Catégories
Dictature économie Science Sociale

22 Avril 2006 – Manifestations et morts dans les rues de Katmandou

Nepal to conduct census amidst Covid-19 surge | Nepali Times243 personnes sont blessées lors d’une manifestation pro-démocratie au Népal après que les forces de sécurité népalaises ont ouvert des manifestants contre le roi GyanendraMonde - Onze nouveaux morts en Birmanie dans la répression de manifestations - Le TélégrammeSelon des journalistes et un diplomate cités par l’AFP, de 200 000 à 300 000 personnes ont défié le couvre-feu et la police anti-émeutes lors de cette nouvelle journée de protestation dans la capitale népalaise, contre le roi Gyanendra et pour le rétablissement de la démocratie.CBSE Class 10 - Popular Struggles in Nepal and Bolivia Offered by UnacademyLes manifestants sont allés samedi plus loin dans le centre de Katmandou qu’à aucun autre moment depuis le début du mouvement de protestation contre le roi il y a plus de deux semaines.

Le roi Gyanendra a limogé son gouvernement et pris les pleins pouvoirs le 1er février 2005. Confronté à des manifestations quotidiennes, il a proposé vendredi l’organisation d’élections et a demandé à l’alliance formée par sept partis d’opposition de désigner une personnalité pour le poste de premier ministre.Struggle in Nepal. Interview with Bikkil Sthapit - LefteastCes concessions ont été jugées insuffisantes par l’opposition et par les manifestants.Three-member committee formed to probe police brutality in Kathmandu - myRepublica - The New York Times Partner, Latest news of Nepal in English, Latest News ArticlesLa lutte pour le contrôle politique du royaume himalayen du Népal a fait au moins trois morts et des dizaines de blessés hier alors que des manifestants pro-démocratie ont défié un couvre-feu en se rassemblant au périmètre de la capitale du pays pour exiger la fin du régime royal.659 Demonstrators Protest Against Nepalese King Gyanendra Photos and Premium High Res Pictures - Getty ImagesProlongeant une interdiction antérieure des manifestations dans le centre de Katmandou, le roi Gyanendra a interdit les manifestations sur la route encerclant la ville – craignant une houle de personnes marchant sur le palais.Kathmandu Demonstration High Resolution Stock Photography and Images - AlamyDans la capitale, perchée dans un pli des plus hautes montagnes du monde, les routes étaient désertes et les magasins fermés. Le seul bruit était celui des véhicules de l’armée sur la route et des hélicoptères au-dessus. Les médecins, les diplomates et les journalistes se sont tous vu refuser des laissez-passer pour se déplacer dans la ville.A state of permanent revolutionMais plus de 200 000 personnes ont afflué sur la rocade de Katmandou, qui marque la fin des limites de la ville, agitant des drapeaux, agitant les poings et remplissant l’air de chants républicains. Dans de nombreux endroits, ils ont avancé jusqu’à ce qu’ils rencontrent un mur de policiers lourdement armés portant des protections corporelles. Les habitants du centre de Katmandou sont sortis sur leurs toits, sifflant et frappant des assiettes. Les téléphones portables ont été utilisés pour appeler les autres dans les rues.

« Nous sommes prêts à sacrifier nos vies pour la nation parce que nous sommes sur le point d’être tués, mais cela ne nous inquiète pas », a déclaré Sangam Poudel, un étudiant de 22 ans. « C’est pour la nation et sans la nation il n’y a pas de vie. »write the movement for democracy in nepal/ - Social Science - - 9849597 | Meritnation.comDes sections de la route étaient jonchées de briques et de pneus enflammés. Au moins un poste de police a été attaqué et ses fenêtres brisées par des briques. Selon certaines informations, l’armée aurait percuté des foules avec un véhicule blindé de transport de troupes.Our Democracy is under attack - The Himalayan Times - Nepal's No.1 English Daily Newspaper | Nepal News, Latest Politics, Business, World, Sports, Entertainment, Travel, Life Style NewsLes manifestants ont également été abattus à balles réelles et à balles réelles bien avant d’atteindre la ligne de cannes, de casques, de fusils et de boucliers en plexiglas. Des défenseurs des droits humains de la banlieue de Kalanki ont déclaré que la police avait tiré sans discrimination, avec plus de 200 balles utilisées. « Les gens descendaient les collines vers la route, tellement d’entre eux ressemblaient à une chute d’eau dévalant une montagne. Sans aucune provocation, la police a ouvert le feu », a déclaré Kunjan Aryal de l’Insec, un groupe de défense des droits de l’homme dont le bureau se trouve à proximité de la manifestation. . « Ensuite, la police et l’armée n’ont pas laissé passer les ambulances. Au final, nous avons emmené huit personnes à l’hôpital dans notre voiture.Press Corps – RBSMUN 2019Les médecins de l’hôpital Model de Katmandou ont déclaré que trois personnes étaient décédées et que plus de 40 étaient dans un état critique, la plupart avec des blessures à la tête. « En raison du couvre-feu, nous n’avons pas pu faire entrer les médecins et les anesthésistes à l’hôpital pendant de nombreuses heures », a déclaré Sanduk Ruit, un chirurgien ophtalmologiste. Les chaînes de télévision ont rapporté plus tard que la police avait emporté les trois corps.Népal : le gouvernement contre la société civile ? - AsialystLes enquêteurs des droits de l’homme des Nations Unies ont condamné le comportement des forces de sécurité népalaises. « Nous condamnons fermement l’usage excessif et meurtrier de la force par des membres des forces de sécurité contre des manifestants et des passants innocents », ont déclaré les enquêteurs dans un communiqué publié à Genève. « Les forces de l’ordre ont eu recours à des tirs aveugles de balles en caoutchouc – parfois même à balles réelles – dans la foule, à des passages à tabac, à des raids contre des maisons et à la destruction de biens. »Nepal poll watchdog removes 'Hindu state, monarchy' from Rastriya Prajatantra Party | The Financial ExpressEn un peu plus de deux semaines, au moins 11 personnes ont été tuées et des centaines blessées. Plus de 25 personnes ont été blessées dans la ville occidentale de Bardiya hier lorsque les troupes ont ouvert le feu sur des manifestants.

La cour du roi affirme que les maoïstes se sont infiltrés dans la foule et ont tiré sur les soldats. Mais Ian Martin, le représentant du haut-commissariat aux droits de l’homme à l’ONU, a déclaré au Guardian qu’il n’y avait aucune preuve de cela. Il a dit que certains prisonniers avaient été battus pour faire de faux aveux. M. Martin a déclaré qu’il avait averti les commandants de l’armée que « les violations des droits de l’homme auraient un impact sur le fait de servir sous un drapeau de l’ONU ». Plus de 5 000 soldats népalais opèrent en tant que casques bleus de l’ONU, certains en République démocratique du Congo.Huge Hindu Gathering held to reinstate Hindu State in Nepal - World Hindu NewsUne grève générale a vu l’essence rationnée et les prix des denrées alimentaires monter en flèche, mais les manifestations se sont propagées à travers le pays, des statues de la famille royale étant abattues. Onze employés de banque ont été arrêtés pour avoir refusé d’encaisser un chèque du ministre de l’Intérieur cette semaine. Les banques de la capitale n’ouvrent que quelques heures par jour et les liquidités manquent.

« Vous voyez que les gens se soulèvent, quoi que nous leur disions », a déclaré Ram Chandra Poudel, le secrétaire général du Congrès népalais, qui a récemment été libéré de prison après avoir été détenu pendant trois mois. « Le roi doit se rendre. Il ne peut pas contenir ce mouvement. »The Nepalese play letting the crowd reimagine the ending – and their lives | Global development | The GuardianMais le roi Gyanendra, un royal fumeur à la chaîne qui a consulté ses astrologues au cours des manifestations, semble peu ému par la crise croissante. Comme son père, Mahendra, qui a renversé la démocratie en 1960, le roi Gyanendra a pris le pouvoir l’année dernière avec le soutien militaire. Il a blâmé les politiciens qui se chamaillent pour ne pas avoir écrasé les maoïstes.

L’alliance entre politiciens et maoïstes, scellée en novembre dernier, veut que le monarque se retire et concède des élections pour réviser la constitution. Mais malgré la marée de l’opinion publique qui se retourne contre lui et menace de mettre fin à 240 ans de règne de la dynastie Shah, le roi s’est montré inflexible.Communist Party of Nepal (Maoist) supporters take part in a rally in Kathmandu February 13, 2007. Thousands of supporters of former Maoist rebels held a mass demonstration in the Nepali capital onDes diplomates dans la capitale affirment que les interventions de l’Inde voisine du Népal ont eu peu d’effet. « Le roi ne comprend tout simplement pas et ses conseillers non plus », a déclaré l’un d’eux. « Il n’a pas de sortie prévue pour autant que nous puissions voir. »

Népal. Un premier ministre communiste pour le premier gouvernement républicain sur le toit du monde (automne 2015)

Le premier gouvernement républicain de l’histoire récente du Népal sera donc dirigé par un communiste. Dimanche, Khadga Prashad Sharma Oli (Parti communiste du Népal – marxiste-léniniste unifié, CPN-UML) a été élu par les deux tiers de l’Assemblée législative avec 338 voix sur 597. Le score est donc sans appel pour le premier ministre sortant Sushil Koirala (Congrès népalais). Opposant à la monarchie depuis la fin des années 1960, K .P. Sharma Oli entre en clandestinité lorsqu’il rejoint les rangs du Parti communiste en 1970. Il est arrêté une première fois avant de prendre une part active dans la rébellion de Jhapa en 1972. De nouveau arrêté, il passera quatorze années en prison. À la chute du régime Panchayat en 1990, et à la faveur de la transition démocratique, Khadga Prashad Sharma Oli construit sa popularité. Originaire des montagnes de l’Est, il a été député avant d’accéder aux postes de ministres de l’Intérieur puis des Affaires étrangères.Kathmandu, capital city of Nepal | Thamel night life | 4K - YouTubeReconstruction du pays

Le nouveau chef du gouvernement, soutenu par les maoïstes (Parti communiste unifié du Népal – maoïste), a assuré que sa priorité résidait dans la reconstruction titanesque du pays, dont le coût est estimé à 20 % du PIB, après les tremblements de terre dévastateurs d’avril et mai derniers qui causèrent la mort de 8 900 personnes. « Notre pays a été dévasté par le séisme. J’accélérerai le processus de reconstruction », a-t-il dit devant les députés.

Malgré les sympathies prochinoises du nouveau premier ministre népalais, le premier ministre conservateur indien lui a adressé ses félicitations. Narendra Modi « a expliqué que nous avons toujours défendu la paix, la prospérité et le progrès du Népal, qui est aussi dans l’intérêt de l’Inde. L’Inde continuera à apporter toute l’aide, conformément aux aspirations du peuple du Népal, pour la paix, la stabilité et le développement socio-économique du pays », a défendu le ministère des Affaires étrangères indien.Maoists threaten strike to force out Nepal PM - CNN.comTrès attentive à la situation tendue qui règne au sud du Népal depuis des semaines depuis la promulgation de la Constitution, l’Inde a décrété le blocus la semaine dernière. Alors que la minorité madhesie d’origine indienne, qui s’estime lésée par la nouvelle loi fondamentale, multiplie les manifestations dans la province du Teraï, New Delhi a fermé plusieurs postes-frontières par lesquels transitent le fioul et les denrées alimentaires vers la capitale, Katmandou. Amateur d’échecs, Khadga Prashad Sharma Oli ne devrait pas tarder à être mis à l’épreuve par ses puissants voisins.

https://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2006/04/22/manifestation-a-katmandou-malgre-le-couvre-feu_764491_3216.html

https://www.theguardian.com/world/2006/apr/21/nepal

https://www.gauchemip.org/spip.php?article273 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *