Catégories
économie

14 Septembre 1960 – Création de l’OPEP à Vienne

OPEC turns 60 at 'critical moment' for virus-hit oil - Latest NewsBref historique d’OPEPOPEC: Organization of Petroleum Exporting Countries - ppt video online downloadL’Irak, l’Iran, le Koweït, l’Arabie saoudite et le Venezuela forment l’OPEPOpec hi-res stock photography and images - AlamyL’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ou en anglais Organisation of Petroleum Exporting Countries (OPEC) est une organisation intergouvernementale de pays visant à négocier avec les sociétés pétrolières pour tout ce qui touche à la production de pétrole, son prix et les futurs droits de concessions. En 1960, l’Arabie Saoudite, l’Iran, l’Irak, le Koweit et le Venezuela créent à Bagdad à l’issue de quatre jours de sommet l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep). Objectif : contrebalancer le pouvoir des compagnies pétrolières qui détiennent les clés du prix du pétrole. Basé à Vienne en Autriche, le cartel regroupe maintenant 11 états.A Short History of OPEC | The Motley FoolJour d’inauguration et avenir meilleur de l’OPEPOPEC: Organization of Petroleum Exporting Countries - ppt video online downloadQuand le grand jour est arrivé, tout s’est déroulé comme prévu. Mais ce n’était pas une surprise, avec la préparation méticuleuse qui avait été la marque du succès de toute l’entreprise.  L’inauguration du nouveau siège du Secrétariat de l’OPEP au cœur de Vienne le 17 mars a été une occasion mémorable pour tous ceux qui ont assisté à la cérémonie spéciale, qui a attiré de hauts responsables de l’Organisation, du pays hôte, l’Autriche, et d’autres organismes internationaux basés dans la ville historique.  Il a marqué l’aboutissement d’une quête d’un nouveau siège qui avait commencé à la fin du siècle dernier, mais avait reçu son impulsion décisive et vitale depuis l’arrivée du Secrétaire général, Abdalla Salem El-Badri, en 2007, avec le plein soutien de la République fédérale d’Autriche et la Ville de Vienne.By Dr. Soha El Magawry. - ppt downloadSous sa direction, le projet a pris forme et s’est concrétisé le 30 novembre 2009, lorsque le personnel a emménagé pour sa première journée de travail dans des locaux ultramodernes adaptés aux besoins spécifiques du Secrétariat. El-Badri a chaleureusement félicité le personnel et les parties externes associées pour leur travail acharné et leur dévouement au succès de l’entreprise.  L’impact des nouveaux locaux sur le moral du personnel a été immédiat. Il y avait le facteur de bien-être d’avoir un tout nouvel environnement agréable. Et il y avait les avantages pratiques de travailler dans un environnement mieux équipé pour faire face aux exigences trépidantes de la vie dans le secteur de l’énergie en évolution rapide et constante d’aujourd’hui.Erin Lowdon.  OPEC: The Organization of the Petroleum Exporting Countries ◦ Permanent intergovernmental organization ◦ Created at the Baghdad Conference. - ppt downloadUn meilleur moral s’accompagne d’une meilleure performance – et d’une capacité accrue à relever la cascade sans fin de défis qui caractérisent l’industrie pétrolière et les domaines connexes, tels que le développement durable et l’harmonie environnementale. En outre, l’inauguration de la mi-mars avait un symbolisme inhérent, en se déroulant à la fois au début d’une nouvelle décennie et à un stade précoce de l’année du 50e anniversaire de l’OPEP.

Cette trilogie de circonstance est évocatrice de réflexion, de consolidation des principes de base, de volonté de changement, de réévaluation de la vision d’entreprise et de réaffirmation de la solidarité, ainsi que d’un regain d’énergie, de dynamisme et d’ambition pour l’avenir.  Lorsqu’El-Badri a coupé le ruban dans le hall tapissé de rouge du nouveau bâtiment pour conclure la cérémonie d’inauguration, il reconnaissait, par cet acte même, la coalescence de ces vertus et les responsabilités qu’elles inculquent à l’OPEP et à ses pays membres, comme le Secrétariat s’installe dans ses tâches quotidiennes dans les nouveaux locaux.What is OPEC?Les engagements et les responsabilités que l’OPEP et ses pays membres ont assumés au cours du dernier demi-siècle restent aussi valables et aussi cruciaux aujourd’hui qu’ils l’étaient à Bagdad du 10 au 14 septembre 1960. Qui plus est, ils se sont multipliés, diversifiés et intensifié, conformément à l’évolution du paysage énergétique au cours des années qui ont suivi. Pendant ce temps, dans le monde entier, la vie continue comme d’habitude. Cela vaut aussi bien pour le marché pétrolier international que pour tout autre secteur d’activité, comme on l’a vu lors de la 156e réunion de la Conférence, qui a eu lieu le même jour que l’inauguration.

La Conférence nous a rappelé que de sérieuses menaces pèsent encore sur le marché pétrolier à l’heure actuelle, avec l’augmentation de la dette publique dans les économies les plus avancées, le possible resserrement de la politique budgétaire et monétaire, le chômage élevé, la persistance des déséquilibres mondiaux et la montée du protectionnisme. Plus près de nous, la demande de pétrole est faible, alors qu’il est possible que l’augmentation de l’offre hors OPEP entraîne une baisse de l’appel de brut de l’OPEP pour la troisième année consécutive ; en fait, cette situation risque d’être aggravée par des niveaux de stocks toujours élevés dans les pays de l’OCDE.*OPEC Organization of Petroleum Exporting Countries Founded 1960 by 5 member nations 1.Iran, Iraq, Kuwait, Saudi Arabia, Venezuela 2.HQ = Vienna, Austria. - ppt downloadEn bref, alors que nous entrons dans la nouvelle décennie et que nous célébrons notre anniversaire d’or, les défis du marché pétrolier ne disparaîtront pas. Au lieu de cela, ils restent aussi réels que jamais. Cependant, nous disposons désormais d’une base plus agréable et efficace pour y faire face avec l’engagement séculaire de notre Organisation en faveur de l’ordre et de la stabilité du marché, à l’appui d’une croissance économique mondiale soutenue et de la réalisation d’un programme plus large, tel qu’une plus grande égalité entre les nations et l’éradication de la pauvreté dans un monde plus propre et plus sûr.  Et nous nous en félicitons tous. Ces questions et d’autres sujets d’actualité importants devaient être discutés lors du 12e Forum international de l’énergie à Cancun, au Mexique, fin mars, et seront couverts dans le Bulletin de l’OPEP du mois prochain.Opec - Organization of Petroleum Exporting Countries.Pétrole : l’histoire de l’OPEP

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) est une organisation intergouvernementale permanente, créée lors de la conférence de Bagdad du 10 au 14 septembre 1960 par l’Iran, l’Irak, le Koweït, l’Arabie saoudite et le Venezuela.

Les cinq membres fondateurs ont ensuite été rejoints par : le Qatar (1961) – a mis fin à son adhésion en janvier 2019 ; Indonésie (1962) – a suspendu son adhésion en janvier 2009, l’a réactivée en janvier 2016, mais a décidé de la suspendre à nouveau en novembre 2016; Libye (1962); Émirats arabes unis (1967); Algérie (1969); Nigéria (1971); Équateur (1973) – a suspendu son adhésion en décembre 1992, l’a réactivé en octobre 2007, mais a décidé de retirer son adhésion à compter du 1er janvier 2020; Angola (2007); Gabon (1975) – a mis fin à son adhésion en janvier 1995 mais l’a réintégré en juillet 2016 ; Guinée équatoriale (2017) ; et Congo (2018).What is OPEC? Organization of Petroleum Exporting Countries Started in 1960 - Oil rich nations joined together Original members: Iran, Iraq, Kuwait, Saudi- - ppt downloadL’OPEP avait son siège à Genève, en Suisse, au cours des cinq premières années de son existence. Cela a été déplacé à Vienne, en Autriche, le 1er septembre 1965. L’objectif de l’OPEP est de coordonner et d’unifier les politiques pétrolières entre les pays membres, afin de garantir des prix justes et stables pour les producteurs de pétrole ; un approvisionnement efficace, économique et régulier en pétrole des nations consommatrices ; et un juste retour sur capital pour ceux qui investissent dans l’industrie.

Les années 1960

La formation de l’OPEP par cinq pays en développement producteurs de pétrole à Bagdad en septembre 1960 s’est produite à un moment de transition dans le paysage économique et politique international, avec une décolonisation étendue et la naissance de nombreux nouveaux États indépendants dans le monde en développement. Le marché international du pétrole était dominé par les sociétés multinationales des « Sept Sœurs » et était largement séparé de celui de l’ex-Union soviétique (FSU) et des autres économies planifiées (CPE). L’OPEP a élaboré sa vision collective, défini ses objectifs et établi son Secrétariat, d’abord à Genève puis, en 1965, à Vienne. Elle a adopté en 1968 une « déclaration déclaratoire de politique pétrolière dans les pays membres », qui soulignait le droit inaliénable de tous les pays d’exercer une souveraineté permanente sur leurs ressources naturelles dans l’intérêt de leur développement national. Le nombre de membres est passé à dix en 1969.

Les années 1970

L’OPEP a acquis une notoriété internationale au cours de cette décennie, alors que ses pays membres ont pris le contrôle de leurs industries pétrolières nationales et ont commencé à jouer un rôle plus important sur les marchés pétroliers mondiaux. La décennie a été marquée par plusieurs événements marquants qui ont provoqué une forte augmentation de la volatilité du marché mondial du pétrole. L’OPEP a élargi son mandat avec le premier Sommet des chefs d’État et de gouvernement à Alger en 1975, qui a abordé le sort des nations les plus pauvres et a appelé à une nouvelle ère de coopération dans les relations internationales, dans l’intérêt du développement économique mondial et de la stabilité. Cela a conduit à la création du Fonds de l’OPEP pour le développement international en 1976. Les pays membres se sont lancés dans d’ambitieux programmes de développement socio-économique. Le nombre de membres est passé à 13 en 1975.

Les années 1980

La demande d’énergie s’est effondrée et la demande de pétrole a chuté au début des années 1980, culminant avec un krach boursier en 1986 en réponse à la surabondance de pétrole et à l’abandon des hydrocarbures par les consommateurs. La part de l’OPEP sur le petit marché pétrolier a fortement chuté et ses revenus pétroliers totaux ont chuté, provoquant une instabilité économique dans de nombreux pays membres. Dans la dernière partie de la décennie, le marché pétrolier a connu une sorte de reprise et la part de l’OPEP dans la production mondiale nouvellement croissante a commencé à se redresser. Cela a été soutenu par l’introduction par l’OPEP d’un ajustement de la production de groupe réparti entre les pays membres et d’un panier de référence pour les prix, ainsi que par des progrès significatifs dans le dialogue et la coopération OPEP et non-OPEP, considérés comme essentiels pour la stabilité du marché. Les questions environnementales sont apparues sur l’agenda énergétique international.

Les années 1990

Une action opportune de l’OPEP a réduit l’impact sur le marché des problèmes du Moyen-Orient en 1990–91, mais une volatilité excessive a dominé la décennie. Le ralentissement économique de l’Asie du Sud-Est et l’hiver doux de l’hémisphère Nord de 1998 à 1999 ont vu le marché du pétrole revenir aux conditions du milieu des années 1980. Cependant, une solide reprise a suivi et le marché pétrolier, qui s’ajustait au monde post-soviétique, est devenu plus intégré, avec un accent sur la mondialisation, la révolution des communications et d’autres tendances de haute technologie. Les percées dans le dialogue producteurs-consommateurs ont correspondu aux progrès continus des relations OPEP et non-OPEP. Alors que les négociations sur le changement climatique parrainées par les Nations Unies prenaient de l’ampleur, après le Sommet de la Terre de 1992, l’OPEP recherchait l’équité, l’équilibre et le réalisme dans le traitement de l’approvisionnement en pétrole. Un pays a quitté l’OPEP, tandis qu’un autre a suspendu son adhésion.

Les années 2000

L’OPEP a poursuivi ses efforts pour aider à renforcer et à stabiliser le marché mondial du pétrole au cours des premières années de la décennie. Mais une combinaison des forces du marché, de la spéculation et d’autres facteurs a transformé la situation en 2004, augmentant la volatilité sur un marché du brut bien approvisionné. Le pétrole était de plus en plus utilisé comme classe d’actifs. La volatilité des marchés a continué d’augmenter d’une manière sans précédent au début de 2008, avant l’effondrement du secteur financier mondial qui a conduit à la récession économique. L’OPEP a joué un rôle de premier plan dans le soutien au secteur pétrolier, dans le cadre des efforts mondiaux pour faire face à la crise économique. Les deuxième et troisième sommets de l’OPEP à Caracas et Riyad en 2000 et 2007 ont établi des marchés énergétiques stables, le développement durable et l’environnement comme trois thèmes directeurs, et elle a adopté une stratégie globale à long terme en 2005. Un pays a rejoint l’OPEP, un autre a réactivé son adhésion et un troisième le suspendit.

Les années 2010

L’économie mondiale a représenté le principal risque pour le marché pétrolier au début de la décennie, car les incertitudes macroéconomiques mondiales et les risques accrus entourant le système financier international ont pesé sur les économies. L’escalade des troubles sociaux dans de nombreuses régions du monde a affecté à la fois l’offre et la demande tout au long de la première moitié de la décennie, bien que le marché soit resté relativement équilibré. Le marché pétrolier était stable entre 2011 et mi-2014, avant qu’une combinaison de spéculation et d’offre excédentaire ne le fasse se contracter. La structure des échanges a ensuite continué à évoluer, la demande mondiale de pétrole augmentant, en particulier dans la région asiatique. L’attention du monde sur les questions environnementales multilatérales a commencé à s’accentuer, ce qui a abouti à l’Accord de Paris en 2015, que les pays membres de l’OPEP ont tous signé et 10 ont ratifié. L’OPEP a continué d’assister aux réunions de la Conférence des Parties (COP) de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) pour dialoguer et échanger des points de vue. Les conditions du marché ont conduit à l’émergence de la déclaration de coopération sans précédent en décembre 2016, les membres de l’OPEP et 10 pays non producteurs de pétrole se réunissant pour aider à rééquilibrer le marché, réduire les niveaux des stocks et soutenir la stabilité du marché pétrolier.

En 2019, la Charte de coopération — une plateforme à long terme dédiée à la coopération et à l’échange de vues et d’informations — a été établie. L’OPEP a tenu ses 5e, 6e et 7e séminaires internationaux en 2012, 2015 et 2018, respectivement, qui ont réuni un nombre sans précédent de représentants des pays producteurs et consommateurs, des compagnies pétrolières nationales et internationales, ainsi que des journalistes et des analystes de l’industrie. L’OPEP a continué de rechercher la stabilité du marché et a cherché à renforcer encore son dialogue et sa coopération avec les producteurs, les consommateurs, les organisations internationales, les institutions et les autres parties prenantes de l’industrie, notant que la nécessité d’un dialogue sur l’énergie n’a jamais été aussi grande. La décennie a été marquée par une meilleure compréhension et appréciation du rôle que l’OPEP a joué pour aider à stabiliser le marché mondial du pétrole, dans l’intérêt à la fois des producteurs et des consommateurs.

Années 2020

La nouvelle décennie a connu un début sans précédent avec le déclenchement de la pandémie de COVID-19 qui a envahi presque tous les aspects de la vie quotidienne. La pandémie a eu un impact néfaste à la fois sur l’économie mondiale et sur le secteur de l’énergie, poussant les nations à prendre les mesures nécessaires et fermes pour ralentir la propagation du virus et contrer ses effets. Le marché pétrolier a vu la demande chuter, le stockage mondial se remplir rapidement et une volatilité à grande échelle. Cela a poussé l’OPEP et ses partenaires dans la Déclaration de coopération à intensifier leurs efforts de collaboration pour rétablir la stabilité indispensable, ce qui a entraîné les ajustements de production volontaires les plus importants et les plus longs de l’histoire du marché pétrolier. L’importance de ces efforts a été reconnue par de nombreux pays et organisations, dont les ministres de l’énergie du G20, l’Argentine, le Brésil, le Canada, la Colombie, la Norvège, l’Organisation africaine des producteurs de pétrole, l’Agence internationale de l’énergie, le Forum international de l’énergie et de nombreux producteurs indépendants. L’OPEP a eu 60 ans en septembre, marquant une étape importante dans le parcours historique de l’Organisation.

L’histoire de l’OPEP en 7 dates

1973, le premier choc pétrolier 

En 1973, la guerre du Kippour oppose Israël aux pays Arabes, et l’or noir devient une arme de guerre. Le 17 octobre, l’OPEP fait baisser sa production de 25% et prononce un embargo contre les pays occidentaux qui soutiennent Israël. La demande toujours plus grande et la raréfaction du pétrole se superposent à ce contexte géopolitique. «En 1973, on ne dispose plus que de 30 années de réserves. Les États-Unis, qui produisaient jusque dans les années 50 la moitié du pétrole de la planète, sont progressivement devenus importateurs», souligne Jean-Pierre Favennec. Le prix du baril passe alors de 4 à 13 dollars.

1979, le deuxième choc pétrolier 

Six ans plus tard, l’instabilité géopolitique provoque un nouveau choc pétrolier. Cette fois, l’OPEP est simple spectatrice de la révolution iranienne et de la guerre entre l’Irak et l’Iran qui pousseront le prix du baril à 40 dollars.

Le «contre-choc« de 1986 

À partir des années 80, la tendance s’inverse. L’offre est désormais supérieure à la demande. «Fin 1985, l’Arabie Saoudite se lance dans une guerre des prix», indique Jean-Pierre Favennec. Le premier producteur mondial augmente sa production et laisse le marché se réguler. Les autres pays membres de l’organisation lui emboîtent le pas. Le cours du pétrole passe sous la barre des 10 dollars. «L’Opep commence alors à perdre le contrôle.»

 

2008, le «troisième choc pétrolier» 

Dans années 2000, le prix du pétrole est de nouveau à la hausse, notamment tiré par une demande chinoise qui explose. Mais la production peine à suivre, à tel point qu’en juillet 2008, le baril passe à plus de 140 dollars. La crise de 2008, qui freine la demande, interrompt cette flambée et fait chuter les prix à moins de 35 dollars. L’OPEP tente tant bien que mal de limiter les dégâts en réduisant sa production et fait remonter le cours pétrole au-dessus de 50 dollars.

2016, la naissance de l’«Opep +» 

En 2014, le pétrole de schiste des Américains inonde le marché et entraîne une chute très violente du prix du pétrole. «L’Opep se réunit mais à la surprise des marchés, l’Arabie Saoudite refuse de réduire sa production pour ne pas favoriser la production américaine», explique Jean-Pierre Favennec. Il faudra attendre novembre 2016 pour aboutir à un accord entre les pays de l’Opep pour réduire la production de l’organisation. Une dizaine de pays, dont la Russie, signeront un accord similaire quelques jours plus tard. C’est la naissance de l’«Opep +» (Russie, Mexique, Kazakhstan, Azerbaïdjan, Bahreïn, Brunei, Malaisie, Oman, Soudan et Soudan du Sud).

2020, les conséquences de la pandémie 

La pandémie de coronavirus a fait chuter de près d’un tiers la demande mondiale de pétrole et a fait enfler les stocks. Le 12 avril, l’Opep et l’Opep + se sont accordées sur une réduction massive de leur production pour redresser les cours.

https://www.lefigaro.fr/conjoncture/petrole-l-histoire-de-l-opep-en-7-dates-20200914

https://www.opec.org/opec_web/en/press_room/1746.htm

https://www.opec.org/opec_web/en/about_us/24.htm  Aucune description de photo disponible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *