Catégories
actualité-passée Dictature économie

28 Avril 1503 – Bataille de Cérignole

28 avril 1503 : Bataille de Cérignole - France FocusC’est la première bataille pendant laquelle les arquebusiers tiennent un rôle majeur et l’organisation adoptée.Bataille du Garigliano (1503) — WikipédiaElle est considérée comme la première grande bataille remportée en grande partie grâce à l’utilisation d’armes à feuThe Battle of Cerignola, the beginning of Spanish hegemony on the battlefields thanks to the Gran Capitán – Web HispaniaLa bataille de Cérignole se déroule le 28 avril 1503 et oppose des armées françaises et espagnoles. Elle a lieu près de Cérignole, petite ville Italienne dans le comté d’Apulie (royaume de Naples). La bataille s’inscrit dans la troisième guerre d’Italie (1500-1504) et se solde par la victoire des Espagnols.Cerignola 1503 – despertaferresLa bataille qui en résulta fut l’une des premières à être décidée par l’arme de poing. L’attaque française initiale a été faite par un mélange de cavalerie lourde et de piquiers suisses, soutenus par des tirs d’artillerie lourde, une combinaison mortelle sur les champs de bataille de cette période. Au début de la bataille, l’artillerie de Cordoue a été rendue inutile par une explosion de l’approvisionnement en poudre, mais l’attaque française a été repoussée par les arquebusiers espagnols dans leurs positions fortifiées. Nemours a été tuée par balle lors de l’attaque, faisant probablement de lui le premier général de l’histoire à être tué par une arme de poing.Italian Wars 4/10 - The Battle of Cerignola 1503 & The Battle of Garigliano - YouTubeLa bataille de Cérignole a eu lieu le 28 avril 1503, entre les armées espagnole et française, à Cérignole, près de Bari dans le sud de l’Italie. Les forces espagnoles, sous Gonzalo Fernández de Córdoba, formées de 6 300 hommes, dont 2 000 landsknechts, avec plus de 1 000 arquebusiers, et 20 canons, ont vaincu les Français qui avaient 9 000 hommes ; principalement de la cavalerie lourde gendarmerie et des piquiers mercenaires suisses, avec environ 40 canons, et commandés par Louis d’Armagnac, duc de Nemours, qui est tué.Battles of Cerignola and Garigliano 1503 - Italian Wars DOCUMENTARY - YouTubeLes préparatifs

Gonzalo Fernández de Córdoba, appelé « El Gran Capitán » (Le Grand Capitaine), avait de nombreux avantages stratégiques. Il a formé son infanterie dans de nouvelles unités appelées « Coronelías », qui étaient la semence des derniers Tercios. Ils étaient armés d’un mélange de piques, d’arquebuses et d’épées. Ce type de formation avait révolutionné l’armée espagnole qui, comme la française, s’était également centrée sur la cavalerie du Xe au XVe siècle, dans les batailles de la Reconquista .contre les musulmans d’Espagne. Les troupes espagnoles avaient occupé les hauteurs de Cérignole et retranché ses soldats avec des murs et des pieux. Devant le coteau, une tranchée fut creusée dans laquelle les arquebusiers prirent position. L’artillerie espagnole était placée au sommet de la colline parmi les vignobles, offrant une bonne vue sur l’ensemble du champ de bataille. Les jinetes, cavalerie légère espagnole, étaient placées devant le reste de l’armée, tandis que la cavalerie lourde espagnole sous Prospero Colonna était gardée en réserve.Battle of Pavia 1525, a decisive battle of Italian War in which combined Habsburg armies (Spanish Tercios/HRE Imperials) defeated French army that was under personal command of French King Francis I andLes troupes de De Córdoba ont fait face à une armée française professionnelle basée sur les réformes de l’Ordonnance, s’appuyant sur la cavalerie lourdement blindée des Compagnies d’ordonnance et des piquiers mercenaires suisses ; cependant, en même temps, cette armée avait plus d’artillerie que les Espagnols. Ce paradoxe sera constant dans les armées françaises pendant toute la première moitié du XVIe siècle. L’artillerie française n’arrivera cependant pas à temps pour participer activement à la bataille.Italian Wars - How did the Spanish colunela deploy in battle? - Steven's BalaganLa bataille

La bataille a commencé par deux charges de la cavalerie lourde française, contre le centre de l’armée espagnole, mais a été dispersée par l’artillerie lourde espagnole et les tirs d’arquebuse à chaque fois. L’assaut suivant a tenté de forcer le flanc droit, mais de nombreux cavaliers français sont tombés dans la tranchée espagnole et l’attaque a ensuite été interrompue par une tempête de feu des arquebusiers espagnols. L’une des personnes tuées par la volée d’arquebuse était le commandant français duc de Nemours, faisant de lui probablement le premier général tué au combat par des tirs d’armes légères. Avec le commandant suisse, Chandieu, prenant en charge, l’infanterie suisse a attaqué avec la cavalerie au lieu d’attendre l’arrivée de l’arrière-garde française sous d’Alègre. Lors de l’assaut imminent contre le centre espagnol, les arquebusiers espagnols furent retirés et les Landsknechts envoyés en avant. Les formations suisses, bientôt rejointes par les Gascons, ne parviennent pas à percer les positions défensives. Abattus dans le flanc par les arquebusiers et harcelés par la cavalerie espagnole, les Suisses et les Français sont repoussés, faisant de lourdes pertes dont Chandieu.Italian Wars wiki | TheReaderWikiDe Córdoba a alors appelé à une contre-attaque contre l’ennemi désormais désorganisé par l’infanterie espagnole et la cavalerie lourde espagnole attendant en réserve. Des arquebusiers à cheval ont encerclé et mis en déroute les gendarmes français restants, mais le piquier suisse a réussi à battre en retraite de manière relativement organisée. Après avoir été témoin de la défaite des gendarmes et des piquiers, Yves d’Alègre, le commandant de l’arrière-garde française, a appelé au retrait. Il fut poursuivi par les jinetes espagnols victorieux.Olicanalad's Games: Cerignola 28th April 1503Conséquences

La bataille a entraîné une lourde défaite française, les Français auraient perdu environ 2 000 hommes, les pertes espagnoles s’élevant à environ 500 hommes. Les approvisionnements français, le train de wagons et toute l’artillerie française qui s’y trouvait encore tombèrent entre les mains des troupes espagnoles victorieuses. La fin de la bataille a vu la première fois qu’un « appel à la prière » (toque d’oracion) a été émis, une pratique qui a ensuite été adoptée par la plupart des armées occidentales, lorsque le Grand Capitaine, en voyant les champs remplis de corps français (qui, comme les Espagnols, étaient chrétiens), ordonna que trois sons longs soient joués et que ses troupes prient pour tous les morts. Après la bataille, l’armée française vaincue se retira dans la forteresse de Gaeta au nord de Naples.

Les forces de De Córdoba ont tenté de prendre d’assaut la forteresse, mais les attaques ont toutes échoué. Les Français assiégés étaient préparés pour un long siège et recevaient du ravitaillement par voie maritime. Ainsi incapable de prendre Gaeta et craignant l’arrivée d’éventuels renforts français, De Córdoba lève le siège et se retire à Castellone, à environ 8 kilomètres au sud de Gaeta.

Rétrospectivement, Cérignole marque le début d’une domination espagnole quasi invincible sur les champs de bataille européens jusqu’à la défaite de Rocroi en 1643 et marque également la montée des tactiques de pique et de tir. Elle est considérée comme la première grande bataille remportée en grande partie grâce à l’utilisation d’armes à feu, comparable à ce qui devait se produire au Japon sept décennies plus tard lors de la bataille de Nagashino en 1575.

http://www.historyofwar.org/articles/battles_cerignola.html

https://military-history.fandom.com/wiki/Battle_of_Cerignola

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *