Catégories
Femmes dans l'histoire

13 Mai 1975 – En mémoire de Marguerite Perey chimiste française

Marguerite Perey – Ce jour làPerey est connue pour avoir isolé le francium en 1939Marguerite Perey: When The Lab Assistant Gets The Credit | HackadayMarguerite Catherine Perey (1909-1975) était une chimiste française du XXe siècle. Née à Villemomble en 1909, elle étudie à l’Ecole d’enseignement technique féminine et obtient son Diplôme d’Etat de chimiste en 1929. Elle devient alors préparatrice à l’Institut du Radium et fait équipe avec la célèbre Marie Curie, jusqu’à la mort de cette dernière en 1934.QS - Marguerite Perey y el descubrimiento del Francio.Marguerite Perey by Katie Goyette               En 1939, elle isole, par la purificaion de lanthane (qui contient de l’actinium, un élément radioactif), le premier isotope d’un élément encore inconnu. Elle le nommera francium, en hommage à Marie Curie qui avait découvert le polonium. Le francium est l’élément de numéro atomique 87, se situe en-dessous du césium dans le tableau périodique et fait partie de la famille des métaux alcalins.Marguerite Perey: Francium, radioactivity and trust in God – Science meets Faith         Après la guerre, elle reprend ses études de chimie et obtient son doctorat en 1946 à la Sorbonne grâce à sa thèse « Élément 87, actinium K ». Elle devient maître de recherches au CNRS de l’Institut du Radium, sous la direction d’Irène Joliot-Curie jusqu’en 1949, puis elle devient professeur titulaire de la chair de chimie nucléaire à l’Université de Strasbourg dans l’Institut de Recherche nucléaire, et en 1962, elle devient femme élue à l’Académie des Sciences.ImageElle meurt le 13 mai 1975 d’un cancer dû à la contamination de son corps par les radiations émises par l’actinium.

Éducation et Marie CurieMarguerite Perey: Francium, radioactivity and trust in God – Science meets FaithMarguerite Perey était une physicienne française et une élève de Marie Curie. En 1939, Perey découvre l’élément francium en purifiant des échantillons de lanthane contenant de l’actinium. En 1962, elle est la première femme à être élue à l’Académie des sciences française, un honneur refusé à son mentor Curie.

Perey est né à Villemomble, en France, juste à l’extérieur de Paris où se trouvait l’Institut Curie du Radium. Bien qu’elle espère étudier la médecine, la mort de son père laissa la famille en difficulté financière.Mujerícolas: Marguerite Perey .Primera Mujer en ser elegida para la Academia de Ciencias FrancesaPerey a obtenu un diplôme de chimie de l’École technique d’éducation des femmes de Paris en 1929 ; bien qu’il ne s’agisse pas d’un « diplôme », cela l’a qualifiée pour travailler comme technicienne en chimie. À l’âge de 19 ans, elle a passé un entretien pour un emploi avec Marie Curie à l’Institut Curie du Radium à Paris, en France, et a été embauchée. Marie Curie a assumé un rôle de mentor auprès de Perey, la prenant comme assistante personnelle.Marguerite Perey – The Bumbling BiochemistSous la direction de Marie Curie à l’Institut du Radium, Perey a appris à isoler et à purifier les éléments radioactifs, en se concentrant sur l’élément chimique actinium (découvert dans le laboratoire de Curie en 1899 par le chimiste André-Louis Debierne). Perey a passé une décennie à filtrer l’actinium de tous les autres composants du minerai d’uranium, que Curie a ensuite utilisé dans son étude de la désintégration de l’élément. Marie Curie est décédée d’une anémie aplasique seulement cinq ans après que Perey a commencé à travailler avec elle, mais Perey et Debierne ont poursuivi leurs recherches sur l’actinium et Perey a été promu radiochimiste.My Great-Great-Aunt Discovered Francium. And It Killed Her. - The New York TimesDevenir radiochimiste

Après avoir commencé à travailler à l’Institut du Radium, Perey a été formé à l’isolement et à la purification des éléments radioactifs. Avec le temps, elle est devenue responsable de la préparation et de la purification d’échantillons de l’élément chimique actinium.Marguerite Perey: La alumna de Marie Curie que nunca abandonó su feL’actinium est radioactif. Il a été découvert dans le laboratoire de Curie en 1899 par le chimiste André-Louis Debierne. 30 ans plus tard, Marie Curie étudiait toujours l’élément, cataloguant ses propriétés radioactives dans les moindres détails.Marguerite Perey and the element Francium - Science Museum BlogCinq ans après que Perey ait commencé à travailler, Marie Curie est décédée d’une anémie aplasique ; elle avait 66 ans. La maladie a probablement été causée par les radiations auxquelles elle s’est exposée au cours de sa carrière scientifique.Photo of the Day – 03/08/17 (“Lab Work”, 1928) | NJBiblioNéanmoins, le spectacle doit continuer et André-Louis Debierne poursuit les travaux liés à l’actinium. Marguerite Perey a continué à préparer les échantillons.

Elle avait de bonnes idées et son travail était de grande qualité ; cela a été reconnu par une promotion au poste de radiochimiste. Son travail était dangereux. Marie Curie n’est pas la première personne à l’Institut du Radium dont la mort a probablement été causée par les radiations et, tragiquement, ne sera pas la dernière.Vintage Photo de Portrait de Catherine Marguerite Perey. : Amazon.fr: Cuisine et Maison                                En 1935, Perey a lu un article de scientifiques américains affirmant avoir découvert un type de rayonnement appelé particules bêta émis par l’actinium et était sceptique car l’énergie rapportée des particules bêta ne semblait pas correspondre à l’actinium. Elle a décidé d’enquêter par elle-même, théorisant que l’actinium se désintégrait en un autre élément (un atome fille) et que les particules bêta observées provenaient en fait de cet atome fille. Elle le confirma en isolant de l’actinium extrêmement pur et en étudiant très rapidement son rayonnement ; elle a détecté une petite quantité de rayonnement alpha, un type de rayonnement qui entraîne la perte de protons et modifie donc l’identité d’un atome. La perte d’une particule alpha (constituée de 2 protons et 2 neutrons) transformerait l’actinium (élément 89)

Perey a reçu une bourse pour étudier à la Sorbonne de Paris, mais comme elle n’avait pas de licence, la Sorbonne l’a obligée à suivre des cours et à obtenir l’équivalent d’un BS pour répondre aux exigences de son programme de doctorat avant de pouvoir obtenir son doctorat. Elle est diplômée de la Sorbonne en 1946 avec un doctorat en physique. Après avoir obtenu son doctorat, Perey est retournée à l’Institut du Radium en tant que scientifique principale et y a travaillé jusqu’en 1949.Marguerite Perey, química - Mujeres con cienciaPerey a été nommé chef du département de chimie nucléaire à l’Université de Strasbourg en 1949, où elle a développé le programme de radiochimie et de chimie nucléaire de l’Université et a poursuivi ses travaux sur le francium. Elle a fondé un laboratoire qui est devenu en 1958 le Laboratoire de chimie nucléaire du Centre de recherche nucléaire, dont elle a été directrice. Elle a également été membre de la Commission des poids atomiques de 1950 à 1963.

Ironiquement, Perey espérait que le francium aiderait à diagnostiquer le cancer, mais en fait, il était lui-même cancérigène et Perey a développé un cancer des os qui l’a finalement tuée. Perey est décédé le 13 mai 1975 (65 ans). On lui attribue le mérite d’avoir défendu de meilleures mesures de sécurité pour les scientifiques travaillant avec les rayonnements.64 - Marguerite Catherine Perey - IIS Biocruces BizkaiaLes archives de Perey avec des matériaux datant de 1929 à 1975 ont été laissées à l’Université Louis Pasteur de Strasbourg. Ils comprennent des cahiers de laboratoire, des supports de cours de son travail en tant que professeur de chimie nucléaire, des articles de sa direction de laboratoire et des publications. Tous les documents sont actuellement conservés aux Archives départementales du Bas-Rhin.

Perey a été élue à l’Académie française des sciences en 1962, faisant d’elle la première femme élue à l’Institut de France. Bien qu’il s’agisse d’une étape importante, son élection en tant que «membre correspondant» plutôt qu’en tant que membre à part entière s’est accompagnée de privilèges limités.Engaging story on Marguerite Perey | Chem13 News Magazine | University of WaterlooDistinctions

Prix Wilde de l’Académie française des sciences (1950)

Prix Le Conte de l’Académie française des sciences (1960)

Grand Prix des Sciences de la Ville de Paris (1960)

Officier de la Légion d’Honneur (1960)

Grand Prix de la Ville de Paris (1960)

Élu correspondant de l’Académie des Sciences (Paris, 1962).

Première femme élue à l’Académie depuis sa fondation en 1666.

Prix Lavoisier de l’Académie des Sciences (1964)

Médaille d’argent de la Société Chimique de France (1964)

Commandeur de l’Ordre National du Mérite (1974)

Marguerite Catherine Perey était une chimiste française qui a identifié le francium, l’élément 87, le dernier élément naturel à avoir été découvert (7 janvier 1939). Elle a rejoint l’Institut du Radium en 1929 en tant que technicienne pour être l’assistante personnelle de Marie Curie. Perey s’est concentrée sur l’actinium pendant de nombreuses années car il était considéré comme une source possible de francium par désintégration alpha. Cependant, la purification nécessaire de l’actinium et sa concentration exigeaient des dizaines de procédures difficiles et minutieuses. Après avoir présenté une thèse concernant ses travaux sur l’élément 87, elle obtient en 1946 un doctorat en physique. A partir de 1949, elle occupe la chaire d’un nouveau département de chimie nucléaire à l’Université de Strasbourg. En 1962, elle devient la première femme membre de l’Académie des sciences française. Elle prend sa retraite alors que sa santé décline à cause d’un cancer causé par les radiations. »

Francium (Fr)Francium (Fr) | AMERICAN ELEMENTS ®En 1930, l’élément Fr (francium) a été découvert, le dernier élément naturel à être trouvé. C’est l’atome de métal alcalin le plus lourd, avec le numéro atomique 87. Marguerite Perey rejoint (octobre 1929) l’Institut du Radium à Paris en octobre 1929 en tant que technicienne de Marie Curie. Perey a travaillé pendant des années sur l’actinium, qui devait produire le nouvel élément par désintégration alpha. Enfin, elle a pu faire la première entrée sur le francium dans son cahier de laboratoire le 7 janvier 1939, enregistrant sa demi-vie à environ 20 minutes. Une note des Comptes rendus est présentée à l’Académie des sciences par Jean Perrin (9 janvier 1939). Dans son tableau périodique, Mendeleev a anticipé sa découverte et l’a nommé provisoirement eka-césium. Perey lui a donné le nom de «francium». Elle a d’abord utilisé le symbole Fa, mais l’a changé en Fr.

Marguerite Perey (1909-1975)ImageMarguerite Catherine Perey était une chimiste française qui a identifié le francium, élément 87, le dernier élément naturel à être découvert (7 janvier 1939). Elle entre à l’Institut du Radium en 1929 comme technicienne pour être l’assistante personnelle de Marie Curie. Perey s’est concentré sur l’actinium pendant de nombreuses années car il était considéré comme une source possible de francium par désintégration alpha. Cependant, la purification nécessaire de l’actinium et sa concentration ont nécessité des dizaines de procédures difficiles et minutieuses. Après avoir soutenu une thèse concernant ses travaux sur l’élément 87, elle obtient en 1946 un doctorat en physique. À partir de 1949, elle occupe la chaire d’un nouveau département de chimie nucléaire à l’Université de Strasbourg. En 1962, elle devient la première femme membre de l’Académie française des sciences. Elle a pris sa retraite alors que sa santé déclinait à cause d’un cancer causé par les radiations.                                 Image

https://www.lespritsorcier.org/blogs-membres/femmes-scientifique-6-marguerite-perey/

https://scientificwomen.net/women/perey-marguerite-147

https://www.famousscientists.org/marguerite-perey/

https://todayinsci.com/5/5_13.htm#death

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *