Catégories
Art Personnalité

20 Janvier 1900 – Mort de John Ruskin écrivain, critique d’art et réformateur social britannique

Un des grands visionnaires du 19ème siècle…« Vivre sans but, c’est naviguer sans boussole. » « La qualité n’est jamais un accident ; c’est toujours le résultat d’un effort intelligent. » « L’art est beau quand la main, la tête et le cœur travaillent ensemble. »John Ruskin (1819-1900) par ses écrits et son audience a préparé l’arrivée de l’Art Nouveau en se battant pour ressusciter l’artisanat moribond en Grande-Bretagne. Il est le fondateur philosophique du mouvement Arts & Crafts alors que William Morris, dont il a été le mentor en devenait le chef de file. Persuadé que « l’art de n’importe quel pays est le représentant de ses vertus sociales et politiques », John Ruskin attribue un rôle de grande importance à l’art : celui d’être le révélateur de la santé éthique de sa nation.ImageCritique influent, passionné et exigeant, John Ruskin est diplômé de l’université d’Oxford où il étudie la peinture. Homme du XIXe siècle, ses théories se fondent sur le retour à la nature. En 1850, il est le seul à défendre la confrérie des préraphaélites qui – s’étant inspirée de ses travaux exposés dans ‘Modern Painters’ – prône le retour à la pureté de la peinture italienne (avant l’avènement du peintre Raphaël) dans une Angleterre victorienne. Il est également un allié de Turner dont il apprécie le naturalisme. S’intéressant à l’architecture, il tente de relier l’art, la nature, la moralité et l’homme dans ‘Stones of Venice’. Cet ouvrage aura un fort impact et est considéré comme étant initiateur de l’Art nouveau avec le mouvement Arts & Crafts. A la fin des années 1850, il passe de la critique d’art au commentaire politique. Son ‘Unto this Last’, où il développe une théorie de la justice sociale, serait à l’origine du Parti travailliste anglais. Il revient à l’art en devenant professeur à Oxford entre 1869 et 1879. Il y noue une amitié avec Lewis Carroll, également professeur à Oxford, et avec la petite Alice, inspiratrice du fameux ‘Alice au pays des merveilles’. Après des déboires amoureux, il sombre dans la dépression. L’avènement de l’impressionnisme aura raison de son succès en tant que critique d’art et finira de le plonger dans le gouffre dans lequel il est tombé. Il meurt avec le siècle, l’ayant fortement influencé par ses théories sur l’art et la société.

Qui était John Ruskin [1819 – 1900] ? ImageUn des grands visionnaires du 19ème siècle…Aucune description de photo disponible.Artiste, critique, expert en esthétique et éthique, penseur, voyant, ce révolutionnaire social a défié les fondements moraux de la Grande-Bretagne victorienne. Il méprisait le capitalisme et les barbares qui connaissent le prix de tout et la valeur de rien.ImageRuskin croyait au pouvoir de l’art de transformer la vie des personnes opprimées davantage par l’analphabétisme visuel que par de mauvaises conditions matérielles. Son désir passionné était d’ouvrir les yeux des gens sur les beautés libres qui les entourent – les couchers de soleil, la lumière tendre de l’aube, les plumes irisées, les cristaux naturels spectaculaires, les feuilles vertes contre le ciel bleu, les nuages, la vitalité de l’architecture et de l’ornement gothiques. Son credo était : « Il n’y a de richesse que la vie.Social image for Exhibition note by Carolyn Stewart on The New CriterionUn défenseur de l’environnement pionnier, qui avait prévu « l’effet de serre » il y a plus d’un siècle, Ruskin a inspiré la création du National Trust et les fondateurs du mouvement des parcs nationaux.

Il a été l’un des premiers à voir une brindille comme un arbre miniature, un cristal de roche comme une montagne miniature – des idées désormais incarnées dans la «géométrie fractale» de la théorie du chaos.Aucune description de photo disponible.Ruskin était un vrai polymathe. Ses intérêts étaient très variés, de ses enquêtes sur la structure géologique des Alpes à son observation des effets néfastes de la révolution industrielle sur l’atmosphère et la pollution de l’environnement et de l’âme des hommes,

de sa défense du génie de Turner à sa prise de conscience que l’art et l’architecture d’un lieu sont le reflet de sa condition sociale et morale à un moment donné.Aucune description de photo disponible.Il considérait l’art comme une expression de la moralité, identifiant le «bon» art à l’architecture médiévale – en particulier gothique -, lorsque le meilleur travail était produit par des artisans qui étaient des membres honorés et responsables d’une communauté elle-même non esclave de valeurs corrompues et matérialistes. Cela a été symbolisé par le combat épique de St George avec le Dragon [du capitalisme]. L’art n’était pas un simple passe-temps pour Ruskin. Son art a toujours été utile, faisant partie intégrante de sa réflexion sur tous les sujets. Il a visualisé ses idées. Il pensait visuellement. Il concrétise ses idées par le dessin. Il détestait la tendance croissante à la spécialisation et refusait de séparer un domaine d’intérêt et d’implication des autres. Pour Ruskin, la spéculation sur les principes dépendait de l’observation des particularités.

La série est le processus de pensée le plus fort de Ruskin. Il se délectait à enchaîner une série potentiellement infinie d’associations sur un fil « imaginaire » et prenait un grand
« plaisir à la broderie, complexité de l’involution, – les errances labyrinthiques de l’indice, continuellement perdu, continuellement retrouvé. . .’

« C’était un personnage d’une grande fascination et d’une grande complexité. . . faite de contradictions :
intelligence et niaiserie ; puritanisme et sensualité raffinée; l’égoïsme et l’extrême générosité. . . Le drame central de sa vie, celui de l’esthète choyé qui prend progressivement conscience de l’injustice sociale et sacrifie par conséquent sa réputation, sa richesse et finalement sa santé mentale, est aussi émouvant que n’importe quoi dans la fiction. . . Nous devrions lire Ruskin pour la qualité même de son esprit. . . son refus de considérer toute faculté humaine isolément.

John Ruskin était l’un des grands penseurs de la période victorienne et sans doute le critique d’art le plus influent de l’époque.Aucune description de photo disponible.Né enfant unique dans une famille prospère de la classe moyenne, son père, John James Ruskin, a fait fortune dans le commerce du xérès et était un collectionneur passionné d’aquarelles contemporaines, en particulier des œuvres de JMW Turner. Éduqué à la maison, le jeune Ruskin a été initié à l’art et, par l’intermédiaire de sa mère chrétienne évangélique, à la Bible, ce qui a influencé ses opinions sur la nature et le rôle de l’art, ainsi que son propre style d’écriture.

Artiste doué lui-même, Ruskin a promu le travail de plusieurs peintres anglais, dont les œuvres, selon lui, étaient mal comprises.

Il n’avait aucun scrupule à renverser des peintres favoris du temps et à installer à leur place des artistes peu étudiés. Il a écrit cinq volumes de « Peintres modernes » sur une période de 17 ans (1843-1860) et d’autres livres traitant d’esthétique et d’architecture. Son style était très lyrique, évoquant les œuvres d’art sous les yeux de ses lecteurs, et était bien accueilli à une époque où les possibilités d’illustration reproductive étaient limitées et où il y avait peu de galeries d’art publiques.

https://www.nationalgallery.org.uk/paintings/john-ruskin-and-the-national-gallery

https://ruskinmuseum.com/who-was-john-ruskin-1819-1900/

http://evene.lefigaro.fr/celebre/biographie/john-ruskin-2075.php

http://lartnouveau.com/artistes/autres_pays/ruskin.htm

https://citations.ouest-france.fr/citations-john-ruskin-751.html

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *