Catégories
Personnalité Science Sociale

22 Avril 1993 – Mort de César Chavez, icône historique majeure de la communauté latino-américaine

LULAC on Twitter: "We celebrate the life & legacy of César Chavez who became the best known Latino American civil rights activist. Who inspired generations of people across all backgrounds, ages, &Chavez a fondé la National Farm Workers Association, qui deviendra plus tard le syndicat United Farm Workers. Icons of Latino America: Latino Contributions to American Culture • ABC-CLIOLe travail de Chavez a contribué à faire de la lutte des ouvriers agricoles une cause morale bénéficiant d’un soutien national important.César Chávez Day - JVS SoCalCesar Chavez (1927-1993), leader syndical américain d’origine mexicaine et militant des droits civiques, a consacré l’œuvre de sa vie à ce qu’il appelait la causa (la cause) : la lutte des ouvriers agricoles aux États-Unis pour améliorer leurs conditions de travail et de vie en s’organisant et en négociant des contrats avec leurs employeurs.Rediscovering Cesar Chavez: Movies, Book Focus On Labor IconEngagé dans les tactiques de résistance non violente pratiquées par Mahatma Gandhi et Martin Luther King Jr. , Chavez a fondé la National Farm Workers Association (plus tard United Farm Workers of America) et a remporté d’importantes victoires pour augmenter les salaires et améliorer les conditions de travail des ouvriers agricoles dans le fin des années 1960 et 1970.

Première vie et travail en tant qu’organisateur communautaire

Cesar Estrada Chavez est né à Yuma, en Arizona, le 31 mars 1927. À la fin des années 1930, après avoir perdu leur propriété à la suite d’une saisie, lui et sa famille ont rejoint plus de 300 000 personnes qui ont déménagé en Californie pendant la Grande Dépression et sont devenues des ouvriers agricoles migrants.Photos: Cesar Chavez through the yearsChavez a abandonné l’école après la huitième année et a commencé à travailler dans les champs à plein temps. En 1946, il rejoint l’US Navy, servant pendant deux ans dans une unité séparée. Une fois son service terminé, il est retourné aux travaux agricoles et a épousé Helen Fabela, avec qui il aurait finalement huit enfants (et 31 petits-enfants).Home of César Chávez Now a National Monument | The Takeaway | WNYC StudiosEn 1952, Chavez travaillait dans une scierie à San Jose lorsqu’il est devenu un organisateur de base pour la Community Service Organization (CSO), un groupe latino de défense des droits civiques. Au cours de la décennie suivante, il a travaillé pour inscrire de nouveaux électeurs et lutter contre la discrimination raciale et économique, et est devenu le directeur national du CSO. Chavez a démissionné du CSO en 1962, après que d’autres membres aient refusé de soutenir ses efforts pour former un syndicat pour les ouvriers agricoles. Cette même année, il a utilisé ses économies pour fonder la National Farm Workers Association (NFWA) à Delano, en Californie.Amazon.com: Cesar Chavez [DVD + Digital] : Michael Peña, America Ferrera, John Malkovich, Rosario Dawson, Wes Bentley, Yancey Arias, Jacob Vargas, John Ortiz, Diego Luna, Pablo Cruz, Participant Media: Movies & TVFondation de la National Farm Workers Association et de la grève du raisin de 1965Chavez connaissait de première main les luttes des travailleurs les plus pauvres et les plus impuissants de la nation, qui travaillaient pour mettre de la nourriture sur les tables de la nation tout en ayant souvent eux-mêmes faim. Non couverts par les lois sur le salaire minimum, beaucoup gagnaient aussi peu que 40 cents de l’heure et n’étaient pas admissibles à l’assurance-chômage. Les tentatives précédentes de syndicalisation des travailleurs agricoles avaient échoué, car la puissante industrie agricole californienne a riposté avec tout le poids de son argent et de son pouvoir politique.Is farmworker, civil rights icon Cesar Chávez's legacy ignored in his hometown?Chavez s’est inspiré de la désobéissance civile non violente lancée par Gandhi en Inde et de l’exemple de saint François d’Assise, le noble italien du XIIIe siècle qui a renoncé à sa richesse matérielle pour vivre et travailler au nom des pauvres. Travaillant avec acharnement pour construire la NFWA aux côtés de sa collègue organisatrice Dolores Huerta, Chavez a parcouru les vallées de San Joaquin et Imperial pour recruter des membres du syndicat. Pendant ce temps, Helen Chavez travaillait dans les champs pour soutenir la famille, alors qu’elle luttait pour rester à flot.Latino icon Cesar Chavez leaves a complicated legacyEn septembre 1965, la NFWA a lancé une grève contre les viticulteurs californiens aux côtés du Comité d’organisation des travailleurs agricoles (AWOC), un groupe de travail philippino-américain. La grève a duré cinq ans et s’est étendue à un boycott national des raisins de Californie. Le boycott a reçu un large soutien, grâce à la campagne très visible dirigée par Chavez, qui a mené une marche de 340 milles de Delano à Sacramento en 1966 et a entrepris une grève de la faim très médiatisée de 25 jours en 1968.Cesar Chavez, RFK, unite for economic justice« Je suis convaincu que l’acte de courage le plus vrai, l’acte de virilité le plus fort, est de se sacrifier pour les autres dans une lutte totalement non violente pour la justice », a déclaré Chavez, dans un discours lu en son nom à la fin de sa première grève de la faim. . « Être un homme, c’est souffrir pour les autres. Que Dieu nous aide à être des hommes. »Welcome to Casa César ChávezLes travailleurs agricoles unis et la carrière ultérieure de Chavez

La grève et le boycott du raisin ont pris fin en 1970, les ouvriers agricoles concluant une convention collective avec les principaux viticulteurs qui augmentait le salaire des ouvriers et leur donnait le droit de se syndiquer. La NWFA et l’AWOC avaient fusionné en 1966 pour former l’United Farm Workers Organizing Committee, qui devint en 1971 l’United Farm Workers of America (UFW).

Tout au long des années 1970, Chavez a continué à diriger les efforts du syndicat pour obtenir des contrats de travail pour les travailleurs agricoles de l’industrie agricole, en utilisant les mêmes techniques non violentes de grèves et de boycotts. En 1972, il a entamé une deuxième grève de la faim pour protester contre une loi de l’Arizona interdisant aux travailleurs agricoles de s’organiser et de manifester. Grâce aux efforts de l’UFW, la Californie a adopté la loi historique sur les relations de travail dans l’agriculture en 1975, donnant à tous les travailleurs agricoles le droit de se syndiquer et de négocier de meilleurs salaires et conditions de travail.

Au milieu des années 1980, Chavez a concentré les efforts de l’UFW sur une campagne visant à mettre en évidence les dangers des pesticides pour les ouvriers agricoles et leurs enfants. En 1988, à l’âge de 61 ans, il a entamé sa troisième grève de la faim, qui a duré 36 jours.The Crusades of Cesar ChavezChavez est mort dans son sommeil le 23 avril 1993, à l’âge de 66 ans. L’année suivante, le président Bill Clinton lui a décerné une médaille présidentielle posthume de la liberté, la plus haute distinction civile du pays. Signe de l’influence durable du dirigeant syndical, Barack Obama a emprunté un slogan de Chavez – « Oui, nous pouvons » – lors de sa course réussie pour devenir le premier président noir des États-Unis en 2008.Cesar Chavez Day Reminds Us We Must Keep Fighting Despite Adversity | UnidosUSComment Cesar Chavez a rejoint Larry Itliong pour exiger les droits des travailleurs agricoles

Itliong n’est peut-être pas un nom aussi connu que Chavez, mais son rôle parmi les travailleurs philippino-américains a été aussi critique dans la grève du raisin de Delano de 1965 à 1970, sinon plus.

À la fin des années 1960, les raisins ont attiré l’attention nationale, et pas dans le bon sens.Cesar Chevez's Huelga Day March in San Francisco, 1966; Julio... Photo d'actualité - Getty ImagesLes ouvriers agricoles nouvellement organisés, dirigés par le militant des droits civiques américano-mexicain Cesar Chavez, ont demandé aux Américains de boycotter le fruit californien populaire en raison du salaire dérisoire et des mauvaises conditions de travail que les ouvriers agricoles étaient contraints d’endurer. En utilisant des tactiques non violentes comme des marches et des grèves de la faim, les vendangeurs ont fait de leur sort une partie de la conversation nationale sur les droits civiques.Cesar Chavez, Dolores Huerta and Larry Itliong Day | GW Center for Civic Engagement and Public Service | The George Washington UniversityCela a pris du temps, mais leurs efforts ont porté leurs fruits : en 1970, après cinq ans de la soi-disant grève du raisin de Delano, les ouvriers agricoles ont obtenu un contrat promettant de meilleurs salaires et avantages sociaux. Quelques années plus tard, leurs efforts ont conduit à l’adoption de la California Agricultural Labour Relations Act de 1975, qui a établi le pouvoir de négociation collective pour les travailleurs agricoles dans tout l’État.

Mais alors que Chavez a été honoré d’un monument national, d’un timbre-poste et de trois jours fériés, il n’a pas été le seul catalyseur du changement. Ou même le leader. C’est plutôt Larry Itliong, un organisateur philippino-américain, qui a mené un groupe de travailleurs de la vigne philippino-américains à la première grève en septembre 1965.Larry Itliong & Cesar Chavez — Calisphere« Les Philippins étaient bien plus radicaux » que les ouvriers agricoles mexicains-américains, explique Matt Garcia, professeur d’histoire au Dartmouth College et auteur de From the Jaws of Victory : The Triumph and Tragedy of Cesar Chavez and the Farm Worker Movement. « Ils étaient concentrés comme un laser et ont décidé qu’ils allaient forcer le problème. »Celebrating the History of Filipino Americans - Health Outreach PartnersQui a commencé la grève du raisin Delano ?

Les ouvriers agricoles de la vallée de San Joaquin, dans le centre de la Californie, appartenaient en grande partie à deux groupes : les Américains d’origine mexicaine et les Américains d’origine philippine. Mais alors qu’ils effectuaient les mêmes travaux dans les mêmes champs, ils étaient arrivés dans l’industrie agricole californienne par des voies très différentes.

La première grande vague de migration philippine vers les États-Unis est survenue entre les deux guerres mondiales. Selon le livre Little Manila is in the Heart de Dawn Mabalon, plus de 31 000 Philippins sont venus en Californie entre 1920 et 1929, beaucoup à la recherche d’un travail agricole. La plupart venaient des zones rurales des Philippines, après avoir vendu des animaux de ferme, des récoltes et de petites parcelles de terre afin de financer le voyage de plus de 7 000 milles à travers le Pacifique.Filipino Community Hall (U.S. National Park Service)En tant que groupe, ils étaient à plus de 90 % des hommes. Et parce que les lois anti-métissage interdisaient le mariage interracial en Californie, de nombreux hommes philippins qui se sont installés aux États-Unis sont restés célibataires. Ces lois ont finalement été modifiées en 1948, mais à l’aube de la grève du raisin de Delano, beaucoup de cette vague d’immigrants philippino-américains (souvent appelés «Manongs», qui se traduit par «frères aînés») n’avaient pas réussi à se marier. Ils vieillissaient dans la cinquantaine et la soixantaine, toujours célibataires et vivant ensemble dans des casernes agricoles communales.LA Commons on Twitter: "Gintong Kasaysayan Gintong Pamana (Filipino Americans: A Glorious History, A Golden Legacy) Mural is an iconic feature of Unidad Park in Historic FilipinoTown. Explore Filipinotown with us thisRoger Gadiano, un Américain philippin de 72 ans qui a grandi à Delano dans les années 1960, dit qu’il était l’un des seuls enfants philippins « de race pure » de la ville.

« Il y en avait moins d’une douzaine », dit Gadiano. « Je les connaissais tous. »League of United Latin American Citizens | LinkedInAvec autant d’ouvriers masculins célibataires géographiquement sans lien avec les maisons et les familles, les travailleurs migrants philippins ont pu traverser une large bande de territoire chaque année, rebondissant saison après saison des conserveries de saumon d’Alaska aux vergers de pommiers de Washington aux vendanges de Californie.

Leur mouvement constant, dit Garcia, a donné aux Philippins la chance de voir leur travail dans différents contextes et de constater le pouvoir du travail organisé plus que leurs homologues mexicains comparativement moins mobiles.Opinion | How Unions and Small Business Can Fight Monopolies - The New York Times« Ils ont vu la possibilité de s’extraire de l’oppression du lieu de travail », explique Garcia. « Ils ont vu des chemins différents. » En revanche, dit Garcia, les ouvriers agricoles mexicains-américains les plus enracinés ont été « battus et luttaient contre les structures d’oppression dans lesquelles ils étaient nés ».

Larry ItliongWhy all Americans should know about Larry Itliong – AsAmNewsEt parce que la population philippine vieillissait, elle était aussi moins patiente : elle avait besoin immédiatement d’augmentations, de prestations de retraite et de soins de santé. « Quand il y avait une grève, les Manongs s’y prêtaient volontiers », dit Gadiano. « Quand vous vivez dans une chambre depuis environ 20 ans et que vous ne voyez pas grand-chose d’avenir, une petite augmentation et quelques avantages aideraient… La mentalité des Manongs est la suivante : Tout est mieux que ce que nous avons maintenant. ”Celebrating the Spirit of Cesar Chavez & the Chicano Movement - KUVOEt ils possédaient un leader visionnaire en Larry Itliong. Dans les années 1930 et 1940, il avait aidé à organiser un syndicat des travailleurs de la conserverie en Alaska, avait mené des grèves de la laitue à Salinas, en Californie et organisé des grèves des asperges à Stockton.

En septembre 1965, il déclenche le mouvement dans les vignes de Delano.Project EATS en Twitter: "It's Cesar Chavez Day! Along with celebrating Chavez, we also want to recognize the work of Dolores Huerta, Larry Itliong and Philip Vera Cruz. Along with Chavez, theSelon le documentaire Delano Manongs, Cesar Chavez a été pris au dépourvu par la grève de septembre 1965. Itliong a demandé à Chavez – qui dirigeait un groupe d’ouvriers agricoles mexicains-américains – d’ordonner à ses ouvriers de faire grève également. Chavez a hésité, disant à Itliong qu’il avait besoin de deux à trois ans de plus pour s’organiser avant que ses ouvriers agricoles ne puissent se mettre en grève. Itliong a répliqué en disant à Chavez que si les ouvriers agricoles mexicains-américains brisaient la grève organisée par les Philippins, les ouvriers agricoles philippino-américains remettraient la même chose aux Américains d’origine mexicaine plus tard, en guise de représailles.Latino icon Cesar Chavez leaves a complicated legacyChavez a concédé, les deux groupes ont uni leurs forces et la grève a commencé.

Qu’est-ce qui a conduit à la grève du raisin de Delano ?50 Years Later, Remembering the Delano Grape StrikeSelon Garcia, la grève de Delano a été inspirée par le succès d’une grève similaire de travailleurs agricoles philippino-américains – en mai 1965, dans la vallée de Coachella. Là, un groupe de travailleurs migrants philippins-américains dirigé par Itliong a demandé une augmentation de 0,15 $/heure.

La grève a duré une semaine. Les producteurs ont répondu aux conditions de la demande. « C’était le premier rougissement du succès », dit Garcia.The Crusades of Cesar Chavez: A Biography: Pawel, Miriam: 9781608197101: Amazon.com: BooksSeulement trois mois plus tard, bon nombre des mêmes ouvriers agricoles philippino-américains se sont rendus à Delano, en Californie, pour les vendanges d’automne. Encouragés par leur succès à Coachella, ils ont encore frappé. Mais selon Gadiano, une fois que la grève du raisin de Delano a commencé, la situation dans les camps est devenue sombre. « C’était une situation sombre », dit-il. « Certains camps fermaient. Ils [les producteurs] les battaient vraiment fort, coupant l’eau.Les deux parties ont menacé de violence. Gadiano dit que lorsqu’un cousin tentait de franchir la ligne de piquetage et de travailler dans les champs, des ouvriers en grève lui lançaient des pierres. « C’était vraiment moche », dit Gadiano.PapaLoDown Agency— Untold Story of Filipino American and UFW Labor Leader Larry Itliong Goes NationalLa grève du raisin Delano a finalement réussi. Après cinq longues années, les producteurs ont signé un contrat qui faisait des concessions importantes aux ouvriers agricoles, notamment une augmentation de salaire, des prestations de soins de santé et des protections de sécurité contre les pesticides. Mais bon nombre des avantages ont profité de manière disproportionnée aux travailleurs mexicains-américains. Les bureaux d’embauche – mis en place à la suite de négociations collectives – favorisaient de manière disproportionnée les résidents permanents (c’est-à-dire les Mexicains) par rapport aux travailleurs saisonniers (c’est-à-dire les Philippins).

Marre de la direction du syndicat, Itliong démissionne de l’UFW en 1971.National Park Getaway: César E. Chávez National Monument (U.S. National Park Service)« En fin de compte, Larry aurait probablement dû être président » du syndicat, dit Garcia.

« Il y a une douleur », dit Gadiano. «César est vénéré. Et le plus triste, c’est Larry Itliong et le rôle des Manongs a été réduit à une note de bas de page dans l’histoire. Mais nous avons lancé un mouvement incroyablement positif. Il a aidé les travailleurs agricoles non seulement en Californie, mais partout aux États-Unis. Et les gens oublient.Filipino labor leader honored - ABC30 FresnoCitation

« La préservation de sa propre culture ne nécessite pas le mépris ou le manque de respect pour les autres cultures. »Cesar Chavez, Dolores Huerta and the Legacy | Portside« Du fond du besoin et du désespoir, les gens peuvent travailler ensemble, s’organiser pour résoudre leurs propres problèmes et combler leurs propres besoins avec dignité et force. »

« Nous puisons notre force dans le désespoir même dans lequel nous avons été forcés de vivre. Nous endurerons. »

« Nous devons aider les élèves et les parents à chérir et à préserver la diversité ethnique et culturelle qui nourrit et renforce cette communauté – et cette nation. »

« Il n’y a pas de retour en arrière… nous allons gagner. Nous gagnons parce que notre révolution est une révolution de l’esprit et du cœur. »

« Il ne suffit pas d’être au service des autres. Vous devez devenir un serviteur du peuple. Lorsque vous le faites, vous pouvez exiger leur engagement en retour. »

« L’engagement personnel est une expérience spirituelle. »

« La fin de toute connaissance doit être la formation du caractère. »

« Nous ne pouvons pas chercher la réussite pour nous-mêmes et oublier le progrès et la prospérité pour notre communauté. »

« Le combat ne concerne jamais le raisin ou la laitue. Il s’agit toujours de personnes. »

https://www.history.com/news/chavez-itliong-delano-grape-strike

https://www.history.com/topics/mexico/cesar-chavez

https://www.onthisday.com/people/cesar-chavez

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *