Catégories
actualité-passée Historique Terrorisme

22 septembre 1980 – Début de la guerre Iran-Irak

ImageRésumé d’un conflit frontalier de 1980 à 1988ImageBien que le début de la guerre ait commencé avec l’invasion massive de l’Iran par l’Irak, maintenant, plus de plusieurs décennies après le début de la guerre et la révélation de nombreux documents. Il est clair que la guerre n’aurait jamais commencé sans les provocations de Khomeiny ; Parce que Khomeiny lui-même a créé les bases de l’invasion de l’Irak avec des provocations constantes, sous le slogan de l’émission d’une révolution, et qu’il a accueilli la guerre comme un grand cadeau divin et a été l’initiateur de la guerre en Irak. Mais avant cela, les slogans expansionnistes de Khomeiny ont incitante le peuple irakien à s’engager dans une soi-disant révolution « fondamentaliste ».ImageUn exemple des slogans de Khomeiny contre le gouvernement irakien à l’époque, avant le début de la guerre :   «Saddam Hussein est un infidèle en raison de la décision islamique. Il est un partisan des infidèles. Détruisez ce germe de corruption ! Nous sommes votre aide. Éliminez cette corruption ! Je vous ordonne de soulever l’armée irakienne et de détruire cet homme.»ImageAprès des semaines d’accrochages militaires à la frontière entre l’Iran et l’Irak, le conflit territorial concernant le fleuve Chatt al-Arab dégénère en une guerre ouverte. Le 22 septembre 1980, les troupes irakiennes envahissent la région iranienne du Khouzistan. Outre les revendications territoriales, des différends politiques sont également à l’origine du déclenchement de la guerre Iran-Irak. Dans une perspective régionale, les pays arabes producteurs de pétrole voient d’un mauvais œil la révolution islamique iranienne de 1979 qu’ils considèrent comme un facteur de déstabilisation économique, politique et sociale. À cela s’ajoute la méfiance de Bagdad envers son voisin iranien qui appuie le groupe irakien chiite Al-Dawa, opposé au gouvernement bassiste de Saddam Hussein. En 1979, la chute du shah d’Iran et l’embargo américain sur les livraisons d’armes, causé par la crise des otages, affaiblissent considérablement l’armée iranienne. Cette guerre sert de prétexte au clergé réactionnaire en Iran pour mettre la main sur les leviers du pays.

À l’opposé, l’Irak est à l’apogée de sa puissance politique et militaire. La situation se dégrade le 17 septembre 1980 lorsque Saddam Hussein dénonce l’accord d’Alger de 1975, prévoyant la libre navigation sur le Chatt al-Arab. Cette position ravive un vieux différend territorial entre les deux pays. Le 22 septembre 1980, Hussein décide de porter un coup décisif à l’ennemi iranien en envahissant le Khouzistan. Cette région riche en pétrole est le théâtre d’affrontements violents entre l’aviation et l’artillerie lourde des deux belligérants.

Après le début de la guerre, Khomeiny a accueilli la guerre, la qualifiant de «cadeau divin». Avec le slogan «Conquête de Qods [Palestine-Jérusalem] par Karbala», Khomeiny a promis de continuer la guerre tant qu’une seule maison à Téhéran resterait intacte. Khomeiny a ouvertement accusé la paix d’avoir enterré l’islam (le régime). « Si cette guerre dure 20 ans, nous nous tiendrons debout », a-t-il déclaré ailleurs.Image

Dommages causés par les victimes de la guerre du côté iranien : 

2 millions tués et handicapés

50 villes détruites

40000 prisonniers

Trois mille villages détruits

4 millions de déplacés

7.000 disparus

Plus de mille milliards de dollars de dommages matériels.  Pour continuer la guerre, Khomeiny a même rejeté son propre plan de paix que l’Irak avait accepté.ImageLes États-Unis et l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) prôneront la neutralité dès le début du conflit, alors que l’Organisation des Nations unies (ONU) appellera les deux parties à une solution négociée. La guerre débute le 22 septembre 1980 et se termine le 20 août 1988 et cette guerre durera 8 ans et fera plus de deux  millions de morts.ImageQuelles sont les causes de la guerre Iran-Irak ?

«Un grand État islamique doit vaincre le monde entier», a déclaré Khomeiny lors d’une réunion avec une délégation de chiites koweïtiens le 28 mars 1980. Mars 1980, le journal koweïtien « Al-Rai Al-Aam » a écrit: «Téhéran veut créer un empire au nom de l’islam! »Le 20 avril 1979, le journal Kayhan (Iran) et la radio et la télévision publique iranienne ont diffusé un discours détaillé de Khomeiny appelant le peuple et l’armée irakiens à se révolter contre le gouvernement irakien d’alors. Dans ce discours, Khomeiny a officiellement excommunié le président irakien Saddam Hussein. C’était peut-être la première fois dans l’histoire des relations diplomatiques internationales que le chef d’un État déclarait le chef d’un État voisin infidèle en utilisant des mécanismes religieux. Le châtiment de l’infidèle, selon la charia promue par Khomeiny, c’est la condamnation à mort ! Dans ce discours, Khomeiny a appelé non seulement le président du pays voisin, mais aussi ses partisans infidèles, et a appelé le peuple irakien à éliminer ces infidèles ! Vous pouvez lire quelques phrases du discours de Khomeiny :Iran iraq war« Saddam Hussein est un infidèle en raison de la décision de la charia. Il est un partisan des infidèles. Débarrassez-vous de cette corruption. Nous sommes votre aide. Débarrassez-vous de ce corrompu. Je les commande, À l’armée irakienne Se lever. Détruisez cette personne !  »

Depuis lors, la provocation de l’Irak est devenue l’un des piliers les plus importants de la propagande politique quotidienne de Khomeiny. Lo Que Pasó en la Historia: September 22: Iraq invades Iran in 1980. The war ended in a draw and both regimes were declared winners.

Le 9 septembre 1980, 12 jours avant le début de la guerre, le journal « Jomhuri Islami» annonçait officiellement : « Par ordre de l’Imam, les forces révolutionnaires ont annoncé qu’elles étaient prêtes à occuper l’Irak avec le soutien des musulmans. » Le 26 octobre 1980, Ibrahim Yazdi, le conseiller de Khomeiny, a déclaré à propos des conspirations qu’ils avaient élaborées contre l’Irak : « Quand nous sommes arrivés au pouvoir, le premier axe était de nommer un ambassadeur en Irak qui pourrait communiquer secrètement avec » Etablir des groupes musulmans opposés à le régime irakien en Irak.  » (Journal Kayhan, 26 octobre 1980)Arming Iran from the heart of Westminster? The Iranian military procurement offices, rumours and intelligence, 1981–1987 | Belfer Center for Science and International AffairsL’éclatement de la guerre fut provoqué par deux grands facteurs. Le renversement du Shah d’Iran et l’arrivée au pouvoir de l’ayatollah Khomeiny en 1979 provoquent une dégradation rapide des relations entre les deux nations. Le nouveau régime intégriste iranien veut promouvoir le mouvement islamique révolutionnaire à travers le Proche-Orient, et appelle aussitôt les Irakiens chiites à se soulever à leur tour et à renverser le régime sunnite de Saddam Hussein.

Quels sont les enjeux de cette guerre ? « Le scandale de l’Irangate »

Du point de vue du régime fondamentaliste iranien, l’enjeu initial est d’assurer son autodéfense, mais d’autres visées viennent vite se greffer : destituer Saddam Hussein, remplacer son régime sunnite par un régime chiite islamique, et surtout réduire la puissance de l’Irak.

Autre aspect, non moins étrange, du conflit Iran-Irak : le ballet des grandes puissances. Cette guerre ne s’est pas inscrite dans le cadre d’un affrontement Est-Ouest, chacun des belligérants ayant des alliés et des ennemis dans un camp et dans l’autre. Paris et Moscou ne se retrouvaient-ils pas, côte à côte, comme principaux fournisseurs en armes de Bagdad ? L’« Irangate » n’a-t-il pas révélé que Washington livrait cependant à la République islamique quantité d’armes dont elle avait besoin. Dans le même temps, Israël, censé se dresser contre cet islam extrémiste, n’avait-il pas été le premier à fournir l’Iran, dans le but d’affaiblir son ennemi arabe irakien ?

Pourquoi la guerre a-t-elle pris fin ?

Plusieurs raisons se mêlent dans la décision de Téhéran, après six ans, de refuser le cessez-le-feu proposé par l’ONU. D’abord, les défaites militaires subies sur tous les fronts, et en particulier au sud, avec la reprise par les Irakiens de la presqu’île de Fao. Ensuite, Khomeiny a été forcé de boire du pétard, parce que l’élément essentiel était la présence de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), mouvement de résistance armée opposé au régime de la République fondamentaliste l’islamique d’Iran qui, au prix de sa vie et de sa réputation, a été impliquée dans la destruction de la machine de guerre de Khomeiny et dans le but de marquer des buts pour renverser ce régime intégriste.

Définitions

Chatt-el-Arab : Le Chatt-el-Arab « La rivière des Arabes » est l’estuaire commun du Tigre et de l’Euphrate. Il débouche sur le golfe Persique après un parcours de 200 km. Sur la partie aval de son parcours, le fleuve constitue la frontière entre l’Irak et l’Iran.

République islamique : désigne les États fondamentalistes iraniens dont la dénomination officielle comporte ces mots et où le droit intégrisme s’applique.

Accords d’Alger : ils sont un traité signé entre l’Irak et l’Iran à propos des disputes territoriales entre les deux pays, principalement à propos de la souveraineté sur le Chatt-el-Arab et sur le Khuzestân. Le traité a été remis en cause par l’Irak et les deux parties sont entrées en guerre en partie pour cette raison (guerre Iran-Irak).

Régime baasiste : Régime dirigé par le Parti Baas arabe socialiste, créé en 1947 à Damas et qui a pour but l’unification des différents États arabes en une seule et grande nation.

Protocole de Genève : C’est le premier texte international à interdire l’utilisation des armes chimiques et des armes biologiques. Le Protocole a été ouvert à la signature le 17 juin 1925 lors de la Conférence sur le contrôle du commerce international des armes et des munitions à Genève et est entré en vigueur le 8 février 1928.

https://www.linternaute.fr/actualite/guide-histoire/2533938-guerre-iran-irak-resume-d-un-conflit-frontalier-de-1980-a-1988/

https://www.jeanperrin.org/portail/IMG/pdf/La_guerre_Iran-Irak.pdf

https://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMEve/571

https://www.monde-diplomatique.fr/mav/93/GRESH/56842

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.