Catégories
Personnalité

22 Avril 1616 – Mort de Miguel de Cervantès, romancier, poète et dramaturge espagnol.

UNIVERSITÉ SORBONNE-NOUVELLE PARIS III - ppt téléchargerAuteur de «Don Quichotte», considéré comme le premier roman européen moderne et un classique de la littérature occidentale.Don Quixote route around Spain | spain.info in englishMiguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), romancier espagnol (Don Quichotte et autres), dramaturge et poète est né à Alcalá de Henares en 1547. Les tentatives des biographes pour lui fournir une illustre généalogie sont vaines. L’histoire de la famille commence avec le grand-père de l’auteur, Juan de Cervantès (né en 1490), un avocat qui à un moment donné (1545-1546) administra les biens du duc de Osuna, et résida plus tard à Cordoue, où il mourut vers 1555. Le père de Cervantès était Rodrigo de Cervantès, un apothicaire-chirurgien, qui épousa Leonor de Cortinas en 1540 ou 1541. Les enfants de ce mariage étaient Andrés (né en 1543), Andrea (né en 1544), Luisa (née en 1546), Miguel, Rodrigo (né en 1550), Magdalena (né en 1554) et Juan (dont on ne sait rien au-delà de sa mention dans le testament de son père).

Son influence sur la langue espagnole a été si grande que la langue est souvent appelée « la langue de Cervantès ».Miguel Cervantes by Courtney WilliamsDébut de la vie de Cervantès

La date exacte de la naissance de Cervantès n’est pas enregistrée : il a été baptisé le 9 octobre 1547, dans l’église de Santa Maria la Mayor à Alcalá. Il y a des indications que Rodrigo de Cervantès a résidé à Valladolid en 1554, à Madrid en 1561, à Séville en 1564-1565 et à Madrid à partir de 1566. On peut supposer que sa famille l’accompagnait, et il semble probable que soit à Valladolid, soit à Madrid, Cervantès a vu le célèbre acteur-directeur et dramaturge Lope de Rueda, dont il parle avec enthousiasme dans la préface de ses pièces.History of 'Don Quixote' Author Cervantes and His Buried RemainsÉducation

En 1569, un maître d’école madrilène, Juan Lopez de Hoyos, publia un ouvrage commémoratif de la troisième épouse de Philippe II, Isabelle de Valois, décédée le 3 octobre 1568. Ce volume, intitulé Historia y relación verdadera de la enfermedad, felicisimo tránsito y sumptuosas exequias fúnebres de la Serenisima Reyna de Españia Doña Isabel de Valoys, contient six contributions de Cervantès : un sonnet, quatre redondillas et une élégie. Lopez de Hoyos présente Cervantès comme « notre cher et bien-aimé élève », et l’élégie est dédiée au cardinal Espinosa « au nom de toute l’école ».Don Quixote Volume 1: Cervantes, Miguel de: 9781723131974: Amazon.com: BooksIl a été déduit que Cervantès a été éduqué par Lopez de Hoyos, mais cette conclusion est insoutenable, car l’école de Lopez de Hoyos n’a été ouverte qu’en 1567. Le 13 octobre 1568, Giulio Acquaviva arriva à Madrid chargé d’une mission spéciale auprès de Philippe II.; il partit pour Rome le 2 décembre, et Cervantès est censé l’avoir accompagné. Cette conjecture est basée uniquement sur un passage de la dédicace de la Galatée, où l’auteur parle d’avoir été « camarero du cardinal Acquaviva à Rome ». Il n’y a cependant aucune raison de penser que Cervantès a rencontré Acquaviva à Madrid ; la probabilité est qu’il s’est enrôlé comme surnuméraire vers la fin de 1568, qu’il a servi en Italie, et qu’il est entré dans la maison d’Acquaviva, qui avait été élevé au cardinalat le 17 mai 1570.PPT - Don Quixote Miguel de Cervantes PowerPoint Presentation, free download - ID:5424446Il existe un mandat (daté du 15 septembre 1569) pour l’arrestation d’un certain Miguel de Cervantès, qui avait blessé Antonio de Sigura, et avait été condamné par contumace à se faire couper la main droite et à être exilé de la capitale pendant dix ans ; et on a cherché à identifier le coupable avec le futur auteur de Don Quichotte. Aucune preuve n’est disponible. Tout ce que l’on sait avec certitude, c’est que Cervantès se trouvait à Rome à la fin de 1569, car le 22 décembre de cette année-là, le fait fut consigné dans une dénonciation officielle déposée par Rodrigo de Cervantès en vue de prouver la légitimité et l’intégrité de son fils descendance chrétienne.Miguel de Cervantes Saavedra. -Born in He was a soldier, a poet and a novelist. -The most important writer of spanish literature. -He moved to. - ppt downloadService militaire

S’il est difficile de dire avec précision quand Cervantès était au service d’Acquaviva, il n’est pas moins difficile de dire quand il l’a quitté pour rejoindre l’armée régulière. Il existe des preuves, plus ou moins satisfaisantes, que son enrôlement a eu lieu en 1570 ; en 1571, il servait comme soldat dans la compagnie commandée par le capitaine Diego de Urbina qui faisait partie du célèbre régiment de Miguel de Moncada, et le 16 septembre, il quitta Messine à bord du « Marquesa », qui faisait partie de l’armada sous Don Jean d’Autriche. A la bataille de Lépante (7 octobre 1571) la « marquise » était au plus fort du conflit. Alors que la flotte entrait en action, Cervantès était couché en dessous, malade de fièvre ; mais, malgré les remontrances de ses camarades, il insista avec véhémence pour se lever pour prendre sa part dans les combats, et a été signalé avec douze hommes sous lui dans un bateau par le côté de l’office. Il a reçu trois blessures par balle, deux à la poitrine et une qui a définitivement mutilé sa main droite – « pour la plus grande gloire de la droite », selon sa propre expression.

Le 30 octobre, la flotte retourna à Messine, où Cervantès fut hospitalisé et, pendant sa convalescence, reçut des subventions s’élevant à quatre-vingt-deux ducats. Le 29 avril 1572, il fut transféré à la compagnie du capitaine Manuel Ponce de León dans le régiment de Lope de Figueroa ; il participa à l’engagement naval indécis au large de Navarin le 7 octobre 1572, à la prise de Tunis le 10 octobre 1573 et à l’expédition infructueuse pour relever la Goletta à l’automne 1574. Le reste de son service militaire fut passé en garnison à Palerme et à Naples, et peu de temps après l’arrivée de Don John à Naples le 18 juin 1575, Cervantès obtint l’autorisation de retourner en Espagne ; il reçut une lettre de recommandation de don Jean à Philippe II, et un témoignage semblable du duc de Sessa, vice-roi de Sicile.OTRAS FACETAS DE MIGUEL DE CERVANTES – Con los ojos de la lenguaCapture, Esclavage, Rançon, Libération

Le 26 septembre 1575, près des Trois Maries au large de Marseille, le « Sol » et ses compagnons le « Mendoza » et le « Higuera » rencontrèrent un escadron de corsaires barbaresques commandé par Arnaut Mami ; Cervantès, son frère Rodrigo et d’autres Espagnols ont été capturés et emmenés comme prisonniers à Alger. Cervantès devint l’esclave d’un renégat grec nommé Dali Mami et, comme les lettres trouvées sur lui étaient prises pour prouver qu’il était un homme important en mesure de payer une forte rançon, il fut placé sous une surveillance spéciale. Avec un courage et une persévérance inébranlables, il organisa des plans d’évasion. En 1576, il incita un Maure à le guider, ainsi que d’autres captifs chrétiens, à Oran ; le Maure les abandonna sur la route, les fugitifs déconcertés retournèrent à Alger, et Cervantès fut traité avec une sévérité supplémentaire.Don Quichotte - Texte Abrégé | hachette.frAu printemps 1577, deux prêtres de l’Ordre de la Miséricorde arrivent à Alger avec une somme de trois cents écus qui leur est confiée par les parents de Cervantès ; le montant était insuffisant pour le libérer et a été dépensé pour racheter son frère Rodrigo. Cervantès fit une nouvelle tentative d’évasion en septembre 1577, mais fut trahi par le renégat dont il s’était enrôlé. Amené devant Hassan Pacha, vice-roi d’Alger, il s’en prit à lui-même et fut menacé de mort ; frappé cependant de l’allure héroïque du prisonnier, Hassan remit sa sentence et acheta Cervantès à Dali Mami pour cinq cents écus. En 1577, le captif adresse au secrétaire d’État espagnol, Mateo Vazquez, une lettre versifiée suggérant qu’une expédition soit organisée pour s’emparer d’Alger ; le projet, bien que réalisable, n’a pas été amusé. En 1578, Cervantès fut condamné à deux mille coups pour avoir envoyé une lettre demandant l’aide de Martín de Córdoba, gouverneur d’Oran ; la punition ne lui fut cependant pas infligée.Don Quichotte Universel", une copie arabe traduite par le Tunisien Ridha Mami | DirectinfoPendant ce temps, sa famille ne chômait pas. En mars 1578, son père présenta une pétition au roi exposant les services de Cervantès; le duc de Sessa répéta son témoignage sur les mérites du captif ; au printemps 1579, la mère de Cervantès demanda l’autorisation d’exporter pour deux mille ducats de marchandises de Valence à Alger, et le 31 juillet 1579, elle donna aux moines trinitaires, Juan Gil et Anton de la Bella, une somme de deux cent cinquante ducats à appliquer à la rançon de son fils. De son côté, Cervantès était infatigable et, vers la fin de 1579, il s’arrangea pour sécuriser une frégate ; mais le complot a été révélé à Hassan par Juan Blanco de Paz, un moine dominicain, qui semble avoir conçu une haine inexplicable de Cervantès. Une fois de plus, la vie du conspirateur fut épargnée par Hassan qui, dit-on.La liberté, Sancho, est un des dons les plus précieux que le ciel ait faits aux hommes. Rien ne l'égale, ni les...Le 29 mai 1580, les deux Trinitaires arrivèrent à Alger : ils étaient à peine à l’heure, car le mandat d’Hassan touchait à sa fin, et l’arrangement d’une quelconque rançon était un processus lent, impliquant de patientes négociations. Hassan a refusé d’accepter moins de cinq cents ducats d’or pour son esclave ; les fonds disponibles étaient inférieurs à ce montant, et le solde était collecté auprès des commerçants chrétiens d’Alger. Cervantès était déjà embarqué pour Constantinople lorsque l’argent fut payé le 19 septembre 1580. Le premier usage qu’il fit de sa liberté fut de faire dresser des procès-verbaux de ses démarches à Alger ; il s’embarqua pour l’Espagne vers la fin d’octobre, débarqua à Dénia en novembre et se rendit à Madrid. Il signa une dénonciation devant un notaire de cette ville le 18 décembre 1580.17 Miguel de Cervantes ideas | don quixote, miguel de cervantes, ap spanishCes dates prouvent qu’il ne peut pas, comme on le prétend souvent, avoir servi sous Alva dans la campagne portugaise de 1580 : cette campagne se termina par la bataille d’Alcántara le 25 août 1580. Il semble cependant certain qu’il se rendit au Portugal peu après son retour d’Alger, et en mai 1581 il est envoyé de Thomar en mission à Oran. Interprétée littéralement, une déclaration solennelle de ses services, signée par Cervantès le 21 mai 1590, fait apparaître qu’il a servi dans les campagnes des Açores de 1582-83 ; mais le libellé du document est impliqué, les prétentions de Cervantès se confondent avec celles de son frère Rodrigo (qui fut promu enseigne aux Açores), et dans l’ensemble il est douteux qu’il ait participé à l’une ou l’autre des expéditions sous Santa Cruz.Miguel De Cervantes Saavedra Banque d'image et photos - AlamyVie et écriture au Portugal

En tout cas, les histoires de sa résidence au Portugal, et de ses amours avec une noble dame portugaise qui lui a donné une fille, sont de simples inventions. De 1582-1583 à 1587, Cervantès semble avoir écrit abondamment pour le théâtre et, dans l’Adjunta al Parnaso, il mentionne plusieurs de ses pièces comme « dignes d’éloges »

Il s’agissait de Los Tratos de Argel, La Numancia, La Gran Turquesa, La Batalla naval, La Jerusalem, La Amaranta ó la de Mayo, El Bosque amoroso, La Unica y Bizarra Ársinda – « et bien d’autres dont je ne me souviens pas, mais qui ce qui m’intéresse le plus et me pique le plus était, et est, un appelé La Confus a qui, avec tout le respect pour autant de pièces d’épée et de cape qui ont été mises en scène jusqu’à présent, peut prendre une place de premier plan comme étant bonne parmi le meilleur. »Colomiers. La Peña présente Don Quijote y Sancho Panza - ladepeche.frParmi ceux-ci seulement Los Tratos de Argel (ou El Trato de Argel) et La Numancia ont survécu et, bien que La Numancia contienne de nombreux passages rhétoriques raffinés, les deux pièces prouvent que le génie de l’auteur n’était pas essentiellement dramatique.En février 1584, il obtint une licence pour imprimer un roman pastoral intitulé Primera parte de la Galatea, dont il vendit les droits d’auteur le 14 juin à Blas de Robles, libraire à Alcalá de Henares, pour 1336 reales. Le 12 décembre, il épousa Catalina de Palacios Salazar y Vozmediano d’Esquivias, de dix-huit ans sa cadette. La Galatée a été publiée au printemps 1585 et on dit souvent qu’elle raconte l’histoire de la cour de Cervantès et qu’elle présente divers écrivains distingués sous des noms pastoraux. Ces affirmations doivent être reçues avec beaucoup de réserve. La naissance d’une fille illégitime, portée à Cervantès par une certaine Ana Francisca de Rojas, est mentionnée en 1584, et plus tôt dans la même année, la Galateaavait passé la censure; à quelques exceptions près, les identifications des personnages du livre avec des personnages de la vie réelle sont purement conjecturales.Don quijote - Miguel CervantesCes circonstances, ainsi que les preuves internes de l’œuvre, permettent de conclure que la Galatée a été commencée et achevée avant 1583. Elle n’a été réimprimée que deux fois – une fois à Lisbonne (1590) et une fois à Paris (1611) – pendant la période de l’auteur durée de vie ; mais cela lui a valu une certaine renommée, c’était son préféré parmi ses livres, et pendant les trente années qui lui restaient, il a annoncé à plusieurs reprises la deuxième partie qui est promise au conditionnel dans le texte. Cependant, il n’est pas trop regrettable que la suite n’ait jamais été publiée ; bien que la Galatée est intéressant comme première tentative délibérée de gloire de la part d’un grand génie, c’est un exercice de la littérature pseudo-classique introduite en Italie par Sannazaro, et transplantée en Espagne par le portugais Montemõr ; et, aussi ingénieuse ou éloquente que soit la pastorale en prose de la Renaissance, son artificialité innée étouffe le réalisme riche et éclatant de Cervantès.ImageCervantès lui-même en reconnaissait les défauts ; avec toute sa faiblesse pour la Galatea, il admet tristement que « elle propose quelque chose et ne conclut rien ». Son échec relatif était une affaire sérieuse pour Cervantès qui n’avait d’autre ressource que sa plume ; ses pièces avaient probablement moins de succès que son récit ne le laisserait supposer, et en tout cas l’écriture de pièces de théâtre n’était pas à cette époque une occupation lucrative en Espagne. Nul doute que la mort de son père le 13 juin 1585 alourdit les responsabilités de Cervantès ; et la dot de sa femme, comme il ressort d’un document daté du 9 août 1586, ne consistait en rien de plus précieux que cinq vignes, un verger, quelques meubles de ménage, quatre ruches, quarante-cinq poules et poulets, un coq et un creuset.

Emploi et difficultés financières

Il était devenu évident que Cervantès ne pouvait pas gagner son pain par la littérature et, en 1587, il se rendit à Séville pour chercher un emploi dans le cadre de l’approvisionnement de l’Invincible Armada. Il a été placé sous les ordres d’Antonio de Guevara, et avant le 24 février a été excommunié pour zèle excessif dans la collecte de blé à Écija. Au cours des mois suivants, il fut engagé dans la collecte de provisions à Séville et dans le district adjacent, et après la défaite de l’Armada, il fut retenu comme commissaire aux galères.PPT - MIGUEL DE CERVANTES (1547-1616): UNA VIDA DE AVENTURA PowerPoint Presentation - ID:2938933Fatigué de la corvée, et sans aucune perspective d’avancement, le 21 mai 1590, Cervantès rédige une pétition au roi, enregistrant ses services et postulant à l’un des quatre postes alors vacants dans les colonies américaines : une place dans le département de comptes publics à la Nouvelle-Grenade, le poste de gouverneur de Soconusco au Guatemala, le poste d’auditeur des galères à Carthagène ou celui de corregidor dans la ville de La Paz. La pétition fut renvoyée au Conseil des Indes et annotée de ces mots : « Qu’il cherche quelque chose de plus près de chez lui.

Cervantès resta forcément à son poste ; le travail était dur, peu agréable et mal payé, et le salaire était constamment en retard. En novembre 1590, il était dans une telle situation qu’il emprunta de l’argent pour s’acheter un costume et, en août 1592, ses cautions furent appelées à combler un déficit de 795 reales dans ses comptes. Ses pensées se tournèrent une fois de plus vers la littérature et le 5 septembre 1592, il signa un contrat avec Rodrigo Osorio s’engageant à écrire six pièces à cinquante ducats chacune, aucun paiement à effectuer à moins qu’Osorio considère que chacune de ces pièces était « une des le meilleur jamais produit en Espagne.MIGUEL DE CERVANTES, UNA BREVE BIOGRAFÍA. PRIMEROS AÑOS Miguel de Cervantes Saavedra nació en Alcalá de Henares en No se sabe la fecha exacta del. - ppt descargarRien n’est sorti de cet accord, et il semble qu’entre la date de sa signature et le 19 septembre, Cervantès ait été emprisonné (pour des raisons qui nous sont inconnues) à Castro del Río. Il fut rapidement relâché et continua à perquisitionner comme auparavant en Andalousie ; mais ses ambitions littéraires n’étaient pas mortes et, en mai 1595, il remporta le premier prix – trois cuillères en argent – lors d’un tournoi poétique organisé en l’honneur de saint Hyacinthe à Saragosse.

Peu de temps après, Cervantès se trouva en difficulté avec les fonctionnaires du Trésor. Il confia une somme de 7400 reales à un marchand nommé Simon Freire de Lima avec instruction de verser le montant au trésor à Madrid ; l’agent a fait faillite et s’est enfui, laissant Cervantès responsable du déficit. D’une manière ou d’une autre, l’argent fut levé et la dette fut liquidée le 21 janvier 1597. Mais la position de Cervantès fut ébranlée et ses habitudes peu professionnelles se prêtèrent à des interprétations erronées. Le 6 septembre 1597, il reçut l’ordre de trouver des cautions qu’il se présenterait à Madrid dans les vingt jours, et d’y soumettre au Trésor public les pièces justificatives de tous les fonds officiels perçus par lui à Grenade et ailleurs.Maria Fuertes Meghan Marinelli Alyssa Boasso Paola Salinas - ppt descargarDe telles cautions n’étant pas disponibles, il a été incarcéré à la prison de Séville, mais a été libéré le 1er décembre à condition qu’il se conforme à l’ordonnance initiale du tribunal dans les trente jours. Il n’a apparemment pas pu obtenir de caution, a été licencié de la fonction publique et a sombré dans l’extrême pauvreté. Lors d’une absence momentanée de Séville en février 1590, il fut de nouveau convoqué à Madrid par le fisc, mais ne semble pas avoir obéi : il est fort probable qu’il n’avait pas l’argent pour payer le voyage. Il y a des raisons de penser qu’il a été emprisonné à Séville en 1602, mais rien de positif n’est connu de son existence entre 1600 et le 8 février 1603 : à cette dernière date, il semble avoir été à Valladolid, ville de Philippe III avait supprimé la cour en 1601.

PoésieLes meilleures citations de Miguel de CervantesDepuis la publication de la Galatée en 1585, les 765 contributions de Cervantès à la littérature s’étaient limitées à des poèmes occasionnels. En 1591, il publie une ballade dans Flor de varios y nuevos romances d’Andrés de Villalta ; en 1595, il composa un poème, déjà mentionné, pour célébrer la canonisation de saint Hyacinthe ; en 1596, il écrivit un sonnet ridiculisant l’entrée tardive de Medina Sidonia à Cadix après le retrait des envahisseurs anglais, et la même année son sonnet louant Santa Cruz fut imprimé à Cristóbal. Comentario en breve compendio de disciplina militar de Mosquera de Figueroa; à 1597 est attribué un sonnet (dont l’authenticité est contestée) commémoratif du poète Herrera; en 1598, il écrivit deux sonnets et une copie de quintilles sur la mort de Philippe II; et en 1602, un sonnet complémentaire de sa plume est apparu dans la deuxième édition de Dragontea de Lope de Vega .Citations Miguel de Cervantes - Ses 77 citationsDon Quichotte

Curieusement, c’est par Lope de Vega que Don Quichotte est mentionné pour la première fois. Écrivant à un correspondant inconnu (apparemment un médecin) le 14 août 1604, Lope de Vega dit qu' »aucun poète n’est aussi mauvais que Cervantès, ni assez fou pour louer Don Quichotte « , et il poursuit en parlant de son propre joue comme étant odieux à Cervantès. Il est évident que les deux hommes s’étaient disputés depuis 1602, et que Lope de Vega s’énervait sous la satire de lui-même et de ses œuvres dans le prochain livre de Cervantès ; don Quichotte peut avoir été distribué sous forme manuscrite, ou peut-être même avoir été imprimé avant que la licence officielle ne soit accordée le 26 septembre 1604. Il fut publié au début de 1605 et fut dédié au septième duc de Béjar dans des phrases largement empruntées à la dédicace en L’édition de Herrera (1580) de Garcilaso de la Vega, et de la préface de Francisco de Medina à cet ouvrage.Don Quichotte à Saint-MartinLa mention du Pastor de Iberia de Bernardo de la Vega montre que le sixième chapitre de Don Quichotte ne peut pas avoir été écrit avant 1591. Dans le prologue, Cervantès décrit son chef-d’œuvre comme étant « juste ce qui pourrait être engendré dans une prison » ; sur la base de ce passage, on a pensé qu’il avait conçu l’histoire, et peut-être commencé à l’écrire, pendant l’une de ses peines d’emprisonnement à Séville entre 1597 et 1602. Quelques semaines après sa publication à Madrid, trois éditions piratées de Don Quichotte ont été publiés à Lisbonne ; une seconde édition autorisée, imparfaitement révisée, fut précipitée à Madrid ; et une autre réimpression parut à Valence avec une approbation datée du 18 juillet 1605. À l’exception du Guzmán de Alfarache d’Alemán, aucun livre espagnol de l’époque n’eut plus de succès.ImageLa critique moderne a tendance à considérer Don Quichotte comme une œuvre symbolique, didactique ou controversée destinée à provoquer des réformes radicales dans l’Église et l’État. De telles interprétations ne sont pas venues à l’esprit des contemporains de Cervantès, ni à Cervantès lui-même. Il n’y a aucune raison de rejeter sa simple déclaration selon laquelle son objectif principal était de ridiculiser les romans de chevalerie, qui, dans leurs derniers développements, étaient devenus un tissu d’absurdités ennuyeuses. Il semble clair que sa première intention était simplement de parodier ces extravagances dans une nouvelle ; mais à mesure qu’il avançait, les immenses possibilités du sujet devenaient plus évidentes pour lui, et il finissait par étendre son travail à un brillant panorama de la société espagnole telle qu’elle existait au XVIe siècle. Nobles, chevaliers, poètes, gentilshommes de cour, prêtres, commerçants, fermiers, barbiers, muletiers, marmitons et bagnards ; dames accomplies, demoiselles passionnées, Beautés mauresques, paysannes au cœur simple et gentilles filles de cuisine aux mœurs douteuses – tout cela est présenté avec la fidélité géniale qui vient d’une perspicacité sympathique. La vogue immédiate de Don Quichotte était dû principalement à sa variété d’incidents, à sa richesse de comédie frisant la farce, et peut-être aussi à ses poussées acharnées contre d’éminents contemporains ; son pathétique réticent, sa grande humanité et sa critique pénétrante de la vie furent moins rapidement appréciés.

Don Quixote - (dover Thrift Editions: Classic Novels) By Miguel De Cervantes (paperback) : Target

Entre-temps, le 12 avril 1605, Cervantès autorisa son éditeur à poursuivre les libraires de Lisbonne qui menaçaient d’introduire leurs réimpressions pirates en Castille. En juin, les citoyens de Valladolid considéraient déjà Don Quichotte et Sancho Panza comme des types proverbiaux. Des expériences moins gratifiantes attendaient l’auteur populaire. Le 27 juin 1605, Gaspar de Ezpeleta, gentilhomme navarrais de vie dissolue, fut blessé devant le logis où vivaient Cervantès et sa famille ; il fut emmené à l’intérieur, soigné par la sœur de Cervantès, Magdalena, et mourut le 29 juin. Ce même jour, Cervantès, sa fille naturelle (Isabel de Saavedra), sa sœur Andrea et sa fille ont été incarcérées, soupçonnées d’être indirectement impliquées dans la mort d’Ezpeleta ; l’un des témoins a porté des accusations préjudiciables contre la fille de Cervantès.

Cervantès à mi- vie

On sait peu de choses sur la vie de Cervantès entre 1605 et 1608. Une Relación des festivités tenues pour célébrer la naissance de Philippe IV., et une certaine Carta á don Diego Astudillo Carrillo lui ont été attribuées à tort; pendant ces trois années, il n’a apparemment rien écrit au-delà de trois sonnets, et l’un d’eux est d’une authenticité douteuse. Les dépositions de l’enquête de Valladolid montrent qu’il vivait dans la pauvreté cinq mois après l’apparition de Don Quichotte, et le fait qu’il ait emprunté 450 réaux à son éditeur avant novembre 1607 donnerait l’idée que sa position s’améliorait lentement, voire pas du tout. Mais il est difficile de concilier cette vision de sa situation avec les détails concernant sa fille illégitime révélés dans des documents récemment découverts. Isabel de Saavedra a été déclarée célibataire lors de son arrestation à Valladolid en juin 1605 ; le règlement de son mariage avec Luis de Molina en 1608 la décrit comme la veuve de Diego Sanz, comme la mère d’une fille de huit mois et comme possédant une maison-propriété d’une certaine valeur.

Ces détails laissent perplexe, et la situation est encore compliquée par la publication d’un acte dans lequel Cervantès déclare qu’il est lui-même le véritable propriétaire de cette maison-propriété, et que sa fille n’y a qu’un intérêt viager. Cette revendication peut être considérée comme une fiction juridique ; cela ne se concilie pas facilement avec la déclaration de Cervantès vers la fin de sa vie, selon laquelle il dépendait de la générosité du comte de Lemos et de Bernardo de Sandoval, cardinal-archevêque de Tolède. En 1609, il rejoint la confrérie nouvellement fondée des Esclaves du Très Saint Sacrement ; en 1610, Lemos est nommé vice-roi de Naples et Cervantès est profondément déçu de ne pas avoir été choisi pour accompagner son patron.Miguel de Cervantes Saavedra. El autor y su obra. Breves apuntes - YouTubeEn 1611, il perdit sa sœur Magdalena, qui fut enterrée par la charité des Tertiaires de Saint François ; en 1612, il rejoint l’Academia Selvaje, et il semble y avoir renouvelé ses anciennes relations amicales avec Lope de Vega; en 1613, il dédia ses Novelas exemplares au comte de Lemos, et disposa de ses droits pour 1600 reales et vingt-quatre exemplaires du livre. Les douze contes de ce volume, certains d’entre eux écrits beaucoup plus tard que d’autres, sont d’un mérite inégal, mais ils contiennent certains des meilleurs travaux de l’écrivain, et les deux histoires picaresques – Rinconete y Cortadillo et le Coloquio de los perros – sont superbes exemples du genre, et donnerait à Cervantès le droit de se ranger parmi les plus grands maîtres de la prose espagnole.

En 1614, il publie le Viage del Parnaso , un poème burlesque suggéré par le Viaggio in Parnaso (1582) du poète péruvien Cesare Caporali. Il contient quelques passages autobiographiques intéressants, beaucoup de flatteries pour les poètes contemporains et quelques touches satiriques heureuses ; mais, bien qu’il s’agisse de l’offre la plus sérieuse de Cervantès pour la renommée en tant que poète, il a rarement été réimprimé et aurait probablement été oublié sans un post-scriptum admirablement humoristique en prose qui est digne de l’auteur à son meilleur. Dans la préface de son Ocho comedias y ocho entremeses nuevos(1615) il admet avec bonne humeur que ses œuvres dramatiques n’ont pas trouvé grâce auprès des managers, et, lors de la première réimpression de ce recueil (1749), l’éditeur a avancé la théorie fantastique selon laquelle les comédies étaient des exercices délibérés d’absurdité, destinés à parodier les populaires drames du jour. Ce point de vue ne peut être maintenu, mais une distinction nette doit être établie entre les huit pièces arrêtées et les huit intermèdes ; à une ou deux exceptions près, les comédies ou pièces montées sont des expériences infructueuses à la manière de Lope de Vega, tandis que les entremeses ou intermèdes, particulièrement ceux en prose, sont des modèles de gaieté spontanée et d’esprit ingénieux.Vida y obra de miguel de cervantesSéquelles de Don Quichotte

Dans la préface des Novelas exemplares, Cervantès avait annoncé la parution prochaine de la suite de Don Quichotte qu’il avait vaguement promise à la fin de la première partie. Il travaillait au cinquante-neuvième chapitre de sa suite lorsqu’il apprit qu’il avait été devancé par Alonso Fernandez de Avellaneda de Tordesillas, dont Segunde tamo del ingenioso 766 hidalgo don Quichotte de la Manchaa été publié à Tarragone en 1614. En supposant que Fernandez de Avellaneda est un pseudonyme, cette fausse suite a été attribuée au confesseur du roi, Luis de Aliaga, au vieil ennemi de Cervantes, Blanco de Paz, à son vieil ami, Bartolomé Leonardo de Argensola, aux trois grands dramaturges, Lope de Vega, Tirso de Molina et Ruiz de Alarcón, à Alonso Fernandez, à Juan José Martí, à Alfonso Lamberto, à Luis de Granada, et probablement à d’autres.

Certaines de ces attributions sont manifestement absurdes — par exemple, Luis de Grenade est mort dix-sept ans avant la publication de la première partie de Don Quichotte — et toutes sont des conjectures improbables ; si Avellaneda n’est pas le vrai nom de l’auteur, son identité n’est toujours pas découverte. Son livre n’est pas dépourvu de talent littéraire et d’humour robuste, et peut-être l’a-t-il commencé avec l’impression que Cervantès n’était pas plus susceptible de terminer Don Quichotte que de terminer la Galatée. Il aurait cependant dû abandonner son projet à la lecture de l’annonce dans la préface des Novelas exemplares; ce qu’il a fait, c’est se déshonorer en écrivant une préface insolente narguant Cervantès avec ses défauts physiques, ses infirmités morales, son âge, sa solitude et ses expériences en prison. Il était trop intelligent pour imaginer que sa suite pourrait tenir tête à la suite authentique, et avoua malicieusement son intention d’être le premier sur le terrain et de gâcher ainsi le marché de Cervantès. Il est tout à fait possible que Don Quichotte ait été laissé incomplet sans cette intrusion insultante ; Cervantès était un écrivain tranquille et était, comme il le dit, engagé sur El Engaño à los ojos, Las Semanas del Jardín et El Famoso Bernardo, dont aucun n’a été conservé. Avellaneda l’oblige à concentrer son attention sur son chef-d’œuvre, et l’authentique deuxième partie de Don Quichotte paraît vers la fin de 1615.

Aucun livre ne contredit plus clairement la maxime, citée par le bachelier Carrasco, selon laquelle « aucune deuxième partie n’a jamais été bonne ». Il est vrai que les quatorze derniers chapitres sont abîmés par des dénonciations indignes d’Avellaneda ; mais, à part cela, la deuxième partie de Don Quichotte est une amélioration par rapport au premier. L’humour est plus subtil et mature ; le style est d’une excellence plus égale ; et les personnages du célibataire et du médecin, Pedro Recio de Agüero, sont présentés avec un effet plus vif que n’importe lequel des personnages secondaires de la première partie. Cervantès avait clairement profité des critiques de ceux qui s’opposaient aux « innombrables coups de bâton infligés au señor Don Quichotte » et à l’interpolation non pertinente d’histoires étrangères au texte. Don Quichotte traverse la seconde partie avec une dignité imperturbable ; Sancho Panza perd un peu de sa ruse rustique, mais il gagne en esprit, en sens et en manières. La conception originale est inchangée dans l’essentiel, mais elle est plus logiquement développée, et il y a un progrès notable dans la construction. Cervantès avait appris à aimer son chevalier et son écuyer, et il comprenait mieux ses propres créations qu’au début ; plus complètement maître de son métier, il écrit sa suite avec la confiance indéfectible d’un artiste de renom soucieux de maintenir sa réputation.ImageLa première partie de Don Quichotte avait été réimprimée à Madrid en 1608 ; il avait été produit à Bruxelles en 1607 et 1611, et à Milan en 1610 ; il avait été traduit en anglais en 1612 et en français en 1614. Cervantès était célébré en Espagne et hors d’Espagne, mais sa célébrité ne lui avait pas apporté la richesse. Les membres de l’ambassade spéciale de France, envoyée à Madrid en février 1615, sous les ordres du commandeur de Sillery, apprirent avec étonnement que l’auteur des Galatées, des Novelas exemplares et de Don Quichotte était « vieux, soldat, gentilhomme et pauvre ». Mais ses procès touchaient à leur fin. Bien que défaillant en santé, il a travaillé assidûment à Los Trabajos de Persiles y Sigismunda, qui, comme il l’avait prophétisé en plaisantant dans la préface de la deuxième partie de Don Quichotte, serait « ou le pire ou le meilleur livre jamais écrit dans notre langue ». C’est la plus soigneusement écrite de ses œuvres en prose, et la moins animée ou la moins attrayante d’entre elles ; des signes de fatigue et d’affaiblissement des pouvoirs sont incontestablement visibles.

La mort de Cervantès

Cervantès n’était pas destiné à le voir imprimé. Il fut atteint d’hydropisie et, le 18 avril 1616, reçut le sacrement de l’extrême-onction ; le lendemain, il écrivit la dédicace de Persiles y Sigismonde au comte de Lemos, le plus émouvant et le plus galant des adieux. Il mourut à Madrid dans la Calle del León le 23 avril ; il est sorti de sa maison « le visage découvert », selon la règle des tertiaires de saint François, et le 24 avril a été enterré dans l’église attenante au couvent des religieuses trinitaires dans la rue de Cantarranas. Là, il repose – l’histoire de sa dépouille enlevée en 1633 dans la Calle del Humilladero n’a en fait aucun fondement – mais la position exacte de sa tombe est inconnue.

Au début de 1617, Persiles y Sigismunda fut publié et passa par huit éditions en deux ans ; mais l’intérêt pour lui mourut bientôt et il ne fut pas réimprimé entre 1625 et 1719. La femme de Cervantès mourut sans enfant le 31 octobre 1626 ; sa fille naturelle, qui survécut à la fois à l’enfant de son premier mariage et à son second mari, mourut le 20 septembre 1652. Cervantès n’est représenté que par ses œuvres. Les exemplaires de Novelas lui donneraient à eux seuls la première place parmi les romanciers espagnols ; don Quichotte lui permet de se ranger parmi les plus grands écrivains de tous les temps : « les enfants tournent ses feuillets, les jeunes le lisent, les adultes le comprennent, les vieux le louent ». Il a survécu à tous les changements de goût littéraire et est encore plus populaire aujourd’hui qu’il ne l’était il y a trois siècles.

https://www.excellence-in-literature.com/miguel-de-cervantes-biography/

https://www.onthisday.com/people/miguel-de-cervantes-saavedra

https://www.biography.com/writer/miguel-de-cervantes

https://www.famousauthors.org/miguel-de-cervantes

  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *