Catégories
Historique Science Sociale

16 Septembre 1810 – Début de la révolution mexicaine et le cri de Dolores

ImageLa guerre d’indépendance du Mexique commenceImageLe Grito de Dolores (ou le cri de Dolores) est l’appel à l’indépendance du Mexique que poussa Miguel Hidalgo le 16 septembre 1810 dans la localité de Dolores, près de Guanajuato. Hidalgo fait sonner les cloches de sa paroisse pour rassembler ses ouailles puis réclame l’indépendance du Mexique, l’exile ou l’arrestation des colons espagnols et termine sa harangue par : « ¡Viva la Independencia ! ¡Viva América ! ¡Muera el mal gobierno ! » (Vive l’indépendance ! Vive l’Amérique ! Mort au mauvais gouvernement !) Puis « Mexicanos, ¡viva México ! » (Mexicains, Vive le Mexique !). Après son discours, il est suivi par la population et commence avec succès la conquête des villes. Il sera plus tard capturé et exécuté le 30 juillet 1811. L’indépendance du Mexique sera reconnue par le Vice-roi, Juan O’Donojú en 1821.ImageLa guerre d’indépendance du Mexique commence

Miguel Hidalgo y Costilla, un prêtre catholique, lance la guerre d’indépendance mexicaine avec la publication de son Grito de Dolores, ou « Cri de Dolores ». Le tract révolutionnaire, ainsi nommé parce qu’il a été lu publiquement par Hidalgo dans la ville de Dolores, appelait à la fin de 300 ans de domination espagnole au Mexique, à la redistribution des terres et à l’égalité raciale. ImageDes milliers d’Indiens et de métis ont afflué vers la bannière d’Hidalgo de la Vierge de Guadalupe, et bientôt l’armée paysanne était en marche vers Mexico.  Au début du XIXe siècle, l’occupation de l’Espagne par Napoléon provoqua le déclenchement de révoltes dans toute l’Amérique espagnole. Miguel Hidalgo y Costilla – « le père de l’indépendance mexicaine » – a lancé la rébellion mexicaine avec son « Cri de Dolores », et son armée populiste a failli capturer la capitale mexicaine. Vaincu à Calderón en janvier 1811, il s’enfuit vers le nord mais fut capturé et exécuté. Il a cependant été suivi par d’autres dirigeants paysans, tels que José María Morelos y Pavón, Mariano Matamoros et Vicente Guerrero, qui ont tous dirigé des armées de révolutionnaires indigènes et métis contre les Espagnols et les royalistes.Sue 🇪🇺 on Twitter: "16.9.1810 #Mexico issued 'El Grito de Dolores' #OTD marking the start of its #WarForIndependence from #Spain https://t.co/J19gPxVnNi" / TwitterIroniquement, ce sont les royalistes – composés de Mexicains d’origine espagnole et d’autres conservateurs – qui ont finalement abouti à l’indépendance. En 1820, les libéraux ont pris le pouvoir en Espagne et le nouveau gouvernement a promis des réformes pour apaiser les révolutionnaires mexicains. En réponse, les conservateurs mexicains ont appelé à l’indépendance comme moyen de maintenir leur position privilégiée dans la société mexicaine.Mexican Independence in Puerto Vallarta: Tradition | BlogAu début de 1821, Agustín de Iturbide, le chef des forces royalistes, négocie le plan d’Iguala avec Vicente Guerrero. Selon ce plan, le Mexique serait établi en tant que monarchie constitutionnelle indépendante, la position privilégiée de l’Église catholique serait maintenue et les Mexicains d’origine espagnole seraient considérés comme égaux aux Espagnols purs. Les Mexicains de sang indien mêlé ou pur auraient des droits moindres.Amazon.com: Mexico 1810 Revolution NThe Cry Of Dolores Miguel HidalgoS Call To Revolt 16 September 1810 Detail Of The Mural By Juan OGorman 20Th Century Poster Print by (18 x 24): Posters & PrintsIturbide a vaincu les forces royalistes toujours opposées à l’indépendance, et le nouveau vice-roi espagnol, manquant d’argent, de provisions et de troupes, a été contraint d’accepter l’indépendance du Mexique. Le 24 août 1821, le vice-roi espagnol Juan de O’Donojú signa le traité de Cordoue, qui approuve un plan visant à faire du Mexique une monarchie constitutionnelle indépendante. En 1822, comme aucun monarque Bourbon n’avait été trouvé pour gouverner le Mexique, Iturbide fut proclamé empereur du Mexique. Cependant, son empire fut de courte durée et, en 1823, les dirigeants républicains Santa Anna et Guadalupe Victoria déposèrent Iturbide et fondèrent une république, avec Guadalupe Victoria comme premier président.

Le « Cri de Dolores » et l’indépendance du Mexique

Le cri de Dolores est une expression associée à la révolte mexicaine de 1810 contre les Espagnols, un cri de chagrin et de colère d’un prêtre crédité d’avoir lancé la lutte du Mexique pour l’indépendance de la domination coloniale.

Le cri du père Hildalgo 

Le matin du 16 septembre 1810, le curé de la ville de Dolores, Miguel Hidalgo y Costilla, se déclare en révolte ouverte contre la domination espagnole du haut de la chaire de son église, lançant la guerre d’indépendance mexicaine.  Le père Hidalgo exhorte ses partisans à prendre les armes et à se joindre à lui dans sa lutte contre les injustices du système colonial espagnol : en quelques instants, il dispose d’une armée de quelque 600 hommes. Cette action est devenue connue sous le nom de « Grito de Dolores » ou « Cri de Dolores ».  La ville de Dolores est située dans ce qui est aujourd’hui l’État d’Hidalgo au Mexique, mais le mot dolores est le pluriel de dolor, qui signifie « chagrin » ou « douleur » en espagnol, donc l’expression signifie aussi « Cri de douleur ». Aujourd’hui, les Mexicains célèbrent le 16 septembre comme jour de leur indépendance en souvenir du cri du père Hidalgo.

Miguel Hidalgo et Costilla 

En 1810, le père Miguel Hidalgo était un créole de 57 ans, aimé de ses paroissiens pour ses efforts inlassables en leur faveur. Il était considéré comme l’un des principaux esprits religieux du Mexique, ayant été recteur de l’Académie San Nicolas Obispo. Il avait été banni à Dolores pour son dossier douteux dans l’église, à savoir engendrer des enfants et lire des livres interdits.  Il avait personnellement souffert du système espagnol : sa famille avait été ruinée lorsque la couronne avait obligé l’Église à s’endetter. Il croyait à la philosophie du prêtre jésuite Juan de Mariana (1536–1924) selon laquelle il était licite de renverser des tyrans injustes.

Excès espagnols 

Le cri de Dolores d’Hidalgo a enflammé la poudrière du ressentiment de longue date des Espagnols au Mexique. Les impôts avaient été augmentés pour payer des fiascos comme la désastreuse (pour l’Espagne) bataille de Trafalgar en 1805. Pire encore, en 1808, Napoléon a pu, en Espagne, déposer le roi et placer son frère Joseph Bonaparte sur le trône. La combinaison de cette incompétence de l’Espagne avec les abus et l’exploitation des pauvres de longue date a suffi à pousser des dizaines de milliers d’Autochtones d’Amérique et de paysans à rejoindre Hidalgo et son armée.

Le complot de Querétaro

En 1810, les dirigeants créoles avaient déjà échoué deux fois à obtenir l’indépendance du Mexique, mais le mécontentement était élevé. La ville de Querétaro a rapidement développé son propre groupe d’hommes et de femmes en faveur de l’indépendance.  Le chef à Querétaro était Ignacio Allende, un officier créole du régiment militaire local. Les membres de ce groupe sentaient qu’ils avaient besoin d’un membre ayant une autorité morale, de bonnes relations avec les pauvres et des contacts décents dans les villes voisines. Miguel Hidalgo a été recruté et rejoint au début de 1810.  Les conspirateurs ont choisi début décembre 1810 comme moment pour frapper. Ils ont fait fabriquer des armes, principalement des piques et des épées. Ils ont tendu la main aux soldats et officiers royaux et en ont persuadé beaucoup de se joindre à leur cause. Ils ont exploré les casernes et les garnisons royalistes à proximité et ont passé de nombreuses heures à parler de ce que serait une société post-espagnole au Mexique.

Le Grito de Dolores

Le 15 septembre 1810, les conspirateurs reçoivent la mauvaise nouvelle : leur complot est découvert. Allende était à Dolores à l’époque et voulait se cacher : Hidalgo l’a convaincu que la bonne option était de faire avancer la rébellion. Le 16 au matin, Hidalgo fait sonner les cloches de l’église, convoquant les ouvriers des champs voisins.  Du haut de la chaire, il annonce la révolution : « Sachez ceci, mes enfants, que connaissant votre patriotisme, je me suis mis à la tête d’un mouvement commencé depuis quelques heures, pour arracher le pouvoir aux Européens et vous le donner. Les gens ont répondu avec enthousiasme.

Conséquences

Hidalgo a combattu les forces royalistes jusqu’aux portes de Mexico même. Bien que son « armée » n’ait jamais été beaucoup plus qu’une foule mal armée et incontrôlée, elle a combattu lors du siège de Guanajuato, du Monte de las Cruces et de quelques autres combats avant d’être vaincue par le général Félix Calleja lors de la bataille du pont de Calderon en janvier de 1811. Hidalgo et Allende ont été capturés peu après et exécutés.  Bien que la révolution d’Hidalgo ait été de courte durée – son exécution n’a eu lieu que dix mois après le Cri de Dolores – elle a néanmoins duré assez longtemps pour prendre feu. Lorsqu’Hidalgo a été exécuté, il y avait déjà beaucoup de personnes en place pour défendre sa cause, notamment son ancien élève José María Morelos.

Une fête

Aujourd’hui, les Mexicains célèbrent leur fête de l’indépendance avec des feux d’artifice, de la nourriture, des drapeaux et des décorations. Sur les places publiques de la plupart des villes et villages, les politiciens locaux reproduisent le Grito de Dolores, remplaçant Hidalgo. À Mexico, le président reconstitue traditionnellement le Grito avant de faire sonner une cloche : la cloche même de la ville de Dolores sonnée par Hidalgo en 1810.  De nombreux étrangers supposent à tort que le 5 mai, ou Cinco de Mayo, est le jour de l’indépendance du Mexique, mais cette date commémore en fait la bataille de Puebla en 1862.

https://www.history.com/this-day-in-history/mexican-war-of-independence-begins

https://www.thoughtco.com/mexican-independence-the-cry-of-dolores-2136414

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *