Catégories
Dictature

17 Juillet 1979 – Démission du président du Nicaragua, Anastasio Somoza

ImageLe Nicaragua introduction à une Amérique latine extrêmeTachito” Somoza es derrocado en NicaraguaLe dictateur nicaraguayen Anastasio Somoza Debayle s’enfuit à MiamiImageLa progression des troupes du Front sandiniste de libération nationale (FSLN) incite le président Anastasio Somoza Debayle (1925-1980) à démissionner et à se réfugier aux Etats-Unis. Une junte, dirigée par Daniel Ortega, assumera le pouvoir à partir du 20 juillet.  Fils de l’ancien président Anastasio Somoza, qui a dirigé le Nicaragua de 1937 à 1956, Anastasio Somoza Debayle règne lui aussi de façon autoritaire sur le pays à partir de 1967. La corruption du régime suscite cependant une contestation croissante. Appuyé par les paysans, les ouvriers et des citoyens désabusés par la dictature, le FSLN multiplie les coups d’éclat au cours des années 70. À partir de bases établies au Costa Rica et au Honduras, il se livre à des actions de guérilla. Une offensive d’envergure, déclenchée au printemps 1979, et une grève générale, accentuent la pression sur Somoza qui perd graduellement ses appuis sur la scène internationale. Il démissionne finalement le 17 juillet et quitte le pays. Une junte de cinq personnes, dirigée par Daniel Ortega, prend le pouvoir le 20 juillet. Au sein du groupe, on retrouve Violeta Barrios de Chamorro, la veuve de l’ex-directeur du journal La Prensa, Pedro Joaquin Chamorro, un opposant à Somoza assassiné en 1979. D’inspiration marxiste, le FSLN se propose de procéder rapidement à des expropriations et des nationalisations. Cette orientation, combinée aux sympathies des sandinistes pour les régimes de gauche, inquiète le gouvernement américain qui adoptera éventuellement un embargo contre le Nicaragua en plus d’appuyer les rebelles Contras. Un long travail de reconstruction s’annonce pour les dirigeants du pays qui a été sérieusement éprouvé par la guerre.La dérive autoritaire du Nicaragua | Radio-Canada.caQuelques lignes sur l’histoire du NicaraguaNicaraguan President Anastasio " Tachito " Somoza Debayle, in exile in Miami, Florida. Somoza was assassinated in Asunción, Paraguay on September 17, 1980 after resigning as president and fleeing to first theHistoire Précolombienne : 

L’histoire du Nicaragua précolombienne est peu connue. Il est probable que les premiers habitants paléoindiens occupent le territoire dès 6 000 ans avant JC. Les empreintes pétrifiées dans la boue volcanique des Huellas de Acahualinca à Managua ainsi que d’autres indices archéologiques le laissent supposer. Des peuples d’origine Maya seraient d’une part venus du Mexique et établis sur les berges du lac Nicaragua (les Chorotegas), d’autre part, d’autres groupes venus eux de l’actuelle Colombie se sont établis sur la région Caraïbe (les Lencas).  Au début du XVIe siècle plusieurs groupes amérindiens se partagent le pays. Des peuples d’origine Maya seraient d’une part venus du Mexique et établis sur les berges du lac Nicaragua. Ils parlent des dialectes pipils proche du nahuatl, la langue des Aztèques, ce qui suppose une origine mexicaine. Les groupes de la côte Atlantique sont apparentés, par la culture ou les dialectes (proche de la langue Chibcha), des peuples du nord de la Colombie. Dans ces zones côtières du Pacifique et dans les montagnes centrales où les Espagnols se sont installés, la population indigène a été presque complètement anéantie par la propagation rapide de nouvelles maladies, pour lesquelles la population autochtone n’avait aucune immunité et par l’esclavage (exportation des populations dans les mines du Pérou). Mais il subsiste, de nos jours, une importante communauté d’indiens Miskitos (environ 100 000 personnes), principalement sur la côte atlantique du pays.Elecciones en Nicaragua: cómo Daniel Ortega pasó de ser un revolucionario "de bajo perfil" a convertirse en el hombre fuerte del país por 20 años - BBC News MundoColonisation Espagnole : 

Colonisé par l’Espagne en 1524, le Nicaragua est devenu un État indépendant le 15 septembre 1821 et a adhéré aux Provinces unies d’Amérique centrale. Il s’est séparé de la fédération en 1838, devenant une république complètement souveraine en 1854.18 de julio de 1979 | Internacional | Noticias | El UniversoXXème siècle, dictature et ingérence américaine : Nicaragua : Manifestations contre le président Ortega, deux morts et 11 blessés | Imaz Press Réunion : l'actualité de la Réunion en photosAugusto Sandino et les Somoza: L’histoire du Nicaragua en tant que nation a été fortement influencée par les interventions militaires des États-Unis, qui y voyaient la possibilité d’y creuser un canal entre l’Atlantique et le Pacifique (toujours d’actualité). Le pays est troublé par des périodes prolongées de dictature militaire, la plus dure étant sans doute le règne de la famille Somoza au début du XXème siècle.  Entre 1927 et 1933, le général Augusto Sandino, d’obédience libérale, mène une guérilla, d’abord contre le gouvernement conservateur, puis contre les forces américaines. Il fait la déclaration devenue célèbre : « Si cent hommes aiment le Nicaragua comme je l’aime, le Nicaragua sera libre ! »  Malgré tout, Somoza est réélu président lors des élections de 1974, mais maintient un pouvoir répressif et perd l’appui d’anciens soutiens : l’oligarchie, les États-Unis et l’Église catholique. Un autre mouvement, plus à gauche, rejoint le courant conservateur dans l’opposition au régime : le Front sandiniste de libération nationale (FSLN). Affaibli, le gouvernement aggrave sa politique de répression avec pour seul résultat la montée de l’opposition dirigée par Pedro Joaquín Chamorro qui fonde alors un parti d’opposition et réclame la démission du président.Las Sandinistas! (2018) - IMDbLa fin de la dictature des Somoza :  Nicaragua ocupa el tercer lugar de los países donde la democracia es nulaCependant, le 10 janvier 1978, Chamorro est assassiné. Ses funérailles font se déplacer des foules énormes – 30 000 personnes à Managua – et des émeutes éclatent dans le pays. En février 1978, le milieu des affaires se joint à l’opposition, qui organise une grève générale, demande la démission de Somoza et la formation d’un gouvernement de transition. Malgré la répression, les contestataires forment en juillet 1978 un front national, auquel se joint la veuve de Pedro Chamorro, Violeta Barrios de Chamorro. Le 5 juillet 1978, la bourgeoisie antisomoziste fonde le Front élargi d’opposition (FAO) et propose l’installation d’un gouvernement provisoire et la tenue d’élections. Sandinista government hi-res stock photography and images - Page 2 - AlamyEn septembre 1978, une grande partie de la population se soulève dans les départements de León, Matagalpa, Chinandega, Estelí, Masaya et Managua, mais la supériorité logistique de la garde nationale de Somoza oblige les troupes à se replier dans les campagnes et les montagnes. L’insurrection est cependant sans cesse nourrie de nouveaux effectifs issus de la population. Peu à peu, les trois tendances du FSLN se rapprochent. La réunification du FSLN est signée en 1979, alors que l’opposition conservatrice se renforce.  La population entame une grève générale qui paralyse le régime. Les villes s’insurgent une seconde fois. Somoza répond par des bombardements massifs. Un journaliste de la chaîne américaine ABC, Bill Stewart, est assassiné par la garde nationale devant les caméras de télévision, ce qui convainc l’opinion publique des États-Unis. Le gouvernement Carter interrompt le soutien à Somoza. Un mois plus tard, en juillet 1979, le dictateur Anastasio Somoza Debayle, dernier de la dynastie des Somoza, démissionne et quitte le pays.Protestas se intensifican en contra del Presidente Ortega en NicaraguaLa prise de pouvoir du FSLN de Daniel Ortega : 

Avec la fin de la dictature, l’histoire du Nicaragua prend un nouveau tournant. Une coalition regroupant les cinq principaux courants anti somozistes prend les commandes du gouvernement : le sandiniste Daniel Ortega, d’obédience marxiste, l’écrivain Sergio Ramírez Mercado, ancien opposant aux Somoza et membre fondateur du groupe d’artistes et d’intellectuels nicaraguayens Les Douze, l’homme d’affaires Alfonso Robelo Callejas, Violeta Barrios de Chamorro, directrice de La Prensa, et Moisses Hassan. L’extrême disparité de cette coalition entraine des conflits continuels et les quatre membres non sandinistes de la coalition dénoncent la mainmise progressive de Daniel Ortega sur les organes du pouvoir, malgré les accords passés entre les différents acteurs du renversement de la dictature somoziste. En avril 1980, par protestation, Violeta Barrios de Chamorro démissionne du gouvernement et, à la tête de La Prensa, dénonce la dérive dictatoriale sandiniste et ses infiltrations dans les rouages du gouvernement.A 40 años de la revolución sandinista, Nicaragua está de lutoSoutiens des Contras par les États-Unis :  A 40 años de la revolución sandinista que cambió la historia de Nicaragua, Daniel Ortega pulveriza su legado - InfobaeFace à des adversaires de peu de poids, Daniel Ortega remporte les élections en 1984. Daniel Ortega et les chefs du FSLN peuvent alors mettre en application une série de réformes de type marxiste-léniniste, inspirées de leur programme de 1969, et se rapprochent du bloc de l’Est. Mais les populations locales s’opposent aux projets du président notamment sur la collectivisation des terres ou la conscription obligatoire. La rébellion s’étend, mais sans chef unique, elle reste très disparate. Regroupant tous ceux qui sont contre le gouvernement sandiniste, elle reçoit le nom de Contras.  Les États-Unis, alors dirigés par le président Ronald Reagan, décrètent un embargo et apportent leur aide aux Contras en les entraînant, les armant, les finançant et les approvisionnant à partir de 1982. L’aide aux Contras continuera jusqu’en 1987, après l’éclatement du scandale de l’Irangate. Les affrontements feront 57 000 victimes, dont 29 000 morts (dix ans auparavant, la lutte contre Somoza avait déjà fait 40 000 victimes).

Défaite électorale du FSLN et libéralisation de l’économie : 

Les élections de 1990 voient la victoire de Violeta Chamorro (54,2 % des voix) sur Daniel Ortega, qui, prenant acte de sa défaite. Succédant à l’embargo américain, une politique économique libérale d’ajustements structurels est mise en œuvre, supervisée par le FMI et la Banque mondiale.  Arnoldo Alemán (conservateur, ancien somoziste) remporte l’élection présidentielle de 1996 contre Daniel Ortega. Alemán poursuit une politique néolibérale. En 1998, la stabilité économique du Nicaragua est fortement ébranlée, lorsque l’ouragan Mitch dévaste une bonne partie du pays. En fin de mandat, de forts soupçons de corruption pèsent sur Arnoldo Alemán. Il sera condamné à 20 ans de prison pour détournement de fonds en 2003. Enrique Bolaños, ancien vice-président d’Arnoldo Alemán, accède à la présidence en 2002 grâce à une campagne « anticorruption ».

Réélection de Daniel Ortega : 

En novembre 2006, après avoir publiquement déclaré avoir renoncé au marxisme-léninisme et s’être rapproché de l’Église catholique romaine, Daniel Ortega est élu président. Il prend ses fonctions le 10 janvier 2007 et choisit comme vice-président un ancien Contras. Il est, le 6 novembre 2011, encore une fois élu président.

https://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMEve?codeEve=502

https://surf-et-decouverte.com/blog/decouvrir/nicaragua/histoire-du-nicaragua/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *