Catégories
Science et Technologie Sciences

24 Novembre 1639 – 1ère observation du transit de Vénus par Jeremiah Horrocks et William Crabtree

ImageIls ont aidé à établir la taille du système solaireImageUne brève histoire du transit de VénusWilliam Crabtree and Jeremiah Horrocks - Linda Hall LibraryHistoire ancienne : avant 1631 après JC  Aucune description de photo disponible.Il y a eu 53 transits de Vénus à travers le Soleil entre 2000 avant JC et 2004 après JC L’histoire dit que Jeremiah Horrocks a été le premier humain à avoir été témoin d’un transit par Vénus en 1639, mais d’autres personnes plus anciennes auraient-elles également pu le voir aussi ?  Comme on le voit sur le Soleil, Vénus est aussi grosse qu’une grande tache solaire. Vous pourriez le voir à l’œil nu si vous saviez exactement quand regarder. Mais, comme on ne peut regarder directement le soleil que lorsqu’il est proche de l’horizon, on n’aurait que très peu de temps pour avoir la chance de le voir, et une raison de vouloir regarder ainsi le soleil à l’horizon du tout ! Les anciens Babyloniens ont été les premiers observateurs du ciel à tenir des registres détaillés. Quatre transits ont eu lieu pendant l’ère babylonienne le 20 mai 1641 avant JC, le 20 novembre 1520 avant JC, le 18 novembre 1512 avant JC et le 23 mai 1406 avant JC. Est-ce que l’un d’entre eux pourrait être vu ?Aucune description de photo disponible.Dans la revue britannique « Monthly Notices of the Royal Astronomical Society » de novembre 1882 (vol. XLIII page 41), vous pouvez trouver un curieux article écrit par le révérend SJ Johnson qui demande si les anciens Assyriens avaient observé le transit de Vénus. Il a dit qu’un article dans la revue Nature publié quelques années plus tôt, et écrit par le révérend Sayce, mentionnait une tablette cunéiforme assyrienne cassée. La tablette parlait de Vénus, et une phrase traduite sur la tablette avait des pauses qui semblaient indiquer qu’un tel transit avait été vu. « La planète Vénus — elle est passée à travers —- le Soleil — à travers la face du Soleil ». Les données de la tablette étaient apparemment antérieures au 16ème siècle avant JC. Alors, quelle était cette mystérieuse tablette mentionnée par Sayce, et avait-il vraiment été traduit correctement ? L’implication est que quelque temps avant environ 1500 « quelque chose » impliquant Vénus et le Soleil de près s’est produit depuis Babylone. S’il s’agissait peut-être de l’un des quatre transits de la liste ci-dessus, ce serait l’un des premiers phénomènes astronomiques jamais enregistrés par l’homme qui ait survécu jusqu’à nos jours ! Puisqu’il est impossible de dire à partir des articles exactement sur quelle tablette cunéiforme l’inscription est apparue, nous ne pouvons pas soumettre cette tablette à une traduction moderne pour voir si son message tient debout.Aucune description de photo disponible.Nous savons certaines choses sur l’astronomie babylonienne antique, et Vénus figure en bonne place dans leur fascination pour les cieux. Les Tables de Vénus d’Ammizaduga ont été découvertes en 1850 à Ninive par Sir Henry Layard lors des fouilles de la bibliothèque d’Asurbanipal. Les traductions ont été publiées quelques années plus tard par Sir Henry Rawlinson et George Smith sous le titre « Tableaux des mouvements de la planète Vénus et de leurs influences ». L’une des grandes tablettes appelée K.160 contient 14 observations de Vénus. Par exemple, dans la section 1, nous lisons « Si le 21 Ab, Vénus disparaît à l’est, reste absente dans le ciel pendant deux mois et 11 jours, et au mois d’Arahsamna le 2ème jour, il y aura des pluies dans la terre ; la désolation sera forgée ». Aucune de ces tablettes ne porte d’inscription suggérant un transit.  Vénus peut être vue exactement au même endroit dans le ciel tous les 583,9 jours. C’est ce qu’on appelle sa période synodique. Les tablettes indiquent que les Babyloniens savaient que toutes les 8 années solaires ( 8 x 365,24 = 2921,92 jours) Vénus réapparaît exactement au même endroit dans le ciel ( 5 x 583,9d = 2919,5 jours). Parce que cela équivaut également à 99 mois lunaires (99 x 29,5 = 2920,5d) Vénus revient au même endroit dans le ciel au même mois lunaire (et phase) également, mais le retour se produit 2 1/2 jours plus tard à chaque fois (2921,92 – 2919,5 = 2,42d). Après 150,8 ans, le rendement est exact (2,42 x 150,8 = 365,24). Pour en revenir à notre histoire sur les Babyloniens ayant observé un transit de Vénus, le Transit de 1406 av. les Assyriens. Il est facile de déterminer si ceux-ci ont été vus au lever ou au coucher du soleil à l’horizon, de sorte que la tache sombre puisse être vue à l’œil nue.Transit of Venus Observatory - Delaware Public Archives - State of DelawareEt les observateurs chinois ?

Les astrologues chinois suivaient de près le soleil, en particulier les grandes taches solaires qui pouvaient être vues au lever et au coucher du soleil avant que le soleil ne devienne trop brillant pour être vu à l’œil nu. Les premiers enregistrements d’observations de taches solaires ont commencé vers 800 av. J.-C., mais leurs observations ont apparemment commencé sérieusement vers 167 av. Les astronomes Zhuang et Wang (1988) ont compilé une liste de plus de 270 observations de taches solaires à partir d’anciens enregistrements chinois, coréens et japonais. Une comparaison par Wittman et Zu (1987) et Yao et Stephenson (1988) des taches solaires et des transits attendus de Vénus ne montre aucun exemple de quasi-accidents. Soit dit en passant, les astronomes arabes de Mideaval ont souvent expliqué les taches sombres sur le soleil comme des transits de mercure ou de Vénus, par exemple 840, 1030, 1068 et 1130 après JC, mais aucun transit de Vénus ne s’est produit au cours de ces années, il s’agissait donc probablement de très grandes taches solaires.Horrocks transit venus Banque de photographies et d'images à haute résolution - AlamyMontezuma a-t-il vu le transit de Vénus en 1518 ?A historical diagram showing the Transit of Venus in 1639 and 1761 from Horrocks's observation. JeremiahMontezuma, le chef du peuple aztèque du Mexique précolombien, était un observateur attentif du soleil, qu’il utilisait dans ses pratiques de divination. Vénus était un corps céleste très important dans la mythologie aztèque ainsi que maya. Le transit du 25 mai 1518 après JC lui aurait été visible au coucher du soleil. On dit qu’une figure de jade au British Museum du dieu Quetzalcoatl, un aspect de Vénus, portant le Soleil comme ornement de cou, est un mémorial de cet événement rare. Depuis que Montezuma et la civilisation aztèque ont été conquises par Cortez en 1520, cela aurait certainement été un mauvais présage de malheur imminent !  Nous arrivons maintenant à l’ère moderne du transit de Vénus en observant que les scientifiques ont d’abord trié la forme du système solaire et des orbites planétaires, puis ont commencé à faire des prévisions très précises de l’emplacement des planètes dans le ciel.File:Halley 1716 proposal of determining the parallax of the sun.jpg - WikipediaGalilée vers 1610 a été le premier humain à voir Vénus comme plus qu’un simple point lumineux dans le ciel. Avec son télescope, il a découvert qu’il avait une forme de disque qui changeait sa phase d’illumination exactement comme la Lune le fait en faisant le tour de la Terre. Cela n’avait de sens que si Vénus tournait autour du Soleil, et donc Vénus a joué un rôle très important dans la confirmation du modèle héliocentrique de Copernic. En septembre 1610, il envoie une anagramme à un de ses amis annonçant sa découverte qui se traduit par : « La mère de l’amour [Vénus] émule les formes de Cynthia [la Lune] ».Venus's Transit Between Earth and Sun Will Be Last Until 2117 - The New York TimesJohannes Kepler (ci-dessus), quant à lui, secouait le monde par son utilisation méticuleuse des données astronomiques rassemblées par Tycho Brahe. Le résultat fut sa découverte de trois lois importantes du mouvement planétaire, et plus tard, la publication des tables de Rudolphine en septembre 1627. Ces tables étaient supérieures aux tables couramment utilisées basées sur les modèles d’épicycle de Ptolmey et comprenaient des prédictions de position planétaire jusqu’en 1636. il a découvert au cours de ces laborieux calculs manuels que Vénus passerait devant le Soleil en 1631, il a donc écrit un ‘Avis aux curieux des choses célestes’ pour alerter les observateurs du transit de Vénus de 1631 ainsi qu’un second transit à prendre lieu dans les années 1700. Le transit du 6 décembre 1631 a été recherché par l’astronome français Gassendi depuis Paris mais n’a pas été vu. Il n’était en fait pas du tout visible depuis l’Europe.

Passage de Vénus le 4 décembre 1639 

Jeremiah Horrocks (né vers 1619) était convaincu par ses propres observations que les tables disponibles pour les positions planétaires étaient incorrectes, il a donc décidé de rassembler de nouvelles données plutôt que d’essayer de modifier les anciennes tables de Kepler. À partir de ses calculs révisés et de nouvelles données, il a pu prédire qu’un nouveau transit de Vénus aurait lieu le 4 décembre 1639, 8 ans après celui prédit par Kepler et bien avant l’attente de 120 ans prédite par Kepler. Voyons ce qu’il avait à dire dans ses propres mots :

Comme par une interposition divine, étaient entièrement dispersés, et je fus une fois de plus invité à la tâche reconnaissante de répéter mes observations. J’ai alors vu un spectacle des plus agréables, l’objet de mes désirs sanguins, une tache d’une ampleur inhabituelle et d’une forme parfaitement circulaire, qui était déjà entièrement entrée sur le disque solaire à gauche, de sorte que les branches du Soleil et de Vénus précisément coïncidaient, formant un angle de contact. Ne doutant pas qu’il s’agissait bien de l’ombre de la planète, je m’appliquai aussitôt assidûment à l’observer » s disque sur la gauche, de sorte que les branches du Soleil et de Vénus coïncident précisément, formant un angle de contact. Ne doutant pas qu’il s’agissait bien de l’ombre de la planète, je m’appliquai aussitôt assidûment à l’observer » s disque sur la gauche, de sorte que les branches du Soleil et de Vénus coïncident précisément, formant un angle de contact. Ne doutant pas qu’il s’agissait bien de l’ombre de la planète, je m’appliquai aussitôt assidûment à l’observer »

Il se mit aussitôt à observer, et fut gratifié de contempler l’agréable spectacle de Vénus sur le disque solaire mais l’opportunité de Crabtree était si limitée qu’il n’a pas pu observer très minutieusement la distance elle-même; ou l’inclinaison de la planète. Aussi bien qu’il pouvait deviner par son œil, et au mieux de ses souvenirs, il dessina sur papier la situation de Vénus, que je trouvai différer peu ou rien de ma propre observation ;…  J’écrivis aussi du transit prévu à mon jeune frère, qui résidait alors à Liverpool, espérant qu’il ferait des efforts à cette occasion. C’est ce qu’il fit en effet, mais ce fut en vain, car le 24, le ciel était couvert, et il ne put rien voir, bien qu’il regardât très attentivement… J’espère être excusé de ne pas en informer d’autres de mes amis du phénomène attendu, mais la plupart d’entre eux se soucient peu des bagatelles de ce genre, préférant leurs faucons et leurs chiens, pour ne pas dire pire ; et bien que l’Angleterre ne soit pas dépourvue de passionnés d’astronomie, dont certains que je connais, je n’ai pas pu leur transmettre la bonne nouvelle, ayant moi-même été si peu averti. À Goesa, en Zélande, où Lansberg a récemment prospéré, il [le transit] a commencé à trois heures quatorze minutes et le soleil s’est couché à trois heures cinquante-cinq, par conséquent, il aurait pu y être vu. Mais personne, à l’exception de Lansberg et de son ami Hortensius, dont j’apprends qu’ils sont tous deux morts, ne s’embarrasserait de cette affaire ; il n’est pas non plus probable que, s’ils vivaient, ils seraient disposés à reconnaître un phénomène qui condamnerait leurs tables tant vantées d’inexactitude grossière. En bref, Vénus était visible au Soleil dans presque toute l’Italie, la France et Espagne ; mais dans aucun de ces pays pendant toute la durée du transit. Mais l’Amérique ! O fortunatos nimium bona Si sua norit ! Vénus ! Quelles richesses tu gaspilles sur des régions indignes, qui tentent de rembourser de telles faveurs avec de l’or, le produit dérisoire de leurs mines. Que ces barbares gardent pour eux leurs précieux métaux, incitations au mal, dont nous nous contentons de nous passer. Ces gens grossiers nous demanderaient en effet trop s’ils nous privaient de ces richesses célestes dont ils ne peuvent comprendre l’usage. Mais cessons cette plainte O Vénus ! et occupe-toi de toi avant de partir.

En 1663, James Gregory, un mathématicien et astronome écossais, a suggéré qu’une mesure plus précise de la parallaxe solaire pourrait être obtenue à partir d’observations du transit de Vénus faites à partir de divers emplacements géographiques très éloignés.

Lors d’un séjour sur l’île de Sainte-Hélène, Sir Edmund Halley (1656-1742) observa un transit de Mercure cette année-là et nota soigneusement les heures d’entrée et de sortie de Mercure sur le disque solaire. Il s’est rendu compte que si un transit était observé à partir de différentes latitudes sur Terre, les différents observateurs verraient Mercure traverser le Soleil sous un angle différent. Cet effet est connu sous le nom de parallaxe (c’est encore plus visible pour les transits de Vénus, puisque Vénus est plus proche de nous que Mercure, ce qui augmente la différence d’angles) et pourrait être utilisé pour déterminer une distance Terre-Soleil précise. Halley a publié des prévisions de transit passées et futures en 1691, puis en 1716, il a publié une version très raffinée d’un article lu à l’origine devant la Royal Society en 1691, intitulé « Une nouvelle méthode pour déterminer la parallaxe du soleil, ou sa distance de la Terre’. Dans l’article, il a défendu l’idée que des scientifiques de diverses nations observent les transits de Vénus de 1761 et 1769 dans autant de régions du monde que possible. Cela, a-t-il soutenu, aboutirait à une «solution certaine et adéquate du problème le plus noble et autrement le plus difficile» d’établir avec précision la distance entre la Terre et le Soleil.

Observations modernes

Outre sa rareté, l’intérêt scientifique initial de l’observation d’un transit de Vénus était qu’il pouvait être utilisé pour déterminer la taille du système solaire en utilisant la méthode de la parallaxe. La technique consiste à faire des observations précises de la légère différence dans l’heure du début ou de la fin du transit à partir de points largement séparés sur la surface de la Terre. La distance entre les points sur la Terre peut alors être utilisée pour calculer la distance à Vénus et au Soleil via la triangulation. Bien qu’au 17e siècle, les astronomes pouvaient calculer la distance relative de chaque planète par rapport au Soleil en termes de distance de la Terre au Soleil (une unité astronomique), une valeur absolue précise de cette distance n’avait pas été calculée. Johannes Kepler a été le premier à prédire un transit de Vénus en 1631, mais personne ne l’a observé, car les prédictions de Kepler n’étaient pas suffisamment précises pour prédire que le transit ne serait pas visible dans la majeure partie de l’Europe.

La première observation d’un transit de Vénus fut faite par Jeremiah Horrocks depuis son domicile de Much Hoole, près de Preston en Angleterre, le 4 décembre 1639 (24 novembre selon le calendrier julien alors en usage en Angleterre). Son ami, William Crabtree, a également observé ce transit depuis Salford, près de Manchester. Kepler avait prédit des transits en 1631 et 1761 et un quasi-accident en 1639. Horrocks a corrigé le calcul de Kepler pour l’orbite de Vénus et s’est rendu compte que les transits de Vénus se produiraient par paires à 8 ans d’intervalle, et a ainsi prédit le transit en1639. Bien qu’il n’était pas certain de l’heure exacte, il a calculé que le transit devait commencer vers 15h00. Horrocks a focalisé l’image du Soleil à travers un simple télescope sur un morceau de carton, où l’image pouvait être observée en toute sécurité. Après avoir observé pendant la majeure partie de la journée, il a eu la chance de voir le transit alors que les nuages ​​obscurcissant le Soleil se sont dissipés vers 15h15, juste une demi-heure avant le coucher du soleil. Les observations d’Horrocks lui ont permis de faire une estimation bien informée de la taille de Vénus, ainsi que de faire une estimation de la distance entre la Terre et le Soleil. Il a estimé la distance du Soleil à la Terre à 59,4 millions de miles (95,6 Gm, 0,639 AU) – environ la moitié de la taille correcte de 93 millions de miles, mais un chiffre plus précis que tout ce qui a été suggéré jusqu’à ce moment-là. Cependant, les observations d’Horrocks ne furent publiées qu’en 1661, bien après sa mort.

Sur la base de son observation du transit de Vénus de 1761 depuis l’Observatoire de Pétersbourg, Mikhail Lomonossov a prédit l’existence d’une atmosphère sur Vénus. Lomonosov a détecté la réfraction des rayons solaires tout en observant le transit et en a déduit que seule la réfraction à travers une atmosphère pouvait expliquer l’apparition d’un anneau lumineux autour de la partie de Vénus qui n’était pas encore entrée en contact avec le disque solaire pendant la phase initiale du transit.

Le passage de Vénus

1631 & 1639 : Première observation

Johannes Kepler (1571-1630) fut le premier à prédire un transit de Vénus pour 1631, mais il ne fut pas observé car la prédiction de Kepler n’était pas assez précise pour déterminer que le transit ne serait pas visible depuis la plupart de l’Europe et aucun de ses collègues ne fit le déplacement.

En 1639, alors âgé de 21 ans, Jeremiah Horrocks (1618-1641) reprend les calculs de Kepler, décédé depuis et se rend compte qu’un passage de Vénus va avoir lieu quelques mois plus tard. Ce transit sera le premier observé et ce, par 5 personnes dans le monde : Horrocks, son ami et correspondant William Crabtree (1610-1644) et la famille de ce dernier. Horrocks et Crabtree, utilisèrent un hélioscope et observèrent ainsi le passage de Vénus en toute sécurité.

Leurs mesures simultanées prises à des endroits distants permirent à J. Horrocks d’estimer la taille de Vénus et la distance entre la Terre et le Soleil. Il obtint la mesure la plus précise de l’époque, même si un tiers plus petite que la distance réelle (0.639 UA).

Premier transit observé de Vénus

En 1639, Jeremiah Horrocks, un astronome et membre du clergé anglais, a mesuré un transit de Vénus, le premier jamais observé. Appliquant la prédiction de Kepler selon laquelle Vénus transiterait par le Soleil en 1631, Horrocks a calculé que ces transits ne se produisaient pas individuellement mais par paires à huit ans d’intervalle. Ainsi, Horrocks prépara son équipement pour le prochain transit qu’il avait ainsi prédit pour ce jour. Son télescope simple était monté sur une poutre en bois, de sorte qu’il pouvait projeter une image solaire sur un morceau de papier marqué d’un cercle gradué de six pouces. À partir de là, il a effectué des mesures et calculé que la valeur de la parallaxe solaire était inférieure à celle précédemment enregistrée, et a ainsi conclu que le Soleil était plus éloigné de la Terre qu’on ne le pensait auparavant.

À propos de Jeremiah Horrocks (1618-1641)

Astronome et membre du clergé anglais qui a appliqué les lois du mouvement planétaire de Johannes Kepler aux observations de la Lune et de Vénus. Une fois que Horrocks a réussi à obtenir un petit télescope, ses observations l’ont convaincu que les tables de Lansberg étaient incorrectes. Il accepta les orbites elliptiques de Kepler et, en travaillant sur la lune, il lui appliqua une orbite elliptique et constata que la ligne des absides précédait, effet qu’il attribuait à l’influence du soleil. Horrocks a prédit et observé un transit de Vénus le 24 novembre 1639, le premier jamais observé, et à partir de l’observation, il a corrigé la parallaxe solaire, indiquant une distance du soleil beaucoup plus grande que quiconque avant lui ne l’avait admis. Il est mort à seulement 22 ans.

https://www.cs.mcgill.ca/~rwest/wikispeedia/wpcd/wp/t/Transit_of_Venus.htm

https://sunearthday.nasa.gov/2012/articles/ttt_73.php

https://todayinsci.com/1/1_13.htm#HorrocksJeremiah

https://www.cosmovisions.com/VenusChrono02.htm

http://venus.aeronomie.be/fr/passage/historique1.htm

https://todayinsci.com/11/11_24.htm#event

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *