospace Engineer, which was illustrated by Natasha Donovan, and a photo of Mary with the heading "A Hidden Figure: Mary Golda Ross."Pendant les vacances d’été, Ross est retourné en classe, cette fois en tant qu’étudiante plutôt qu’en tant qu’éducatrice. Entre 1932 et 1938, elle a suivi des cours d’études supérieures au Colorado State Teachers College (aujourd’hui l’Université du nord du Colorado), qui ont abouti à une maîtrise en mathématiques. La poursuite de ses études était importante pour elle. Ross a déclaré : « Le monde est si technique, si vous envisagez d’y travailler, une formation en mathématiques vous permettra d’aller plus loin et plus vite. »Your Daily Epsilon of Math on Twitter: "GREAT WOMAN OF MATHEMATICS: MARY GOLDA ROSS, 1908-2008. Mary Golda Ross was the first Native American woman to become an engineer. The great-granddaughter of aÉduquer les autres était un élément clé du travail de sa vie, en partie parce que l’enseignement était l’une des rares carrières disponibles pour les femmes diplômées en mathématiques et en sciences en raison des pratiques d’embauche sexistes dans les laboratoires universitaires et industriels. Le besoin de mathématiciens qualifiés pendant la Seconde Guerre mondiale allait bientôt changer le cheminement de carrière de Ross et la lancer sur un territoire sans précédent.Mary Golda Ross - Unsung Heroes of Science 2022 - YouTubeComme beaucoup d’autres autochtones, Ross a répondu à l’appel au service national pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1942, elle rejoint Lockheed Aircraft Corporation à Burbank, Californie, en tant qu’assistante de recherche en mathématiques. Elle faisait partie du groupe Advanced Development Projects, officieusement connu sous le nom de Skunk Works. Ross et ses collègues ont travaillé pour améliorer la conception du P-38 Lightning, un avion de chasse utilisé par l’armée de l’air américaine et d’autres avions militaires. Elle s’est spécialisée dans l’étude de la façon dont les aéronefs réagissent aux forces aérodynamiques.Mary Golda Ross: The First Native American Aerospace Engineer and Space Race Pioneer | A Mighty GirlPassionnée par son travail, la curiosité et l’amour de l’apprentissage de Ross l’ont amenée à suivre des cours avancés en génie aéronautique à l’University of California-Los Angeles Extension School. Grâce à ses études, Ross a obtenu son diplôme d’ingénieur professionnel agréé en 1949. Elle a été la première femme ingénieure amérindienne connue. Le nouveau titre de Ross lui a permis d’assumer plus de responsabilités.

Parallèlement, les développements politiques et technologiques ont ouvert de nouveaux domaines de recherche. Alors qu’une guerre froide émergeait de la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’armée américaine a identifié une nouvelle arme – les missiles – comme une priorité absolue. Lockheed a répondu en créant une nouvelle société, Lockheed Missiles and Space Company. Avec cette nouvelle société, Ross a travaillé sur de nombreux projets, notamment le missile Polaris lancé par sous-marin et le lanceur Agena, qui a transporté des charges utiles militaires, de renseignement et civiles dans l’espace.Mary Golda Ross: Aerospace Engineer, Educator, and Advocate | National Air and Space MuseumRoss a apporté des contributions à l’industrie aérospatiale américaine d’une importance immédiate et d’un impact durable, bien que l’impact total reste inconnu car une grande partie de son travail est toujours classifiée. Son travail était également fondamental. Elle a contribué au manuel de vol interplanétaire de la NASA, Vol. 3 (1963), qui détaillait les trajectoires de vol des engins spatiaux vers Mars et Vénus. Cette ressource a éclairé les travaux d’équipes de chercheurs sur les vols spatiaux habités. Ross a pris sa retraite de Lockheed en 1973.

Ross s’est engagé toute sa vie dans le service et l’éducation et a défendu les femmes et les Autochtones dans le domaine de l’ingénierie. Elle était membre fondatrice de la section de Los Angeles de la Society of Women Engineers (SWE), une organisation qui offrait un développement professionnel et une communauté aux ingénieurs en exercice et soutenait des programmes de mentorat et de bourses pour les étudiantes en génie. Tout au long de son implication avec SWE, Ross a donné des conférences dans des classes d’écoles secondaires et de collèges, a financé des bourses d’études et a siégé au conseil de direction national de SWE. Elle a également été active au sein de l’American Indian Science and Engineering Society, fondée en 1977 pour soutenir les étudiants autochtones à tous les niveaux en sciences et en ingénieurie. Ross était connue comme une « légende » parmi les étudiants autochtones en ingénieurie.   Take Our Quiz Celebrating Mary G. Ross: The First American Indian Woman Engineer - All Together               Ross a encouragé la préservation et la célébration des histoires et des cultures autochtones grâce à son soutien au Smithsonian’s National Museum of the American Indian (NMAI). À l’âge de 96 ans, Ross a assisté en 2004 à l’ouverture du NMAI à Washington, DC, qui comprenait plus de 25 000 autochtones de l’hémisphère occidental. Elle portait une robe Cherokee en calicot vert que sa nièce avait cousue pour elle. En parlant de l’importance du musée, Ross a déclaré que le NMAI « racontera la véritable histoire de l’Indien, pas seulement l’histoire du passé, mais une histoire en cours ». Ross n’était pas seulement un membre de longue date du NMAI; elle a également légué plus de 400 000 $ au musée pour une dotation.  Google Doodle Honors Native American Engineer Mary G. Ross | TimeL’héritage de Ross se perpétue dans les technologies qu’elle a conçues, les personnes qu’elle a inspirées et les musées, bibliothèques et archives qui conservent des archives sur sa vie et sa carrière. Les artistes aussi honorent et partagent l’histoire de Ross. L’artiste basée dans l’Oklahoma America Meredith, citoyenne de la nation cherokee, a commémoré Ross dans un tableau intitulé Ad Astra per Astra, maintenant dans la collection du National Museum of the American Indian. Le titre est une pièce de théâtre sur l’expression latine populaire, Per Aspera ad Astra (« à travers les difficultés des étoiles »). Le titre de Meredith se traduit par « vers les étoiles à travers les étoiles » qui s’inspire de la cosmologie cherokee sur la façon dont les esprits ont il y a longtemps soulevé de jeunes garçons dans le ciel, formant ainsi les Pléiades. Meredith représente Ross debout devant un ciel étoilé avec le RM-81 Agena à sa droite et une étoile à sept branches (les sept clans des Cherokee) au-dessus de sa tête, symbolisant son dévouement à sa culture et à sa carrière.

En tant que mathématicienne et ingénieure, elle a écrit un certain nombre d’ouvrages professionnels et théoriques et a été l’un des auteurs du NASA Planetary Flight Handbook Vol. III, sur les voyages spatiaux vers Mars et Vénus.

En 1941, elle est employée comme mathématicienne chez Lockheed Corporation, où elle travaille sur des problèmes liés à la conception d’avions de chasse. En 1952, poursuivant son intérêt pour les voyages spatiaux interplanétaires, elle est passée au programme de développement avancé de Lockheed, où elle a commencé à travailler sur les missiles et les fusées. En particulier, ses travaux ont été déterminants pour le projet de fusée spatiale Agena et les mathématiques des orbites des satellites. (Ce programme a conduit aux vols spatiaux Apollo). »

Mary Golda Ross (1908-2008)

Mary Golda Ross était une ingénieure américaine, citoyenne de la nation cherokee, première femme ingénieure amérindienne connue et pionnière de l’aérospatiale. Sa carrière a débuté par quelques années d’enseignement au lycée. En 1941, elle est employée comme mathématicienne chez Lockheed Corporation, travaillant sur des problèmes liés à la conception d’avions de chasse. En 1952, poursuivant son intérêt pour les voyages spatiaux interplanétaires, elle rejoint le programme de développement avancé de Lockheed, où elle commence à travailler sur des missiles et des fusées. En particulier, son travail était essentiel pour le projet de fusée spatiale Agena et les mathématiques des orbites des satellites. (Ce programme a conduit aux vols spatiaux Apollo.).29 Avril 2008 – Mary Golda, une figure cachée, vers les étoiles à travers les étoiles, « Meredith » - Nima REJA

https://airandspace.si.edu/stories/editorial/mary-g-ross-aerospace-engineer

https://www.nasa.gov/image-feature/mary-ross-a-hidden-figure

https://todayinsci.com/4/4_29.htm#death

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *