Catégories
Personnalité

20 mai 2002 – Décès de Stephen Jay Gould, paléontologue américain et écrivain de vulgarisation scientifique

ImageContributions de Stephen Jay Gould à la scienceAucune description de photo disponible.Stephen Jay Gould, paléontologue américain et écrivain de vulgarisation scientifiqueAucune description de photo disponible.Stephen Jay Gould (1941-2002)

Stephen Jay Gould est surtout connu pour la théorie de l’équilibre ponctué, qui propose que l’évolution des espèces n’est pas un processus de changement lent et graduel, mais consiste en fait en de longues périodes de stabilité interrompues par des périodes plus courtes de changement rapide. Gould était un auteur de livres primé d’une fécondité extraordinaire. En plus d’avoir rédigé des centaines d’articles académiques pour des revues, il a également trouvé le temps d’écrire des centaines d’essais articulés, engageants, intelligents et informatifs. Avec une largeur et une profondeur de connaissances enviables, il a transmis la science à ses lecteurs agrémentée de références fascinantes à des expériences personnelles, à l’histoire, à la musique, à la littérature, à l’architecture et à d’autres thèmes divers, y compris son baseball bien-aimé.

Au cours des deux dernières décennies de sa vie, il a été l’un des scientifiques les plus célèbres et les plus recherchés au monde.Aucune description de photo disponible.Débuts : Stephen Jay Gould est né le 10 septembre 1941 à New York, aux États-Unis, trois mois avant que l’Amérique n’entre dans la Seconde Guerre mondiale.

Son père, Leonard Gould, était sténographe à la cour. Sa mère, Eleanor Rosenberg, était une artiste. Tous deux étaient juifs d’ascendance, des immigrants de deuxième génération qui s’étaient élevés dans les échelons inférieurs de la classe moyenne américaine. Leonard était un marxiste, donc la famille ne pratiquait pas sa religion.

Des décennies plus tôt, les grands-parents de Stephen étaient arrivés par bateau d’Europe de l’Est pour travailler dans les ateliers clandestins de vêtements de New York.

Les parents de Stephen possédaient une traduction anglaise du célèbre livre d’Adolf Hitler, Mein Kampf . Enfant, Stephen regardait avec méfiance ce livre rouge sur les étagères de ses parents, et parfois, pour le plaisir, le prenait et le manipulait – c’était comme s’il touchait le Mal.ImageSon père a été enrôlé dans la marine, donc Stephen ne l’a pas beaucoup vu dans ses premières années. En 1946, la guerre terminée, le père de Stephen est revenu. Bien qu’il n’ait jamais été à l’université, il s’était éduqué à fond en lisant beaucoup.

Désireux de développer le goût d’apprendre chez Stephen, il a emmené son fils au Musée américain d’histoire naturelle de New York, l’un des plus grands musées du monde.Là, dans la salle des dinosaures, en regardant un squelette fossilisé du redoutable Tyrannosaurus rex , Stephen a vécu une épiphanie. A seulement cinq ans et tremblant de terreur à la vue de l’énorme squelette qui le surplombait, il décida de consacrer sa vie à l’étude des créatures du passé.

L’école peut être cruelle : Stephen a fait ses études dans les écoles publiques du Queens, à New York. Il ne cachait pas son dévouement à l’histoire naturelle et ses camarades de classe lui ont donné le surnom cruel de « visage fossile ». Il le détestait, mais le supportait.

Héros et évolution : À 11 ans, Stephen a lu l’Origine des espèces de Charles Darwin . Darwin est devenu son héros. Son deuxième héros, presque aussi important que Darwin, était la légende du baseball Joe DiMaggio. Stephen collectionnait les cartes de baseball et adorait toutes les facettes de ce sport. En fait, comme nous le verrons, son enthousiasme pour le baseball lui a peut-être coûté une place à Harvard. Son troisième héros, probablement au-dessus des autres, était son père.

En plus des dinosaures et du baseball, Stephen était un fan des opéras comiques de Gilbert & Sullivan et des thrillers d’Alfred Hitchcock. Il a fréquenté le lycée jamaïcain. Bien que la qualité de l’enseignement y soit élevée, Stephen, qui était l’un des plus grands fans de Darwin, a été déçu de constater que l’évolution était à peine mentionnée dans les cours de biologie. Il obtient son diplôme à 16 ans en 1958.

« L’évolution est l’une des demi-douzaine d’idées bouleversantes que la science a développées pour renverser les espoirs et les hypothèses du passé, et pour éclairer nos pensées actuelles. » Stephen Jay Gould

Harvard dit non, les escargots sont célébrés :

Stephen avait espéré étudier la biologie à Harvard, mais dans Triumph And Tragedy In Mudville, il a raconté un incident en classe qui lui a coûté des points et, peut-être, sa place à Harvard. Dans son cours de français, un camarade de classe assis devant lui écoutait secrètement un match de baseball des World Series à la radio. Lorsque son camarade de classe lui a annoncé une bonne nouvelle, Stephen a poussé un cri d’extase et a jeté sa veste en l’air. Son professeur de français s’est indigné et a déduit 10 points de sa note finale.

Alors Stephen Jay Gould n’est pas allé à Harvard. En 1959, à l’âge de 18 ans, il fait ses valises et se dirige vers l’ouest à Antioch College, une université d’arts libéraux de l’Ohio. Le collège était un bastion de l’activisme social et de la politique de centre-gauche, dont Gould se délectait. En 1963, à 21 ans, il obtint un BA en géologie, après avoir consacré autant de temps au radicalisme qu’aux études.

Il est retourné à New York et a rejoint le groupe de recherche en géologie du professeur Norman Newell à l’Université de Columbia. Par une agréable coïncidence, Newell était conservateur au Musée américain d’histoire naturelle, où le voyage de Gould dans les fossiles avait commencé aux côtés de son père 16 ans plus tôt.

En 1967, Gould a obtenu son doctorat en paléontologie. Sa thèse portait sur l’histoire fossile des escargots terrestres sur l’île des Bermudes. Les coquilles d’escargots bien conservées lui ont permis de lire l’histoire de l’évolution des escargots. Gould aimait ses escargots fossiles et a continué à les rechercher et à publier des articles à leur sujet pendant une grande partie de sa carrière.

« … aucun scientifique ne peut développer une ‘sensation’ adéquate pour la nature (ce prérequis indéfinissable d’une véritable compréhension) sans approfondir les détails empiriques minutieux d’un groupe d’organismes bien choisis. »  Stephen Jay Gould

Contributions de Stephen Jay Gould à la science

Bien qu’il n’ait pas réussi à entrer à Harvard en tant qu’étudiant, Gould a rejoint la faculté de Harvard en 1967. Il y est resté jusqu’à la fin de sa vie, devenant professeur titulaire à 32 ans en 1973.Juego de 2 libros The Mismeasure of Man and the Panda's Thumb de Stephen Jay Gould | eBayContributions scientifiques : Gould était l’un des fondateurs de l’école de l’évolution appelée « équilibre ponctué ». Il a fait valoir que l’évolution se déroule assez rapidement à des points cruciaux, la spéciation se produisant presque immédiatement. Cela pourrait être dû à des changements génétiques assez soudains. Son exemple préféré était le « pouce » du panda, une modification (ajustement) de l’os du poignet qui permet aux pandas d’arracher les feuilles des pousses de bambou. Une telle transformation doit s’être produite d’un seul coup, a-t-il raisonné, sinon elle n’aurait pas été préservée par la sélection naturelle (l’explication de Darwin sur la façon dont une espèce change pour répondre à ses besoins au fil des siècles) puisqu’elle n’avait aucune fonction utile à un stade de base. Ce processus expliquerait le manque de formes transitionnelles (moyennes) dans les archives fossiles, un problème dont Darwin se plaignait mais qui devrait être corrigé par les futurs paléontologues. La recherche scientifique et les conclusions de Gould offrent cette solution.

Évolution ponctuée

Gould et son collègue de Harvard Niles Eldredge ont fait sensation en 1972 avec l’équilibre ponctué – connu dans le commerce sous le nom de « punk eek » – une amélioration, pensaient-ils, de la théorie évolutionniste standard. Gould a nommé la théorie tout en attribuant à Eldredge l’idée initiale.Aucune description de photo disponible.La théorie de l’équilibre ponctué a proposé que l’évolution des espèces vivantes n’est pas un processus de changement lent et graduel. Au lieu de cela, il consiste en de longues périodes de stabilité entrecoupées de périodes plus courtes de changement rapide.

Tout en maintenant la foi avec la théorie de Darwin et Wallace selon laquelle l’évolution est motivée par la sélection naturelle, Eldredge et Gould ont soulevé des questions sur les taux et les échelles de temps du changement évolutif. Ils ont souligné que les archives fossiles montrent peu de preuves de changements graduels au sein des espèces. En fait, et c’était la partie la plus importante de leur théorie, ils ont dit que les archives fossiles montrent que pendant de longues périodes, les espèces individuelles n’évoluent pas du tout dans une direction particulière. Ils ont appelé ces périodes de stase .The mismeasure of man, Stephen Jay Gould | 9780140225013 | Livres | bol.comLes périodes de statis sont ponctuées de courtes périodes d’évolution rapide des espèces par sélection naturelle. La validité de l’équilibre ponctué dans l’évolution est largement acceptée par les paléontologues. Il est encore considéré avec un certain scepticisme par les biologistes évolutionnistes, tels que Richard Dawkins.

Une relecture de la vie : En 1989, le livre de Gould, Wonderful Life , examinait les remarquables fossiles des schistes de Burgess, documentant et interprétant de manière attrayante deux décennies de recherche par Harry Whittington, Simon Conway Morris et Derek Briggs. Le schiste de Burgess est un gisement remarquable dans les Rocheuses canadiennes contenant des fossiles uniques d’étranges animaux au corps mou qui existaient lors de l’explosion cambrienne il y a environ 500 millions d’années. C’est à cette époque que la plupart des principaux phylums animaux sont apparus sur Terre. La majorité d’entre eux ont disparu. Les survivants et leurs descendants ont peuplé notre planète. Que pourrait-il arriver, a demandé Gould, si les circonstances conduisaient à une répétition de l’explosion cambrienne. Obtiendrions-nous des espèces similaires, ou le hasard entraînerait-il l’extinction de certaines qui ont réellement survécu et la survie de certaines qui ont effectivement disparu ?ImageGould a affirmé que l’évolution peut être une sorte de loterie. Il a fait valoir que si nous pouvions relancer l’explosion cambrienne, il y a de fortes chances que différentes créatures soient les survivants et que la vie sur Terre soit complètement différente de ce que nous voyons maintenant. Les opposants, cependant, ont fait valoir que l’évolution est convergente, ce qui signifie que la nature produit des solutions similaires aux mêmes problèmes, et donc si l’explosion cambrienne était rejouée, les résultats ressembleraient à ce que nous voyons maintenant.

Sociobiologie et darwinisme social

Gould était un fervent adversaire de :

  • La sociobiologie, qui relie le comportement et les résultats humains aux gènes des gens plutôt qu’à leur environnement
  • Le darwinisme social, qui encourage la compétition de « survie du plus apte » entre les humains
  • L’eugénisme, qui vise à gérer la structure génétique de la population humaine.

The Mismeasure of Man
Gould a consacré son livre primé The Mismeasure of Man à remettre en question et à discréditer ces concepts, les considérant comme moralement et scientifiquement erronés.ImageLe problème des préjugés personnels en science
Gould a souligné les problèmes qui surviennent lorsque les scientifiques permettent à leurs préjugés personnels d’influencer leur travail scientifique. Il a considéré le cas de Ronald Fisher , le brillant statisticien et généticien qui a prôné « l’eugénisme positif ».

Fisher était un fumeur de tabac enthousiaste qui est intervenu du côté du tabac dans le débat cancer du poumon/tabac dans les années 1950 et 1960. À propos de l’intervention de Fisher, Gould a écrit : « Et cela, mes amis, se traduit par de très nombreux décès – alors que la pression pour arrêter et restreindre la publicité a diminué. Fisher n’était peut-être que le plus petit rouage d’une grande machine déployée par l’industrie du tabac, mais il y a contribué.

Plus Mismeasure
Gould a souligné le cas de Samuel George Morton.

Gould croyait que Morton avait permis aux préjugés raciaux d’influencer les mesures de la taille des crânes qu’il avait faites sur différents groupes d’humains dans la première moitié des années 1800. Morton a affirmé que la taille du crâne était liée à la taille du cerveau qui était liée à l’intelligence. Il a découvert que son propre groupe ethnique avait les plus gros crânes de tous.

Gould a analysé les résultats de Morton et a découvert que les mesures de Morton étaient biaisées dans la direction qui soutenait son affirmation.ImageIroniquement, l’équipe de scientifiques de Jason Lewis, qui a ensuite enquêté sur l’analyse de Gould du travail de Morton, a découvert que l’ analyse de Gould était biaisée dans la direction opposée à celle de Morton. Ian Tattersall, conservateur émérite, Division d’anthropologie, à l’American Museum of Natural History a écrit dans Remembering Stephen Jay Gould : Morton, assez naturellement, portait tout le bagage culturel de son époque, de son appartenance ethnique et de sa classe. Mais il semble que ce soit le cas de Gould. Et d’une manière paradoxale, Gould avait prouvé son propre point. Les scientifiques sont des êtres humains et, lorsqu’ils analysent des preuves, ils doivent toujours se méfier des effets de leurs propres préférences personnelles.

Créationnisme à l’école :  En 1982, Gould a témoigné dans le procès créationnisme McLean v. Arkansas . Une nouvelle loi de l’État avait exigé que les écoles publiques de l’Arkansas accordent un traitement équilibré au créationnisme et à l’évolution. Ses opposants ont fait valoir que la loi était inconstitutionnelle, car elle introduisait la religion dans la salle de classe. Le tribunal s’est prononcé contre le créationnisme en disant que ce n’était pas de la science, c’était de la religion et qu’il ne devrait pas être enseigné dans les cours de sciences. Gould a commenté : »Je me sens honoré d’avoir eu l’opportunité d’aider à présenter le cas de l’évolution en tant que connaissance naturelle, et du créationnisme en tant que pseudoscience… » Stephen Jay Gould

La structure de la théorie de l’évolution, 2002

Vulgarisateur de science et célébrité

Production prodigieuse
En janvier 1974, Gould rédige un essai pour Natural History . C’était le début d’un phénomène. Au cours du quart de siècle suivant, il écrira un essai de 10 000 mots chaque mois, se terminant par un décompte de 300 en l’an 2000. Son écriture était un mélange exaltant de clarté, d’érudition, d’esprit et d’analogie.

Gould a refusé d’abêtir la science, mais son travail populaire était agréablement exempt de charabia. Il a servi un public intelligent qui avait soif de réponses scientifiques à de grandes questions telles que la façon dont la vie était venue peupler notre planète.

Homme d’une énergie irrépressible, il est l’auteur de 22 livres, a écrit plus de 100 critiques de livres majeures et est fréquemment apparu à la radio et à la télévision – il a même exprimé son propre personnage de dessin animé dans un épisode des Simpsons .Aucune description de photo disponible.Peu de temps après avoir comparu dans l’affaire du tribunal du créationnisme de l’Arkansas, il est apparu sur la couverture de Newsweek avec un effrayant T-rex et le titre Mysteries of Evolution .

Tout en poursuivant une carrière chronophage en tant qu’auteur et scientifique célèbre, Gould a également poursuivi sa carrière principale en tant qu’universitaire de Harvard, écrivant près de 500 articles pour des revues et enseignant des cours fabuleusement populaires en biologie, paléontologie et histoire des sciences.

La célébrité a également apporté la richesse. Ses honoraires considérables pour parler en public, combinés à son salaire et à ses ventes de livres, lui ont valu un revenu annuel à sept chiffres. « Je ne suis pas du tout un bon penseur déductif. Je ne suis pas un grand observateur… Je n’ai pas de penchant pour les mathématiques. Mais une chose pour laquelle je suis bon, c’est la pensée latérale et tangentielle. Je peux voir des liens entre les choses. C’est pourquoi les essais que j’écris fonctionnent. Stephen Jay Gould

Une passion pour la science, Lewis Wolpert et Alison Richards, 1988ImageQuatre heures de sommeil et de haine
Gould dormait chaque nuit entre 2h00 et 6h30. Lorsqu’il ne voyageait pas, il passait ses soirées avec ses enfants.

Le temps était toujours précieux et Gould en voulait profondément à quiconque en gaspillait sa précieuse réserve. Il pourrait être colérique; il pouvait se comporter avec arrogance ; et il a acquis la réputation de ne pas supporter volontiers les imbéciles.

Au fur et à mesure que sa célébrité grandissait, ses adversaires scientifiques devenaient plus vocaux. Les disputes se sont enflammées, avec des échanges de propos non scientifiques. Lorsque les opposants qualifiaient l’équilibre ponctué d’« évolution par secousses », sa réponse était que leur position représentait « l’évolution par la chair de poule ».

Il a commencé à attirer des courriers haineux, qu’il a lus aux étudiants comme divertissements avant le séminaire.Stephen Jay Gould (1941-2002) < Socialistisk BibliotekPrix

Gould a reçu un grand nombre de prix, dont :

  • 1981 : Bourse MacArthur, ou « Genius Grant »
  • 1981 : National Book Critics Circle Award pour son livre The Mismeasure of Man
  • 1981 : National Book Award pour son livre The Panda’s Thumb
  • 1989 : Médaille Sue Tyler Friedman pour ses travaux sur l’histoire de la géologie
  • 1994: Prix ​​littéraire Saint-Louis à une personnalité distinguée de la littérature
  • 2000 : Prix Légende vivante de la Bibliothèque du Congrès
  • 2002: Médaille de la Paleontological Society pour l’éminence basée sur l’avancement des connaissances en paléontologie
  • 2008: (à titre posthume) La Médaille Darwin-Wallace de la Linnean Society of London décernée deux fois par an pour des avancées majeures en biologie évolutive

Quelques détails personnels

Par ascendance, Gould était juif. Bien qu’il ne soit pas religieux, il n’était pas athée – il a soutenu que cela signifierait qu’il était certain que Dieu n’existait pas, et il n’en avait aucune preuve. Il se décrit comme un agnostique ou un juif laïc.

Deborah Lee, une artiste, est devenue l’épouse de Gould en 1965. Ils se sont rencontrés à Antioch College. Ils ont eu deux fils – Jesse et Ethan. Après 30 ans de mariage, le couple a divorcé en 1995. La même année, à 54 ans, Gould a épousé Rhonda Roland Shearer, un sculpteur.ImageÀ l’âge adulte, Gould a poursuivi ses enthousiasmes d’enfance – les dinosaures, les Yankees de New York et Gilbert & Sullivan. Il a chanté dans la Boston Cecilia Society et collectionné des livres rares. Il aimait les livres, s’entourant d’étagères imposantes à la maison et dans son bureau.

Une inspiration

Gould a reçu un diagnostic de mésothéliome péritonéal en juillet 1982, alors qu’il avait 41 ans. Le désespoir a suivi lorsqu’il a appris que la durée de survie médiane des personnes atteintes de ce cancer n’était que de huit mois.

Cependant, il est devenu plus optimiste lorsqu’il a découvert que, bien que la moitié des victimes du cancer meurent en quelques mois, dans la moitié des cas les plus chanceux, certaines survivent longtemps.

Pendant sa maladie, il a continué à enseigner à Harvard et à écrire son essai mensuel d’histoire naturelle .

Grâce à la chimiothérapie expérimentale, à la chirurgie et à la radiothérapie, Gould s’est en fait remis du cancer. Il a écrit sur sa maladie et son rétablissement, devenant une source d’inspiration pour les autres malades.Aucune description de photo disponible.Pendant son traitement, il souffrait de nausées extrêmes et de vomissements fréquents. Son poids est tombé à seulement 90 livres (43 kg) et son apparence émaciée a choqué ses amis. Il fumait de la marijuana, ce qui atténuait les nausées et les vomissements.

La fin : Deux décennies plus tard, un nouveau cancer a frappé – le cancer du poumon. Cette fois, malheureusement, il n’y aurait pas de fin heureuse. Stephen Jay Gould est décédé à l’âge de 60 ans d’un cancer du poumon le 20 mai 2002 à Manhattan, New York.« Pour la plupart des gens, il était ponctuationniste, vulgarisateur ou polémiste ; aux biologistes, il a mérité ce titre le plus rare et le plus convoité, celui de son grand prédécesseur, Darwin : naturaliste. Steve Jones, généticienAucune description de photo disponible.Biographie de Stephen Jay Gould

Stephen Jay Gould a étudié les fossiles d’escargots et a travaillé à l’Université de Harvard à Cambridge, Massachusetts au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Il a contribué aux idées philosophiques, historiques et scientifiques en paléontologie, théorie de l’évolution et biologie du développement. Gould, avec Niles Eldredge, a proposé la théorie de l’équilibre ponctué, une vision de l’évolution selon laquelle les espèces subissent de longues périodes de stase suivies de changements rapides sur des périodes relativement courtes au lieu d’accumuler continuellement des changements lents sur des millions d’années. Dans son livre de 1977, Ontogeny and Phylogeny, Gould a reconstitué une histoire de la biologie du développement et a souligné l’importance du développement pour la biologie évolutive. Dans un article de 1979 co-écrit avec Richard Lewontin, Gould et Lewonitn ont critiqué de nombreux biologistes évolutionnistes pour s’être appuyés uniquement sur l’évolution adaptative comme explication du changement morphologique et pour ne pas avoir pris en compte d’autres explications, telles que les contraintes de développement.Aucune description de photo disponible.Gould est né le 10 septembre 1941 à New York, New York, de l’artiste et entrepreneur Eleanor Rosenberg et du sténographe judiciaire Leonard Gould. Quand Gould avait cinq ans, son père l’a emmené au Musée américain d’histoire naturelle de New York, New York. Gould a déclaré plus tard que l’exposition du squelette de Tyrannosaurus rex au Musée avait suscité son intérêt pour la paléontologie et lui avait donné envie de devenir paléontologue.

En 1958, Gould est diplômé de la Jamaica High School de New York, New York. Il a ensuite fréquenté l’Antioch College à Yellowsprings, Ohio et a obtenu un BA en géologie et philosophie en 1963. Pendant son séjour à Antioch, il a étudié à l’étranger à l’Université de Leeds dans le West Yorkshire, en Angleterre. Il a rencontré sa première femme, Deborah Lee, à Antioche. Ils se sont mariés en octobre 1963 et ont plus tard eu deux enfants, Jesse et Ethan.

Après avoir obtenu son diplôme d’Antioche, Gould a fréquenté l’Université de Columbia à New York et a obtenu son doctorat en paléontologie en 1967. Il a immédiatement rejoint la faculté de l’ Université de Harvard en tant que professeur adjoint de géologie. Il a été titularisé en 1971 et a reçu le poste de professeur titulaire en 1973. En 1982, il est devenu professeur de zoologie Alexander Agassiz .Aucune description de photo disponible.Dans les années 1970, Gould et son collègue Niles Eldredge ont développé la théorie de l’équilibre ponctué. À l’époque, la plupart des biologistes soutenaient que les nouvelles espèces évoluaient à partir d’autres espèces par les petits changements graduels continuellement accumulés par la sélection naturelle.sur des millions d’années. Cependant, Gould et Eldredge ont vu des problèmes pour ce point de vue basé sur les archives fossiles. Ils ont remarqué de nombreuses lacunes dans les transitions d’une espèce à l’autre. La séquence de fossiles disponibles ne présentait pas le changement graduel et régulier que l’on trouverait si les espèces évoluaient de manière continue et graduelle. D’autres biologistes ont interprété l’écart dans les archives fossiles comme une indication de données manquantes. Ils ont émis l’hypothèse que parce que les fossiles qui avaient été trouvés jusqu’à présent étaient si vieux, fragiles et érodés par des processus géologiques, la grande majorité des animaux qui vivaient autrefois ne seraient jamais fossilisés ou découverts.

Pour Gould et Eldredge cependant, les lacunes dans les archives fossiles suggéraient que l’ évolution d’une lignée pouvait se dérouler à des taux de changement variables. Ils ont émis l’hypothèse que les espèces ne changent pas beaucoup la plupart du temps. Ils pensaient que des événements isolés, tels que des catastrophes géologiques majeures ou la formation de nouvelles barrières géologiques, pouvaient contribuer à l’ évolution des espèces. Selon leur théorie, la spéciation se produit relativement rapidement sur des milliers, plutôt que des millions, d’années. La théorie a suscité la controverse, dont une grande partie s’est poursuivie pendant des décennies.Aucune description de photo disponible.En 1977, Gould a publié Ontogeny and Phylogeny dans lequel il reconstruit l’histoire de la biologie du développement et montre comment le développement est lié à l’évolution . Un sujet principal du livre était la récapitulation, l’idée que les étapes du développement des animaux reproduisent les étapes de leurs ancêtres évolutifs. Gould s’est concentré sur les deux théories opposées de la biologie du développement présentées par Karl Ernst von Baer et Ernst Haeckel en Europe au XIXe siècle.

Dans ce livre, Gould a décrit les lois de l’embryologie de von Baer , ​​selon lesquelles les embryons de différents taxons se ressemblent au début du développement, mais divergent les uns des autres à mesure que le développement progresse. Von Baer a soutenu qu’il n’y avait pas de relation entre les stades de développement et l’ascendance évolutive. Gould a ensuite décrit la loi biogénétique de Haeckel . La loi biogénétique implique qu’au fur et à mesure qu’un embryon d’une espèce se développe, il répète les stades adultes des organismes de l’espèce à partir de laquelle l’espèce de l’embryon a évolué. Haeckel a soutenu qu’il y avait une relation étroite entre le développement et l’ascendance, et s’est donc opposé à la théorie de von Baer.Aucune description de photo disponible.Gould a proposé que les deux théoriciens avaient raison de différentes manières et que leurs théories restaient importantes pour la théorie de l’évolution au XXe siècle. Gould a décrit comment les biologistes ont finalement adopté les théories de von Baer et non celles de Haeckel, mais a affirmé que certaines des théories de Haeckel restaient pertinentes pour la biologie du développement. Selon Gould, les concepts d’hétérochronie de Haeckel – le changement dans le moment d’un événement de développement et de néotanie – le retard du développement, aident les chercheurs à étudier les modèles de macroévolution, un terme utilisé pour décrire les changements à grande échelle dans la morphologie des espèces sur des millions d’espèces. d’années.

En 1979, Gould a de nouveau contesté certaines hypothèses de la théorie de l’évolution lorsqu’il a co-écrit « The Spandrels of San Marco and the Panglossian Paradigm: A Critique of the Adaptationist Programme » avec Richard Lewontin, un biologiste de l’évolution travaillant alors à l’Université de Harvard . Dans cet article, Gould et Lewontin ont affirmé que le programme adaptationniste actuel en biologie évolutive, dans lequel les biologistes cherchaient à expliquer chaque trait des organismes comme des adaptations aux environnements, était naïf et ne tenait pas compte d’autres facteurs possibles de l’évolution ., telles que les contraintes de développement. Ils ont utilisé l’exemple des écoinçons, les espaces décorés entre les arches de l’église de San Marco à Venise, en Italie, comme métaphore de la façon dont un personnage complexe peut nous amener à conclure qu’il a été conçu dans un but précis, plutôt que simplement le résultat de un autre processus connexe. Ils ont fait valoir, en revanche, que les écoinçons de l’église de San Marco peuvent être mieux expliqués comme le sous-produit de la construction des arcs. Les écoinçons ne sont donc qu’après coup dans la conception des arcades. Gould et Lewontin ont fait valoir que les allèges dans les bâtiments sont analogues à certaines caractéristiques morphologiques des organismes. Selon Gould et Lewontin, les biologistes ont souvent essayé d’expliquer chaque caractéristique des organismes comme des adaptations. Cependant, disaient-ils,évolution de la structure de la morphologie d’un organisme , plutôt que comme le résultat d’ une évolution adaptative .Aucune description de photo disponible.Gould s’est également opposé aux idées en sociobiologie. En 1975, Edward Osborne Wilson, biologiste à l’Université de Harvard , a publié Sociobiology : The New Synthesis , dans lequel il soutenait que l’évolution pouvait être utilisée pour expliquer les comportements humains, tels que l’altruisme et l’agressivité. Gould, Lewontin et d’autres ont écrit une lettre à la New York Review of Booksintitulé « Contre la sociobiologie », exprimant son opposition au projet de Wilson. Gould a averti que les idées en sociobiologie favorisaient le déterminisme biologique, ce qui implique que les choix d’un individu ne jouent aucun rôle significatif dans le développement de son caractère. Gould, en tant que marxiste autoproclamé qui a écrit sur la justice sociale, pensait que la sociobiologie pouvait encourager le racisme et le sexisme. Il craignait une réémergence d’idées problématiques, telles que le darwinisme social et l’eugénisme, qui a fait preuve d’un déterminisme biologique similaire et a été utilisé dans le passé pour justifier des actes répressifs contre des minorités. En réponse, Wilson a défendu son programme de recherche contre les affirmations selon lesquelles il promouvait le déterminisme biologique en arguant qu’il cherchait simplement à décrire le comportement humain, et il s’est abstenu de prescrire comment les humains devraient se comporter.

Gould a écrit des textes de vulgarisation scientifique sur la théorie de l’évolution. Certains de ses collègues ont loué sa capacité à expliquer les concepts scientifiques d’une manière qui capte l’intérêt du public sans trop simplifier les complexités et les nuances importantes de la théorie de l’évolution. Il a écrit plusieurs livres destinés à un public général, notamment The Pandas Thumb , The Mismeasure of Man , Ever Since Darwin et Wonderful Life: The Burgess Shale and the Nature of History . Il a écrit régulièrement dans des journaux et des magazines de vulgarisation scientifique tels que Scientific American , The Scientist , Discover et The New York Times . En 1981Discover Magazine nommé scientifique Gould de l’année. Il a également fait l’objet de nombreuses interviews et reportages dans des magazines populaires, tels que Newsweek , People et Time , et il est apparu dans un épisode de la série télévisée de dessins animés Les Simpsons .Aucune description de photo disponible.Gould s’est engagé dans les discussions entre les créationnistes et les biologistes sur la question de savoir si l’évolution devait ou non être enseignée dans les écoles aux États-Unis. Gould était opposé au créationnisme et, en 1982, il a témoigné dans un procès de l’Arkansas contre l’utilisation des enseignements bibliques dans le programme scientifique. Au cours de la même année, Gould a reçu un diagnostic de mésothéliome, une forme rare de cancer trouvée dans la muqueuse des organes internes et qui est liée à l’exposition à l’amiante. Gould a finalement récupéré et a déclaré plus tard qu’il considérait son rétablissement comme une opportunité de poursuivre son travail. Au cours de la décennie suivante, Gould a reçu de nombreux prix, dont la médaille d’excellence de l’Université de Columbia.en 1983, la médaille d’argent de la Zoological Society of London en 1984 et la médaille d’or pour le service à la zoologie de la Linnean Society of London en 1992. Il a reçu plus de 40 diplômes honorifiques de plusieurs institutions du monde entier.

En 1995, Gould a divorcé de Deborah Lee et a épousé Rhonda Shearer. En 1999, il est devenu président de l’Association américaine pour l’avancement des sciences. Le 20 mai 2002, Gould est décédé après un deuxième combat contre le cancer; cette fois un cancer métastatique du poumon.Aucune description de photo disponible.Stephen Jay Gould (1941-2002)

Paléontologue américain, biologiste de l’évolution et écrivain scientifique qui a grandi à New York. Il est diplômé de l’Antioch College et a obtenu son doctorat. de l’Université de Columbia en 1967. Depuis lors, il est professeur de géologie et de zoologie à l’Université de Harvard. Il se considère avant tout comme un paléontologue et un biologiste de l’évolution, bien qu’il enseigne également la géologie et l’histoire des sciences. Conférencier fréquent et populaire sur les sciences, ses travaux publiés comprennent à la fois des études savantes et de nombreux recueils d’essais populaires primés.

https://www.science.org/content/article/stephen-jay-gould-dies

Stephen Jay Gould

https://www.notablebiographies.com/Gi-He/Gould-Stephen-Jay.html

https://www.britannica.com/biography/Stephen-Jay-Gould

https://todayinsci.com/5/5_20.htm#death

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *