Catégories
économie

23 Août 1944 – La Roumanie est sortie de l’occupation nazie

https://www.touteleurope.eu/wp-content/uploads/2020/08/Roumanie.jpgRésistance en Roumanie pendant la Seconde Guerre mondialeHow and why Romanians fought against the Soviets in WWII (PHOTOS) - Russia BeyondLa stratégie de la guerre éclair permet à l’Allemagne de remporter rapidement des victoires en Europe. De nombreux États tombent sous sa domination. Quel sort l’Allemagne réserve-t-elle aux pays vaincus ? Comment s’organise le pillage économique ? Comment se met en place la politique nazie ?Shoah — WikipédiaEn 1942, l’Allemagne est à son apogée et domine l’Europe, de la Bretagne au Caucase, de la Norvège à la Méditerranée. Seuls quelques pays échappent à cette domination : l’Angleterre et quelques pays neutres, comme, par exemple, la Suisse ou l’Espagne.The Antonescu Paradox – Foreign PolicyD’autres, la Roumanie, la Hongrie, la Bulgarie ou encore l’Italie, se sont alliés à l’Allemagne. Dans les faits, ils lui sont soumis. Les territoires dominés par l’Allemagne ne le sont pas tous de la même façon. Certains lui sont annexés, l’Allemagne et ses annexions constituant le Grand Reich : c’est le cas de l’Autriche, de la Bohême-Moravie, d’une partie de la Pologne, de l’Alsace et de la Lorraine, du Luxembourg et de la Slovénie. Les Allemands justifient ces annexions par le fait que leurs populations sont germanophones.Victory parade stalin Banque de photographies et d'images à haute résolution - AlamyL’organisation des autres territoires

Les nazis définissent trois autres catégories de territoires. Certains pays, comme la France ou le Danemark, gardent un pouvoir politique plus ou moins autonome et collaborent avec l’Allemagne, espérant l’indulgence d’Hitler.

D’autres régions, jugées stratégiques, sont placées sous administration militaire directe. C’est le cas de la Belgique ou du Nord-Pas-de-Calais.

Enfin, les régions de l’Europe orientale subissent une occupation très dure, régie par une administration civile allemande.Why Romania Switched Sides in WW II | by Andrei Tapalaga ✒️ | History of YesterdayLa Roumanie a été le premier satellite du Reich de Hitler à « décrocher ». Sa défection a ouvert dans le dispositif militaire et politique allemand une brèche qui n’a cessé de s’élargir ; elle a provoqué des réactions en chaîne dans tous les pays du sud-est, du nord-est et du centre de l’Europe. Le 23 août 1944, l’agonie du nazisme commençait.

Résistance en Roumanie pendant la Seconde Guerre mondiale

Le mouvement de résistance en Roumanie pendant la Seconde Guerre mondiale se manifeste de cinq manières :ImageDans les territoires que le roi Carol II, menacé par l’ambassadeur allemand Wilhelm Fabricius (de), avait dû céder aux Soviétiques selon le pacte germano-soviétique et aux Hongrois selon le deuxième arbitrage de Vienne, des groupes de maquisards de forment à partir de l’été 1940, à mesure que la répression des nouveaux maîtres de ces territoires se met en place ;

Après le coup d’État de septembre 1940 qui met au pouvoir l’« État national-légionnaire » dirigé par la Garde de fer et le maréchal Antonescu (autoproclamé le « Pétain roumain »), la Wehrmacht est « invitée » à occuper ce qui restait de la Roumanie en octobre 1940 et de nouveaux groupes de maquisards se forment à mesure que les réquisitions se multiplient ;

Après la rupture du pacte germano-soviétique en 1941, deux divisions roumaines, « Tudor Vladimirescu » et « Horia-Cloșca-Crișan » se constituent du côté allié, en URSS, sous l’égide du Komintern puis du parti communiste roumain ;Romanian Army Ww2Après la défaite de Stalingrad en 1943, le roi Mihai I et les politiciens roumains tentent aussi de sortir de la sphère d’influence allemande, et finissent le 23 août 1944 par renverser Antonescu et par intégrer la Roumanie parmi les Alliés;

Après la mise en place de la Shoah du régime Antonescu, des mouvements humanitaires parmi lesquels la Croix-Rouge joua le rôle principal, mirent en place des filières d’aide (essentiellement alimentaire et médicale) aux persécutés (notamment aux déportés en Transnistrie) et d’exfiltration par la Bulgarie (dans l’Axe mais pas belligérante contre les Alliés) et par la Turquie (neutre) vers la Palestine mandataire (à charge pour eux de se procurer les visas britanniques, accordés difficilement et au compte-gouttes).

Coup d’État de 1944 en Roumanie

Le coup d’État roumain du 23 août 1944 est un épisode de la Seconde Guerre mondiale. Organisé par la résistance roumaine sous l’égide du roi Michel Ier, il permet de renverser le dictateur Ion Antonescu, de mettre fin à la collaboration du royaume de Roumanie avec les forces de Nazie et de faire entrer le pays dans le camp des Alliés.Romanian and German Troops in Bessarabia, Ukraine and Crimea, 1941-42. Part IIHistoire de la Roumanie pendant la Seconde Guerre mondiale

La Roumanie a participé à la Seconde Guerre mondiale du 22 juin 1941 au 9 mai 1945 : jusqu’au 22 août 1944 le régime Antonescu combat aux côtés de l’Axe tandis que deux divisions (Vladimirescu et Horia-Closca-Crisan), quelques unités de la flotte et aviateurs, combattent du côté Allié ; à partir du 23 août 1944 le pays entier passe du côté des Alliés.

473 000 soldats roumains ont été engagés aux côtés des Allemands contre l’URSS : parmi les forces de l’Axe, il s’agit du contingent le plus fourni après celui de l’Allemagne.Romanian and German Troops in Bessarabia, Ukraine and Crimea, 1941-42. Part IILes opérations militaires des forces roumaines terrestres contre l’URSS les portent vers l’est jusqu’au sud-ouest d’Astrakhan, en Kalmoukie (automne 1942).

397 000 soldats roumains ont été engagés aux côtés des Soviétiques contre l’Axe : il s’agit du contingent le plus fourni après ceux des États-Unis, de l’URSS et de l’Empire britannique.

La campagne militaire des forces roumaines terrestres aux côtés de l’Armée rouge se poursuit vers l’ouest jusqu’aux abords de Prague en Tchécoslovaquie.Romanian and German Troops in Bessarabia, Ukraine and Crimea, 1941-42. Part IIAyant ainsi combattu dans les deux camps, mais bien plus longtemps dans celui de l’Axe (plus de trois ans, contre 8 mois avec les Alliés) la Roumanie fut considérée comme un pays vaincu à la conférence de paix de Paris, en 1947 et dut céder des territoires à l’URSS et à la Bulgarie (qui, elle aussi, avait pactisé avec le Troisième Reich au début de la guerre, avant de rejoindre les Alliés), mais put récupérer la Transylvanie du nord sur la Hongrie (restée fidèle à l’Axe jusqu’au bout).

Comment et pourquoi les Roumains ont combattu les Soviétiques pendant la Seconde Guerre mondialeRomanian and German Troops in Bessarabia, Ukraine and Crimea, 1941-42. Part IIIAprès avoir soutenu l’annexion d’une vaste partie des territoires roumains, Adolf Hitler a promis de rétablir la Grande Roumanie avec les terres soviétiques.

Le 22 juin 1941, à 03h15, la Roumanie entre dans la Seconde Guerre mondiale en participant à une invasion conjointe de l’Union soviétique avec les forces de l’Allemagne nazie. Cette participation apporterait aux Roumains un certain nombre de défaites amères et des pertes encore plus importantes, jetant les bases pour changer à jamais le système politique du pays. Mais cela se traduirait également par des gains territoriaux substantiels.ImageDans les années 1930, la Roumanie avait joué un rôle majeur dans la stratégie du Troisième Reich : elle partageait une immense étendue de frontière avec l’Union soviétique, que l’Allemagne nazie prévoyait activement d’envahir ; il avait également accès à la mer Noire et possédait des champs pétrolifères essentiels pour l’économie allemande. Cependant, l’Allemagne n’a pas réussi à convaincre la Roumanie de se joindre à elle dans une alliance militaire : Bucarest a été cohérent dans sa politique antiallemande, comme dans son refus de participer au partage de la Tchécoslovaquie, ainsi qu’en prenant une position neutre, position pro-française au début de la guerre.Pourquoi les Roumains ont combattu l'URSS pendant la Seconde Guerre mondiale - Russia Beyond FRLes Roumains, qui dans les années 1910 ont considérablement élargi les frontières de leur État aux dépens de voisins affaiblis, étaient plutôt satisfaits du statu quo. Cependant, l’URSS, la Hongrie et la Bulgarie, qui s’étaient renforcées dans les années 1930, avaient trop de revendications territoriales sur la « Grande Roumanie » pour tout laisser tel quel. Les Allemands profitèrent de ces contradictions, cherchant à briser Bucarest et à l’entraîner dans leur sphère d’influence.

Près de la moitié des territoires appartenant à la Roumanie étaient, en fait, des bombes à retardement. Malgré la «romanisation» active en 1913 du territoire bulgare de la Dobroudja méridionale au lendemain de la Seconde Guerre des Balkans, les Bulgares ont continué à l’habiter. Une partie importante des Hongrois (environ 30 %) a continué à vivre en Transylvanie, annexée à eux à la fin de la Première Guerre mondiale. Et Moscou n’était pas sur le point de laisser glisser la perte de la Bessarabie – le territoire appartenait aux Russes depuis 1812. , les Roumains s’emparant plus tard du chaos de la guerre civile russe en 1918 pour s’en emparer.Roumanie : histoire - LAROUSSEFinalement, ayant reçu la promesse d’un soutien allemand, les voisins de la Roumanie ont déposé des revendications territoriales contre elle en 1940, ce que la Roumanie a été forcée d’accepter. Selon les accords germano-soviétiques, l’Allemagne n’interviendrait pas lorsque, en juin 1940, l’Union soviétique reprit la Bessarabie. En août, dans le cadre du deuxième prix de Vienne, Berlin et Rome ont ouvertement fait pression sur Bucarest, l’obligeant à se rendre au nord de la Transylvanie (la partie sud est restée sous la domination roumaine). Et avec le soutien de l’Allemagne et de l’URSS, la Bulgarie a récupéré le sud de la Dobroudja en septembre.

Ayant perdu 38 % de son territoire, la Grande Roumanie n’était plus si « grande ». La perte de la Transylvanie s’est avérée être un coup particulièrement dur – le territoire hongrois était situé en plein cœur du pays. Des affrontements roumano-hongrois avaient commencé, suivis d’un exode massif de Roumains vers leur patrie historique.Un Fascisme Roumain. Histoire de la Garde de Fer de 1920 à 1941. - La CliothèqueUtilisant l’état affaibli et choqué de la Roumanie à son avantage, l’Allemagne a offert sa coopération dans la future division prévue de l’Union soviétique, qui comprenait non seulement la perspective de récupérer la Bessarabie et le nord de la Bucovine, mais même les territoires de l’Ukraine soviétique, jusqu’au Fleuve Dniepr. Décidant de se réconcilier avec l’Allemagne, les Roumains avaient également espéré revenir sur la question de la Transylvanie du Nord. Lorsque, le 20 novembre 1940, la Hongrie – suivie trois jours plus tard par la Roumanie – rejoignit le Pacte Tripartite (Allemagne, Italie et Japon), une situation paradoxale s’était dessinée : deux ennemis jurés étaient devenus des alliés, tous deux agissant dans l’intérêt de la Troisième Reich.

Au cours de la campagne de 1941, l’armée roumaine était trop faible pour entrer seule en guerre contre l’URSS : elle ne disposait ni des unités blindées, ni de l’artillerie moderne, le gros de ses forces étant constitué d’hommes. Les soldats manquaient également d’une formation adéquate. Cela a conduit les 11e et 14e armées allemandes à soutenir l’attaque roumaine, portant le nombre total de soldats à 600 000.

Le 16 juin 1941, a vu la chute de Chisinau, la capitale de la RSS de Moldavie. Et le 23 juillet, Bender a également été enlevé. Toute la Bessarabie et le nord de la Bucovine se sont retrouvés entre les mains des Roumains, redevenant une partie du royaume. Avec les armées roumaines et allemandes progressant plus à l’est, certaines parties de l’Ukraine étaient désormais également sous contrôle roumain, grâce à l’Allemagne. Le soi-disant gouvernorat de Transnistrie a été créé, avec Odessa en Ukraine comme capitale.

Avec le chef d’orchestre roumain Ion Antonescu, pour qui Adolf Hitler avait un grand respect, la Roumanie a joué un rôle actif dans l’holocauste, entraînant la perte de quelque 300 000 à 400 000 vies juives. « Moi et quelques gars gardions du bétail près d’une forêt, que nous appelions » Brizhaty « , se souvient Mikhail Tsurkan, originaire de la région d’Odessa. « Nous avons vu une sorte de rassemblement de personnes là-bas, nous nous en sommes approchés et avons vu un groupe de Juifs. Ils étaient plus d’une centaine, ils devaient être en train de creuser une tranchée… Après nous avoir vus, les Roumains ont appelé des gars – des plus âgés – et ont suggéré : « Qui veut tirer avec un minigun ? » Puis ils ont ri… Nous nous sommes enfuis de là, horrifiés. Et ayant été témoins de l’exécution, nous avons pleuré… » En février 1942, les Roumains ont cessé leurs exécutions massives de Juifs. Cependant, jusqu’au moment de leur sortie de l’Axe, ils avaient continué à les traquer, les envoyant dans des ghettos et des camps de concentration.

Avec la Wehrmacht, les forces roumaines ont progressé vers les rives de la Volga et des montagnes du Caucase. Les commandants militaires allemands avaient eu très peu de respect pour les capacités de combat de leurs camarades. « La gestion de leurs forces, influencée par le modèle français depuis 1918, était encore au niveau de la Première Guerre mondiale », a écrit le maréchal Erich von Manstein à propos des forces armées roumaines. Et ce sont eux qui ont supporté le poids de la frappe soviétique lors de «l’opération Uranus», qui visait à encercler la 6e armée allemande à Stalingrad. À la suite de la bataille décisive de la Seconde Guerre mondiale, les 3e et 4e armées roumaines ont été complètement écrasées, entraînant la mort de plus de 158 000 soldats roumains.

Au cours du retrait de la Wehrmacht, les forces roumaines ont été repoussées vers leurs propres frontières nationales et le pays commençait à être envahi par des sentiments antiallemands et pacifistes. Le 23 août 1944, alors que la bataille contre l’Armée rouge se déroule en Moldavie et dans le nord-est de la Roumanie, Antonescu est déposé dans le cadre d’un complot organisé par Mihai I. Le monarque annonce immédiatement la fin des hostilités contre le L’URSS et ses alliés occidentaux et, le 31 août, Bucarest accueillent à bras ouverts l’Armée rouge. La Roumanie avait rejoint la coalition antihitlérienne, ses armées participant plus tard à la libération de Budapest et de Prague.

La guerre contre l’Union soviétique a entraîné la perte de 475 000 vies roumaines. Avec la participation de Moscou, le deuxième prix de Vienne a été annulé et la Transylvanie a été rendue à la Roumanie. Ion Antonescu a été exécuté par un peloton d’exécution en tant que criminel de guerre le 17 mai 1946. Il est fascinant que, même après être entré dans la sphère d’influence soviétique, le pays ait continué à être une monarchie. Mihai I, « le roi du Komsomol » – comme on le surnommait à Moscou, a même reçu l’ordre de la « Victoire » de l’URSS. Ce n’est que le 30 décembre 1947 que le gouvernement communiste du pays l’a forcé à abdiquer le trône, dissolvant la monarchie et établissant la République socialiste de Roumanie.

Roumanie occupée par les troupes soviétiques 

Le 22 août 1944, les forces soviétiques pénètrent à Jassy, dans le nord-est de la Roumanie, convainquant le roi de Roumanie de signer un armistice avec les Alliés et de céder le contrôle de son pays à l’URSS.

Dès 1937, la Roumanie était passée sous le contrôle d’un gouvernement fasciste qui ressemblait beaucoup à celui de l’Allemagne, y compris des lois anti-juives similaires. Le roi de Roumanie, Carol II, a dissous le gouvernement un an plus tard, mais n’a pas été en mesure de supprimer l’organisation paramilitaire fasciste de la Garde de fer.

En juin 1940, l’Union soviétique a coopté deux provinces roumaines et le roi a cherché un allié pour l’aider à la protéger et à apaiser l’extrême droite à l’intérieur de ses propres frontières. Ainsi, le 5 juillet 1940, la Roumanie s’est alliée à l’Allemagne nazie. Plus tard cette année-là, il serait envahi par son « allié » dans le cadre de la stratégie d’Hitler visant à créer un immense front oriental contre l’Union soviétique. Le roi Carol abdiquera en septembre 1940, laissant le pays sous le contrôle du Premier ministre fasciste Ion Antonescu et de la Garde de fer. Alors que la Roumanie reprendrait le territoire perdu au profit de l’Union soviétique lorsque les Allemands ont envahi la Russie, elle devrait également endurer le viol de ses ressources par les Allemands dans le cadre de l’effort de guerre nazi.

Alors que la guerre tournait contre l’Allemagne et que l’Union soviétique commençait à fouler aux pieds l’Europe de l’Est, Antonescu commença à chercher à l’ouest des alliés pour la sauver de l’occupation soviétique. À ce stade, le roi Michael, fils de feu le roi Carol, sortit de l’ombre et fit arrêter Antonescu, pro-allemand, implorant les Roumains et les militaires fidèles de se battre avec, et non contre, les envahisseurs soviétiques. Le roi signera finalement un armistice avec les Alliés et déclarera la guerre à une Allemagne déjà mourante en 1944.

Le roi Michel serait, ironiquement, contraint d’abdiquer par les Soviétiques, qui maintiendraient un gouvernement communiste fantoche en Roumanie jusqu’à la fin de la guerre froide. Le roi avait pratiquement détruit sa nation afin de la sauver.

https://www.lemonde.fr/archives/article/1969/08/25/i-le-23-aout-1944-le-retournement-de-la-roumanie-ouvrait-une-breche-dans-le-dispositif-allemand_2411192_1819218.html

https://www.assistancescolaire.com/eleve/3e/histoire/reviser-une-notion/3_his_18

https://www.history.com/this-day-in-history/romania-captured-by-the-soviet-union

https://www.rbth.com/history/332573-how-and-why-romanians-fought

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *