Catégories
Science et Technologie Sciences

22 septembre 2017 – La sonde spatiale OSIRIS-REx profite de l’assistance gravitationnelle de la Terre, en la survolant

One Year Since #EarthGravityAssist / TwitterOSIRIS-REx pourrait réécrire l’histoire du système solaire.  OSIRIS-REx Earth Gravity Assist sets up Distant Rendezvous with Asteroid Bennu – OSIRIS-REx | Spaceflight101La Terre donnera à ce vaisseau spatial un coup de pouce gravitationnel aujourd’huiAucune description de photo disponible.Le 22 septembre 2017, la sonde OSISRIS-REx survole la terre et profite par la même occasion de son assistance gravitationnelle. Elle termine ainsi sa manœuvre de lancement et gagne de la vitesse vers l’astéroïde Bénou.NFT Feature Graphic - OSIRIS-REx MissionLa mission de retour d’échantillons d’astéroïdes de la NASA, OSIRIS-REx, passera à environ 11 000 milles (17 000 km) au-dessus de la Terre juste avant 16 h 52 UTC le 22 septembre 2017. Il est 12 h 52 vendredi dans le fuseau horaire de l’Est des États-Unis. OSIRIS-REx est une première mission du genre pour la NASA, lancée depuis la Terre il y a un an, et qui devrait arriver sur l’astéroïde Bennu en 2018. Le survol de la Terre du 22 septembre donnera au vaisseau spatial un coup de pouce – appelé assistance gravitationnelle ou fronde gravitationnelle. – vers son but. En d’autres termes, l’engin viendra juste assez près de la Terre pour être lancé, via la gravité terrestre, vers l’extérieur sur une trajectoire légèrement différente et avec une plus grande vitesse qu’auparavant.  Des observateurs expérimentés commencent à capter OSIRIS-REx dans le ciel. Comment repérer OSIRIS-REx lors de son survol du 22 septembre et soumettre des images.Aucune description de photo disponible.La mission invite le public à marquer le survol d’OSIRIS-REX en participant à une campagne de médias sociaux Wave to OSIRIS-REx. Les individus et les groupes de partout dans le monde sont encouragés à prendre des photos d’eux-mêmes faisant signe à OSIRIS-REx, à les partager en utilisant le hashtag #HelloOSIRISREx et à taguer le compte de la mission dans leurs publications sur Twitter (@OSIRISREx) ou Instagram (@OSIRIS Rex). La NASA a déclaré :

Les participants peuvent commencer à prendre et à partager des photos à tout moment ou attendre que le vaisseau spatial OSIRIS-REx fasse son approche la plus proche de la Terre à 12h52 HAE le vendredi 22 septembre.Peut être une image de texte qui dit ’Jupiter Frame rotating with Jupiter Trojans L Ls Trojans Earth Sun • Lucy’OSIRIS-REx signifie Origins, Spectral Interpretation, Resource Identification, and Security – Regolith Explorer. Grand nom, et c’est une grande mission car, jusqu’à présent, l’humanité a collecté des échantillons de cinq mondes de notre système solaire, autres que la Terre. Il y a les roches lunaires, bien sûr. Des engins spatiaux sans pilote ont également visité une comète, Wild 2 – et un autre astéroïde, 25143 Itokawa – et renvoyé des échantillons sur Terre. De plus, les scientifiques pensent que nous avons des échantillons de l’astéroïde Vesta et de la planète Mars sous la forme de météorites tombées sur Terre depuis l’espace.  La mission d’OSIRIS-REx est de rencontrer l’astéroïde Bennu, d’étudier sa surface, de collecter des échantillons et de les ramener en toute sécurité sur Terre.  Mais il faut d’abord y arriver. L’orbite de Bennu autour du soleil est inclinée de six degrés par rapport à celle de la Terre. L’assistance gravitationnelle modifiera la trajectoire d’OSIRIS-REx pour mettre le vaisseau spatial sur une trajectoire correspondant à la trajectoire et à la vitesse de l’astéroïde. Dante Lauretta, chercheur principal OSIRIS-REx à l’Université de l’Arizona, a déclaré dans un communiqué :      L’assistance à la gravité terrestre est un moyen intelligent de déplacer le vaisseau spatial sur le plan orbital de Bennu en utilisant la propre gravité de la Terre au lieu de dépenser du carburant.Peut être une image de plein airLa déclaration de la NASA a également expliqué :

L’équipe a déjà apporté plusieurs ajustements à la trajectoire du vaisseau spatial depuis son lancement le 8 septembre 2016. Le plus important était une manœuvre dans l’espace lointain le 28 décembre 2016, qui a modifié la vitesse et la trajectoire du vaisseau spatial pour cibler la Terre pour le survol. Il y a également eu trois manœuvres de correction de trajectoire – une le 7 octobre 2016, une le 18 janvier 2017 et une autre le 23 août 2017 (30 jours avant l’assistance par gravité) – qui ont encore affiné la trajectoire du vaisseau spatial en préparation du survol. …Aucune description de photo disponible.      Pour cibler correctement l’assistance gravitationnelle terrestre, l’équipe de navigation calcule tout changement requis dans la trajectoire et la vitesse de l’engin spatial. Ces informations sont ensuite traduites par l’équipe des opérations en commandes qui sont téléchargées sur le vaisseau spatial et exécutées en tirant les moteurs de fusée du vaisseau spatial.

Après avoir parcouru près de 600 millions de miles [près d’un milliard de km], OSIRIS-REx s’approchera de la Terre à une vitesse d’environ 19 000 mph [30 000 km/h]. Le vaisseau spatial survolera l’Australie avant d’atteindre son point le plus proche de la Terre au-dessus de l’Antarctique, juste au sud du cap Horn, au Chili.Júpiter Planeta Sonda Espacial - Imagens grátis no PixabayMike Moreau, responsable du système de dynamique de vol au Goddard Spaceflight Center de la NASA, a déclaré :

Pendant environ une heure, la NASA sera hors de contact avec le vaisseau spatial lors de son passage au-dessus de l’Antarctique. OSIRIS-REx utilise le Deep Space Network pour communiquer avec la Terre, et le vaisseau spatial sera trop bas par rapport à l’horizon sud pour être en vue avec la station de suivi Deep Space à Canberra, en Australie, ou à Goldstone, en Californie.NASA spacecraft to touch down on asteroid Bennu TODAY | Daily Mail OnlineLa NASA retrouvera la communication avec OSIRIS-REx à 17h40 UTC, environ 50 minutes après l’approche la plus proche (traduisez selon votre fuseau horaire).

À 20h52 UTC, quatre heures après l’approche la plus proche, OSIRIS-REx commencera les observations scientifiques de la Terre et de la Lune pour calibrer ses instruments.OSIRIS-REx Earth Gravity Assist sets up Distant Rendezvous with Asteroid Bennu – OSIRIS-REx | Spaceflight101Conclusion : la mission de retour d’échantillons d’astéroïdes de la NASA, OSIRIS-REx, subira une assistance gravitationnelle depuis la Terre le 22 septembre 2017, passant à environ 11 000 miles (17 000 km) au-dessus de notre monde. L’accélération de l’élan aidera l’engin à atteindre l’astéroïde Bennu en 2018, lors d’une mission de retour d’échantillon.

Intégration avec les scientifiques derrière un survol d’un vaisseau spatial de la NASA  OSIRIS-REx Earth Gravity Assist sets up Distant Rendezvous with Asteroid Bennu – OSIRIS-REx | Spaceflight101Après 13 ans de planification, l’équipe OSIRIS-REx a récemment fait face au premier test réel de son équipement de recherche.

La voix sur le combiné dit « Nous sommes en contact bidirectionnel » et les scientifiques réunis répondent par des acclamations. L’équipe des opérations vient de confirmer que le vaisseau spatial, OSIRIS-REx, est vivant et en bonne santé. Il avait bourdonné la Terre comme prévu, à seulement 34 448 miles au-dessus de la surface de la planète et trop près pour le contact, ce vaisseau spatial de la taille d’un camion UPS filant à 19 000 miles par heure. Après 55 minutes de silence radio, il chantait maintenant, sortant de la Terre et sur une nouvelle trajectoire vers un monde extraterrestre.  Le plan avait fonctionné : l’assistance gravitationnelle terrestre, comme on l’appelle, a été un succès.  Nous sommes le vendredi 22 septembre 2017. Il y a un an, OSIRIS-REx était lancé depuis la Floride pour l’astéroïde Bennu. Cependant, les engins spatiaux effectuent rarement des vols directs d’un monde à un autre. Pour économiser du carburant, ils se balancent autour du système solaire, empruntant la gravité d’autres objets célestes pour ajuster la vitesse et la direction. La trajectoire d’OSIRIS-REx l’a emmené de la Terre, autour du soleil, et de retour sur Terre pour ce, son deuxième lancement en quelque sorte. Le vaisseau spatial a pénétré dans le tourbillon de la gravité du sud de la Terre, volant le plus près de l’Australie et de l’Antarctique avant de fouetter sous et vers le haut, la physique le tirant depuis le plan orbital du système solaire et l’envoyant courir pour un rendez-vous avec Bennu.OSIRIS-REx Arrives at Asteroid Bennu - NASASpaceFlight.comUne fois arrivé, OSIRIS-REx cartographiera chaque mètre de l’astéroïde, enregistrera ses ressources et finira par récupérer un échantillon à ramener à la maison. Bennu est un morceau vierge de l’ancien système solaire, poussé près de la Terre au cours des 4 derniers milliards d’années par le hasard et la mécanique orbitale. En comprenant Bennu, les planétologues peuvent comprendre comment un nuage tourbillonnant de poussière et de gaz pourrait fusionner en un système solaire capable de créer la vie. Notre système solaire n’a que 4,6 milliards d’années ; Bennu, alors, est comme un trou de ver au début de nous.

OSIRIS-REx pourrait réécrire l’histoire du système solaire. 

Dans l’exploration spatiale, tout s’appuie sur ce qui a précédé. Lorsque OSIRIS-REx a survolé la Terre, tous ses instruments étaient éteints, empêchant toute collecte de données dans les instants de passage. Les instruments n’avaient pas besoin d’être éteints, mais à l’époque où le vaisseau spatial Juno de la NASA, qui fait maintenant le tour de Jupiter, a effectué sa propre assistance gravitationnelle terrestre en 2013, il a balayé Terra avec sa charge utile scientifique se branchant. Son ordinateur s’est déclenché et le vaisseau spatial s’est endormi. Juno n’était pas en train de faire du hot-dog avec son survol – la science opportuniste fait partie de chaque mission spatiale – et le vaisseau spatial s’est rétabli, mais une leçon a été apprise. OSIRIS-REx a gardé son complément froid pendant sa brève danse avec la gravité terrestre, et n’étudierait notre maison qu’après. NASA mission set to sample carbon-rich asteroid | ScienceMaintenant, alors que la Terre devient de plus en plus petite à la seconde pour le vaisseau spatial à grande vitesse, les scientifiques sont libres de réactiver les instruments pour commencer une campagne d’observation scientifique. Ils réchauffent ses instruments et les entraînent sur Terre pour l’étalonnage et la collecte de données. Notre planète est parfaite pour cela, car les scientifiques maîtrisent parfaitement ses fondamentaux. S’il existe des variations étranges entre les données terrestres connues et celles collectées par OSIRIS-REx, les équipes d’instruments peuvent faire des ajustements en conséquence. Peut-être que la science la plus excitante à réaliser aujourd’hui implique l’appareil photo. L’équipe espère obtenir une image nette de la Terre en forme de « point bleu pâle ».

OSIRIS-REx arrivera à Bennu en août prochain, ce qui signifie qu’il reste moins d’un an à l’équipe pour affiner ses processus et apprendre ses instruments non pas comme des simulations, mais comme des machines scientifiques fonctionnelles. Depuis 13 ans maintenant, ils ont tenté de réfléchir et de répéter chaque éventualité, et de cultiver un flux de travail solide pour la science et les opérations. Dante Lauretta, qui dirige la mission en tant que chercheur principal et qui, avec le regretté Michael Drake de l’Université de l’Arizona, a conçu la mission et en a fait une réalité, dit que si chaque politique, procédure et leçon apprise étaient imprimées, ce serait des millions de pages.  Et pourtant Bennu reste impénétrable, un objet céleste totalement peu coopératif. Personne ne sait exactement ce qu’ils y trouveront.NASA's Osiris-Rex Spacecraft Is Headed for a Flyby With Earth - The New York Times Les scientifiques ont les grandes lignes, à la suite d’une campagne astronomique rigoureuse : ils comprennent sa densité, sa rotation et sa taille (son diamètre est d’environ la hauteur de l’Empire State Building). Il est connu pour être riche en carbone. Mais l’entrée Wikipédia de l’astéroïde est encore plus courte que celle d’Asteroids, le jeu d’arcade de 1979. Même la forme de Bennu reste un mystère. D’après les télescopes, il semble vaguement ressembler à une noix, mais une mauvaise surprise pourrait mettre au rebut des étagères de stratégie.  Lauretta a intégré à la phase d’arrivée de la mission une période de « regroupement », afin que l’équipe ait le temps de prendre du recul et d’appréhender cet objet entièrement nouveau et impénétrable. Cela doit être fait correctement. Les scientifiques de la NASA n’ont jamais eu l’occasion de saisir une boîte pleine du système solaire primitif et de la ramener à la maison. En théorie, OSIRIS-REx pourrait réécrire l’histoire du système solaire et aider à expliquer le mystère de l’origine de la vie. Si la mission échoue, il faudra peut-être des décennies, voire jamais, avant que la NASA ne tente une répétition.

Quelques heures après l’assistance gravitationnelle de la Terre, les couloirs du Michael Drake Building ressemblent à un film d’Aaron Sorkin. Monté sur un mur dans le hall se trouve un compte à rebours numérique intitulé TIME UNTIL EARTH GRAVITY ASSIST. Juste après son lancement l’année dernière, il lisait 374 jours, 23 heures, 59 minutes, 59,9 secondes. Il lit maintenant 000 00 00 00.0. Lorsque les membres de l’équipe ne travaillent pas, ils marchent et parlent ou se blottissent dans les couloirs et les portes pour discuter du survol. Les images. Perspectives et possibilités pour les données restituées. Que pourrions-nous apprendre sur cette troisième planète à partir du soleil ? Une blague. Est-ce habitable ? Y aura-t-il de l’eau ? Mais le vaisseau spatial pourrait en effet renvoyer des données utilisables en sciences de la Terre. La seule question à laquelle il est actuellement possible de répondre est de savoir si oui ou non l’équipe viendra au bureau après minuit et se mettra à étudier les données, ou attendra des heures plus civilisées de la matinée. Les scientifiques semblent galvanisés par les perspectives de faire de la vraie science avec un vrai vaisseau spatial et une charge utile d’instrument qu’ils ont conçue et transportée jusqu’à la construction.

« Il y a une inconnue inconnue, une petite ride, qui va apparaître. »

« C’est la première fois que nous aurons l’occasion d’exercer notre logiciel destiné à faire de la cartographie », déclare Dani DellaGiustina, scientifique senior au Lunar and Planetary Laboratory. « Nous pouvons utiliser les données d’autres missions pour nous exercer à exécuter notre logiciel, mais les images ont une taille différente ou les images peuvent avoir des métadonnées différentes. Les caméras sont différentes. Il s’agit vraiment du premier test de notre logiciel de cartographie que nous allons effectuer à l’aide d’images [la suite de caméras OSIRIS-REx].OSIRIS-REx Earth Gravity Assist sets up Distant Rendezvous with Asteroid Bennu – OSIRIS-REx | Spaceflight101DellaGiustina s’intéresse également à ce qui pourrait mal tourner, car mieux vaut le rencontrer maintenant qu’à Bennu. « Ce que j’ai réalisé, c’est qu’il y a une inconnue inconnue, une petite ride, qui va apparaître. Plus nous aurons d’occasions de collecter des données et de les transmettre à notre logiciel et de les examiner, nous allons découvrir certaines choses – sur le comportement de la caméra, sur le logiciel, sur les hypothèses en termes de latence des données ou de temps de traitement – que nous n’avions pas Je n’y ai même pas pensé.

La campagne d’observation de la Terre aidera également Lauretta, Knutson, DellaGiustina et d’autres responsables de mission à calibrer l’équipe. Bien qu’ils aient travaillé ensemble pendant des années, les plans deviennent aujourd’hui des opérations. Les missions de science planétaire sont notoirement éprouvantes. Une fois à Bennu, les scientifiques d’OSIRIS-REx effectueront des opérations quotidiennes pendant deux ans à l’heure de Bennu, qui ne reconnaît pas les jours fériés ni les week-ends aux États-Unis. Ils publieront en même temps des articles et rendront compte des résultats. Un rythme aussi implacable peut fracturer même les équipes les plus solides et les mieux polies, ce qui fait de la manœuvre d’aujourd’hui un deuxième lancement pour le groupe lui-même ainsi que pour le vaisseau spatial : pour la première fois, ils utiliseront OSIRIS-REx pour étudier une véritable planète objet. (Celui sur lequel nous vivons.) La prochaine fois qu’ils feront cela, ce sera à Bennu.  « Vous pouvez résoudre l’ingénierie et vous pouvez résoudre la science, mais résoudre les gens est difficile », déclare Jason Dworkin, le scientifique du projet OSIRIS-REx du NASA Goddard Spaceflight Center dans le Maryland. « Il faut les bonnes personnes. Vous devez leur fournir les bonnes informations. Vous devez leur offrir le bon environnement et les laisser suffisamment seuls pour faire leur brillant travail. Les gens ont des cultures différentes et des façons différentes de s’entendre.  OSIRIS-REx dispose d’un budget de voyage important pour y parvenir. « Déjeuner ensemble est plus important qu’il n’y paraît », déclare Dworkin. « Il y a quelque chose d’intime et de primal dans le partage d’un repas qui permet de surmonter les désaccords. Être capable d’avoir des blagues courantes. Ces choses très humaines nous aident en temps de crise.

La question qui préoccupe tout le monde aujourd’hui est de savoir si OSIRIS-REx obtiendra une image claire de notre planète natale. La suite de caméras a été conçue pour Bennu, l’un des objets les plus sombres du système solaire. (Il s’agit de la couleur de l’asphalte des autoroutes.) La Terre et ses nuages ​​blancs tourbillonnants, ses continents en patchwork et ses océans azur pourraient être un peu trop. L’image entière pourrait être délavée. Ce ne serait pas un désastre d’un point de vue scientifique, mais ce serait une énorme déception pour toutes les personnes impliquées. Sur le plan spirituel, cette première image est tout.  Juste après 6h00 ce soir-là, un groupe restreint de 15 scientifiques et ingénieurs se rassemblent autour de la table de la salle de conférence dans la salle des opérations (le « centre de distribution de beignets », où des pâtisseries communes sont partagées tous les vendredis matin au cours de conversations informelles qui façonnent le cours de l’exploration spatiale). Parmi les personnes présentes figurent Lauretta, DellaGiustina, Knutson et Church. Certains sont assis, d’autres debout, l’angoisse du moment empêchant tout véritable engagement dans un sens ou dans l’autre.

https://earthsky.org/space/asteroid-bennu-osiris-rex-slingshot-earth-sept-22-2017/

https://www.theatlantic.com/science/archive/2017/09/osiris-rex-flyby/541434/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.